Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°8

Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°8

Simetierre (1989)

Provenance : France // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Paramount Pictures // Date de sortie : 24 avril 2019

Résolution : 3840×2160 // Cadence : 24p // Format : 1.78 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 12 bit
Master intermédiaire : 4K // HDR : Dolby Vision // Luminance : Adaptée au diffuseur

Bande-son : Anglais DTS-HD MA 5.1, Français Dolby Digital 2.0
Sous-titres : Anglais, Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l’image Dolby Vision lumineux)

Supervisée par Mary Lambert, la réalisatrice de l’œuvre, cette nouvelle restauration 4K n’est peut-être pas parfaite (l’usage très modéré de DNR et EE) mais donne enfin ses lettres de noblesse à ce classique de l’horreur. Le master est d’une propreté à toute épreuve (les scratchs et autres points blancs ne sont plus qu’un lointain souvenir), le grain argentique s’affiche avec beaucoup plus de finesse qu’avant, l’augmentation de la résolution est souvent flagrante (malgré une certaine douceur due à la source) avec une netteté accrue de tous les éléments du cadre (cf. les détails dans la maison des Creed), les couleurs aujourd’hui plus chaleureuses ont parfois été repensées/corrigées (les yeux de Church, le chat de la famille) et bénéficient de teintes plus larges (la végétation verte) qui ressortent donc mieux (la peinture rouge des poids lourds), les contrastes ont été enrichis pour permettre aux scènes sombres d’entrer dans une nouvelle dimension (les noirs sont magnifiques), et les sources de lumière sont autrement plus saillantes (la luminosité des séquences ensoleillées, l’éclairage intérieur, la lueur de la lune et des yeux démoniaques du félin).

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 avec post-traitement DTS Neural:X pour la VO et Dolby Surround pour la VF)

Un peu démodée même si d’une grande clarté (la reproduction des dialogues) et étonnamment dynamique (les nombreux passages des camions), la VO tire profit d’une scène sonore assez large où les canaux arrière s’amusent bien lors du dernier acte (les pas et les rires du revenant). Mais pour bien l’exploiter, il ne faudra pas hésiter à augmenter le volume. Action inutile au passage si vous optez pour la VF d’époque, encore plus impactante malgré une limitation à la seule scène avant.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

Partager :