Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°8

Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°8

(The) Big Lebowski

Provenance : France
Éditeur : Universal Pictures
Format vidéo : 3840×2160 / 24p – HDR10 / BT.2020 – YCbCr 4:2:0 / 10 bit – Encodage HEVC – Format 1.85 – 4K DI
Luminance HDR : De 0.005 à 1000 nits
Bande-son : Anglais DTS:X (core DTS-HD MA 7.1), Français DTS 5.1
Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants

Qualité vidéo : Image
Tiré d’une nouvelle restauration opérée à partir de la pellicule originale 35mm, ce master tout propre a le bon goût de ne plus lisser le grain argentique (à l’inverse du précédent Blu-ray) et offre un lifting salvateur au chef-d’œuvre des frères Coen. La définition est solide (même si en deçà lors du générique), les détails abondent aux quatre coins du cadre (les motifs sur les tapis, la pilosité et les fringues du Duc, les rayonnages au supermarché), les couleurs qui sont d’une flamboyance inédite irriguent comme jamais les plans (les rouges au bowling, le vernis à ongle vert de Bunny Lebowski), les contrastes sont d’un naturel désarmant, les noirs qui ont bien été fortifiés depuis le transfert HD sont puissants, et les sources de lumière qui impressionnent sensiblement (les séquences diurnes, les éclairages intérieurs, les parquets vernis, les gyrophares) ajoutent une dynamique toute neuve aux images.
Qualité audio : Image
Avec ses voix trop proéminentes (ce qui dénature le caractère du Duc) et sa spatialisation brouillonne, la VF ne doit en aucun cas être favorisée au détriment de la succulente VO. Bien évidemment, ce mixage qui n’est pas connu pour son design sonore, somme toute assez classique avec juste de petites ambiances disséminées de-ci de-là, se rattrape avec ses dialogues, d’une grande clarté, et sa bande-son vintage, très ouverte. Plus riche, ample et précise, la VO use en bonus des canaux de hauteur pour diffuser quelques effets limités (notamment pour l’arrivée « inattendue » de Maude Lebowski et les rêves).

Partager :