Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°9

Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°9

(La) Rose écorchée

Provenance : France // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Le Chat qui Fume // Date de sortie : 17 mai 2019

Résolution : 3840×2160 // Cadence : 24p // Format : 1.66 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.709 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 8 bit
Master intermédiaire : 4K // HDR : Non // Luminance : SDR

Bande-son : Français DTS-HD MA 2.0 stéréo, Anglais DTS-HD MA 2.0 stéréo
Sous-titres : Anglais

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l’image Expert)

Réalisée à partir du négatif d’origine, cette restauration 4K inattendue et inespérée est remarquable en quasi tous points. Mais pour des questions budgétaires, le HDR n’a pas été convié au château. Ce n’est au final pas bien grave car cette bobine bis qui détone se dévoile comme jamais auparavant dans son histoire. Il y a certes des plans en deçà, la faute à des prises de vue à la mise au point ratée (lors du tournage donc), à quelques variations de couleurs au sein de la même scène (notamment lors d’un fondu) et à quelques rares fourmillements, mais le travail accompli ici sort de l’ordinaire. La copie présentée est propre et limpide, la définition est solide, les détails sont particulièrement nets, la palette colorimétrique est flamboyante, les contrastes sont globalement fermes et les noirs s’accaparent sans mal l’obscurité de ce conte macabre qui évoque les films gothiques italiens des années 60. Quant aux différences avec le Blu-ray, proposé à l’intérieur d’un même packaging que je qualifierais de magnifique, elles se jouent du côté de la résolution accrue (et c’est bien visible) et de la compression. Cette dernière consolidant le tout (les couleurs gagnent un poil en fermeté) dont le léger grain d’époque qui s’affiche avec plus de finesse. Je tiens donc à remercier l’éditeur français Le Chat qui Fume, spécialisé dans la sortie de films d’exploitation, pour son initiative et à le féliciter pour le résultat final. En espérant qu’elle soit suivie de beaucoup d’autres.

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 avec post-traitement DTS Neural:X)

Correcte même si limitée (ce mixage stéréo étant de base très resserré et assez fauché), la VF n’en reste pas moins claire et minutieusement nettoyée malgré deux ou trois petits couacs (comme la présence de scratchs). Les dialogues sont parfaitement intelligibles, les ambiances sont bien présentes et à mon grand étonnement les graves hantent les lieux comme il se doit. Beaucoup moins forte à niveau égal, la VO pâtit qui plus est d’un souffle ambiant qui masque certains sons. Mais évitons de nous plaindre (peut-être pour l’absence de sous-titres français), cette dernière étant considérée jusqu’à lors comme perdue.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

Partager :