Test HCFR d’Audirvana Plus, logiciel de lecture audio pour Mac OS et Windows 10

Test HCFR d’Audirvana Plus, logiciel de lecture audio pour Mac OS et Windows 10

Compte-rendu de Jeff_jacko :

 

Audirvana PLus version PC, pourquoi et contexte

J’ai eu le bonheur et la chance de pouvoir tester Audirvana Plus version PC. Pour tout vous dire j’étais à deux doigts de passer à l’univers MAC tant les retours sur ce logiciels sont bons. A en croire nos forumeurs, il s’agit du logiciel de lecture de musique le plus performant et s’il devait partager sa place avec ses concurrents il serait de toute façon parmi les premiers. La patience est souvent récompensée puisque Audirvana Plus est enfin arrivé sur Windows avec en prime sa toute nouvelle interface graphique. Déjà fort d’une ergonomie ultra intuitive, le logiciel devient encore plus convivial.

La philosophie d’Audirvana Plus sur OS X ayant été largement décrite par Patrice_Laric je ne rentrerai pas à nouveau dans les détails. Je vous confirme simplement les atouts d’Audirvana Plus sur Windows : simplicité, ergonomie, intuitif, raisonné et surtout ultra performant. Je vous donnerai tout de même un aperçu de l’interface Windows qui annonce l’ergonomie encore améliorée de cette application.

Mes tests ont été faits sur mon nouveau point audio dématérialisé composé d’un DAC et d’un PC optimisé qui fût à l’origine du dossier HCFR dédié aux ordinateurs Hifi. L’ensemble est alimenté par un filtre Isotek Sigmas GII et la mise en réseau passe par un switch sur alimentation linéaire afin de supprimer les impondérables des alimentations à découpage. L’objectif est donc de limiter au maximum les risques de perte.

Cette configuration PC tourne sur Windows 10 et abrite déjà la dernière version de JRiver Mediacenter ce qui m’a permis de faire des comparaisons. Le DAC en faction est un Sony TA-ZH1ES que nous avons également testé. J’ai choisi ce DAC pour ses performances, sa flexibilité et les différents processing qu’il propose. Autre atout, il est compatible jusqu’au DSD512. Évidemment, il n’est pas question de tester du DSD512 car aucun enregistrement natif n’est disponible. Cependant Audirvana Plus comme JRiver dispose d’un convertisseur DSD pouvant monter jusqu’au X8, soit le DSD512.

 

Audirvana PLus PC, simple ou compliqué, le logiciel pour tous les audiophiles

Une caractéristique très intéressante sur Audirvana Plus est d’aborder les choses simplement mais aussi de proposer une approche plus complexe. Tout dépendra du niveau de l’utilisateur et de sa volonté à approfondir sa démarche.

Theme et Configuration

Tout débute par une installation simple et rapide qui se termine par un système déjà fonctionnel. La gestion du DAC est des plus élémentaire, complète et parfaitement fonctionnelle. Il y a peu d’interventions manuelles durant cette phase mais on peut déjà optimiser son fonctionnement. Notez qu’à cette étape Audirvana Plus propose le mode de décodage spécifique du MQA. Soit l’opération se fait par le DAC, soit le logiciel s’en charge en amont. Une option bien pratique lorsque le DAC n’est pas compatible comme c’est le cas de notre banc d’essais.

DAC et Périphérique Audio

L’ordinateur abritant Audirvana Plus devra être impérativement connecté au réseau et Internet. Les raisons sont évidentes vu les possibilités de fonctionnement et de prise de contrôle par la fonction remote (un autre avantage concurrentiel qui place Audirvana Plus à égalité ergonomique avec JRiver MC). Cet impératif concerne aussi les mises à jour qui se font automatiquement. Loin des options compliquées de certains logiciels, l’approche d’Audirvana Plus est la plus facile qui soit. Le logiciel vous annonce une mise à jour et s’en charge automatiquement. Cela semble évident surtout pour une application destinée aux audiophiles qui ne sont pas obligatoirement technophiles. D’expérience la mise à jour des produits concurrents et des applications en général n’est pas toujours aussi simplifiée.

La navigation est segmentée par des fenêtres thématiques qui simplifient la prise en main et l’usage au quotidien. En un seul clic de souris on accède aux options que l’on souhaite utiliser et comme la signalétique visuelle a été judicieusement pensée, on s’y retrouve instinctivement. Par exemple, la navigation par album ou par artiste se distingue l’une de l’autre par l’usage de vignette de formes différentes. ALBUMS utilise des vignettes rectangulaires, alors que ARTISTES utilise des vignettes circulaires.

Trie par ALBUMS, des vignettes rectangulaires

Trie par ARTISTES, des vignettes circulaires

Le mode LISTE est plus traditionnel, mais il propose les mêmes facilités et actions directes sur les pistes que le mode ALBUMS sur ses vignettes.

Une idée géniale : les vignettes ALBUMS mettent à disposition un accès direct à la lecture, l’ajout aux favoris et d’autres options fondamentales de la gestion des albums.

Lecture et options en directe dans la vignette du trie par albums

Affichage mode réduit, discret et peu encombrant sur le bureau

En plus de votre bibliothèque personnelle, Audirvana Plus intègre des services en ligne. Vous pouvez profiter intégralement de Qobuz, Tidal et Highresaudio. Pour ma part j’ai testé Qobuz via mon abonnement. L’intégration de l’application est complète, ergonomique et performante. L’approche, la réactivité et la simplicité sont même supérieures à l’application proposée par Qobuz. Cerise sur le gâteau, on profite des optimisations Audirvana Plus pour une écoute de qualité supérieure. Nous y reviendrons plus tard. Sachez déjà qu’Audirvana Plus Windows optimise le fonctionnement du DAC au sein de l’OS (comme sur OS X), un environnement à la base défavorable à l’audio. La base : le driver est pris en charge directement sans passer par la gestion Windows, alors que les applications des services en ligne se contentent en général de passer par les routines de l’OS.

Options d’intégration des comptes Qobuz, Tidal et Highresaudio par Audirvana Plus, la simplicité même

Audirvana Plus gère parfaitement Qobuz, Tidal et Highresaudio. Ici la page “découvrir” de Qobuz

Enfin, Audirvana Plus propose de nombreux filtres de recherche et d’organisation. Ainsi il est possible d’aller très loin dans la constitution des playlists. Le tri peut s’aborder de manière simple en restant sur l’ergonomie par défaut de l’application ou en rentrant plus en profondeur dans les options.

Les nombreux filtres de recherche / trie disponible directement dans la page ALBUMS

Les filtres de trie du menu option

 

Audirvana Plus, les écoutes

 

  • Contexte des écoutes : Salle traitée
  • Processeur audio : Denon AVP-A1HD3D Cinemike
  • Amplificateur : 2x Modwright KWA150SE mode mono 450W@8ohm
  • Enceintes : Bowers & Wilkins 803D2
  • DAC : Sony TA-ZH1ES
  • Support : PC Windows 10, cartes USB et réseau JCAT sur alimentation linéaire, filtres PCIe, RAM, ventilateur Elfidelity, blindage et amortissement interne, blindage des câbles.
  • Courant secteur : Filtres Isotek
  • Câblages : DIY, Real Cable, Wireworld
  • Réseau : Switchers Netgear sur alimentation linéaire

Grâce aux fonctionnalités Qobuz intégrées à Audirvana Plus, j’ai effectué mes écoutes à partir de ma bibliothèque mais aussi à partir de mon abonnement “Sublime”. Malgré ma connexion internet limitée à l’ADSL, tout s’est parfaitement bien passé. Autant dire que le nombre de musiques écoutées fut (“est” car j’utilise toujours Audirvana Plus) conséquent. Je ne pourrai donc pas vous établir de playlist. Pour ceux d’entre vous qui utilisent Qobuz, vous pouvez vous référencer aux suggestions, playlists et découvertes proposées par ce service en ligne.

Le contexte des écoutes s’est fait sur mon nouveau point de musique dématérialisée qui se trouve dans ma salle semi-dédiée. Il s’agit d’une salle polyvalente étudiée pour les écoutes Hifi et pour regarder les films. Le traitement y est donc partiel mais c’est mieux que rien ou qu’un salon sans traitement, cas de figure dont je dispose également. Le choix du DAC Sony TA-ZH1ES fût dicté par deux réflexions : choisir un produit que je connais afin d’éviter les aléas, puis budgétaire. Ce DAC ayant bénéficié d’une belle promo j’ai décidé d’être raisonnable. Dans le cadre de notre test d’Audirvana ce DAC tombe à point nommé car il prend en entrée tous les formats upsamplés par le logiciel, dont le DSD512.

J’ouvre une parenthèse qui me semble pertinente dans ce chapitre consacré aux écoutes. L’upsampling, justifié ? Efficace ? Apport audible ? Toutes ses questions reviennent régulièrement sur les forums et les avis sont partagés. Je pense qu’il faut relativiser l’approche au cas par cas et vis à vis du DAC lui même. En effet les DAC utilisent des filtres numériques et peuvent avoir un comportement différent entre PCM et DSD. Ce qui est logique car les filtres qui s’imposent ne sont pas les mêmes d’un point de vu mathématique. Restons donc pragmatiques et admettons que la diversité des machines justifie dans certains cas un upsampling en amont, ce que fait Audirvana Plus de manière remarquable.

J’en viens au fait, aussi bien Audirvana Plus que JRiver MC 24 appliquent les upsamplings en temps réel et en théorie sur la base d’une ressource matérielle relativement équivalente. Le PC que j’utilise est une machine confortable à partir de processeur Pentium i7, ce qu’il faut de RAM et sur une bonne carte mère. La situation est étonnante car Audirvana Plus passe tous les modes d’upsampling dont le plus gourmand en DSD512, en toutes circonstances il n’y a eu aucun problème de fonctionnement. La situation est très différente avec JRiver MC 24 qui démontre des hachures, la musique est inécoutable avec certains modes d’upsampling. Il s’agit peut-être d’une mauvaise configuration, j’avoue ne pas avoir approfondi la question.

Venons-en aux écoutes. Audirvana Plus est sans conteste possible l’un des meilleurs logiciels audiophiles sur ordinateur si ce n’est le meilleur d’un point de vue musical. Première chose importante, les particularités de mon système sont respectées en terme de timbre et de scène sonore. Ce système à base d’enceinte Bowers & Wilkins 803D2 n’a pas la prétention d’être totalement neutre et d’ailleurs la coloration particulière des enceintes a aussi fait leur succès et leur renommée jusqu’à l’actuelle nouvelle série D3 qui change de philosophie. Une source peut altérer les timbres en particulier lorsqu’il s’agit de systèmes utilisant des filtres numériques et des upsamplings. Il s’agit évidemment de matériel dont il faut connaitre les particularités afin d’éviter les déconvenues. Un système audiophile est déjà assez complexe, la source neutre est un avantage dans la logique de sa composition : on supprime une altération supplémentaire au signal. Audirvana Plus joue alors parfaitement son rôle.

Qu’il s’agisse des écoutes avec ou sans processing, Audirvana Plus sait respecter la neutralité du signal injecté au DAC. Ainsi les écoutes se passent comme en présence d’une source numérique haut de gamme bien conçue. Les upsamplings vont surtout agir sur le comportement du DAC suivant le type de format numérique retenu PCM ou DSD. Dans le cas d’un DAC dont le mode de fonctionnement est optimisé pour un format particulier, Audirvana Plus devient un atout majeur de la chaîne audio numérique. Par exemple, le DAC de notre banc d’essais est manifestement optimisé pour le DSD. Il dispose d’ailleurs de son propre convertisseur PCM vers DSD jusqu’à X4 (DSD256). Un même morceau écouté dans son format d’origine PCM et comparé à la conversion DSD offre déjà des variantes d’écoute. En passant par Audirvana Plus il est possible de formater à la source et jusqu’à la définition DSD maximale admissible x8. Dans le cas du TA-ZH1ES il s’agit d’un avantage mineur car la différence d’écoute DSD256 par le DAC et DSD512 par l’application est relative et ténue, mais supposez le même cas de figure avec un DAC ne disposant pas de son convertisseur DSD. Pour accéder au mode optimisé du DAC Audirvana Plus devient alors une arme absolue qui permet de formater toute la bibliothèque, y compris les morceaux lus à partir des services en ligne.

Il n’est jamais facile de comparer deux systèmes proches et dont les différences sont subtiles. Toutefois après un exercice long et fastidieux consistant à passer de JRiver MC 24 à Audirvana Plus j’ai été en mesure d’établir quelques différences. La lecture s’est effectuée sur le natif numérique des morceaux afin de ne juger que les différences dans la gestion des flux numériques. Ces deux logiciels tiennent le haut du pavé et figurent incontestablement parmi ceux qui offrent la meilleure écoute sur ordinateur. JRiver MC 24 est donc déjà excellent et dépasse de loin ce qu’un VLC peut faire par exemple.

Il ne m’est pas possible d’en expliquer les raisons qui sont certainement très techniques et rattachées au code même des logiciels, mais il faut avouer que Audirvana Plus sonne mieux. La différence n’est certes pas énorme, il faut tendre l’oreille et insister durant des heures de tests rigoureux pour s’en rendre compte. Alors que JRiver s’impose dans la dynamique et la précision, Audirvana ajoute plus de naturel dans les transitoires et semble combler des trous dans la fluidité musicale. Les deux applications jouent à armes égales en ce qui concerne les timbres et la scène sonore. Dans les deux cas la restitution est exemplaire. Audirvana Plus meilleur d’un point de vue musical, à mon avis oui. D’autres avis pourraient pencher vers JRiver MC 24, la subjectivité étant alors le maître étalon tant les différences sont subtiles mais effectives.

Ce qui fera la grande différence est lié à l’ergonomie et aux possibilités. Audirvana Plus et sa simplicité, son orientation exclusivement audiophile ? Ou JRiver MC 24, plus complexe, un mediacenter complet, ses visualisations plus sexy et les plugins que l’on peut y ajouter ?

 

Audirvana Plus, la meilleure application audiophile ?

Il s’agira donc de ma conclusion, mais vous n’y trouverez pas une réponse sans nuance. D’un point de vue performance audio pure, Audirvana frappe vraiment très fort. Impossible de ne pas entendre la différence en comparaison d’un logiciel plus conventionnel. Les atouts évidents : gestion parfaite du DAC, une optimisation effective de l’OS, upsampling qui ne pompe pas les ressources en excès … en bref une merveille sonore.

L’ergonomie est également excellente, raisonnée et peut s’aborder avec simplicité ou avec davantage de complexité. Tout dépendra du but recherché. Il y a de riches idées et une visualisation différente suivant les contextes de recherche et d’utilisation qui facilite encore la prise en main et à terme l’usage au quotidien.

Les options dédiées au décodage sont nombreuses, tout ou presque est pris en compte. A nouveau, un usage simple donne d’excellents résultats et une compatibilité parfaite avec le DAC. La personnalisation des paramètres se fait simplement, mais les experts pourront aller plus loin via les réglages plus précis. A l’heure actuelle Audirvana Plus est compatible avec tout et rendra votre DAC compatible avec tous les formats grâces aux possibilités de décodage et de conversion de l’application.

Mon unique petite critique est relative à l’aspect général de l’application. En comparaison avec le mode dit “Theater” de JRiver MC 24, Audirvana Plus reste en retrait et ne dispose des effets de visualisation de son concurrent. Un détail certes, de plus nous écoutons de la musique sur ces applications, l’objectif n’est pas de regarder un écran afficher des visuels et des effets. Il fallait bien trouver un petit bémol … Comme JRiver MC 24 est un Media Center à part entière, nous en resterons là pour la comparaison, car les deux applications ne poursuivent pas tout à fait la même finalité. Pour un usage audio Audirvana Plus est parfait et se hisse aisément sur le haut du podium.

Jeff_jacko
HCFR – Décembre 2018

 

 

– lien vers le sujet HCFR dédié au logiciel Audirvana : http://www.homecinema-fr.com/forum/source-dematerialisee-haute-fidelite-et-dac/audirvana-plus-un-bon-player-francais-t30016374.html

 

 

 

Partager :