Test HCFR de l’EPSON EH-TW9400, projecteur 1080p

Test HCFR de l’EPSON EH-TW9400, projecteur 1080p

Compte-rendu de nicolas_1000k

L’Epson 9400W est le nouveau projecteur à lampe le plus haut de gamme du constructeur. En effet, il existe un modèle laser, l’Epson LS10500 sorti il y a maintenant plus de 3 ans. Sachant que j’avais eu la chance de tester le modèle LS10000 (ici : https://www.homecinema-fr.com/test-du-epson-ls10000-projecteur-laser-home-cinema/) en 2015, celui-ci m’avait fait forte impression.

L’Epson 9400W est vendu 3199€ dans sa version sans fil et 2799€ en version filaire, sa position tarifaire est clairement très agressive face à ses concurrents.

Conditions de test :

  • Salon non dédié traité contre les réflexions lumineuses
  • Ecran Cine-Screen Acoustique 4K Référence (transonore) 240cm Gain 0.91
  • Distance écran/projecteur 3.1m
  • Zappiti mini 4K HDR, PANASONIC DMP-UB700, PCHC GTX1080Ti
  • Sonde i1D3, Luxmètre Multimetrix LM76
  • Appareil photo Canon EOS 600D
  • Logiciel Color HCFR 3.5.1.4
  • Leo Bodnar input lag testeur
  • Firmware projecteur 8Z009564FMWWV101
  • Lampe 42H – 140H

Les proportions de ce projecteur sont différentes de ce que j’ai l’habitude de manipuler. En effet, le projecteur est très large mais peu profond. La finition est très bonne, l’objectif est entièrement motorisé (zoom, focus et lens shift). Même le cache objectif est motorisé. La connectique très complète est placée à l’arrière du projecteur un peu en retrait, cachée derrière une petite trappe. Seul bémol, je n’ai pas pu brancher mon câble hdmi coudé. Attention également à la prise IEC qui est également placée en retrait, empêchant l’insertion des grosses fiches haut de gamme. Au niveau des connecteurs, il y a 2 prises hdmi 2.0b hdcp 2.2, une alimentation pour le boitier sans fil, un connecteur USB, un connecteur RJ45, une entrée PC VGA, un connecteur RS232 pour la domotique et une sortie trigger pour piloter un appareil externe.

La télécommande rétroéclairée donne accès à toutes les fonctionnalités du projecteur. La prise en main est bonne et la finition correcte.

Overscan :

Pas de rognage, la mire est affichée entièrement

 

Shading :

Aucune trace de shading

 

Uniformité :

Mire 0IRE 8sec ISO400

Léger défaut d’uniformité (coin rose en haut à droite) complètement imperceptible pendant la projection d’un film.

 

Mires UHD/4K et convergences :

Les convergences sur ce projecteur sont correctes pour un tri-matricielle. Il est possible de régler électroniquement les convergences mais je n’ai pas réussi à obtenir un résultat convaincant. Je n’ai donc pas utilisé cette fonctionnalité.

Convergences :

zoom sur le centre de l’écran (avant réglages)

zoom sur le centre de l’écran (après réglages)

 

Mesures et calibrations :

Mesures en sortie de carton lampe 42H :

En sortie de carton, le mode le plus juste est le mode « Naturel ». On peut noter la baisse de luminosité (<50%) significative lorsque le filtre de couleur est enclenché pour étendre le gamut.

Le projecteur dispose de tous les outils nécessaires pour le calibrer parfaitement. Éditeur de gamma réglable  sur 9 points :

Température couleur :

Echelle de gris sur les 3 primaires :

Réglage du gamut sur les primaires et les secondaires :

Mesures après calibration du projecteur :

Le contraste séquentiel est bon, sans artifice de modulation avec l’iris ouvert au maximum (> 3600:1).

Avec plus de 1700 lumens calibré D65 REC709 SDR, l’Epson 9400 pourra projeter sur des largeurs bases de maximum 4.2m avec un gain de 1.

Tous les outils disponibles permettent d’atteindre de très bons résultats :

Mesure gamut BT709 après calibration

Mesure gamma après calibration

Mesure RVB après calibration

Mesure température couleur après calibration

Mesure Saturation après calibration

Mesure luminance après calibration

Mesure gamut BT2020 en mode cinéma

Remarque: On peut noter la très bonne couverture du gamut DCI lorsque le filtre est enclenché.

Faute de maîtrise du sujet, je n’ai pas calibré en HDR.

 

Mesures contrastes ANSI :

Il est possible de moduler la puissance de la lampe sur 3 niveaux (ECO, MOYEN et HAUT). De plus, le projecteur est équipé d’un iris manuel permettant de régler la luminosité. J’ai donc mesuré le contraste ANSI dans différents modes :

  • ECO à 14FL (iris à -18)
  • ECO (iris à 0)
  • HAUT (iris à 0)

C’est la première fois que je mesure le contraste ANSI d’un projecteur tri-matricielle transmissif. Les résultats sont très bons, bien que l’influence de l’iris semble avoir un impact négatif.

 

Mires UHD :

Mire UHD originale

Mire UHD projeté par l’Epson 9400

Mire 4K originale

Mire 4K projeté par l’Epson 9400

Mire texte UHD originale

Mire texte UHD projeté par l’Epson 9400

Zoom mire texte projeté par l’Epson 9400

Mire UHD originale

Zoom mire UHD projeté par l’Epson 9400

 

Zoom Mire UHD projeté par l’Epson 9400

Parmi tous les projecteurs tri-matriciel que j’ai testé, l’Espon 9400W n’est pas le plus piqué. Cela dit, son traitement vidéo permet de combler cette faiblesse.

 

Traitements vidéo :

Le traitement vidéo de l’Epson 9400 est très bon. De plus, les possibilités de réglages sont très nombreuses avec 2 algorithmes de réduction de bruit et 2 algorithmes de sharpness.

Test en Bluray :

Source utilisée : PANASONIC DMP-UB700

Réglages projecteur : Lampe Bas, Iris -18, BT709, SDR

Les différents algorithmes disponibles sont efficaces et progressifs. Sur du contenu Bluray, la wobulation peut être désactivée.

Extrait du Bluray Deadpool

Extrait du Bluray Deadpool

Extrait du Bluray Deadpool

Extrait du Bluray Deadpool

Extrait du Bluray Deadpool

Extrait du Bluray Deadpool

Extrait du Bluray Deadpool

Extrait du Bluray Deadpool

Extrait du Bluray Deadpool

 

Il est également possible d’utiliser 2 algorithmes de réduction de bruit :

Epson a également pensé aux personnes qui ne veulent pas se poser trop de questions sur les différents réglages en proposant plusieurs profils prédéfinis :

 

Test en UHD Bluray :

Source utilisée : PANASONIC DMP-UB700

Réglages projecteur : Lampe Haute, Iris 0, BT2020, HDR10

Sur du contenu UHD, la wobulation est imposée. Par contre, les algorithmes sont toujours disponibles et toujours très efficaces.

Lorsque le projecteur reçoit un signal HDR10 (ou HLG), il le détecte automatiquement et bascule sur le bon profil. Il est ensuite possible d’ajuster la courbe EOTF directement pour ajuster la luminosité en fonction de la taille de l’écran :

Extrait du Bluray UHD The revenant

Extrait du Bluray UHD The revenant

Extrait du Bluray UHD The revenant

Extrait du Bluray UHD The revenant

Extrait du Bluray UHD The revenant

Extrait du Bluray UHD The revenant

Extrait du Bluray UHD The revenant

Extrait du Bluray UHD The revenant

Extrait du Bluray UHD The revenant

Extrait du Bluray UHD The revenant

Extrait du Bluray UHD The revenant

Extrait du Bluray UHD The revenant

Extrait du Bluray UHD The revenant

Le traitement vidéo interne est excellent. Il est possible d’ajuster son image un peu à sa guise. Les différents filtres sont progressifs et efficaces, ils ne génèrent pas d’artefact.

 

Interpolation :

Comme toujours, je trouve l’Epson 9400 parfaitement fluide sans avoir besoin d’activer le compensateur de mouvement. Ce dernier est activable sur des signaux jusqu’en FullHD et paramétrable sur 4 niveaux. Même en mode bas, j’ai ressenti des variations de cadences un peu désagréables.

Lorsque le projecteur reçoit un signal supérieur au FullHD comme par exemple de l’ultra haute définition, l’interpolation n’est plus accessible :

 

Bluray 3D :

Malheureusement le projecteur de test n’était pas fourni avec les lunettes 3D, je n’ai donc pas essayé le mode 3D.

 

Niveau sonore :

Étant placé dans un local technique, je ne suis pas le mieux placé pour avoir un avis objectif.

Relativement discret en mode ECO, il se fait plus entendre en mode lampe haut mais le bruit reste contenu.

 

Input lag et jeux vidéo :

Les amateurs de jeu vidéo seront ravis avec une mesure de l’input lag à 28 millisecondes (test effectué en FullHD). De mémoire, c’est la valeur la plus faible que j’ai mesurée sur un projecteur. Si vous jouez en 60 images par secondes le temps de latence sera de 1 image ce qui est très acceptable pour un joueur amateur.

J’ai aimé :

  • Rapport qualité / prix
  • Traitement interne
  • Luminosité
  • Couverture Gamut DCI
  • Input lag
  • Prix lampe officielle (132.30€)

Je n’ai pas aimé :

  • Pas d’interpolation en UHD/4K

Conclusion :

L’Epson 9400W est vraiment une belle surprise. De mon point de vu il est sans concurrent sur sa gamme tarifaire. Très lumineux (sans le filtre DCI activé), avec un bon compromis contraste ANSI, contraste natif. Le traitement vidéo est performant et très modulable. Les films en HDR sont parfaitement exploitables sans calibration. Il y a également la possibilité de le brancher sans fil grâce à son boitier fourni. En fait, je n’ai pas grand-chose à lui reprocher si ce n’est la chute importante de luminosité lorsque le filtre DCI est activé et l’absence d’interpolation sur les signaux UHD/4K pour ceux qui aiment ce genre de procédé.

L’Association des Membres HCFR tient à particulièrement remercier Epson France pour le prêt de ce projecteur.

Nicolas_1000K
HCFR – Juin 2019

– Lien vers le sujet HCFR dédié a l’epson 9400w : https://www.homecinema-fr.com/forum/videoprojecteurs-full-hd/epson-eh-tw7400-eh-tw9400-eh-tw9400w-e-shift-uhd-t30089818.html

 

 

 

Partager :