Test HCFR du FOCAL Stellia, casque fermé

Test HCFR du FOCAL Stellia, casque fermé

Les tests de compatibilité d’amplification

 

Petit changement dans notre approche des tests de compatibilité d’amplification. Nous avons toujours accès à de nombreux amplificateurs, dédiés, nomades ou mixtes Hifi mais l’évaluation ne se fera plus de manière subjective. Nous allons utiliser le MiniDSP EARS comme moyen de mesure de volume d’écoute, ce qui permettra d’utiliser un référentiel de niveau quasiment normalisé.

Le niveau bas est établi à 55 dB et le niveau maximal à 80 dB. Nous avons obtenu les tableaux suivants :

Sur des dispositifs résidentiels, Stellia confirme ses caractéristiques de casque facile à faire bouger. Cette efficience est un avantage, car Stellia ne nécessitera pas de gros amplificateur, bien qu’il soit aussi adapté à certaines grosses moutures. Méfiance tout de même, les amplis très puissants ou à fort gain perdront en souplesse d’ajustement de volume, on se retrouve très rapidement à 80 décibels, au-delà l’écoute est à un volume trop élevé, voire dangereux. Autre risque, si le gain est inadapté il pourra se produire un sifflement ou un souffle.

L’avantage évident est donc de pouvoir faire des économies sur la section amplificatrice et de concentrer le budget sur la source intégrée ou la combinaison transport plus DAC. Vu la précision de Stellia, la qualité de la source sera un point déterminant à ne pas négliger.

En mode nomade Stellia démontre alors un atout irréfutable, car dans ce cas tout type de DAP pourra servir, même avec une puissance d’amplification modeste. Dans notre tableau seul le LH Labs Geek Out GO2A SE semble problématique. Il faut reconnaître que ce micro DAC dispose d’une amplification très puissante et est destiné aux casques difficiles. En réalité il ne s’agit pas tout à fait d’un dispositif nomade.

Stellia hérite donc des avantages de Clear sur ce point, avec une efficience encore plus performante.

Rester bas sur l’ajustement de l’amplificateur est avantageux surtout pour l’électronique. La puissance étant peu sollicitée, la théorie indique une consommation de courant également basse. En théorie donc, car tous les amplificateurs n’ont pas la même conception ni le même comportement, mais normalement cela implique aussi une chauffe modérée dans le cas des électroniques qui présentent cette particularité. L’avantage principal est de pouvoir travailler sur les premiers watts, ou plutôt milliwatts dans le cas des casques. Ainsi la distorsion harmonique reste au plus bas, la conséquence se ressent aux écoutes qui restent alors équilibrées et surtout très agréables.

Ce n’est pas un hasard si Focal a conçu ses casques dans cet objectif. A contrario d’autres modèles très haut de gamme comme l’Abyss ou le Susvara imposent plus de courant et demande l’usage d’électroniques plus puissantes et adaptées. Conséquence, il faut un amplificateur puissant, coûteux, chauffe probable et consommation de courant élevée. A moins d’opter pour un amplificateur dérivé de la classe D comme ceux équipés des modules THX AAA qui sont encore une espèce marginale et difficile à trouver.

D’ailleurs le premier DAC/amplificateur casque de la marque, l’ARCHE, fait en partenariat avec Micromega (une association franco-française que je salue et félicite), n’est pas particulièrement puissant puisqu’il délivre 1 watt pour une charge de 32 ohms. Il s’agit d’une performance dans la moyenne, on trouve facilement plus puissant dans l’écosystème des amplificateurs dédiés aux casques. Cependant l’accent a été porté tout particulièrement sur une compatibilité optimisée par des modes spécifiques à chaque casque Focal. Une section DAC particulièrement soignée et même un support casque Focal enfichable. Un partenaire en théorie idéal.

 

– Lien vers le sujet HCFR dédié du casque focal stellia : https://www.homecinema-fr.com/forum/casques-sedentaires/focal-utopia-stellia-clear-test-hcfr-elear-elegia-t30074075.html

 

 

 

 

Partager :