Test HCFR du FOCAL Stellia, casque fermé

Test HCFR du FOCAL Stellia, casque fermé

Le confort lors de l’utilisation

 

Le confort de Stellia est un sujet qu’il ne serait pas nécessaire d’aborder vu les antécédents absolument irréprochables des casques Focal. La formule étant excellente, la marque de Saint-Etienne part sur une base déjà éprouvée et diablement efficace depuis Utopia.

Quelques changements cependant rentrent en ligne de compte avec comme objectif une harmonie esthétique et une performance sonore propre à Stellia. Le cuir pleine fleur étant au coeur de la démarche.

L’arceau est donc gainé de cuir couleur moka avec une partie intérieure plus sombre (chocolat) perforée. La mousse est souple et réactive, elle confère un excellent confort de port, les perforations aidant à lutter contre l’effet chaud à terme du dispositif. Le poids de Stellia reste raisonnable avec seulement 435 grammes, ce qui est peu compte tenu de la technique mise en œuvre et des matériaux employés, mais tout de même significatif. Grâce à l’arceau, l’ergonomie générale du casque et aux coussinets, ce poids est vite oublié si seulement il fût considéré par l’utilisateur.

Comme l’explique le très détaillé white paper de Stellia, la forme ergonomique du casque vise à optimiser la restitution sonore en termes d’image et de scène. Cette forme contribue également au confort en épousant naturellement la forme du visage.

Les coussinets ont aussi leur rôle à jouer. A nouveau, leur conception tient compte d’objectifs relatifs à la restitution musicale et vise une optimisation de confort. Le cuir sélectionné est de très bonne qualité, souple et doux au contact. Combiné à la mousse des coussinets, le confort devient alors optimal.

L’ajustement de l’arceau permet évidemment une modulation de position des écouteurs en vue de parfaire le confort et d’apporter une universalité du port de Stellia quelle que soit la morphologie de son utilisateur.

Stellia étant membre de la grande famille des casques haut de gamme Focal, nous retrouvons donc la particularité de confort propre à cette gamme de produit. Les choix particuliers à Stellia n’entachent pas la performance acquise et modulée à mesure des nouveaux nés de cette gamme. Pour le dire de manière synthétique, le confort est tout simplement excellent, encore et toujours devrais-je dire, car Focal a exploré et optimisé la problématique depuis longtemps.

 

Les Ecoutes

 

Stellia s’inscrit dans la ligne traditionnelle des casques Focal avec comme atout des transducteurs béryllium dont les propriétés ont fait leurs preuves depuis Utopia. C’est à dire une écoute qui frise la perfection dans le respect des timbres et des textures sonores. Nos mesures le démontrent d’ailleurs de manière évidente. Stellia table sur une régularité soutenue avec tout de même quelques soubresauts de faible amplitude dont l’incidence auditive reste imperceptible.

L’efficience fondamentale de ce casque lui confère une dynamique soutenue qui va assurer le maintien des rythmiques et appose une superbe restitution des détails. Les transitions sont tout autant marquées, sans traînage ce qui renforce encore le réalisme et l’intelligibilité musicale. Les instruments sonnent juste et de manière exacte sans coloration ni altération. C’est surtout le plaisir d’écoute qui en profite, car bien que globalement neutre, Stellia est un casque avec lequel on ne s’ennuie pas. On peut même dire que Stellia a du répondant et sait donner du punch aux écoutes : une dynamique bien dosée, sans perception de distorsion qui tient bien les rythmes. L’amplitude également présente et remarquable dans son exécution permet de juxtaposer les bases d’écoutes polyvalentes du rock au classique en passant par tous les intermédiaires (j’ai bien évidemment écouté davantage de morceaux que la playlist exposée dans ce test). C’est à mon avis l’objectif de tout bon système de reproduction musicale, ce que l’on appelle Hifi. Si le signal est bien reproduit, le système se doit d’être capable de tout reproduire ou de jouer de tous les genres. Un exercice qui n’est pas évident et implique des préférences matérielles inévitables et parfois discriminatoires. Avec Stellia le risque est moindre, ce qui semble assez évident au vu des mesures préliminaires aux écoutes.

La performance la plus remarquable de Stellia vient de son équilibre tonal sur lequel les fréquences sont reproduites avec une équivalence énergétique presque parfaitement équivalente et identique. Les waterfalls indiquent aussi un amortissement temporel de bonne facture malgré quelques traînages, mais dont les amplitudes s’inscrivent au niveau du négligeable. Ceci dit l’équilibre tonal est une chose, faut-il encore que la reproduction des registres soit bonne. Stellia donne évidemment le meilleur de ce qu’on peut attendre d’un casque fermé. Il faut dire que la conception des transducteurs et des chambres (ear cups) très élaborée et innovante se doit d’être efficace. A mon avis, concevoir un casque fermé de la trempe de Stellia requiert une étude plus complexe qu’un casque ouvert, la chambre apportant des avantages, mais aussi des contraintes de fonctionnement des transducteurs (les irrégularités que nous avons mesurées).

Avec Stellia pas d’inquiétude, les registres sont excellemment bien reproduits. A commencer par les graves francs et soutenus, sans excès. Rien de basseux ni boomy avec Stellia alors que certains casques fermés ont tendance à accentuer le bas du spectre, comme les Fostex série TH ou le Sony MDR-Z1R par exemple. Il faut évidemment savoir ce qu’on recherche avant d’opter pour un casque, car la signature sonore est souvent colorée bien que depuis quelques références la tendance vise la neutralité tonale. La part belle des casques dans l’univers Hifi aurait-elle enfin main mise sur des concepteurs dont la philosophie respecte justement la signification du terme « Hifi » ? C’est le cas de Stellia, assurément. Revenons aux graves délivrés par Stellia dont la reproduction se passe de toute critique. A noter que la dynamique s’impose également sur ce registre. Le bas est donc reproduit avec fermeté et énergie. Ainsi aucune basse traînante, l’impact est franc, mesuré et précis. Comme l’équilibre tonal est très linéaire, les graves restent à leur place sur la perception générale, sans manque ni excès.

Les médiums présentent également des qualités issues directement de la linéarité et de la neutralité de Stellia. L’accent est également porté sur le réalisme et l’exactitude des timbres. Ainsi la texture instrumentale et vocale est parfaitement reproduite. Le réalisme porte sur une sensation organique et une présence affirmée des interprètes, musiciens et chants. Stellia est décidément un bien bel instrument de reproduction musicale. Je suis d’ailleurs assez étonné car mes écoutes se sont faites sur un petit amplificateur, certes bien conçu mais dont le prix ne dépasse pas les 250 $. Bien évidemment, ce qui se place en amont est plus élaboré et plus coûteux. Mais preuve que l’objectif est une compatibilité fonctionnelle en dehors de toute considération de prix. Stellia a cet avantage : nul besoin d’un amplificateur puissant, il faut qu’il soit bon. L’appairage avec l’Arche doit être vraiment intéressant et excellent à l’écoute. Sur ce registre la dynamique se ressent à nouveau, un élément important, car ainsi la répartition et l’ampleur énergétique démontre un fort équilibre. En effet l’équilibre tonal ne peut pas se juger uniquement sur le critère des niveaux absolus, il faut également une dynamique et une distorsion équivalente (la plus basse possible en ce qui concerne la distorsion). Avec Stellia nous sommes bien servis ! Un détour sur du Métal ou encore plus distordant le démontre. L’écoute garde son confort malgré les sonorités de nature agressive. Même face à une recrudescence d’énergie, Stellia maîtrise son affaire et maintient le ton afin de subvenir à de très longues écoutes même sur ce style musical plutôt physique. On en revient à la polyvalence acquise par l’équilibre, la neutralité tonale, la dynamique parfaitement dosée et linéarisée.

La somme des qualités issues de la conception de Stellia conduit à des aigus tout aussi bien reproduits. Le white paper explique de manière très détaillée la démarche et les moyens complexes mis en oeuvre. Notamment la conception de la chambre qui va résoudre le problème des ondes stationnaires, du retour vers la membrane de certaines fréquences et des autres défauts rattachés à un design clos. Le résultat est tout simplement exemplaire et peut-être ce que j’ai écouté de mieux sur un casque fermé. Focal explique que la rigidité accrue des chambres joue aussi un rôle. Stellia utilise une armature design en acier inoxydable sur la partie extérieure de la coque. Cet élément additionnel est primordial, car ce matériau présente une excellente rigidité, d’autres comme FINAL l’utilisent aussi dans ce but. Avec Stellia nous avons donc un haut du spectre dynamique, précis, détaillé, très réaliste et surtout ne présentant pas une once d’agressivité. L’écoute est limpide, parfaitement intelligible, présente et d’un confort absolu. Pourtant nos mesures montrent une réponse toujours soutenue aux aigus alors que d’autres casques optent pour une pente qui vise à briser la dureté des écoutes en jugulant la réponse en fréquence. Avec Stellia Focal opte pour une linéarité constante, possible grâce à la maîtrise des composantes fondamentales en audio, et ils ont eu bien raison, vu le résultat d’écoute obtenu. Prouesse rare et fortement appréciée sur ce casque fermé !

Dernière réflexion, la scène sonore. Stellia n’est pas en reste et bien que limité par sa conception close, la performance est étonnante s’approchant de peu des capacités des casques ouverts. Sur le point de l’image sonore, il n’y a rien à redire, stéréophonie et spatialisation sont excellentes et parfaitement cohérentes. Le positionnement des éléments sonores des enregistrements est parfaitement localisable tant que le mixage le permet. La formule ergonomique opté par Focal continue donc de faire son office et délivre toujours une performance exempte de défaut bien que l’on part d’un design fait d’origine pour les casques ouverts. Le véritable challenge d’un casque fermé est d’arriver à tabler sur l’ouverture et l’amplitude de la scène sonore. Une dimension immersive difficile à obtenir à cause des limites inhérentes à la chambre et ses effets secondaires indésirables. Focal a résolu tout ou en partie ces problèmes afin d’arriver à une performance immersive s’approchant des casques ouverts. Nous ne sommes pas encore au niveau des meilleures références ouvertes du marché dans ce domaine comme Utopia, mais la performance de Stellia dépasse largement la moyenne haute constatée sur les casques fermés. Combiné au respect du signal et l’équilibre tonal, je ne pense pas avoir écouté un casque combinant ainsi ses critères fondamentaux. Très honnêtement, sans référentiel instantané il n’est pas possible d’imputer à Stellia un défaut dans sa caractérisation de la scène sonore. A noter également une excellente aération, bien que dynamique comparée à d’autres casques.

En écoute nomade nous retrouvons, évidemment, les qualités de Stellia. L’élément déterminant sera bien entendu la performance du DAP ou du dispositif mobile de manière générale. Stellia étant fondamentalement précis et exact, je vous conseille l’usage d’un appareillage de qualité, car en cas de défaut Stellia sera intransigeant sur la reproduction. Il n’est pas dit qu’il faudra un lecteur coûteux, mais équipé d’un étage de décodage de bonne facture, une amplification de 30 mW étant largement suffisante. Le choix des produits compatibles est alors vaste, Stellia est virtuellement compatible avec tous les DAP du marché. Ceci dit et d’après mes écoutes, un produit haut de gamme se montrera bénéfique suivant sa conception. Le Sony NW-WM1Z que j’utilise fait encore partie des meilleurs DAP disponibles. j’ai également écouté Stellia sur l’excellentissime Cayin N8 à étage tube avec des résultats tout simplement fabuleux. Certes ces deux DAP présentent un coût au moins égal à celui de Stellia, mais le résultat témoigne de l’impératif qualitatif de la source.

Malgré son gabarit Stellia présente les caractéristiques idéales d’un casque fermé Hifi fait pour le voyage « de grande classe ». Il n’est pas fait pour une écoute dans un bus ou un usage nomade qui limite la taille du matériel. Plutôt avec un appareillage audiophile que l’on peut apporter avec soi lors d’un déplacement.

 

– Lien vers le sujet HCFR dédié du casque focal stellia : https://www.homecinema-fr.com/forum/casques-sedentaires/focal-utopia-stellia-clear-test-hcfr-elear-elegia-t30074075.html

 

 

 

 

Partager :