Test HCFR JVC DLA-Z1, projecteur 4K_laser, THDG, (avec video inside)

Test HCFR JVC DLA-Z1, projecteur 4K_laser, THDG, (avec video inside)


Il est toujours plaisant d’avoir la chance de tester du matériel d’exception, ce fut le cas avec ce projecteur DiLA JVC DLA-Z1… Premiers projecteur JVC 4K, « Lampe » Laser, Optique Verre, 40 Kg et une carrure imposante, on voit de suite qu’on est dans la cours des grands !

Une fois n’est pas coutume nous avons décidé de réaliser une vidéo pour une partie de ce test. Il est bien évident que cette vidéo ne reflète pas l’intégralité de nos essais, nous l’avons tournée la veille et en marge de l’Assemblée Générale HCFR du 13 Mai. Vous y verrez une présentation du produit ainsi que le travail sur les convergences et les alignements, la partie réglages et calibration s’étant faite plus en amont. Nous avons aussi passé pas mal de temps à tester différents câbles, en effet la 4K ainsi que l’upscaling/upsampling couleurs et composantes impose des débits tels que certains câbles posent des soucis, ce sera un paramètre à prendre en compte selon votre configuration. On notera que le DLA-Z1 est assez long et « susceptible » quant à la synchronisation HDMI et ce quelques soit le câble utilisé, c’est un point qui nous a gêné en mode test/démonstration mais ne devrait pas être pénalisant au quotidien.

Le DLA-Z1 à été mis en œuvre dans une salle que vous commencez à connaître, celle de votre serviteur. C’est un environnement dédié de 4m50*6m50, une constitution « box in a box » et des traitements acoustiques adapté à une reproduction sonore la meilleure possible. Le projecteur habituel est un Sony 520es (UHD/4K donc), avec un préampli Yamaha CX-A5100 dans un environnement de type Atmos 7.1.4 avec un ensemble d’enceintes JBL Synthesis One, deux Caissons à Base de JBL 12’’ et des amplis Yamaha et Peavey Pro.
L’écran Trans-sonore en 16/9eme de 3m60 de base est composé d’une toile tendue « Chris 24 » bien connue sur le forum. Enfin coté sources nous avions utilisé deux des meilleures sources UHD du moment, le Panasonic 700 et Oppo 203 avec quelques passages sur PCHC. Voilà pour le décor.

J’ai commencé par laisser monter en température le DLA-Z1 pour ensuite m’attaquer à différentes mesures et, surtout, sa calibration. Il n’était pas très bien réglé d’origine mais il est difficile de lui en faire reproche tant ces exemplaires de prêt sont manipulés… Le DLA-Z1 est équipé d’une auto-calibration, en utilisant le logiciel adapté (JVC) ainsi que la sonde adéquate, il est possible de laisser la calibration se dérouler et je dis dire que les résultats sont plutôt bon… Seul regret, la sonde utilisée (Spyder 5) fait une mesure directe du faisceau et donc ne tiens que marginalement compte de l’écran. J’ai donc ensuite utilisé le logiciel ColorHCFR et une sonde Eye One Display Pro pour affiner les résultats. Ceci dans les différents modes, DCI, HDR, etc…

Ensuite place au spectacle et c’est vraiment du grand spectacle ! Armé d’une demi-douzaine de BluRay UHD et d’extraits divers. La première chose qui m’a frappé, c’est la précision chirurgicale du DLA-Z1, les matrice 4K parfaitement maîtrisées couplées à une optique verre font la différence, mon Sony est dépassé sans l’ombre d’un doute et s’il est difficile de faire un tel exercice de mémoire, je pense qu’il en est de même du Sony 1100 que j’ai pu longuement manipuler il y a quelques mois… Avec une telle précisions, l’apport de la 4K native est indéniable, certes les traitements d’upscaling du Z1 sont d’excellente facture mais on est un cran au-dessus avec un vrai master 4K.

Le deuxième point remarquable est la puissance lumineuse disponible, sur nos 3m60 le Z1 ne semble pas avoir de limite, y compris en mode HDR !!  De plus aider par une parfaite maîtrise du procédé Laser (je suppose) JVC nous permet de moduler cette puissance et ainsi aller chercher des détails insoupçonnés dans le contraste intra-image. Certes à plus de 35k€ on peut regretter un niveau de noir qui pourrait être meilleur, attention, il est très loin d’être mauvais mais on reste un poil sur notre faim. On peut d’ailleurs saluer les capacités techniques de la gestion Iris (mécanique) et puissance du laser pour adapter dynamiquement le contraste de belle manière. Petit bémol concernant la chauffe et le bruit en mode haut, néanmoins ce dernier ne nous à pas paru nécessaire ni visuellement ni aux mesures pour la plupart des installations « domestiques ».

C’est vraiment une machine exceptionnelle que nous a mis à disposition JVC, pas parfaite certes mais on est dans du très (très) haut niveau pour du home-cinéma. Cela vaut il le coup de changer mon Sony ? Assurément au regard des résultats, néanmoins ce dernier et loin de faire pale figure et selon mes critères, le jeu n’en vaut pas la chandelle… Pour l’amateur un peu fortuné, n’hésitez pas vous ne pouvez pas être déçu.

–Laric 

 

– Lien vers le sujet HCFR dédié au JVC DLA-Z1 : https://www.homecinema-fr.com/forum/projecteurs-uhd-4k/jvc-dla-z1-projecteur-thdg-4k-hdr-laser-liens-post-1-t30078022.html

 

 

 

Partager :