Test HCFR du Trinnov Altitude 16, pré-ampli_processeur audio 16 canaux

Test HCFR du Trinnov Altitude 16, pré-ampli_processeur audio 16 canaux

Les écoutes

Pas facile de rester objectif en pareil cas, d’autant plus si l’on ajoute le changement de mon amplification par le bloc Trinnov Amplitude 8m modifiant le rendu de mes écoutes par rapport à mes habitudes. Il m’a donc fallu un temps d’adaptation.

a- En HC :

Pour être franc, il ne m’a pas fallu longtemps pour avoir d’emblée quelques conclusions.

L’ensemble a indéniablement gagné en clarté et définition. Rien ne traîne, les graves n’entrent pas en résonances avec la pièce. Il en découle de manière assez surprenante, un véritable plaisir d’écoute qui me fait enchaîner les films de manière déraisonnable tant il n’y a pas de fatigue auditive.

Dans un premier temps je faisais se succéder des extraits références puis j’ai préféré notamment avec mes enfants voir des œuvres intégrales quand cela était possible. L’impression de spatialisation, de cohérence d’ensemble transformait mon système que je pensais correct voire bon (et qui l’est surement à mes oreilles tout du moins) en quelque chose d’autre et de meilleur à bien des égards.

Les attaques sont franches, les dialogues ressortent admirablement bien. Chose importante pour moi qui suis en appartement (immeuble où il n’y a qu’un appartement par étage), la capacité à avoir un rendu homogène et défini même à bas niveau. Or cela le Trinnov le fait très bien.

Une inconnue de taille mérite toutefois d’être mentionnée :

en effet beaucoup de choses ont été modifiées dans mon système : câbles d’enceintes, amplification, bi amplification… faisant qu’il n’est pas aisé de déterminer l’impact précis de telle ou telle modification.

On a donc droit à un spectacle magistral, dynamique, où les détails fusent et s’expriment de tous bords ce qui absorbe davantage le spectateur. La technique s’efface donc au profit du plaisir et de l’écoute. La scène dans la Guerre des mondes BR DTS HDMA où le tripode sort de terre avec les éclats de vitres, puis le pont volant en éclat est très impressionnante.

Ainsi à la différence des écoutes stéréo où j’ai isolé davantage les extraits/morceaux choisis, j’ai privilégié au final avec l’Altitude16 en HC les longues écoutes sur des films, afin de profiter au mieux de cet appareil et mesurer le plaisir qu’il pouvait distiller dans ce registre où clairement il excelle.

 

b- En hifi :

Sur cette partie là on retrouve assez logiquement tous les avantages constatés avec le HC. Cependant j’ai été plus dérouté en HiFi.

Je connais bien les capacités de mes blocs mono et de mon Oppo HA1 version Audiocom avec mes S1ex. Or le résultat avec l’Altitude 16 est assez différent de ma configuration habituelle.

En effet je dissocie habituellement ma partie HC de la HiFi par un switch de chez Dodocus (je recommande chaudement cette dernière pour ce type d’appareil, superbe construction et rendu remarquable de transparence) pour mes enceintes avant L et R le tout câblé en Audio sensibility Statement.

Cela me permet d’avoir mes blocs mono, mon HA1 et mon Sonica indépendants de mon intégré. Tout d’abord l’entrée analogique xlr reliant le HA1 à l’Altitude me faisait perdre en dynamique. Je devais donc augmenter le volume pour retrouver un niveau de détails satisfaisant et ce de manière assez conséquente.

Le préampli du Trinnov bien que performant, offre un rendu de grande qualité mais qui manque à mon sens de davantage de finesse dans l’articulation, dans la subtilité de certains messages. Les voix sont superbement rendues au demeurant, la scène sonore est large mais c’est différent. Je suis plus pointilleux sur le rendu en HiFi qu’en HC.

Sur les concerts  live BR et DVD (Adèle Live at the Royal Albert Hall –BR en DD 5.1-, Motown La véritable histoire –Dvd, DTS 5.1 ou bien Paul Kalkbrenner 2010 A live documentary (BR, DTS HDMA 7.1) –artiste allemand de la scène techno, superbes performances dans différentes villes d’Europe), l’Altitude magnifie le rendu du fait de son extraordinaire capacité à retranscrire l’ampleur et la dynamique d’une salle de concert, mais aussi sur l’intimité de certains morceaux.

Il en allait de même pour des albums cd live (M.Petrucciani, S.Gadd & A.Jackson Trio in Tokyo en Jazz notamment, superbe trio qui prend plaisir à jouer) où l’atmosphère de la salle et les émotions des artistes et du public ressortent très bien. Autre point référence pour moi : un concert Jazz enregistré dans un bar Charlie Haden & Kenny Barron Night and The City, où l’on entend les verres, les voix des musiciens jouer. Le Trinnov rend là aussi très bien cette ambiance feutrée et intimiste.

Il m’a toutefois manqué du temps pour peaufiner mes écoutes HiFi et nuancer mes impressions.

Sur des morceaux denses en grave (je pense en particulier à l’album d’un artiste Taiwanais Yim Hok-Man Poems of thunder – où le premier morceau dure 10 min « Poem of Chinese Drum » sur des tambours chinois alternant force et douceur et faisant vibrer véritablement les fauteuils ; un bel outil de test à mon sens), le Trinnov excelle dans ce registre on le sent très à l’aise.

L’Altitude 16 dispose donc d’atouts sur certains types de contenus musicaux.

 

Conclusions

Je n’ai peut être pas été assez disserte sur la mise en œuvre et sur l’aspect technique. Mes limites sont vite atteintes en termes de technicité.

Alors que dire de cet Altitude16 en appartement et en bi amplification dans une installation 7.1 ?

J’ai clairement été séduit par le produit qui s’avère très polyvalent, bien fini et qui surtout opère une correction acoustique de premier ordre et optimise le rendu d’un système de façon très performante. Avec un Altitude 16, certes il y aurait des compromis à faire notamment en HiFi, mais la somme des avantages en fait véritablement une pièce maîtresse d’un système haut de gamme. Quel meilleur repère du plaisir d’écoute quand le temps qui s’écoule n’est plus perçu !

Les bandes son de films sont magistrales. Je sais donc dorénavant le résultat que peut donner mon installation avec de tels outils et celui-ci me convient grandement.

Aujourd’hui revenu à ma précédente configuration (modifiée à la marge ceci dit), je n’ai pas retrouvé le rendu du Trinnov, il manque un je ne sais quoi de  définition et d’aisance. Il serait injuste de dire que je n’en profite plus, de discréditer mon installation. Elle me procure bien du plaisir, mais je sais que je peux avoir mieux avec ce que j’ai…mais à un certain prix.

En HiFi je suis revenu en terrain connu, et je confirme mes dires précédents, je préfère le rendu plus audiophile de ma configuration HiFi.

Si j’en avais les moyens je crois que je sauterais le pas, par soucis de simplification et d’optimisation (WAF oblige et moi aussi, en pièce de vie, pas de basses trap et autres éléments acoustiques disgracieux !). Je n’ai pas testé le DAC du Trinnov pour ladite partie HiFi.

Ainsi, l’Altitude16 que j’ai eu l’honneur de pouvoir tester et dont j’ai profité pendant près d’une semaine, m’a comblé et s’est avéré un outil des plus performants pour qui ne dispose pas (par choix, par « espace »…) d’environnement dédié et très appréciable au quotidien.

Il faudrait voir avec quelle amplification le raccorder. L’Amplitude 8m de Trinnov dont ce n’était pas le test ici, est bon, esthétiquement en accord avec l’Altitude 16. Mais au tarif auquel il est proposé il est peut-être possible d’avoir mieux/différent. A méditer. Peut-être aussi ce dernier a-t-il participé de mes impressions parfois mitigées en écoutes stéréo.

Les plus :
  • Fonctionnalités
  • Suivi par Trinnov et donc pérennité du produit
  • Interface de grande classe
  • Transcende une installation
  • Rendu global et cohérence d’ensemble
  • S’adresse au « presque novice » comme au spécialiste
  • Pilotable par télécommande, tablette ou Smartphone
  • Switch hdmi transparent et compatible UHD/HDR
  • Multiplicité des presets possibles
  • Excellent sur les concerts live ou autres.

 

Les moins :
  • Prix (point relatif suivant les moyens et impératifs des uns et des autres)
  • Un rendu hifi stéréo bon mais dont on attendrait davantage
  • Connectique XLR (disposer de sorties RCA auraient été aussi judicieux pour s’adapter au plus grand nombre…le coût aurait-il été bien plus important ?)
  • Choix de l’amplification à peaufiner/méditer selon les goûts et attentes de chacun.

 

Cyrille_roseaux
HCFR – Mai 2019

 

 

– lien vers le sujet HCFR dédié au processeur Trinnov Altitude 16 : https://www.homecinema-fr.com/forum/son-audio-preamplificateurs-decodeurs-homecinema/trinnov-altitude-16-proc-16-canaux-test-hcfr-en-cours-t30094625.html

 

 

 

Partager :