Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités

Musique enregistrée : BLURAY, CD & DVD musicaux, interprètes...

Mazurkas de chopin...

Message » 03 Fév 2003 14:52

Je suis tres depité... Depuis quelques temps j'essaie de trouver une version convainquante des mazurkas de chopin, et j'y arrive pas... J'en ai essaye quelques unes, mais sans arriver à trouver ce que je cherche...
Connaissez vous une bonne version de ces mazurkas ??

Arantius

PS : j'ai entendu parler de l'interpretation de Ashkenazy, qu'en est-il ?
arantius
 
Messages: 151
Inscription Forum: 11 Sep 2002 21:47
Localisation: besançon
  • offline

Annonce

Message par Google » 03 Fév 2003 14:52

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 03 Fév 2003 16:01

Ahskenazy? Affreux... piano athletique, sans subtilite, son glauque et ferraillant...

Pour l' integrale : Rubinstein, chez RCA, la version stereo reste la plus parfaite dans son acclimatation au salon des rythmes populaires et des harmonies savantes de Chopin (2 ou 3 CD).

Luisada chez DGG : quelques eclairs de genie et pas mal de chichis... (3 CD)

Magaloff chez Philips : supreme elegance, un peu trop de salon, mais admlirable et pas disponible en dehors de l'integrale pour piano...

En versions separees : on n'est pas sorti de l' auberge...

Horowitz, Novaes, Kapell en ont enregistre quelques-unes chacun qui sont des tresors...

Alain :wink:
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 03 Fév 2003 19:40

Et il y a un disque fabuleux de Arturo Benedetti-Michelangeli chez DG, avec une face avec 1 prélude op45, 1 balade op23, 1 scherzo op41 géniale et une face avec une dizaine de Mazurkas. Ce n'est pas l'intégrale mais c'est du grand piano.
Ce disque a été repris en CD en version simple et a été inclus dans le coffret de 10 CD Benedetti-Michelangeli chez DG édités pour Noël.

Sinon rien à ajouter à ce qu'a déja dit Alain.
JohnTChance
 
Messages: 487
Inscription Forum: 04 Déc 2000 2:00
Localisation: Paris
  • offline

Message » 03 Fév 2003 20:39

Merci beaucoup pour ces precisions... Il ne me reste plus qu'à trouver ces disques...

A+
Arantius
arantius
 
Messages: 151
Inscription Forum: 11 Sep 2002 21:47
Localisation: besançon
  • offline

Message » 04 Fév 2003 13:59

JohnTChance a écrit:Et il y a un disque fabuleux de Arturo Benedetti-Michelangeli chez DG, avec une face avec 1 prélude op45, 1 balade op23, 1 scherzo op41 géniale et une face avec une dizaine de Mazurkas. Ce n'est pas l'intégrale mais c'est du grand piano.
Ce disque a été repris en CD en version simple et a été inclus dans le coffret de 10 CD Benedetti-Michelangeli chez DG édités pour Noël.

Sinon rien à ajouter à ce qu'a déja dit Alain.



Sublime disque et je m'en veux de l'avoir oublié... et en plus bien enregistré ce qui est rare chez DG pour le piano dans ses années là...

Alain :wink:
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 08 Fév 2003 11:32

Difficile en effet de faire mieux que Michelangeli sur le sujet.
Je ne sais pas si nous aurons jamais une grande intégrale des Mazurkas.
On peut même se demander l'intérêt d'une telle démarche.
Il ne s'agit pas réellement d'un cycle devant être joué comme tel.
Nous devrons probablement récolter quelques perles au gré des recitals consacrés à Chopin, au premier rang desquels je recommande celui du jeune pianiste norvégien Leif Ove Andsnes (Virgin Classics 7243 5 61618 2 5) avec de sublimes études en prime (les meilleures depuis Cortot).
eusebius
 
Messages: 67
Inscription Forum: 31 Jan 2003 22:51
Localisation: Paris
  • offline

Message » 08 Fév 2003 11:56

eusebius a écrit:Difficile en effet de faire mieux que Michelangeli sur le sujet.
Je ne sais pas si nous aurons jamais une grande intégrale des Mazurkas.
On peut même se demander l'intérêt d'une telle démarche.
Il ne s'agit pas réellement d'un cycle devant être joué comme tel.
Nous devrons probablement récolter quelques perles au gré des recitals consacrés à Chopin, au premier rang desquels je recommande celui du jeune pianiste norvégien Leif Ove Andsnes (Virgin Classics 7243 5 61618 2 5) avec de sublimes études en prime (les meilleures depuis Cortot).


Je dirais p'têtre pas qu'Andsnes ait fait des études qui soient les meilleures depuis Cortot années 30 (une de mes idoles pianistiques)... tu oublies l'opus 25 de Freire, les opp. 10 et 25 par Lugansky et quelques autres (dont de fantastiques et irrégulières par Samson François...)... et s'il fallait un enregistrement idéal il serait consituté de l'association de plusieurs pianistes...

Michelangeli dans les Mazurkas? Sublime assurément... Mais si tu écoutes celles d'Horowoiz, de Novaes, de Friedman et quelques autres encore en versions isolées, il sera difficile de dire qu'un seul pianiste est le plus grand.

Quant aux intégrales : il me semble quand même que Rubinstein est aussi bon et intéressant que les quelques "génies" cités plus haut...
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 09 Fév 2003 16:31

Sans vouloir faire de pub mal placé, mais le disque de Michelangeli est en ce moment à moins de 10 euros à la FNAC.
A ce pris là, ne pas l'acheter est un crime :wink:
JohnTChance
 
Messages: 487
Inscription Forum: 04 Déc 2000 2:00
Localisation: Paris
  • offline

Message » 09 Fév 2003 17:15

J'ai un peu de mal avec Lugansky.
Il y a quelque chose de compact dans la sonorité de ce disque (à comparer au concert).
Ca féraille, c'est opaque, épais et manque à mon goût de simplicité et de force (malgré le bruit) de persuasion.
Il faut comparer avec les différentes versions de Cortot pour comprendre.
Mais je suppose qu'il faut de tout pour faire un monde et satisfaire tous les appétits.
En voulant objectiviser, on pourrait même reprocher à Michelangeli un certain maniérisme dont s'affranchira le jeune Pollini, à citer également dans ces cycles.
eusebius
 
Messages: 67
Inscription Forum: 31 Jan 2003 22:51
Localisation: Paris
  • offline

Message » 10 Fév 2003 13:22

eusebius a écrit:J'ai un peu de mal avec Lugansky.
Il y a quelque chose de compact dans la sonorité de ce disque (à comparer au concert).
Ca féraille, c'est opaque, épais et manque à mon goût de simplicité et de force (malgré le bruit) de persuasion.
Il faut comparer avec les différentes versions de Cortot pour comprendre.
Mais je suppose qu'il faut de tout pour faire un monde et satisfaire tous les appétits.
En voulant objectiviser, on pourrait même reprocher à Michelangeli un certain maniérisme dont s'affranchira le jeune Pollini, à citer également dans ces cycles.


Etrange ces qualificatifs... quant à Cortot, ayant tous ses enregistrements, sauf le premier où il accompagne Felia Litvine, et étant un fan quasi absolu, je ne dirais pas que ces études ne sont pas géniales, mais dire qu'Andsnes est le premier depuis Cortot m'apparaît un peu excessif... car on pourrait reprocher a ce pianiste un certain manque d'imagination sonore...

Pollini, dans ces études? Lui-même dit qu'il a énormément de mal avec ce disques dont il dit "on entend trop toute les notes et le son est trop dur". On ne saurait le contredire... même si évidemment la réalisation pianistique est difficilement attaquable. Comme celle de Duchable du reste... ils font bien quelques arrangements parfois, rares, mais pianistiquement ça décoiffe...

POur Michelangeli, je suis bien d'accord (il n'a pas enregistré les etudes), ce qui me fait sourire c'est ça réputation d'être un fanatique de la précision du texte... quand il prend de très nombreuses libertés... ce dont il serait sot de se plaindre, du reste...

Alain :wink:
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 11 Fév 2003 14:25

La sonorité du jeune Pollini restera pour moi un mystère.
Je ne l'ai entendu pour la première fois en concert que bien plus tard, il y a environ une dizaine d'années, notamment dans les Préludes de Chopin et la version de piano de Petrouchka. C'était magnifique de concentration et de profondeur. Je n'oublierai jamais le deuxième prélude interprété avec lenteur et un sens du tragique véritablement impressionants.

La sonorité était très belle, ample et précise, un peu comme ce que l'on entend de nos jours dans ses interprétations au disque (ballades de Chopin, les derniers Schumann, magnifiques également).

Alors je ne saurais dire si le jeu a évolué ou si les prises de son sont meilleures. Peut-être un peu des deux.

Il n'empêche que certains disques anciens, lorsqu'ils sont reproduits avec un système vraiment performant, offent une palette de couleurs, une dynamique subjective et une expression musicale tout à fait extraordinaires.

Je pense par exemple aux 5 dernières sonates de Beethoven et plus précisément à l'adagio sostenuto de l'Hammerklavier, que je classe tout en haut avec Nat (EMI) et Richter (live BBC Legend).
eusebius
 
Messages: 67
Inscription Forum: 31 Jan 2003 22:51
Localisation: Paris
  • offline

Message » 11 Fév 2003 17:27

eusebius a écrit:La sonorité du jeune Pollini restera pour moi un mystère.
Je ne l'ai entendu pour la première fois en concert que bien plus tard, il y a environ une dizaine d'années, notamment dans les Préludes de Chopin et la version de piano de Petrouchka. C'était magnifique de concentration et de profondeur. Je n'oublierai jamais le deuxième prélude interprété avec lenteur et un sens du tragique véritablement impressionants.

La sonorité était très belle, ample et précise, un peu comme ce que l'on entend de nos jours dans ses interprétations au disque (ballades de Chopin, les derniers Schumann, magnifiques également).

Alors je ne saurais dire si le jeu a évolué ou si les prises de son sont meilleures. Peut-être un peu des deux.

Il n'empêche que certains disques anciens, lorsqu'ils sont reproduits avec un système vraiment performant, offent une palette de couleurs, une dynamique subjective et une expression musicale tout à fait extraordinaires.

Je pense par exemple aux 5 dernières sonates de Beethoven et plus précisément à l'adagio sostenuto de l'Hammerklavier, que je classe tout en haut avec Nat (EMI) et Richter (live BBC Legend).


J'ai entendu Pollini, salle Gaveau dans le début des années 70, et sa sonorité était magique... Bien différente de celles des disques de l'époque chez DGG, enregistrés de façon éprouvante...

Dans les dernières sonates, je mettrais surtout son Opus 101 au dessus de bien des versions légendaires. Pour la Hammerklavier, une comparaison récente de grandes versions, m'a révélé la supériorité, difficile à expliquer, de Kempff sur tous les autres... quelque chose dans le son, le recueillement qui fait quitter les rives de notre monde.

Malgré ma dévotion pour Nat, Richter, Gilels, Arrau et quelques autres, j'ai entendu là un artiste qui n'est pas de notre monde...

Alain :wink:
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 11 Fév 2003 19:23

Kempff est un incontournable de ce répertoire (ses concerti avec Van Kempen n'ont simplement pas été approchés à mon avis).

Dans les sonates, j'avais une préférence pour la première intégrale en mono mais une comparaison récente m'a montré que sa conception du cycle n'a pas radicalement changé avec le temps. En revanche, la prise de son de la version stéréo est préférable avec un vrai piano non-tronqué aux extrémités du spectre.
eusebius
 
Messages: 67
Inscription Forum: 31 Jan 2003 22:51
Localisation: Paris
  • offline

Message » 11 Fév 2003 20:54

eusebius a écrit:Kempff est un incontournable de ce répertoire (ses concerti avec Van Kempen n'ont simplement pas été approchés à mon avis).

Dans les sonates, j'avais une préférence pour la première intégrale en mono mais une comparaison récente m'a montré que sa conception du cycle n'a pas radicalement changé avec le temps. En revanche, la prise de son de la version stéréo est préférable avec un vrai piano non-tronqué aux extrémités du spectre.


Particulièrement le Quatrième qui est l'un des très grand disque de l'histoire de l'enregistrement...

J'ai aussi la version mono, et la quasi intégrale 78 tours : dans la version stéréo le jeu a un peu plus d'ampleur, pas seulement du fait de la prise de son, plus d'ampleur musicale, une respiration plus ample. Et la "fugue" de la Hammerklavier est registrée comme s'il jouait de l'orgue : une couleur par voix, c'est tout simplement fabuleux de maîtrise musicale et technique. Certains vont plus vite et de façon plus féroce, aucun n'investit chaque voix de la polyphonie de tant de grandeur cosmique.

Alain :wink:
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline


Retourner vers Musique enregistrée : BD, CD & DVD