Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités

Films (débats, critiques), personnalités (acteurs, réalisateurs), prochaines sorties, les salles, la presse spécialisée...

Je l'ai vu et j'aime...

un peu.
1
7%
beaucoup.
8
57%
à la folie !
3
21%
pas du tout !
2
14%
 
Nombre total de votes : 14

Godzilla 2014

Message » 25 Oct 2014 13:28

Une belle surprise...

Parce que je n'en attendait pas tant ! Et pourtant, quand Gareth Edwards, un prodige qui a réalisé Monters avec « 3 Francs-6 Sous » et des bouts de ficelles, accède à un budget digne de ce nom, il réalise ce qui sera sans doute le blockbuster de l’année !!!... à moins que le dernier trimestre ne me fasse mentir.
Godzilla 2014 c’est un hommage vibrant à l’un des plus grands symboles de la culture populaire japonaise qui est aussi, il faut bien l’avouer, la lignée la plus nanardesque et kitschissime du cinéma du 20ème siècle !!! Les 2/3 des 30 épisodes, variations et autres déclinaisons cinématographiques recensées autour de la bestiole ont effet au moins fait une apparition dans la cultissime émission « Bienvenue à NanarLand » !! Godzilla c’est donc en somme un cadeau empoisonné doublé d’une énorme peau de banane !!!... C’est dire le handicap avec lequel il partait. :-? :-?

Et pourtant cet opus redonne ENFIN ses lettres de noblesse au film de Kaijū puisque, et on s’en doutait vu son CV, le réalisateur anglais ancre définitivement le film de monstres dans un contexte plus que jamais actuel : la lutte de l’homme et ses expérimentations pour domestiquer la nature avec ses conséquences irréversibles. Il en a tiré au final un film d’action extrêmement divertissant et néanmoins complexe car non dénué d’enjeux et de thématiques très lourdes… Et notamment en toile de fond ce qui figure au Japon l’une des plus grandes craintes de ce côté-ci du pacifique, la peur de l’atome, une peur ancrée dans l’esprit de cette nation depuis le bombardement meurtrier du 6 Aout 1945, c’est le terreau de l’écriture de Godzilla qu’il arrive d’ailleurs à relier à une autre peur très américaine cette fois-ci, la peur du terrorisme et des destructions urbaines imprévisibles qu’ont vécu les Etats Unis de ce côté-ci de l’Atlantique. Godzilla, c’est le monstre engendré par l’ère atomique et par-delà cette thématique, le réalisateur a tout à fait compris et intégré dans son métrage ce que cette représentation figure dans l’inconscient collectif japonais et il va bien au-delà.
Gareth Edwards s’empare en effet de ce que la créature chimérique peut où a pu exercer de fascination sur le petit enfant qui est en nous, et surclasse sans peine la lamentable version de Roland Emmerich qui se bornait à en faire un vulgaire monstre de foire venu casser du béton. Finie aussi, oubliée l’image d’Epinal irrémédiablement associée à ce type de film et notamment le plan incontournable sur une bestiole sans grâce aux mouvements patauds animée par un comédien dans un costume qui met toute son énergie à réduire en miette des décors constitués de maquettes en balsa…
Gareth Edwards confère ici une figure presque mystique à sa créature chimérique, il en fait un demi dieu vivant vers lequel l’humanité se tourne en quête d’espérance. Selon les propres termes du réalisateur qui démontre ici et vraie sensibilité et une étonnante lucidité quant à la complexité possible dans le traitement du matériau de base pourtant très fin, « Godzilla est comme le dernier Samouraï : un ancien guerrier qui préfère rester à l'écart du monde, mais dont les évènements vont l'obliger à réapparaitre », une finesse dans le propos qui résume l’amour qu’il porte à la créature et la justesse de son film. Il pousse même le trait jusqu’à conférer au monstre une fonction de représentation de la nature, résurgence des temps anciens avec un emploi à contre points des attendus inévitables de ce genre de film. Il l’aime tellement son lézard qu’il le filme comme un vieux boxeur qui donne tout jusqu’au dernier coup d’un affrontement ponctué par un « finish him » absolument libérateur et cathartique.

C’est le film qui me réconcilie avec le divertissement et qui me rassure :
Non, le cinéma d’action n’est pas mort avec Transformers 4 !
Oui, il est encore possible de divertir le spectateur sans le prendre pour un abruti !
Avec un respect presque religieux de la créature qui inspire son film et une infinie minutie du détail dans la réalisation, Gareth Edwards signe un film léché, soigné, audacieux (la caméra penchée à 90° sur un plan de la baie de San Francisco dévorée par les flammes), une œuvre absolument maitrisé de part en part mais qui ne perd pas de vue son objectif, rester un film d’amusement sans rupture de rythme (mais où sont donc passées les 2h ???!!!) et dont chaque scène d’action est à elle seule traité comme le serait un film catastrophe à lui tout seul !!! Ca mettrait presque en rage de voir un talent pareil !!!
Depuis l’apparition progressive du bestiaire impressionnant dans sa représentation, en passant par un tsunami ravageur, jusqu’à un réacteur nucléaire en fusion, le film est une succession de morceaux de bravoure tous plus incroyables à contempler. Chacun d'entre eux de plus est traité avec tous les égards, presque comme un film à lui tout seul, avec une construction qui privilégie dès le début de la scène une tension scénaristique forte qui pose d’emblée. Elle pose ainsi des enjeux dramatiques puissants prenant le spectateur en otage quant à l’issue de celle-ci. Dès la première scène le spectateur sera prévenu qu’il n’y a pas de traitement de faveur à l’égard d’aucuns personnages dans l’intrigue. Quel que soit le chèque qui aura été signé avec les têtes d’affiche présentes, le réalisateur se permet absolument d’en disposer comme de denrées périssables. C’est le cas avec l’apparition remarquée mais furtive d’une comédienne qui restera dans les annales du cinéma comme le rôle le plus court jamais tenu par un acteur, pourtant en première ligne sur l’affiche, depuis le générique de début !!!  :lol:

La vraie star du film c’est bien ce gros lézard. Ce ne sont pas les effets spéciaux dantesques, les scènes de destruction massives, ce ne sont surtout pas les stars du petit écran venues apporter une caution au film auprès d’un public frileux et peu averti quant à la seule caution que devrait constituer le nom de son réalisateur qui a fait sensation avec son premier film, la vraie star du film, c’est Godzilla, un titan tout droit sorti de l'époque préhistorique que Spielberg a su si bien mettre en image, une grosse bestiole agile qui nous gratifie de séquences de bastons mémorables ponctuées d’affrontements à pattes nues au milieu d’arènes urbaines ou subitement le gigantisme habituel qui nous entoure prend une toute autre échelle... Un monstre si haut que les hommes qui vont à sa rencontre le découvrent à peine dans son immensité lors d’un saut en parachute alors qu’ils sont lâchés depuis un avion. Tel le base jumper qui dévore le vide une fois lancé depuis le haut d’un gratte-ciel, ils descendent le long de son immense épine dorsale, l’occasion de saisir le gigantisme de sa taille l’occasion encore une fois de savourer la qualité de la réalisation au cours d’une scène magistralement filmée.

Godzilla 2014, c’est du lourd !

:love: :love: :love: :love:
chicken run
 
Messages: 3054
Inscription: 18 Aoû 2002 10:29
Localisation: The not too distant future...
  • offline

Annonce

Message par Google » 25 Oct 2014 13:28

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 25 Oct 2014 15:59

Je sature des grosses bêtes lorsqu'elles s'élancent chacune de leur côté en ouvrant largement la gueule pour se percuter au ralenti
rann
 
Messages: 6844
Inscription: 10 Juil 2009 16:58
  • offline

Message » 22 Mai 2015 22:07

+1 mais Godzilla est un des moins mauvais... je regrette toujours d'avoir vu pacific rim :zen:
ngc1976
 
Messages: 3375
Inscription: 28 Mar 2007 4:06
  • offline

Message » 23 Mai 2015 10:25

Je comprends définitivement rien à tes goûts chicken. :wink:
lag@uffre
 
Messages: 3201
Inscription: 04 Oct 2006 18:35
Localisation: Paris
  • offline

Message » 23 Mai 2015 19:35

Nul de chez nul pour moi.
On y voit rien et c'est long à mourir.
Même mes gosses n'ont pas du tout aimé.
Par contre j'ai vu aussi sur canal le dernier Xmen et c'est trés nettement supérieur.
Mais la bonne surprise c'est Edge of Tomorrow , ça c'est du cinoche!
TELLOUCK
 
Messages: 5230
Inscription: 05 Nov 2005 15:00
  • offline

Message » 31 Mai 2015 22:35

TELLOUCK a écrit:Nul de chez nul pour moi.
On y voit rien et c'est long à mourir.
Même mes gosses n'ont pas du tout aimé.
Par contre j'ai vu aussi sur canal le dernier Xmen et c'est trés nettement supérieur.
Mais la bonne surprise c'est Edge of Tomorrow , ça c'est du cinoche!


Oui idem (pas encore vu le dernier Xmen, donc je ne me prononce pas) ,je me suis un peu réveillé a 15 minutes avant la fin pour la très courte baston finale qui aurait du être le clou du film, les producteurs et le réalisateur n'ont vraiment rien compris au genre ou alors ils ont fait un film pour le gout américain comme ils disent.
Mais faire un film de monstres géants en les montrant les moins possible, au profit des humains donc on se moque complétement .. :wtf:

Ca avait plutôt bien commencé avec Brian Cranston mais dés qu'il disparait au profil du transparent Aaron Taylor-Johnson qui semble se demander ce qu'il fait la, c'est sur que c'est plus commercial de mettre un jeune acteur qu'un acteur qui approche la 60 aine, c'est tout bonnement pathétique cette pratique, et la pauvre Binoche disparait encore plus vite , c'est encore pire pour les actrices de dépasser la 50 aine dans un blockbuster US .

Et la caution japonaise , Ken Watanabe ne sert vraiment a rien vu qu'il est constamment dépassé par les événements et fait figuration !

La direction d'acteurs est plus que limite , quasi inexistante même , les personnages étant des stéréotypes , il aurait fallut rattraper le coup sur l'interprétation!

Mais si encore on avait eu quelque chose a voir, mais on ne voit rien la plupart du temps vu que ça se passe la nuit dans des nuages de poussière !
jhudson
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 12985
Inscription: 27 Mar 2006 15:52
  • offline

Message » 01 Juin 2015 0:21

Je l'ai trouvé aussi particulièrement mauvais ce Godzilla, un bête blockbuster standardisé sans le moindre charme ni la moindre surprise... Je préfère celui d'Emmerich c'est dire. :ko:

Aucun rapport avec Pacific Rim, que ce soit sur sa technique ou la passion du genre qu'il transmet.
Cylon
 
Messages: 7587
Inscription: 14 Mar 2008 6:23
  • offline

Message » 01 Juin 2015 17:25

ca vaut pas l'original! le film ou on pietine des jolies maquettes! :hehe:

ca viens de sortir en blouraie! 8)
astrorock
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 10614
Inscription: 27 Mar 2005 13:59
Localisation: Jurassien rural du 9.3 néo breton.
  • offline

Message » 01 Juin 2015 17:36

C'est pas possible vous avez un vrai problème avec le cinéma !! :lol:
On peut aimer un film et lui trouver des qualités indéniables même si ce n'est pas le ténor du box-office vous savez.... :roll:

Pacific rim c'est 1h30 de goldoraks qui se tapent sur la tronche... Ça ne raconte rien d'autre que ça. Et ce n'est pas ce que j'attends d'un film.
chicken run
 
Messages: 3054
Inscription: 18 Aoû 2002 10:29
Localisation: The not too distant future...
  • offline

Message » 01 Juin 2015 17:46

ah mais moi je l'ai bien aime ce godzilla! faut que je revois mais ca n'est pas comme interstellar (gros nanar qui se la pete), j'ai gardé et je reverrais.
astrorock
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 10614
Inscription: 27 Mar 2005 13:59
Localisation: Jurassien rural du 9.3 néo breton.
  • offline

Message » 01 Juin 2015 17:55

On n'aime pas trop s'ennuyer devant un film .

Je préférè encore Pacific Rim, quoi que c'est vrai il y a trop de scénes de baston et le film a d'autres lacunes, mais ce Godzilla c'est tout le contraire , il n'y en quasiment pas

Et comme le dit Astrorock ,le genre c'est avant tout un type en costume qui piétine des maquettes et accessoirement se fritte avec un autre monstre, si c'est pour nous gonfler avec les histoires d'humain sans intéret ce n'est pas la peine, on se demande ou sont passé les 160 M $ de budget, vu le peu de temps qu'on voit les monstres , on dirait plutôt un film catastrophe assez mal mixé avec un film de monstres géants.
jhudson
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 12985
Inscription: 27 Mar 2006 15:52
  • offline

Message » 01 Juin 2015 20:29

jhudson a écrit:On n'aime pas trop s'ennuyer devant un film .


Je n'ai pas, et mon ami chez qui j'ai vu Pacific Rim, nous n'avons pas des installations délirantes et hors normes... la taille de l'écran est contenue, 2m50 chez lui, 3m30 chez moi. Mon caisson est suffisamment lourd pour faire le job... mais ce n'est pas non plus une bête de guerre.
Bref il a un bon 7.1 qui mise plus sur l'efficacité, je cherche la bonne restitution musicale.

De fait je suis d'avantage à la recherche de films qui installent des ambiances.
Je me suis ennuyé devant Pacific Rim parce que concrètement les moyens mis en face sur nos petits home cinéma ne servent pas le contenu !

Pacific Rim en Imax (je parle d'un vrai cinéma Imax pas de cette daube en 16/9 qu'on nous vend sur des Bluray en prétendant que ca va multiplier la résolution d'un televiseur par 2... ah le marketing... :roll:), avec des sièges montés sur verin, les lunettes 3D, genre Futuroscope, et c'est parti pour 5mn de sensations... une expérience interactive façon Star Wars à Disney en somme... je veux bien...

Mais là à la maison sur un petit écran le spectacle pour le spectacle ça devient vite chiant... et je me suis salement ennuyé devant Pacific Rim.
J'en ai reparlé de ce Godzilla y a pas longtemps et j'ai vraiment aimé la posture et le rôle que son réal lui a confié. Quand il ouvre en 2 la gueule de l'autre pour lui déverser son super kameha je me suis surpris à gueuler un YES libérateur en serrant le poing face à l'écran. Il y a une vraie montée en puissance qui explose littéralement à la fin.

Pacific Rim c'est des gars dans des Goldoraks, j'aime bien les gars dans des Goldoraks mais ça a plus sa place dans un parc d'attraction...
chicken run
 
Messages: 3054
Inscription: 18 Aoû 2002 10:29
Localisation: The not too distant future...
  • offline

Message » 01 Juin 2015 20:55

chicken run a écrit:C'est pas possible vous avez un vrai problème avec le cinéma !! :lol:


lol
Cylon
 
Messages: 7587
Inscription: 14 Mar 2008 6:23
  • offline

Message » 02 Juin 2015 22:58

chicken run a écrit:
jhudson a écrit:On n'aime pas trop s'ennuyer devant un film .


Je n'ai pas, et mon ami chez qui j'ai vu Pacific Rim, nous n'avons pas des installations délirantes et hors normes... la taille de l'écran est contenue, 2m50 chez lui, 3m30 chez moi. Mon caisson est suffisamment lourd pour faire le job... mais ce n'est pas non plus une bête de guerre.
Bref il a un bon 7.1 qui mise plus sur l'efficacité, je cherche la bonne restitution musicale.

De fait je suis d'avantage à la recherche de films qui installent des ambiances.
Je me suis ennuyé devant Pacific Rim parce que concrètement les moyens mis en face sur nos petits home cinéma ne servent pas le contenu !

Pacific Rim en Imax (je parle d'un vrai cinéma Imax pas de cette daube en 16/9 qu'on nous vend sur des Bluray en prétendant que ca va multiplier la résolution d'un televiseur par 2... ah le marketing... :roll:), avec des sièges montés sur verin, les lunettes 3D, genre Futuroscope, et c'est parti pour 5mn de sensations... une expérience interactive façon Star Wars à Disney en somme... je veux bien...

Mais là à la maison sur un petit écran le spectacle pour le spectacle ça devient vite chiant... et je me suis salement ennuyé devant Pacific Rim.
J'en ai reparlé de ce Godzilla y a pas longtemps et j'ai vraiment aimé la posture et le rôle que son réal lui a confié. Quand il ouvre en 2 la gueule de l'autre pour lui déverser son super kameha je me suis surpris à gueuler un YES libérateur en serrant le poing face à l'écran. Il y a une vraie montée en puissance qui explose littéralement à la fin.

Pacific Rim c'est des gars dans des Goldoraks, j'aime bien les gars dans des Goldoraks mais ça a plus sa place dans un parc d'attraction...


Si on veux voir un film de robots ou de monstres géants, on regarde un des nombreux films et animés qu'ont fait les japonais, pas un film US, car a part le premier King kong de 1933 ,et surtout pas la version fête foraine de Jackson (dans le genre grand n'importe quoi le film se pose bien la), il n'y a pas grand chose.

A croire qu'il y a une malédiction pour ce genre de films aux USA.

La fin de Godzilla m'a un peu réveillé,
mais le héros qui se fait sauver a la fin in extrémiste, est un happy end d'un ridicule in vraisemblable ,deplus ce personnage est un boulet tout le long du film ,il méritait d'y passer :mdr:
jhudson
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 12985
Inscription: 27 Mar 2006 15:52
  • offline

Message » 07 Juin 2015 7:20

Devant ce godzilla les Japonais de la Toho devaient relever l'affront en produisant un véritable Godzilla, avec Hideaki Anno (Evangelion) et Shinji Higuchi aux commandes.

Bien entendu les occidentaux préférons allé voir le Godzilla 2 que la version japonaise (préférant toujours les bootlegs US aux originaux asiatiques), si le film sort en salle ce qui est peu probable.
Dernière édition par jhudson le 10 Juin 2015 15:10, édité 1 fois.
jhudson
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 12985
Inscription: 27 Mar 2006 15:52
  • offline


Retourner vers 7ème Art

 
  • Articles en relation
    Dernier message