ModĂ©rateurs: Staff MultimĂ©dia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: tovarich007 et 21 invitĂ©s

Musique enregistrée : BLURAY, CD & DVD musicaux, interprÚtes...

Don Juan de Mozart

Message » 26 Avr 2020 15:39

AprĂšs avoir donnĂ© mon avis sur deux Ɠuvres de Rameau, un avis assez critique, il est vrai, pour la production des PALADINS du ThĂ©Ăątre du Chatelet et un avis avec beaucoup plus de satisfaction pour la production nĂ©erlandaise de CASTOR ET POLLUX, je vous propose cette fois de me suivre dans un opĂ©ra que je considĂšre comme un des plus grands chef-d’Ɠuvre de la musique, le DON JUAN de Mozart sur un livret de Da Ponte. On ne soulignera jamais assez le talent, et mĂȘme le gĂ©nie, du librettiste Lorenzo Da Ponte Ă  qui l’on doit un livret avec une progression dramatique sans faille et une vision des Ă©vĂ©nements scĂ©niques hors du commun. On pourrait de ce point de vue le comparer Ă  MoliĂšre.

J’espĂšre pouvoir vous communiquer ne serait-ce qu’une petite partie de mon admiration pour cet opĂ©ra dans la splendide production, bien que parfois en dehors des sentiers battus de la tradition thĂ©Ăątrale, du ROYAL OPERA HOUSE Ă©ditĂ© en 2014 en BLU RAY par OPUS ARTE avec le chƓur et l’orchestre de la maison sous la direction de Nicola Luisoti dans une mise-en-scĂšne de Kasper Holten.
https://imagizer.imageshack.com/v2/800x ... 6iCpzE.jpg

Don Juan est un personnage mythique dont chacun connaĂźt la rĂ©putation et dont le nom est devenu un lieu commun pour qualifier les grands sĂ©ducteurs sans scrupule. C’est un homme qui Ă©prouve un plaisir insatiable dans la conquĂȘte obsessionnelle de toutes les femmes plutĂŽt que dans la possession passionnĂ©e d’une seule. C’est ce que nous relate le livret de DA Ponte qui est de ce point de vue assez extraordinaire car, si gĂ©nĂ©ralement le ressort du drame, c’est l’amour, c’est presque toujours un amour au singulier, un amour d’autant plus immense qu’il est contrariĂ© par le destin (Tosca, Lohengrin, le TrouvĂšre, Didon, OrphĂ©e, Tristan etc
). Ici, point de passion partagĂ©e jusqu’à la mort; au contraire, le destin de ce grand sĂ©ducteur Ă  qui la nature a donnĂ© toutes les armes de la sĂ©duction, n’est conduit que par lui-mĂȘme, par son feu dĂ©vorant de conquĂ©rir jusqu’au dĂ©nouement, un dĂ©nouement qui se voulait moralisateur, la mort du mĂ©chant.

On connaĂźt le nombre des victimes fĂ©minines de Don Juan. C’est le valet Leporello qui en bon serviteur a tenu l’inventaire de ses conquĂȘtes. Il en a recensĂ© 1.003 rien qu’en Espagne. L’opĂ©ra se contente de nous en prĂ©senter trois. Il y a d’abord Dona Anna qui crie vengeance aprĂšs la mort de son pĂšre, le commandeur qui avait voulu laver l’honneur de sa fille et que Don Juan a tuĂ© en duel. Il y a ensuite Dona Elvira, l’épouse dĂ©laissĂ©e qui crie son dĂ©sarroi et sa colĂšre mais aussi alternativement son amour. Enfin Zerlina, la jeune mariĂ©e dont Don Juan interrompit la noce pour essayer de la sĂ©duire aprĂšs avoir Ă©cartĂ© le mariĂ© avec l’autoritĂ© sans rĂ©plique du grand seigneur.

Toutes ces femmes poursuivent leur sĂ©ducteur tout au long des deux actes de l’opĂ©ra dans un mĂ©lange de haine, de violence, d’amour, de dĂ©termination meurtriĂšre, avec le pĂąle concours de Don Octavio, le soupirant esseulĂ© de Dona Anna, et celui plus rustique de Masetto, le futur mari de Zerlina. Mais ce sera la statue du commandeur qui viendra depuis l’éternitĂ© tendre la main au sĂ©ducteur de sa fille pour l’emmener en enfer. Une scĂšne des plus fameuses du monde de l’opĂ©ra.

C’est du moins ainsi que la tradition mozartienne nous reprĂ©sente Don Juan mais la production du ROYAL OPERA HOUSE a pris quelques libertĂ©s avec cette tradition en prĂ©sentant d’une façon originale l’action dramatique et la psychologie de certains personnages.


Mariusz KwieciĂšn campe magistralement le personnage-titre.
https://imagizer.imageshack.com/v2/800x ... idqgXl.jpg

Nous avons devant nous un chanteur qui conduit sa partie avec une autoritĂ© magnifique. Et si curieusement, Mozart ne lui a rĂ©servĂ© que peu d’airs comme faire-valoir de sa virtuositĂ© vocale mais quelques trĂšs belles interventions comme la fameuse scĂšne oĂč il compte fleurette Ă  la jeune paysanne Zerlina, (un chef d’Ɠuvre de sĂ©duction musicale),
https://imagizer.imageshack.com/img923/2497/hsyvTt.jpg

Il donne Ă  son personnage une prĂ©sence de tous les instants et un abattement hors du commun, une fougue impĂ©tueuse, endiablĂ©e, qui est le nerf de l’action. De ce point de vue, Mariusz KwieciĂšn est un vrai phĂ©nomĂšne ; Il est omniprĂ©sent dans tout l’opĂ©ra ; il occupe la scĂšne de bout-en-bout en rĂ©pandant Ă  gorge dĂ©ployĂ©e sa morgue libertaire de grand seigneur dĂ©pravĂ©. Bravo ! Mais nous verrons que la production l’a moralement un peu Ă©pargnĂ© en le faisant moins mauvais que la tradition le montre.


Le valet Leporello est chanté par Alex Esposito.
https://imagizer.imageshack.com/img922/8356/kSFfO7.jpg

Le serviteur est Ă  l’image de son maĂźtre. Il le suit comme son ombre. Il l’accompagne de sa personne mais aussi de sa voix. On a dit de lui qu’il Ă©tait le double populaire de Don Juan, celui qui rĂ©agit avec un certain bon sens plĂ©bĂ©ien aux extravagances de son maitre, mais qui a aussi le bon sens d’oublier devant une bourse bien garnie les remords qu’il manifeste de temps en temps de servir un aussi mĂ©chant seigneur. Alex Esposito donne Ă  son personnage exactement ce que l’on attend de lui, celui d’un valet de comĂ©die. Son jeu de scĂšne est chargĂ© Ă  souhait d’attitudes et de mimiques qui incarnent le cotĂ© comĂ©die de l’Ɠuvre et justifie le titre d’« opera buffa » donnĂ© par Mozart Ă  son ouvrage. Le valet et le maĂźtre ont d’ailleurs l’un et l’autre un timbre de voix assez semblable et ils forment musicalement une paire indissociable qui fonctionne on ne peut mieux. Donc Bravo aussi.
https://imagizer.imageshack.com/v2/800x ... 4Y1YmF.jpg



Dona Elvira, l’épouse dĂ©laissĂ©e incarnĂ©e VĂ©ronique Gens.
https://imagizer.imageshack.com/img922/2240/3nEsS3.jpg

Elle est la seule Ă  qui Da Ponte prĂȘte des sentiments sincĂšres pour l’homme qu’elle aime, qu’elle aime pour s’ĂȘtre donnĂ©e dĂ©finitivement Ă  lui mais qu’elle dĂ©teste parce qu’il l’a abandonnĂ©e. Cette ambivalence dans les sentiments, qui donne au personnage toute sa dimension humaine, est parfaitement incarnĂ©e sur scĂšne par VĂ©ronique Gens. Sa voix chaleureuse et dramatique revĂȘt tantĂŽt les accents de la haine et tantĂŽt ceux de la tendresse comme le texte le lui impose et comme la couleur de la musique l’exprime en suivant les mĂ©andres du texte. Bravo aussi.
https://imagizer.imageshack.com/v2/800x ... 7Mhokc.jpg


Elisabeth Watts est une Zerlina en robe de mariĂ©e moins naĂŻve qu’avisĂ©e. Elle sait comment berner Mazetto, son futur Ă©poux, pour se faire pardonner ses privautĂ©s avec le cavalieri, ; Elle le plaint, elle panse ses plaies physiques et d’orgueil avec les gestes et les caresses qui rĂ©vĂšlent la main d’une femme accomplie plutĂŽt que celle d’une pucelle effarouchĂ©e. Le timbre de voix de Mme Watts Ă©voque bien celui d’une jeune premiĂšre mais son physique et son jeu n’ont pas la spontanĂ©itĂ© pleine de friponneries innocentes de l’inoubliable d’Irmgard Seefried dans le mĂȘme rĂŽle (mais c’est un souvenir d’il y a bien longtemps).

Le metteur-en-scĂšne a d’ailleurs finalement coupĂ© le cou Ă  ce qui pouvait lui rester de son ingĂ©nuitĂ© initiale, en lui faisant ouvrir le final du premier acte par un appel retentissant au secours alors qu’on la voit ouvrir impudiquement ses vĂȘtements. Cette petite vipĂšre essaye de simuler des violences que Don Juan lui aurait fait subir et se venger ainsi de ses belles promesses en le livrant Ă  la vindicte publique et se rabibocher une vertu.
https://imagizer.imageshack.com/v2/800x ... Gp59HT.jpg

Bravo quand mĂȘme pour la prestation de Mme Watts, mĂȘme si on lui a donnĂ© Ă  jouer un personnage qui n’est pas tout-Ă -fait celui imaginĂ© par Da Ponte.


Au tĂ©nor Antonio Poli revient la tĂąche difficile d’incarner Don Octavio, l’amoureux fervent de Dona Anna qui est fort peu payĂ© de retour.
https://imagizer.imageshack.com/v2/800x ... JAF4mE.jpg

Mozart a rĂ©servĂ© Ă  son personnage des airs d’une magnifique tendresse, parmi les plus beaux de la partition, mais la voix de tĂ©nor lĂ©ger pour lesquels ils ont Ă©tĂ© Ă©crits et la situation de pĂąle soupirant auprĂšs d’une femme des plus indomptables, comme sa rivalitĂ© avec le trĂšs viril Don Juan, confĂšrent au personnage une fragilitĂ© native de femmelette qui passe difficilement la rampe malgrĂ© la trĂšs grande beautĂ© de la musique. Il faut dire que Poli est meilleur chanteur qu’acteur. Je l’ai Ă©coutĂ© donc pour la qualitĂ© de son chant plus que je ne l’ai regardĂ©.


Enfin il y a Donna Anna, ici Malin Byström, et son pĂšre, le commandeur, Alexander Tsymbalyuk. J’ai rĂ©servĂ© ces personnages pour la fin de ma galerie de portrait car sur eux repose une conception dramatique qui veut faire entrer dans la modernitĂ© cette production du Don Giovanni, un opĂ©ra vieux de plus de deux siĂšcles Ă  la tradition pĂ©renne bien Ă©tablie.

Depuis toujours, le viol de Dona Anna est Ă  l’origine du drame car ce viol et la mort du Commandeur qui s’en est suivie demandent la punition exemplaire de leur auteur et cristallise l’action vengeresse de tous les personnages imaginĂ©s par Da Ponte. Depuis toujours cette action vengeresse se dĂ©nouera par la fameuse scĂšne de la mort du hĂ©ros oĂč apparaĂźt l’imposante statue du commandeur. Avec une formidable voix d’outre-tombe, la statue invite Don Juan Ă  lui prendre la main; une poignĂ©e de main que celui-ci a le courage d’accepter, malgrĂ© les exhortations terrifiĂ©es de son valet, et qui l’envahit d’une froideur lĂ©tale pendant que les chƓurs l’accompagnent vers l’enfer. Il disparait dans les flammes en poussant un cri dĂ©chirant. Je puis tĂ©moigner pour l’avoir vue reprĂ©sentĂ©e par l’OpĂ©ra de Vienne que cette scĂšne est d’une saisissante efficacitĂ©. Je me souviens d’avoir tressailli, tout averti que j’étais, lorsque la statue est apparue dans le fond de la scĂšne sur trois coups de semonce donnĂ©s par l’orchestre et d’un vent froid venu comme elle de l’au-delĂ . Le dĂ©nouement du drame est donc la mort de Don Juan. Cette mort est le pendant moral du viol qui ouvre l’opĂ©ra.

Or, les rĂ©alisateurs de cette production ont bouleversĂ© la conception fondamentale de l’oeuvre. Donna Anna n’est plus la femme abusĂ©e mais la maĂźtresse consentante d’une nuit d’amour. La premiĂšre scĂšne qui ouvre l’opĂ©ra et oĂč apparaissent les deux amants dans une musique haletante laisse comprendre que l’émoi exprimĂ© par Dona Anna n’est pas celui d’une femme violentĂ©e mais celui d’une maitresse qui tente de retenir son partenaire.
https://imagizer.imageshack.com/img924/4407/aZrvEe.jpg

Et si son pĂšre est tuĂ© par son amant, cela ne l’empĂȘchera pas par la suite de planter lĂ  son fiancĂ© Don Octavio qui lui chante son amour pour franchir sans remord la porte d’une chambre dans laquelle Don Juan la fait entrer et qui se referme sur eux. C’est tout le systĂšme dramatique du premier acte qui s’en trouve modifiĂ© car Dona Anna connaĂźt son amant et lorsqu’elle prĂ©tendra par la suite le dĂ©signer en reconnaissant sa voix et fera le rĂ©cit de son prĂ©tendu viol, elle ne fera rien d’autre que mentir.

Il faut dire que le sens de la musique qui accompagne le texte du livret est malgrĂ© tout parfaitement respectĂ©, que les mots chantĂ©s par Don Anna accompagnent la duplicitĂ© de son nouveau personnage sans aucun contresens musical. La tristesse qu’elle exprime naturellement devant le cadavre de son pĂšre mort deviendra tout aussi naturellement un sentiment de vengeance lorsqu’elle constatera que son amant l’a trompĂ©e avec une jeune paysanne en robe de mariĂ©e.

Malin Byström qui est certainement une grande chanteuse se devait Ă©galement d’ĂȘtre une trĂšs bonne comĂ©dienne pour rendre crĂ©dible son double jeu tout en prĂ©servant dans son chant la puissance Ă©vocatrice de la musique.
https://imagizer.imageshack.com/img924/1337/8d5klg.jpg


On peut se demander ce qui a pu pousser les rĂ©alisateurs Ă  concevoir une rupture aussi Ă©vidente avec les intentions de Da Ponte. Ils ont probablement cherchĂ© Ă  donner Ă  un personnage fĂ©minin de l’Ɠuvre une stature qui dĂ©passe son rĂŽle d’objet impuissant du dĂ©sir masculin, en faisant de l’hĂ©roĂŻne violĂ©e une fille aussi perverse que son partenaire. Ce serait en quelque sorte un rĂ©Ă©quilibrage moderne entre les sexes.

Et les entorses Ă  la tradition ne s’arrĂȘtent pas au personnage de Dona Anna. La conception du personnage du pĂšre prend le mĂȘme chemin transgressif que celui de sa fille dans l’esprit des rĂ©alisateurs. Le commandeur n’est plus le grand seigneur qui meurt en lavant le dĂ©shonneur de sa fille et le sien dans un courageux car inĂ©gal duel Ă  l’épĂ©e entre gentilshommes. Celui qui meurt de la main de Don Juan n’est plus qu’un simple pĂšre incomprĂ©hensif qui menace Don Juan avec un couteau puis le provoque en faisant par derriĂšre tomber son chapeau dans un geste de mĂ©pris. Il est frappĂ© aprĂšs une courte lutte avec son propre couteau. Il a certainement ici transgression de la partition de Mozart qui Ă©voque le duel Ă  l’épĂ©e pendant quelques rapides mesures ascendantes.

https://imagizer.imageshack.com/img924/1839/QCIjvG.jpg

https://imagizer.imageshack.com/img924/1654/RELa8W.jpg

Ce ravalement du commandeur au niveau d’un bourgeois sans Ă©pĂ©e lui coupe sa stature et lui vaut la perte de sa statue. Ce n’est pas sa statue de commandeur qui se rendra Ă  l’invitation Ă  souper de Don Juan mais son fantĂŽme, c’est-Ă -dire lui-mĂȘme grimĂ© en cadavre. Cela prive hĂ©las la grande scĂšne de la mort de Don Juan de beaucoup de sa puissance scĂ©nique et aussi la musique de Mozart d’un de ses moments les plus Ă©vocateurs.
https://imagizer.imageshack.com/v2/800x ... iwrgdp.jpg

Don Juan lui-mĂȘme n’est plus tout-Ă -fait aussi malĂ©fique que traditionnellement. La mort du commandeur est certes un meurtre mais aprĂšs provocations, un meurtre non prĂ©mĂ©ditĂ© dont ce pĂšre bourgeoissisant est lui-mĂȘme responsable en partie. Et, puisqu’il s’agit d’un fait divers, il n’y a pas lieu de lui donner une issue fantastique. Au lieu de mourir dans un trĂ©pas justicier commandĂ© de l’au-delĂ , Don Juan s‘enfonce dans une sorte de folie
https://imagizer.imageshack.com/v2/800x ... pIipGD.jpg

dont les chƓurs moralisateurs de l’enfer lui envahissent la tĂȘte.
https://imagizer.imageshack.com/v2/800x ... fDdSnq.jpg


Cette punition psychiatrique est finalement la vengeance de toutes les femmes qu’il a sĂ©duites en abusant de leur crĂ©dulitĂ© : il est devenu plus crĂ©dule qu’elles en s’imaginant qu’il est poursuivi par un mort qui veut se venger ; une fin somme toute trĂšs contemporaine qui ne conduit pas Ă  la mort mais vers un Ă©tablissement pour handicapĂ© mental.
Et puisque le hĂ©ros n’est finalement pas mort, il n’y a pas lieu de maintenir dans le final les passages oĂč les autres personnages se rĂ©jouissent de la mort de ce malotru de sĂ©ducteur et exposent ce qu’ils vont faire de leur avenir aprĂšs en avoir Ă©tĂ© dĂ©barrassĂ©s. Une entorse certaine au livret et Ă  l’opĂ©ra.

La transcription par l’enregistrement est de tout premier ordre. L’usage du blu ray permet une grande prĂ©cision dans la reproduction des costumes, des Ă©clairages et des dĂ©cors.

Une lumiĂšre qui assombrit les dĂ©cors presque jusqu’au noir lorsque Dona Anna relate avec vĂ©hĂ©mence un viol qui n’est rien d’autre que la description Ă  l’envers des plaisirs qu’elle a pris avec son amant.Une lumiĂšre qui colore la scĂšne de rouge lors de la mort du commandeur. Une lumiĂšre Ă©clatante lors de la fĂȘte au palais qui clĂŽture le premier acte :

Les costumes constituent un Ă©lĂ©ment important car ils fixent l’action dramatique dans une certaine Ă©poque et il faut selon moi que l’époque Ă  laquelle renvoient les costumes soit compatible avec le style de la musique. Les personnages portent des habits Ă  la mode du temps de Mozart et non Ă  la mode du temps de l’action dans une Espagne fĂ©odale. Le style de l’habillage est en rapport avec l’embourgeoisement de la conception de l’opĂ©ra. Mais cela n’est guĂšre gĂȘnant car les concepteurs du spectacle ont eu la sagesse de moderniser autrement qu’en faisant enfiler par les personnages des habits du vingt-et-uniĂšme siĂšcle qui auraient Ă©tĂ© un camouflet pour la musique de Mozart.

Les dames portent des robes somptueuses comme, sans doute, les dames de la société en portaient alors.
https://imagizer.imageshack.com/img924/7623/8TLcav.jpg

La jeune mariĂ©e est entourĂ©e d’une nuĂ©e de falbalas blancs qui la prĂ©destine Ă  l’autel. Don Juan a vraiment l’air d’un grand bourgeois enveloppĂ© dans son Ă©lĂ©gant manteau avec col de fourrure tandis que Leporello vĂȘtu d’une sorte d’impermĂ©able et d’un pantalon bouffant a vĂ©ritablement l’air d’un subalterne, du genre travailleur Ă  gages.

Les chapeaux de ces messieurs ont une grande importance dans le jeu scĂ©nique, le maitre qui porte haut selon son rang est coiffĂ© d’un gibus Ă  reflets tandis que le valet qui porte bas selon sa condition d’un simple chapeau-melon. Les personnages Ă©changeront parfois leur chapeau dans un signe d’entente; Il arrivera Ă  Leporello de dĂ©former et mĂȘme de fouler au pied le haute-forme de son maĂźtre dans un geste de revanche bravache, Ă  Don Juan de porter le chapeau-rond de son valet par dĂ©rision.
https://imagizer.imageshack.com/img923/2792/IYcSZ4.jpg

Le décor est fonctionnel, propre à accompagner un drame qui est devenu bourgeois. Pas de palais mais parfois une façade sans style
https://imagizer.imageshack.com/img924/865/3Oa0Bh.jpg
ou parfois un bĂątiment sans Ă©poque avec deux niveaux de portes et de fenĂȘtres et une galerie au premier Ă©tage Ă  quoi on accĂšde par un escalier.
https://imagizer.imageshack.com/img922/1636/StekX5.jpg
Cette disposition permet de mettre en scĂšne des personnages qui chantent en mĂȘme temps sans se rencontrer ou qui se rencontrent sans se voir ou avec distance. Cela permet Ă©galement certains jeux de scĂšne rĂ©vĂ©lateurs comme la disparition de Dona Anna par la porte de la chambre de Don Juan. Il y a aussi, pour la grande fĂȘte qui clĂŽture le premier acte par exemple, un intĂ©rieur plus somptueux qui rĂ©pond mieux Ă  ce que Don Juan nomme son palais. Le tout est montĂ© sur des ensembles tournants qui permettent de suivre les personnages d’une scĂšne Ă  l’autre sans interruption.

Une derniĂšre remarque Ă  ce propos des qualitĂ©s de comĂ©dien que l’on demande aux chanteurs. L’expulsion de l’onde sonore avec une trĂšs grande intensitĂ© comme le nĂ©cessite le chant d’opĂ©ra leur ouvre souvent entiĂšrement la bouche et la dĂ©forme. Une telle dĂ©formation qui passe facilement Ă  la scĂšne peut devenir caricatural lorsque les chanteurs sont filmĂ©s d’un peu prĂšs. Cette dĂ©formation de la bouche affecte sans doute malheureusement parfois le jeu de Mme Byström comme ceux des autres chanteurs. Il s’agit d’une nĂ©cessitĂ© qui ne doit pas affecter notre perception de la sensibilitĂ© de leur composition scĂ©nique.

L’orchestre du ROYAL OPERA HOUSE est dynamique Ă  souhait et enlĂšve la partition avec une lĂ©gĂšretĂ© giocoso trĂšs mozartienne qui soutient, enlĂšve, pousse le dĂ©roulement de l’action. Bravo !


La réalisation en blu-ray est sans reproche et les effets de lumiÚre trÚs agréables à regarder.

VoilĂ , c’était peut-ĂȘtre un peu long mais on n’est jamais trop long quand on aime par ces temps de confinement. Une magnifique rĂ©alisation que je vous conseille vivement de mettre sur votre lecteur si vous en avez l’occasion. Les quelques libertĂ©s que les rĂ©alisateurs ont pris avec l’esprit du livret de Da Ponte ne devraient pas faire disparaĂźtre la trĂšs grande qualitĂ© de ce Don Juan. Il s'agit probablement d'un sommet de la discographie de l'oeuvre en DVD/BLU-RAY par la valeur exceptionnelle de tous ses interprĂštes, et surtout par tenue vocale et scĂ©nique du couple Don Juan-Leporello, par une distribution qui crĂšve l’écran, dans une mise en scĂšne dont il faut plusieurs lectures pour en dĂ©celer toute l’invention.


Cordialement Olivier

La configuration dans mon profil


La haute-fidélité est une servante de la musique et non une fin en soi.
Le daim
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 419
Inscription Forum: 11 AoĂ» 2012 7:59
  • offline

Annonce

Message par Google » 26 Avr 2020 15:39

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 26 Avr 2020 17:54

Bonsoir,

Merci Olivier :thks: pour cette gourmandise consommée encore tiÚde :love: , pendant que l'écoute des extraits de Rigoletto proposés par La Tribune des critiques de disques dont cette version l'a emporté.


André
ajr
Administrateur Forum Univers Casques
Administrateur Forum Univers Casques
 
Messages: 26907
Inscription Forum: 06 Oct 2007 10:34
Localisation: 06400
  • offline

Message » 26 Avr 2020 23:30

Mon cher Ajr. Je ne puis malheureusement pas capter France-Musique dans ma lointaine Belgique. Je vais rechercher ce Rigoletto. Peut-ĂȘtre pourrons-nous en discuter. J'avoue que je ne suis pas un trĂšs grand admirateur de Verdi mais j'apprendrai Ă  l'ĂȘtre sans doute en approfondissant ses ouvrages. Cordialement Olivier

La configuration dans mon profil


La haute-fidélité est une servante de la musique et non une fin en soi.
Le daim
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 419
Inscription Forum: 11 AoĂ» 2012 7:59
  • offline

Message » 27 Avr 2020 9:41

Le daim a Ă©crit:Mon cher Ajr. Je ne puis malheureusement pas capter France-Musique dans ma lointaine Belgique. r


:o Y a pas internet en Belgique ?

La configuration dans mon profil


PC Windows 10 streaming et FLAC sur DD / SMSL M500 / SPL Control 2 /2x Nuprime STA9 / Davis Monitor 1 /Mogami 3103HP.
Alternativement un intégré FDA Nubert Nuconnect Xamp
"Je déteste deux choses: l'analyse et le pouvoir". Sviatoslav Richter.
Avatar de l’utilisateur
autrichon gris
Staffs ƒuvres & MultimĂ©dia
Staffs ƒuvres & MultimĂ©dia
 
Messages: 7852
Inscription Forum: 21 Oct 2009 14:18
Localisation: Strasbourg
  • offline

Message » 27 Avr 2020 17:00

Mon cher Autrichon. J'aurais dĂ» prĂ©ciser que, dans mon esprit, il s'agissait de capter France-musique en FM. Certes, je puis capter cette Ă©mission avec mon l'ordinateur mais le son est tellement mauvais (mĂȘme "dĂ©gueu" pour Ă©crire comme dans le vent) que je prĂ©fĂšre m'abstenir. Cordialement Olivier

La configuration dans mon profil


La haute-fidélité est une servante de la musique et non une fin en soi.
Le daim
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 419
Inscription Forum: 11 AoĂ» 2012 7:59
  • offline

Message » 28 Avr 2020 11:25

ajr a Ă©crit:Bonsoir,

Merci Olivier :thks: pour cette gourmandise consommée encore tiÚde :love: , pendant que l'écoute des extraits de Rigoletto proposés par La Tribune des critiques de disques dont cette version l'a emporté.


André


Salut Ajr. C’est l’ancienne version Kubelik qui a Ă©tĂ© choisie. AprĂšs la remarque d’Autrichon, j’ai suivi l’émission de France Musique sur mon ordinateur et j’ai persistĂ© jusqu’à la fin malgrĂ© une qualitĂ© sonore Ă©pouvantable.

La version Kubelik n’a pas Ă©tĂ© enregistrĂ©e en DVD. Or, pour moi, un enregistrement d’opĂ©ra doit ĂȘtre vu autant qu’il doit ĂȘtre entendu. La vision et l’audition sont absolument complĂ©mentaires et l’un (l’audition) sans l’autre ne me donne qu’un plaisir trĂšs tronquĂ©. J’ai dans la mĂ©moire de mon ordinateur de nombreuses versions CD d’opĂ©ras, souvent de trĂšs belles exĂ©cutions, mais la dĂ©couverte des opĂ©ras en DVD et surtout en BLU RAY m’a procurĂ© un tel plaisir que je ne reviendrai pas en arriĂšre vers le CD. La possibilitĂ© de lire les sous-titres au fur et Ă  mesure du dĂ©veloppement musical de ce qui est chantĂ© est Ă©galement pour moi une information irremplaçable.

Ainsi que je l’ai dĂ©jĂ  Ă©crit, je ne suis pas un grand amateur de Verdi que je connais sans doute mal. Le seul exemple d’une Ɠuvre de ce compositeur que je possĂšde en DVD, c’est le TrouvĂšre dans la version Barenboim. Une premiĂšre audition m’avait laissĂ© sur ma faim mais je devrai probablement approfondir l’Ɠuvre en la visionnant plusieurs fois.

En tout cas, j’ai commandĂ© Rigoletto en BLU RAY dans la version Chailly. Les extraits que j’ai pu en capter sur internet laissent voir une mise en scĂšne fastueuse. Je communiquerai peut-ĂȘtre mes impressions ici mais je constate que mes communications n’engendre guĂšre de rĂ©actions.

L’opĂ©ra n’intĂ©resse-il personne ? Est-on ou n'est-on pas d'accord avec mes analyses qui ne sont Ă©videmment pas celle d'un professionnel ni mĂȘme celles d'un connaisseur mais celle d'un mĂ©lomane qui dĂ©couvre un nouvel univers enregistrĂ©?

Cordialement Olivier

La configuration dans mon profil


La haute-fidélité est une servante de la musique et non une fin en soi.
Le daim
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 419
Inscription Forum: 11 AoĂ» 2012 7:59
  • offline

Message » 28 Avr 2020 19:01

Bonsoir,

Cher Olivier, comme je l'avais indiquĂ© sur l'autre sujet que tu as lancĂ©, c'est l'arrivĂ©e des grands Ă©crans domestiques et les diffusions tĂ©lĂ©visĂ©es qui ont trĂšs nettement augmentĂ© mon intĂ©rĂȘt pour l'opĂ©ra, que je n'apprĂ©ciais pas du tout avec disques 33t ou CD. La seule alternative intĂ©ressante m'avait paru ĂȘtre le Laser disque vu chez des cousins parisiens.

Toutefois, ce regain d'intĂ©rĂȘt pour tout ce qui touche Ă  l'opĂ©ra, Ă  la musique classique et au ballet, semble quand mĂȘme trĂšs limitĂ©, puisque le sujet consacrĂ© aux diffusions de la tĂ©lĂ©vision gratuite, que j'abonde depuis presque dix ans, ne rĂ©unit pas beaucoup de monde, et celui qui a pour but de faire connaĂźtre les concerts rĂ©gionaux (et des pays limitrophes) reste trĂšs confidentiel et n'a malheureusement pas Ă©tĂ© repris ailleurs que sur la CĂŽte d'Azur.

Ce qui est bien dommage, parce que je connais quelques excellentes associations qui font des prouesses avec des moyens trÚs limités et trÚs peu d'aide.

Mais, peu importe, l'important est de faire vivre ce pan de l'Art avec les moyens qui sont Ă  notre disposition, et si je regrette que les miens ne me permettent pas d'analyser la performance d'une production lyrique (bien que mon oreille m'avait immĂ©diatement portĂ© vers la version Kubelik de Rigoletto), j'ai toujours beaucoup de plaisir Ă  apprendre et progresser dans ce domaine et Ă  profiter de celles qui me permettent d'aller plus loin dans la connaissance des Ɠuvres et de leurs interprĂ©tations. Dont, les tiennes qui comblent vraiment cette attente et que je prends vraiment beaucoup de plaisir Ă  lire, en espĂ©rant que ce sentiment soit partagĂ© par beaucoup d'autres membres, contributeurs et visiteurs. :thks: :bravo:

TrÚs bonne soirée.


André


PS: j'ai entendu ce matin sur France Musique qu'il y aura une diffusion de l'opéra Samson et Dalila de St Saëns sur le site d'une salle de spectacle ( Pleyel ?) avec Roberto Alagna et Marie-Nicole Lemieux.
ajr
Administrateur Forum Univers Casques
Administrateur Forum Univers Casques
 
Messages: 26907
Inscription Forum: 06 Oct 2007 10:34
Localisation: 06400
  • offline

Message » 18 Juin 2020 11:08

Le daim a Ă©crit:Mon cher Autrichon. J'aurais dĂ» prĂ©ciser que, dans mon esprit, il s'agissait de capter France-musique en FM. Certes, je puis capter cette Ă©mission avec mon l'ordinateur mais le son est tellement mauvais (mĂȘme "dĂ©gueu" pour Ă©crire comme dans le vent) que je prĂ©fĂšre m'abstenir. Cordialement Olivier


Ah ! Comment est ce possible sur hcfr.fr ! Un bon dac en liaison usb avec ton PC, et France Musique sera d'une qualité remarquable.

La configuration dans mon profil


PC Windows 10 streaming et FLAC sur DD / SMSL M500 / SPL Control 2 /2x Nuprime STA9 / Davis Monitor 1 /Mogami 3103HP.
Alternativement un intégré FDA Nubert Nuconnect Xamp
"Je déteste deux choses: l'analyse et le pouvoir". Sviatoslav Richter.
Avatar de l’utilisateur
autrichon gris
Staffs ƒuvres & MultimĂ©dia
Staffs ƒuvres & MultimĂ©dia
 
Messages: 7852
Inscription Forum: 21 Oct 2009 14:18
Localisation: Strasbourg
  • offline

Message » 19 Juin 2020 20:33

autrichon gris a Ă©crit:
Le daim a Ă©crit:Mon cher Autrichon. J'aurais dĂ» prĂ©ciser que, dans mon esprit, il s'agissait de capter France-musique en FM. Certes, je puis capter cette Ă©mission avec mon l'ordinateur mais le son est tellement mauvais (mĂȘme "dĂ©gueu" pour Ă©crire comme dans le vent) que je prĂ©fĂšre m'abstenir. Cordialement Olivier


Ah ! Comment est ce possible sur hcfr.fr ! Un bon dac en liaison usb avec ton PC, et France Musique sera d'une qualité remarquable.


Et mĂȘme possiblement meilleure que par la FM... vu que France Musique est dorĂ©navant compressĂ©e - et de façon erratique -, de façon importante et a un traitement d'antenne pour la diffusion FM dont la chaine ne "bĂ©nĂ©ficie" pas sur internet et sur le satellite Canal +...

En revanche, les émissions en podcast sont médiocres...Elles sont tirés du signal compressé et trituré envoyé pour la diffusion FM...

La configuration dans mon profil


"Le coq qui chante le plus fort n'est pas celui qui vit le plus longtemps", proverbe que j'ai inventé le 12 juillet 2019. Libre de droits : ha ha ha !
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 DĂ©c 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 05 Juil 2020 22:55

Salut Autrichon et Haskil. La transmission de France-Musique par le truchement de l'ordinateur de mon installation est peut-ĂȘtre un peu plus compliquĂ©e qu'apparemment. Mon installation comprend un ordinateur dĂ©diĂ© avec en sortie numĂ©rique un carte LYNX servant d'interface entre le player JPLAY et les entrĂ©es numĂ©riques des deux BEHRINGER qui tiennent la multiamplification du systĂšme. Le problĂšme pour mettre une source supplĂ©mentaire qui serait celle d'une rĂ©ception par internet est donc de nature informatique et je ne suis pas trĂšs versĂ© en informatique. J'ignorais qu'internet permettait une trĂšs bonne rĂ©ception des Ă©missions-radio comme celles de France-Musique ou d'autres chaines musicales. Merci Haskil. Je vais donc demander Ă  un de mes amis qui possĂšde bien l'informatique de tenter de rĂ©soudre le problĂšme. Cordialement Olivier

La configuration dans mon profil


La haute-fidélité est une servante de la musique et non une fin en soi.
Le daim
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 419
Inscription Forum: 11 AoĂ» 2012 7:59
  • offline

Message » 06 Juil 2020 7:11

Le daim a Ă©crit:Salut Autrichon et Haskil. La transmission de France-Musique par le truchement de l'ordinateur de mon installation est peut-ĂȘtre un peu plus compliquĂ©e qu'apparemment. Mon installation comprend un ordinateur dĂ©diĂ© avec en sortie numĂ©rique un carte LYNX servant d'interface entre le player JPLAY et les entrĂ©es numĂ©riques des deux BEHRINGER qui tiennent la multiamplification du systĂšme. Le problĂšme pour mettre une source supplĂ©mentaire qui serait celle d'une rĂ©ception par internet est donc de nature informatique et je ne suis pas trĂšs versĂ© en informatique. J'ignorais qu'internet permettait une trĂšs bonne rĂ©ception des Ă©missions-radio comme celles de France-Musique ou d'autres chaines musicales. Merci Haskil. Je vais donc demander Ă  un de mes amis qui possĂšde bien l'informatique de tenter de rĂ©soudre le problĂšme. Cordialement Olivier


Une suggestion simple, tu tapes France Musique dans google, tu lances le webplayer de cette station, et le flux ira jusqu'Ă  ta carte Lynx puis jusqu'au Behringer...

La configuration dans mon profil


PC Windows 10 streaming et FLAC sur DD / SMSL M500 / SPL Control 2 /2x Nuprime STA9 / Davis Monitor 1 /Mogami 3103HP.
Alternativement un intégré FDA Nubert Nuconnect Xamp
"Je déteste deux choses: l'analyse et le pouvoir". Sviatoslav Richter.
Avatar de l’utilisateur
autrichon gris
Staffs ƒuvres & MultimĂ©dia
Staffs ƒuvres & MultimĂ©dia
 
Messages: 7852
Inscription Forum: 21 Oct 2009 14:18
Localisation: Strasbourg
  • offline


Retourner vers Musique enregistrée : BD, CD & DVD

 
  • Articles en relation
    Dernier message