Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: napa et 19 invités

Musique enregistrée : BLURAY, CD & DVD musicaux, interprètes...

opera

Message » 10 Nov 2002 20:31

De plus en plus amateur de musique classique, je viens d'écouter cet après-midi la passion selon st matthieu de Bach par Herreweghe. Ce disque que j'ai acheté grace à un post d'haskil est une pure merveille. M'étant rendu compte par la même, que j'étais capable d'écouter sans zapper un oeuvre de près de trois heures, je me suis décidé à franchir le pas : acheter mon premier opéra.

Alors voilà, j'attends vos conseils éclairés, j'ai bien quelques petites idées(ayant déjà quelques extraits), Mais j'aimerais savoir par quel opéra vous me recommandez de commencer et surtout quelle version vous conseillez.

Au passage, je trouverais sympa que mes conseilleurs indiquent par quel opéra intégral ils ont commencé et si c'est resté un de leurs disques de chevet.

Blounote :wink:
blounote
 
Messages: 4817
Inscription Forum: 11 Juin 2002 18:08
Localisation: 40 - DAX
  • offline

Annonce

Message par Google » 10 Nov 2002 20:31

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 10 Nov 2002 23:57

Je ne me hasarderais pas à te conseiller un opéra plutôt qu'un autre, car je ne suis pas très "art lyrique".

Alors, je vais plutôt répondre aux « questions sympas » !

Le premier opéra que j'ai écouté intégralement en CD, ce sont Les Trétaux de Maître Pierre de De Falla. M'enfin, ça ne compte pas vraiment, c'est un « opéra de chambre » de 30 mn (petite formation, 3 chanteurs...). Intéressant, mais pas impérissable. Ça n'est pas resté un disque de chevet !

Le premier vrai opéra que j'ai écouté intégralement en CD a été Lady MacBeth du district de Mstensk. Normal pour moi de commencer ma consommation d'opéras par Chostakovitch... Ça ne remonte pas à longtemps : deux/trois mois !

En revanche, tout jeune, j'ai vu quelques opéras télévisés, à défaut d'en avoir vu en live. Cela me parraît d'ailleurs plus naturel de commencer à découvrir l'opéra avec le son et l'image, car cette démarche préserve la nature de l'opéra en tant qu'art complet, à la fois visuel, gestuel, musical, décoratif, architectural même. Pourquoi ne pas commencer par un bon DVD ou une VHS empruntés dans une médiathèque ?

Sinon, mon meilleur souvenir reste le premier :wink: Une représentation de la Flûte enchantée de Mozart que j'ai dû voir sur Antenne 2 alors que j'avais 11/12 ans. A l'époque, les metteurs en scène n'avaient pas la manie grotesque de tout dépouiller (Dépouiller Aïda, quelle idée ! Certains l'ont fait !!) ou de tout révolutionner par un traitement post-moderne (Boris Godounov chez les Soviets, c'est limite-limite). Bref, à l'époque, j'avais été ébloui par la magie du chant, des personnages (habillés façon Dark Crystal ou L'Histoire sans fin) et des décors. Ah ! entendre chanter l'air de la Reine de la nuit par une chanteuse habillée selon l'idée que l'ont se fait d'une souveraine d'un monde fantastique quand on est un gamin !

Sinon, mes meilleurs souvenirs, à part celui-là : un Mefistofele de je ne sais plus qui (désolé :oops: ). Hallucinant ! Une Bohême, boulersante (Désolé, à l'âge que j'avais, je ne faisais attention ni aux orchestres, ni au chef, ni au metteur en scène, mais je sais qu'il y avait Pavaroti dans la distribution !). Et aussi une Aïda (Pas post-moderne, ni dépouillée. Cool: je suis égyptomaniacophile), et Boris Godounov (chez les Soviets).

Finalement, l'opéra reste pour moi attaché à une découverte innocente de la musique classique lorsque j'étais tout jeune. Ce n'est peut-être finalement pas étonnant que je ne me plonge pas aujourd'hui plus profondément dans l'art lyrique par le disque, qui est aveugle, maintenant que toutes ces interrogations autour des versions, de la prise de son, de la qualité de la distribution, sont venues corrompre ma naïveté.

Enfin, bref...

La Lady MacBeth de Mstensk par Chostakovitch dans la version de Rostropovitch, avec Vychnevskaïa et Gedda (EMI) restera, c'est certain, un de mes disques de chevet.

La configuration dans mon profil


Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 10914
Inscription Forum: 31 Mar 2002 2:00
  • offline

Message » 12 Nov 2002 14:51

bonjour,

Blounote, j'apprécie aussi beaucoup la musique sacrée de Bach dont je ne me lasse pas et qui est pour moi une source inaltérable de "bonheur musical".

je regrette toujours ce manque de temps ces dernières années pour écouter de longues oeuvres (travail, enfants en bas-âge :D ). ah le bon temps où j'étais étudiant !

je suis un peu comme vous avec une expérience limitée en opéra.

personnellement, j'ai découvert l'opéra avec le film de Losey "Don Giovanni", pour moi il a l'avantage d'offrir une bonne interprétation, le talent de cinéaste de Losey, une histoire facile à suivre, une musique d'une grande beauté et d'une force saisissante (la scène du Commandeur à la fin !).

je ne sais pas s'il existe en dvd.


cordialement

Jérôme
claram
 
Messages: 3117
Inscription Forum: 01 Mar 2002 2:00
Localisation: du NEUF CINQ
  • offline

Message » 12 Nov 2002 16:57

C'est tellement difficile de répondre à une telle question! Vois comment Scytales est venu à l'Opéra (au fait Scytale ton Mefistofele est de Boïto) : Lady Macbeth, pas l'opéra le plus facile et cependant...

Alors, je ne sais pas. J'ai par exemple une passion pour Pelléas et Mélisande de Debussy : quand je l'écoute, la vision de la belle et la bête de Cocteau vient toujours en sur-impression. Va savoir pourquoi. Ce n'est pas l'opéra le plus facile, pas le plus difficile non plus, mais comme Lady Macbeth on peut en devenir tocqué. Et puis ça cause en français et l'on comprend le texte mot à mot quand il est bien chanté et bien articulé.

Une version légendaire : Desormière, avec Irène Joachim et Jacques Jansen. sublime mais enregistré en 1941 ou 42... EMI

UNe version moderne excellentissime, pour moi la meilleure en stéréo : Yakar, Tappy et Armin Jordan chez Erato.

A éviter Boulez (on comprend rien), Karajan (son horrible et on comprend pas tout).


Sinon dans un genre totalement différent : Tosca de Puccini par Callas et Sabata, scala de Milan 1953 : son mono plus qu'acceptable et sans doute l'opéra le plus parfait dramatiquement de tout le répertoire. pas un temps mort. La musique? On peut détester.
La Bohème idem : si on aime la facilité immédiate de la musique de Puccini (qui cache quelques pétites harmoniques et d'orchestration : au début de Bohème trois accords semblent sortis de la Turangalila de Messiaen composées 55 ans plus tard...) c'est génial. La version Pavarotti, Freni, Karajan est justement légendaire. Une pas moins belle : Carreras, Ricciarelli, Colin davis (philips supprimé mais on la trouve et prise de son à tomber à la renverse).

Otello de Verdi, Aïda (opéra intimiste Scytales à l'exception du début).

Et évidemment Traviata : chef-d'oeuvre aussi... dont il existe assez peu de grandes versions et pas de modernes qui soient à la hauteur de Callas à Lisbonne ou de Callas avec Giulini...

Si tu trouves Tristan et Isolde par Carlos Kleiber et Margaret Price.... dans le genre grand voyage... et son splendide... ou Furtwängler chez EMI, mono plus qu'acceptable et interprétation inoubliable.... avec une Flagstadt incendiaire et une schwarzkopf qui lui prête un contre ut dans les coulisses pendant le grand duo d'amour...

Alain :wink:
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 12 Nov 2002 21:17

C'est tellement difficile de répondre à une telle question!


C'est vrai que, en y revenant, je trouve que la manière dont j'ai posé la question n'est pas évidente, ça n'a pas empêché de voir des réponses très intéressantes. En fait derrière ma question se cache l'angoisse de l'ennui. C'est vrai que nous connaissons tous des airs d'opéras célèbres, mais ma crainte est que l'intégrale puisse décevoir en ce sens que finalement les airs connus ne seraient que des bons moments au milieu de l'ennui.

Et évidemment Traviata : chef-d'oeuvre aussi... dont il existe assez peu de grandes versions et pas de modernes qui soient à la hauteur de Callas à Lisbonne ou de Callas avec Giulini
...

peut-être vais-je commencer par là...pour Callas

Autrement, le disquaire du coin à pour un prix raisonnable une version de tristan et Isolde par Bohm (enregistrée à Bayreuth), est-ce intéressant?
blounote
 
Messages: 4817
Inscription Forum: 11 Juin 2002 18:08
Localisation: 40 - DAX
  • offline


Retourner vers Musique enregistrée : BD, CD & DVD

 
  • Articles en relation
    Dernier message