Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: aeric et 26 invités

Tout sur les séries... Télévisées, mais aussi webséries ou VOD ( type Netflix )

True Blood : Alan Ball de retour - saisons 1,2,3,4,5,6...

Message » 11 Juil 2008 1:41

En même temps Arsenic, la première saison de Twin Peaks, particulièrement au début peut être vue comme un soap policier, et c'est d'ailleurs le mystère et une campagne marketing sans précédent qui a bien vendu Twin Peaks dans le monde et plus particulièrement aux USA.
En France le ratage s'explique plus par la diffusion sur la 5 de Berlusconi et le gigantesque Hiatus que cette chaîne pouvait alors représenter à l'époque...
Quant à la deuxième saison, rien que l'importance prise par la dame à la bûche et le diabolique BOB, entraînèrent cette série vers de sommets de bizarrerie décalée pas très loin du grotesque et du sublime chers aux romantiques du XIXème siècle .
Pour finir, je partage complètement ton analyse en ce qui concerne les Sopranos et les défauts de Lost, dont, tu devrais malgré tout voir la 4ème et meilleure saison.
Pour moi, il faut bien que je l'avoue, le gros problème de Lost c'est cette tête à claque de Jack qui m'irrite au plus haut poing, sans doute à cause de l'acteur...
Laurent
lau1967
 
Messages: 1548
Inscription Forum: 08 Jan 2006 10:50
Localisation: auvergne (43)
  • offline

Annonce

Message par Google » 11 Juil 2008 1:41

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 11 Juil 2008 11:28

je ne cherchais pas forcément à comparer frontalement lost et les sopranos. je parlais simplement d'audace. je loue aussi la qualité d'écriture des sopranos simplement, le "problème" des sopranos c'est le terreau sur lequel la série s'inscrit : le film de mafia (tu me diras c'est comme toujours une histoire de famille), donc les us et les coutumes des sopranos, les guerres de clans, on les a déjà vu chez coppola, scorsese et tant d'autres. après le format de série permet d'aller plus loin avec les personnages et tony en est un fascinant je trouve.
ce que j'aime chez lost c'est ce côté cérébral en pure perte, j'aime les puzzle. après je ne sais pas jusqu'où tu as été dans lost. mais bon on peut aimer une série plus directe comme lost et des séries comme six feet (qui est pour moi largement au-dessus des sopranos) plus détournées. comme au cinéma.
après, il faut aussi se méfier de l'écriture soi-disant audacieuse et moderne des séries, c'est pas parce que ta mère ne regardera pas nip/tuck que ça en fait pour autant une grande série (en même temps ma mère ne regarde ni lost, ni DH, ni nip/tuck, mais plutôt les séries de la 1 ou de la 2 :lol: ). j'ai commencé à regarder californication et c'est excellent mais le fait de mettre 3 coppulations par épisode (en amazone, en levrette...) et avec une gamine de 16 ans n'en fait pas pour autant une série avant-gardiste ou moderne en termes d'écriture. faut se méfier aussi des clichés inverses de la série dite audacieuse...
sopor
 
Messages: 12952
Inscription Forum: 25 Déc 2002 21:38
Localisation: Paris
  • offline

Message » 11 Juil 2008 13:22

Six Feet Under est beaucoup plus vaste dans son champ d'investigation et de questionnement que Les Sopranos, ce qui explique peut être la plus grande richesse de cette dernière.
Pour Lost, je me suis arrêté, écoeuré, au bout de deux saisons et demi. Et même si ensuite ça remonte, j'ai tellement de séries intéressantes à voir à coté que je doute d'y accorder un second regard.
Ensuite, bien sûr, ce n'est pas forcément le sexe et/ou la violence qui font l'audace d'une série. Tout du moins pas totalement, parce que mine de rien, ça joue. Dans notre paysage audiovisuel très aseptisé, il faut oser franchir certaines limites. Nip Tuck, bien que très imparfaite (les dernières saisons sont bien moins bonnes que les premières), est l'une des séries les plus osées qui soient... sans pour autant être dans le "choquer pour choquer".
L'audace visuelle n'est pas forcément corrélative de l'audace d'écriture, là dessus je suis d'accord avec toi. Mais souvent, on trouve les deux ensembles.
Arsenic
 
Messages: 4579
Inscription Forum: 12 Aoû 2006 20:44
  • offline

Message » 24 Juil 2008 13:13

ogobert a écrit:
lau1967 a écrit:C'est vrai que en ce moment je viens de finir les Tudors pour passer aux deux premières saisons de Weeds tout en matant la fin de Doctor Who et Galactica pour découvrir True Blood d'Alan Ball... :o :D 8) :wink:
Comment dire, j'ai même un peu de mal à trouver l'équivalent au ciné en ce moment, à de rares exceptions près, bien sûr;)


Pareil ici, je me fais une "cure" de série TV en ce moment, ca fait je ne sais combien de temps que je me suis regardé un film


C'est sur que y'a vraiment de très bonnes séries actuellement. Perso je n'arrête pas d'enchainer les séries et les saisons.

Le phénomène séries télé n'est pas nouveau, je me souviens que j'achetais le feu "génération séries" y'a 15 ans, mais c'est vrai que depuis une dizaine d'années il a pris une ampleur nouvelle et d'importance.
Plusieurs ont souligné la qualité des séries HBO et ShowTime et c'est vrai et justifié. On souligne la qualité d'écriture, la cohérence des scénarios et la multiplicité des sujets abordés et la complexité des personnages.

Je crois qu'un élément nouveau qui explique cette qualité c'est le format. Dans les années 60 et 70, les grandes séries de l'époque (Mission Impossible, Les Envahisseurs, etc...) étaient sur un format d'environ 24 épisodes par saison.
24 épisodes c'était un format standard. D'ailleurs Lost ou Desperate Housewives sont encore sur ce format là d'une saison complète de septembre à juin. c'est le cas de beaucoup de séries des 4 principaux networks US (ABC, NBC, CBS et Fox).

Les séries de HBO et Showtime, entre autres, sont sur un format beaucoup moins contraignant, généralement 13 épisodes en moyenne. C'est le cas des Sopranos, de The Wire, Six Feet Under, de Dexter, de Nip/Tuck (au moins au début), etc...
Oz par exemple est sur un format de 8 épisodes par saison (sauf pour la saison 4).

Moins d'épisodes à produire signifie moins de remplissage, moins de temps morts et plus d'attention portée sur l'écriture. Tout est plus condensé et écrit à la manière d'un long métrage. David Simon, le créateur/producteur de The Wire a d'ailleurs dit que pour lui il envisageait chaque saison de The Wire comme un long métrage d'une dizaine d'heures.

Une des raisons de la qualité des séries d'aujourd'hui tient à cela. Cela tient biensur au fait du support aussi : le cable. Sur les 4 principaux networks US, on a l'habitude mettre des séries face à face en frontal. Par exemple, si une série policière marche sur NBC à 21h le dimanche soir, ABC va surenchérir et mettre une autre série policière face à elle à la même heure. Idem pour les sitcoms. On se marque à la culotte. Sur le cable, ces stratégies n'ont pas de raison d'être et l'audience et la pub ont moins d'importance dans la mesure où c'est les abonnements qui permettent la perennité des chaines.

Au final, c'est pas étonnant que des séries comme 24 ou Lost déçoivent leur public dès la deuxième ou troisième saison car ils ont du mal à tenir la route sur de si longues saisons de plus de 20 épisodes.

Je dois dire que j'ai tendance à éviter les séries de plus de 20 épisodes. Pour moi le format de 12 ou 13 épisodes par saison est vraiment idéal.
Nick Cave
 
Messages: 814
Inscription Forum: 06 Jan 2005 2:11
  • offline

Message » 24 Juil 2008 13:21

Entièrement d'accord avec ça. Signalons également que les épisodes d'une série sur 13 épisodes sont parfois, dans le cas d'HBO notamment, pour absence de pub, plus long que le classique 42'.
Arsenic
 
Messages: 4579
Inscription Forum: 12 Aoû 2006 20:44
  • offline

Message » 24 Juil 2008 22:25

@Nick Cave : ( l'image reprend d'ailleurs un de mes albums préférés ;) ) Beaucoup de justesse dans ce post, même si, comme pour tout en ce bas monde, il y a des exceptions : la nouvelle série BSG et Farscape, sont les 2 séries d'exception qui me viennent à l'esprit là tout de suite, pour le format de plus de 20 épisodes par saison sans aucun essoufflement...
D'autres par contre comme les X-Files avaient au moins 1 épisode moyen voire catastrophique par saison, et pourtant je suis un fan hardcore de cette série.
Laurent
lau1967
 
Messages: 1548
Inscription Forum: 08 Jan 2006 10:50
Localisation: auvergne (43)
  • offline

Message » 22 Sep 2008 22:25

Et c'est reparti. ;)

Un deuxième épisode qui nous en apprend un peu plus sur notre jolie serveuse et son romantique compagnon... terrain balisé, mais réalisation soignée. On en profite pour découvrir le générique hystérique, sexe et sanglant qui n'augure que du meilleur. :)

Vite vite vite qu'on s'éloigne un peu de l'univers par trop codifié des vampires pour que la série trouve enfin son originalité.
Arsenic
 
Messages: 4579
Inscription Forum: 12 Aoû 2006 20:44
  • offline

Message » 23 Sep 2008 0:08

Nick Cave a écrit:C'est sur que y'a vraiment de très bonnes séries actuellement. Perso je n'arrête pas d'enchainer les séries et les saisons.

Le phénomène séries télé n'est pas nouveau, je me souviens que j'achetais le feu "génération séries" y'a 15 ans, mais c'est vrai que depuis une dizaine d'années il a pris une ampleur nouvelle et d'importance.
Plusieurs ont souligné la qualité des séries HBO et ShowTime et c'est vrai et justifié. On souligne la qualité d'écriture, la cohérence des scénarios et la multiplicité des sujets abordés et la complexité des personnages.

Je crois qu'un élément nouveau qui explique cette qualité c'est le format. Dans les années 60 et 70, les grandes séries de l'époque (Mission Impossible, Les Envahisseurs, etc...) étaient sur un format d'environ 24 épisodes par saison.
24 épisodes c'était un format standard. D'ailleurs Lost ou Desperate Housewives sont encore sur ce format là d'une saison complète de septembre à juin. c'est le cas de beaucoup de séries des 4 principaux networks US (ABC, NBC, CBS et Fox).

Les séries de HBO et Showtime, entre autres, sont sur un format beaucoup moins contraignant, généralement 13 épisodes en moyenne. C'est le cas des Sopranos, de The Wire, Six Feet Under, de Dexter, de Nip/Tuck (au moins au début), etc...
Oz par exemple est sur un format de 8 épisodes par saison (sauf pour la saison 4).

Moins d'épisodes à produire signifie moins de remplissage, moins de temps morts et plus d'attention portée sur l'écriture. Tout est plus condensé et écrit à la manière d'un long métrage. David Simon, le créateur/producteur de The Wire a d'ailleurs dit que pour lui il envisageait chaque saison de The Wire comme un long métrage d'une dizaine d'heures.

Une des raisons de la qualité des séries d'aujourd'hui tient à cela. Cela tient biensur au fait du support aussi : le cable. Sur les 4 principaux networks US, on a l'habitude mettre des séries face à face en frontal. Par exemple, si une série policière marche sur NBC à 21h le dimanche soir, ABC va surenchérir et mettre une autre série policière face à elle à la même heure. Idem pour les sitcoms. On se marque à la culotte. Sur le cable, ces stratégies n'ont pas de raison d'être et l'audience et la pub ont moins d'importance dans la mesure où c'est les abonnements qui permettent la perennité des chaines.

Au final, c'est pas étonnant que des séries comme 24 ou Lost déçoivent leur public dès la deuxième ou troisième saison car ils ont du mal à tenir la route sur de si longues saisons de plus de 20 épisodes.

Je dois dire que j'ai tendance à éviter les séries de plus de 20 épisodes. Pour moi le format de 12 ou 13 épisodes par saison est vraiment idéal.


Ton analyse est intéressante Nick Cave :), mais je ne la partage pas vraiment. :oops:

Réaliser 13 épisodes par saison au lieu de 24 est affaire de choix d'auteur, de période de tournage, de budget, de stratégie, de positionnement commercial, de concurrence éventuelle...
Il n'y a aucune relation de cause à effet mesurable entre le nombre d'épisodes par saison et la qualité objective d'une série. Je peux citer autant - si ce n'est plus - de séries exceptionnelles qui comportent plus de 20 épisodes par saison que de séries qui en comportent moins.
Arguer de 24 comme exemple de série qui déçoit parce que comportant plus de 20 épisodes par saison est totalement infondé. Car elle est bien loin d'avoir déçu pour exister encore - et même bien se porter - du haut de ses sept saisons, ce que quasiment aucune série HBO ou Showtime (de moins de 20 épisodes par saison) ne peut prétendre avoir accompli.

Quant à l'argument en vogue consistant à présenter les saisons des séries comme autant de très longs métrages, c'est surtout une astuce commerciale popularisée par HBO pour se crédibiliser auprès des critiques de cinéma qui snobent trop souvent l'univers des séries.
Et si par malheur les séries TV étaient bel et bien appelées à n'être plus des "films chapitrés", elles perdraient leur spécificité, c'est à dire justement ce qui les distingue du cinéma. Ce serait l'anéantissement de l'esprit même des séries par celui du cinéma, et non le contraire comme il serait bien tentant de croire.

La qualité d'une série ne se mesure ni au poids, ni au volume, ni au format, ni au nombre, ni au réseau de diffusion. Elle se mesure aux auteurs, à la qualité d'écriture, à la qualité des interprètes, et à beaucoup de facteurs incidents qui ne résultent pas seulement de la volonté des contributeurs.

Quant à subordonner le visionnage (et donc fatalement l'appréciation) des séries à leur nombre d'épisodes par saison, ce n'est pas plus brillant que de subordonner le visionnage des œuvres à leur édition en Blu-Ray et/ou à la présence d'effets spéciaux "qui déchirent". :roll:
Et c'est pourtant monnaie courante dans la section Home-Cinema du forum... :roll:

Yves
yrad
 
Messages: 1420
Inscription Forum: 16 Mar 2005 0:04
Localisation: Twin Peaks
  • offline

Message » 10 Nov 2008 22:21

Cette série j'adore.
yyfranckyyy
 
Messages: 37
Inscription Forum: 02 Aoû 2008 17:52
Localisation: là ou on ne m'attend pas
  • offline

Message » 10 Nov 2008 22:23

[quote="Arsenic"]Ball et Abrams en même temps, ils boxent pas vraiment dans la même catégorie. ;) ([i]Fringe[/i], ce sera sans moi, le pilote m'a suffit...)[/quote]
Moi j'aime bien fringe
yyfranckyyy
 
Messages: 37
Inscription Forum: 02 Aoû 2008 17:52
Localisation: là ou on ne m'attend pas
  • offline

Message » 16 Nov 2008 1:17

Bonsoir,
Même si cette série me déçoit plus qu'elle ne m'enchante, je suis encore accro.
Notamment l'épisode 8 réalisé par Michael Lehmann, déjà responsable de l'ineffable Heathers avec Slater et Winona Ryder et de l'incroyable Hudson Hawk.
Son humour grinçant m'a fait passer un très bon moment, d'autant que cette fois-ci, le petit Michael s'est lâché sans pour autant discréditer l'intrigue ou les personnages.
Juste quelques scènes à l'humour décalé sans être pour autant gratuit.
Quelque chose cependant me fait peur : la télépathie de Sookie n'est même plus évoquée depuis au moins 4 épisodes !
De plus, la série s'enlise parfois dans sa volonté de banaliser le fantastique tout en le confondant avec un merveilleux ordinaire, que les mauvaises langues pourraient qualifier de pacotille...
Bref, entre les vampires, le vaudou et les démons et les métempsycoses, True Blood court un peu trop de lièvres à la fois, pour moi en tout cas.
Laurent
lau1967
 
Messages: 1548
Inscription Forum: 08 Jan 2006 10:50
Localisation: auvergne (43)
  • offline

Message » 16 Juin 2009 22:48

Saison 2, en route gentlemen. :)
Arsenic
 
Messages: 4579
Inscription Forum: 12 Aoû 2006 20:44
  • offline

Message » 20 Juin 2009 10:00

Salut Arsenic ;)
Premier épisode de la saison 2 vu et apprécié :D
1h de bonheur pour bien du plaisir à venir : vive les séries de l'été !
Laurent
P.S. Les faiblesses de la première saison ont disparu : la série semble avoir trouvé sa voie et Alan Ball son rythme...
lau1967
 
Messages: 1548
Inscription Forum: 08 Jan 2006 10:50
Localisation: auvergne (43)
  • offline

Message » 01 Juil 2009 21:14

2ème et 3ème épisode ingurgités : les moments de grâce contaminent les épisodes dans leur intégralité, maintenant...
Aprés avoir vu Twilight, car j'aime sans doute un peu trop le fantastique et tout ce qui se rattache aux vampires, (en accéléré, faut pas déconner quand même :mdr: ), je suis mordu, définitivement, et accroc, totalement :mdr: :roll: :wink:
True blood devient pour moi une grande série.
Laurent
lau1967
 
Messages: 1548
Inscription Forum: 08 Jan 2006 10:50
Localisation: auvergne (43)
  • offline

Message » 02 Juil 2009 7:33

Avec de grands moments d'auto-dérision... le personnage d'Eric est à ce titre à se poiler. :)
Arsenic
 
Messages: 4579
Inscription Forum: 12 Aoû 2006 20:44
  • offline


Retourner vers Séries

 
  • Articles en relation
    Dernier message