Modérateurs: Staff Haute-Fidélité, Staff Univers Casques, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 21 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Sys.Igor Kirkwood:StudioBriare/NS1000x/2s.Griesinger by Ohl

Message » 09 Oct 2017 21:04

kazuya a écrit:
oso a écrit:Saud qu'une enceinte est bien plus que la somme de ses composants. Pourquoi des équipes d'ingénieurs, des chambres sourdes, des mesures très sophistiquées s'il suffit d'assembler les meilleurs HP dans une boite?

Croyez vous vraiment qu'un ingenieur puisse concevoir un filtre sans prendre en compte les caractéristiques des HP utilisés?


Sachant que la plupart des conceptions d'enceintes Hi-Fi actuelles sont dictées par le marketing... hmm... :ko:

Sinon je suis pas étonné du meilleur résultat sans correction active de la nouvelle salle. :)


oso a écrit:
jeoffrey59 a écrit:
t'es une véritable anguille toi :zen: si tu cherches la petite bête, forcément tu va la trouver... :ane:

:mdr:

Sur votre véhicule, vous allez vous interdire de monter des roues de 16p, parce que d'origine elle est montée en 15p ? pourtant elle aussi elle à fait l'objet de nombreux teste, avec beaucoup d'ingé derrière...

mais remettons les choses à leurs place...Igor ne s'est pas permis de changer tout les HP de ses yam, il à juste changé le tweeter pour un autre, peut-être pas plus performant, mais surement plus adapté au filtrage actif car le focal se coupe plus bas.

"Le sujet" que vous semblez ne pas comprendre, il est là...Igor n'utilise plus les filtres d'origines de ses enceintes, il est en filtrage actif. En gros de cette manière, c'est lui même qui choisi la réponses en fréquence de ces enceintes, adaptant celle-ci à son local et l'acoustique de celui-ci. et dans cette tache, le tweeter focal était plus adapté pour bidouiller les fréquences de coupures des différents hp.

Le filtrage actif, et le fait de changer un hp pour allez dans cette direction, c'est pas vraiment usurper le travail des ingé...à mon sens, c'est plutôt une façon d'optimiser l'enceintes, et d'adapter la réponse de celle-ci le mieux possible à son local d'écoute.
Et comme précisé plus haut, quelques soit leurs compétences, c'est toujours une question de budget.
Si vous souhaitez faire une confiance aveugle aux ingé, eh bé ! dites vous bien que ce n'est pas eux qui mènent la barque dans ce genre d'aventure !

Quand on vois dans 80% des cas la qualité merdique des composants qui équipent nos enceintes, avec des ingéneurs aussi bien équipés que vous le dites, bien justement ! on se demande où ils sont bien passé ces ingé ! :ane:


Vous devriez exposer votre point de vue aux équipes de recherche des meilleurs fabriquants. Je suis sûr qu'ils vous écouteraient avec toute l'attention nécessaire.

Sérieusement, quand vous modifiez une enceinte à domicile, qu'est ce qui peut vous permettre d'affirmer que le résultat est plus fidèle? Les technologies embarquées (sur lesquelles il est plus facile de communiquer que la finesse de la mise au point)? Les mesures? repassez dans vos enceintes un cd enregsitré par un micro....et revenez confirmer (si possible) chacune de vos affirmations...péremptoires pour le moins.


kazuya a écrit:Il n'y a rien d'extraordinaire à créer des enceintes chez soi !
Il suffit de faire une mesure en fenêtré et on reproduit les conditions anéchoïque d'une chambre pour le médium/aigu.

J'ai fait plusieurs filtres (avec mesures > simulation de filtre > montage du filtre > vérification en réel et rebelotte quand ça va pas tout à fait) et vérifié des dizaines d'autres et toutes les mesures se tiennent.
Pour le grave c'est un peu plus compliqué, faut le faire en extérieur plan de sol ou en periodic noise micro proche pour voir les déphasages et compagnie mais avec un peu de patience c'est faisable.

En tout cas mettre au point une enceinte 2 voies est assez simple avec de l'expérience, une 3 voies plus difficile mais ça reste accessible avec de la patience.
Et là je parle en filtrage passif, en actif c'est beaucoup plus rapide puisqu'on peut mesurer le modifications en temps réel.

Le choix des composants est beaucoup plus difficile que de faire un filtre correct.

S'il y a des ingénieurs chez les constructeurs, c'est surtout pour développer de nouveaux haut-parleurs et faire des caisses plus élaborées.
Dernière édition par Igor Kirkwood le 09 Oct 2017 22:45, édité 5 fois.

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9583
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Annonce

Message par Google » 09 Oct 2017 21:04

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 09 Oct 2017 21:09

oso a écrit:
ohl a écrit:Les constructeurs ne s'équipent que de chambres sourdes. Les chambres réverbérantes ne servent pas à grand chose : les mesures de puissance rayonnée (power response) sont plus précises quand elles sont extrapolées à partir de mesures multiples en chambre sourde.
Heureusement que les constructeurs payent des ingénieurs pour développer les produits : il me semble préférable d'avoir un bon bagage en acoustique, électro-acoustique, psychoacoustique, etc... pour arriver à des résultats intéressants.
On s'aperçoit quand même que la plupart des petits constructeurs sont bien plus près du "bricolage" que d'une mise au point scientifique !

Il est évident que la plupart des écoutes sont subjectives et pas toujours très fiables : la mise en place d'écoutes "objectives" valides est complexe et assez difficile à mettre en oeuvre sans un matériel spécifique. Je ne connais qu'un seul constructeur qui a mis en place une installation pour écouter et comparer des enceintes en essayant d'éliminer tous les biais d'un protocole d'écoute, il s'agit du groupe Harman.
Un bon protocole de mesure permet de faire le plus gros boulot de façon rapide, précise et répétitive : les écoutes sont importantes mais servent surtout à peaufiner l'équilibre général.

Je travaille bien plus souvent dans des studios de 200 à 500m3. Et évidemment, il y a souvent moins de problèmes dans le grave. Par contre, les NS1000 serait assez loin des niveaux sonores nécessaires :wink:


Que penser d'une enceinte dont le tweeter a été modifié sans l'aide des ingénieurs qui l'ont conçue, sans chambre sourde, ni qui que ce soit d'autre que des mesures dans un espace semi réverberant? Assurement, il s'agit d'un cas hyper particulier dont aucun enseignement ne pourra etre extrapolé. Si je me trompe, il faut jeter les ingénieurs, leurs mesures et extrapolation.

Ce serait interessant de décrire ce qu'a fait Harman. Il y eu Cabasse aussi avec des démo enceinte/orchestre réel. Là au moins, on trouve une référence fiable pour savoir si la mesure colle à l'écoute. Les enceintes mises au point ainsi sont plutôt réussies, on en trouve encore chez Radio France.. D'ailleurs, je crois que Cabasse dispose toujours d'une chambre réverbérante.

Les mesures et l'écoute: si les premieres permettaient de prévoir exactement l'écoute, toutes les enceintes actuelles auraient tendance à se ressembler, au moins dans le haut de gamme. On en est loin je pense.


ohl a écrit:
oso a écrit:Ce serait interessant de décrire ce qu'a fait Harman.
C'est bien documenté dans les papiers de l'AES. Et Sean Olive a un site dont un des articles résume ces expériences : http://seanolive.blogspot.fr/

oso a écrit:Il y eu Cabasse aussi avec des démo enceinte/orchestre réel. Là au moins, on trouve une référence fiable pour savoir si la mesure colle à l'écoute.
C'est bien le genre d'écoute qui ne prouve malheureusement pas grand chose : il faut se rappeler que déjà pour le gramophone, les gens s'extasiaient de la ressemblance avec une vraie chanteuse !

oso a écrit:Les enceintes mises au point ainsi sont plutôt réussies, on en trouve encore chez Radio France.
La plupart des Cabasse ont été remplaçées depuis longtemps. Il reste, je crois, quelques paires de Mistral en utilisation.

oso a écrit:Les mesures et l'écoute: si les premieres permettaient de prévoir exactement l'écoute, toutes les enceintes actuelles auraient tendance à se ressembler, au moins dans le haut de gamme. On en est loin je pense.
Non, les enceintes de qualité sont très proches à l'écoute.

ohl a écrit:
oso a écrit:Et vous même, en tant que professionnel, avez vous déja participé à ce genre d'expérience? Ou mieux, avez vous déja tenté de confronter la reproduction au direct, histoire de voir ou vous en etiez?
Oui quelquefois, mais j'ai constaté qu'il était difficile d'émettre un jugement valable : la mémoire auditive n'est que de quelques secondes. De plus la différence importante entre les scènes sonores (la reproduction spatiale) présente trop d'écart entre réel et reproduction et à mon avis nuit à une perception fine des autres qualités et défauts.
Ce sont des tests difficiles à mettre en oeuvre pour un orchestre symphonique mais bien plus simples si c'est juste la voix de votre conjoint !

oso a écrit:Pensez vous qu'un système, réglé pour sonner "bien" sur un enregistrement mixé en stéreo d'intensité sera compatible avec une prise de son en stéreo de phase?
Un système avec des enceintes n'est pas fait pour écouter une pure stéréo de phase (correction, il faut lire "intensité"), sauf à appliquer un traitement particulier en amont. Errata : je voulais évidemment dire le contraire, merci Oso.

oso a écrit:Quelles sont vos références pour savoir si un système est vraiment fidèle?

Je pense qu'il faut vraiment distinguer deux aspects différents dans la reproduction sonore :
- la fidélité des timbres
- la fidélité de la scène spatiale

Pour la fidélité des timbres, on sait que la qualité est liée à la qualité de la réponse en fréquence dans l'axe mais aussi à la régularité de la réponse dans l'espace (directivité, réponse en puissance globale) et dans une moindre mesure, à la réponse en phase. Et je pense vraiment qu'il y a des méthodes de mesures/réglages et tests qui permettent de s'approcher de solutions satisfaisantes. Pour juger de la qualité du timbre, il est plus précis de le faire sur une seule enceinte avec un signal mono.

Quant à la reproduction de la scène spatiale, il y a des solutions binaurales (casque avec head-tracking) qui sont impressionnantes de réalisme.
Pour la reproduction sur enceintes, il s'agit toujours d'un compromis :
- quand le nombre de sources est faible (stéréo, 5.1, 7.1), la spatialisation frontale peut être imprécise mais surtout trop dépendante de la position d'écoute
- quand on multiplie les sources, on crée des problèmes de timbre (filtrage en peigne, etc)
Le sujet est complexe, on pourrait écrire un livre : pour preuve, il y a un super bouquin à ce sujet : https://www.dunod.com/sciences-techniques/son-multicanal. :wink:

oso a écrit:Pourquoi la stéréo de phase ne serait elle pas possible avec des enceintes? Les enregistrements les plus réalistes que je possède sont en stéréo de phase, avec des micro omni à petites capsules espacés de plusieurs metres (musique acoustique). Il ont été adoptés par des sociétés sérieuses comme BW ou Cabasse, c'est que ça doit tout de même fonctionner. Ces derniers ont meme réalisé des démos comparant en direct musiciens/reproduction devants des milliers de personnes. Ce n'est pas rien. et c'est sans doute suffisant pour que le principe ne soit pas balayé d'un revers de main.

Pour la prise de son en multicanal: si l'on s'en tient au principe de Huygens avec pour but l'échantillonage et la reproduction du front d'onde, je ne vois pas au nom de quoi il y aurait plus de filtrage en peigne à la reproduction....qu'en direct ou les decalages de phase existent partout.

J'ai fait le mois dernier l'experience d''enregistrements de concerts classiques (musique de chambre, orchestre,orgue, voie, jazz), en 6.0 (toujours des omnis à petites capsules, très linéaires) chez le preneur de son qui s'occupait des enregistrements pour Cabasse (Bernard Neveu, disques BNL et Syrius). 6 micros, 6 enceintes (pour le controle sur place, et pour la repro dans le studio). La scène est d'une stabilité incroyable, et absolument indépendante des enceintes. On peut se déplacer sans que le géométrie ne soit affectée. C'est troublant, et très au dessus de tout ce que j'ai pu entendre en terme de réalisme et de qualité de timbre.

L'enregistrement bianural est une blague pour la reproduction sur enceintes (distorsion spatiale + ajouts d'une tete entre les musiciens et l'auditeur); les couples rapprochés c'est pas génial non plus toujours cette scène ramassée au centre (ça marche mieux au casque ou lorsqu'on utilise les enceintes comme des casques, très rapprochées: essayez avec les CD d'Igor) ; et le multimicro, avec un micro par musicien + reverb, ça peut séduire un moment, mais ce n'est pas très naturel.

Connaissez vous beaucoup d'enregistrements réalistes avec les mixages actuels en stéreo d'intensité? Moi, non.

Prestige audio Video avait proposé il y a quelques années des CD tests enregistrés en stereo de phase par P. Muller. Ce forum en garde la trace et tout lemonde s'accordait à les trouver très au dessus de tout le reste.

En stéreo de phase, quand c'est fait par des gens qui ont le savoir faire, la possibilité d'ouvrir une fenetre sur l'évènement sonore n'est pas une utopie. En 2.0 on ouvre une belle double porte, en 4 à 6 canaux, c'est tout le salon qui s'ouvre sur les musiciens. Jetez une oreille sur les disques BNL ou Passavant (Philippe Muller) et dites moi si le principe est mauvais.
Dernière édition par Igor Kirkwood le 09 Oct 2017 21:35, édité 2 fois.

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9583
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 09 Oct 2017 21:15

Pio2001 a écrit:Confronter la reproduction au réel n'a pas beacoup de sens en stéréo, car on n'enregistre pas le réel. On fait des prises isolées extrêmement artificielles (le micro près des instruments), puis on mixe.

La reproduction du réel existe en binaural, c'est-à-dire avec une prise de son faite sur une tête artificielle, puis rejouée avec des écouteurs intra-auriculaires... et encore, c'est très expérimental : utiliser un casque ou des écouteurs provoque une résonance artificielle dans le conduit auditif, qui se trouve semi fermé, ou fermé respectivement, alors qu'il est ouvert en écoute naturelle aussi bien que sur la tête artificielle. Cela provoque un pic vers 7000 Hz.

J'ai entendu deux points de vue pour tenter de définir le réel :
-Faire en sorte que tout se passe comme si les musiciens étaient chez soi.
-Faire en sorte que tout se passe comme si le mur derrière les enceinte n'existait pas et ouvrait sur une salle de concert.

Déjà, ces deux conceptions de la réalité sonore sont incompatibles.

Une troisième approche est de "faire en sorte qu'on entende ce que l'ingénieur qui a finalisé le master a entendu".

En pratique, on se débrouille avec un gloubiboulga qui emprunte joyeusement aux trois.


ajr a écrit:Bonjour,

D'autant qu'elles rajeunissent certains d'entre nous en rappelant les célèbres démos Cabasse, voilà des discussions comme nous les aimons ! :wink:

Si vous suivez la section casque vous aurez certainement constaté qu'un des derniers CD qui a été capté par Igor a remporté plusieurs prix internationaux et qu'il a été mentionné comme faisant partie des enregistrements de référence. Il s'agit de Deer's Cry d'Arvo Pärt qui a été enregistré avec seulement deux micros et a très vraisemblablement été contrôlé avec le vénérable casque Stax qu'utilise Igor depuis de nombreuses années.

A ce propos, lisant les récents posts de ce sujet très intéressant, j'ai retenu le chiffre d'atténuation de 0,3db/m à 15 khz lors de la propagation du son dans l'espace qu'on ne devrait donc pas constater lorsqu'on écoute avec un casque. Enfin, lorsque nos oreilles nous le permettent. :wink:

Sinon, dans un autre genre que Deer's Cry (notamment pour la perception de la réverbération) et pour l'avoir souvent utilisé ces derniers temps pour tester des casques, il y a la dernière piste non compressée (guitares électriques et batterie ) du CD de Tests Prestige Audio n°4 qui paraît intéressante.


Bonne journée.


Merci à ajr et à Pio pour la hauteur de leurs vues concernant le problème du choix de la méthode de prise de son et de sa corrélative importance pour la reproduction sonore en Haute Fidélité. :thks:

Je vais en complément ce ces avis pertinents donner ma positon en ce qui concerne la Prise de Son et une écoute de qualité.

Tout d'abord, j'ai été un amateur de Hi Fi avant de devenir Ingénieur du Son...Trop tentant de comprendre ce qui se passe de l'autre coté du miroir !
Nanti d'une simple Maitrise universitaire spécialisée en Audiovisuel, suis devenu, après un détour comme rédacteur de nombreuses revues techniques et notamment de Diapason, ou j'ai collaboré avec Gilles Cantagrel :thks: et Alain Lompech :thks: , un Preneur de Son quasiment autodidacte.
Mes gouts musicaux sont éclectiques, de Barbara à Monteverdi (mon compositeur préféré) en passant par Elvis Presley .....

Très rapidement je me suis forgé la conviction en matière de Prise de Son que ce qui acte la qualité de celle ci ce n'est pas tant la technique utilisée: 2 micros rapprochés ou éloignés ou prise de son à plusieurs micros que le niveau obtenu par chaque technique.
Je peux aimer également les belles prises de son en 2 micros ou en multi micros, et fort heureusement, en effet aimant l'Opéra les prises de sons à 2 micros sont rares !

En ce qui concerne les locaux de reproduction Haute Fidélité suis depuis fort longtemps persuadé du bonus extraordinaire qu' apporte un grand local (j'avais dès 2012 décrit sur HCFR la qualité sonore entendue dans les 90 m2 d'Olivier le Belge :o ).
Mais c'est la première fois, en 2017, que je dispose, à Briare, d'un grand local traité avec hauts plafonds et asymétrique.
Un mot sur la mise au point du traitement acoustique, elle s'est effectuée à l'aide des 16 m2 de panneaux acoustique épais que je peux utiliser en enregistrement, ce qui a déterminé, par exemple, le choix d'un rideau de 18 Kg (2x 9 Kg) disposé devant la baie vitrés face aux enceintes .
Dernière édition par Igor Kirkwood le 09 Oct 2017 21:56, édité 4 fois.

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9583
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Plafond Cathédrale

Message » 09 Oct 2017 21:46

JAVA Alive a écrit:
Igor Kirkwood a écrit:En ce qui concerne les locaux de reproduction Haute Fidélité suis depuis fort longtemps persuadé du bonus extraordinaire qu' apporte un grand local .


Je vis la même chose avec mes dynaudio C2. Passé d'un local de 20 m² bas de plafond à 35 m² + plafond "cathédrale", la différence est vraiment importante et la grande pièce sans correction bat subjectivement la petite avec corrections.

Je n'ai pas encore fait de mesures ni de corrections (j'attends l'hiver, je pense) mais les bosses sur le grave sont très clairement moins prononcées que dans la petite salle. Je ne les perçois plus à l'oreille alors qu'avant il suffisait de suivre une ligne de basse pour tout de suite entendre le problème.

La pièce n'étant pas traitée, j'avais peur de trop de réverb mais ça ne semble pas être le cas, peut être grâce au lambris qui couvre tout le plafond.
Dernière édition par Igor Kirkwood le 09 Oct 2017 22:23, édité 1 fois.

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9583
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 09 Oct 2017 22:13

syber a écrit:On m'appelle ?

Voici mon avis en quelques lignes :


Je suis allé écouter le WE dernier la nouvelle installation d'Igor.

Par nouvelle installation - c'est bien ce point qui me parait essentiel de partager avec vous - je signifie par là que la configuration matérielle ne change quasiment pas par rapport à l'ancienne installation. En revanche le local, si !

Résumé des épisodes précédents :

Igor possède une installation qui lui sert à vérifier ses enregistrements, puis ses points de montages. Vers 2009, avec l'aide de différents professionnels (TMS, puis Ohl) mais également en utilisant son expérience de la prise de son, il a entrepris de traiter acoustiquement son studio puis de corriger électroniquement sa chaine.

Il habitait alors Eaubonne et son studio était constitué d'une pièce d'environ 20 m² pour 2,6 m de hauteur ; une construction du début du 20° siècle en meulière. La partie traitement acoustique a principalement consisté à faire poser un revêtement acoustique d'une quinzaine de mm sur l'ensemble des murs disponibles. Néanmoins, le studio restait fortement dissymétrique avec sur la droite un mur plein traité et sur la gauche un mur faiblement traité puisque comportant une cheminée en marbre, une porte vitrée ainsi que des étagères vitrées également. Enfin la cloison derrière le canapé d'écoute était constitué d'une baie ... et oui, vitrée également.

La partie électronique était alors constitué de deux enceintes Yamaha NS 1000-X qui présentent la particularité d'être équipées d'un tweeter et d'un médium en béryllium. Le boomer est en carbone. Ces enceintes ont été converties en filtrage actif, puis les tweeters ayant dégagé suite à des écoutes un peu trop volontaires, ils ont été remplacé par des Focal en Béryllium également. L'ensemble étant alimenté par un ampli de puissance Rotel multicanaux en classe D et par un ampli AV Pioneer en classe D également. Un caisson Velodyne DD12 a été ajouté, un filtre actif Electrovoice et un Mini DSP qui reçoit une DRC sous forme d'un filtrage FIR, le tout programmé par Jean-Luc Ohl qui a profité - échange de bons procédés - pour se servir du studio d'Igor comme laboratoire pour progressivement mettre au point sa méthode de mesure et de correction électronique. Tout ceci a duré quelques années. J'ai participé de loin en loin à quelques cessions d'écoute et j'en retire d'avoir petit à petit éduqué mon oreille et puis aussi au fil des expérimentations, d'avoir saisi physiquement l'importance de quelques paramètres qui régissent la délicate équation du couplage enceinte/local.

Le nouveau studio est situé à Briare dans une maison contemporaine cette fois-ci.

Commençons par regarder les réponses en fréquence des deux enceintes D et G avant la DRC par filtrage FIR (Digital Room Correction), pour les deux studios. Cette comparaison est incroyablement signifiante ; c'est un cas d'école !

En fait, on a là une illustration du comportement modal des locaux en fonction de leurs dimensions. On voit bien que la réponse en fréquence dans le grave d'enceintes identiques, dépend intimement du local dans lequel elles sont installées (et par extension, dépend également de leur emplacement et de la position d'écoute de l'auditeur dans les-dits locaux).

A Eaubonne, dans un local parallélépipédique d'environ 20m² de surface pour une cinquantaine de mètres cube, on se retrouve avec des modes propres très marqués et très espacés (par ex. 35 et 100 Hz). On remarque également que les enceintes D et G excitent quasiment les mêmes modes du local. Enfin, ces modes propres marqués montent haut en fréquence.

A Briare, c'est tout l'inverse. Les enceintes D et G excitent une grande quantité de modes propres, différents selon les enceintes. Ils ne se cumulent pas entre D et G. Enfin, les modes marqués montent moins haut en fréquence.

A Eaubonne, il fallait utiliser DRC pour corriger le grave afin de linéariser du mieux possible la réponse en fréquence dans le grave. A Briare, la réponse en fréquence dans le grave est bonne sans correction.

Cela est du aux dimensions et à la géométrie respectives des deux locaux. A Briare, la pièce fait environ 30 m² pour une hauteur sous plafond en pente qui varie entre 3 et 5 mètres ; cela donne un volume de plus de 130 mètres cube. Il n'y a aucun murs parallèles. Les modes ne se cumulent pas et la réponse en fréquence se linéarise d'elle même. Ceci est corroboré par la courbe DRC pour Briare qui présente bien moins de corrections que celle de Eaubonne. A tel point que l'on ne ressent pas le besoin à Briare d'activer une DRC tellement l'écoute parait bonne d'entrée de jeu.

La prochaine écoute se fera avec des bascules avec et sans DRC afin d'en apprécier les avantages et les inconvénients
.


Super CR François

Assurément ce Studio de Briare, c'est comme tu le soulignes "un cas d'école" pour l'"aplatissement " des résonances graves !

Et bravo ! comme tu as su en quelques lignes résumer avec talent l'évolution du système d'écoute depuis le début.


Je confirme que ma chaine Haute Fidélité à Briare est identique à celle d'Eaubonne....à 2 éléments prêts:

1/remplacement de l'ampli HC Pioneer LX71 (utilisation des sorties pré out) par le préampli HC Marantz AV 7703

2/le remplacement du câble cinch de liaison Pioneer LX 71 / OpenDRC par un câble professionnel Canare avec blindage starquad entre le préampli Marantz et l'OpenDRC

Je connais aussi ton éclectisme et celui de Jean Luc Ohl en matière de choix des sources sonores afin de juger les locaux de reproduction musicale, et en effet le meilleur extrait musical pour juger....c'est celui que l'on connaît bien!

Afin d'illustrer mon propos, notre modo ajr, cite la qualité de mon enregistrement d'Arvo Pärt réalisé pour ECM records(2016) à 2 micros .
Mais ma Prise de Son réalisée il y 3 semaines à Berne avec l'organiste Thierry Escaish et l'accordéoniste Richard Galliano l'a été avec 4 micros Neumann (2 TLM50 et 2 cardioïdes larges) ! pour Milan/Universal.

Donc 2 techniques différentes de Prise de Son, utilisées, en fonction des conditions d'enregistrement.

tonton flingueur a écrit:Bonjour à tous :D !

Merci Syber pour ce premier CR :zen: .
Un contre temps m'a empêché de me joindre à vous lors de cette écoute mais ce n'est que partie remise...

Effectivement comme tu le dis, si l'on savait déjà que la pièce d'écoute d'un système se posait comme la variable la plus importante, là nous sommes en présence d'un cas d'école!
Tant par le volume que par le traitement passif des surfaces ou encore par le placement des enceintes et de la position d'écoute et au vu des courbes, le nouveau studio d'Igor semble bien né 8) .

L'analyse par les écoutes avec ou sans corrections peaufinées par JLO nous donnera justement plus de détails sur l'intérêt d'une correction dans un local pourtant traité !

Certaines questions seront certainement posées histoire d'alimenter le fil comme le niveau de grave dans un volume plus grand tant en stéréo qu'en HC adapté à tous styles musicaux ou cinématographiques, la représentation de la scène sonore dans les trois plans ou encore la perception du volume du lieu d'enregistrement.

Bref de bons moments de partage en perspective illustrant de manière constructive que certains préjugés doivent vite être abandonnés. :thks:

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9583
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 09 Oct 2017 22:53

oso a écrit:
Powerdoc a écrit:
La force du DIY maitrisée (et pour le maitriser , il faut s'investir longtemps sur le sujet pour comprendre tout les problèmes, se faire aider par des membres aguerris pour ses débuts, voir se mettre à plusieurs pour avoir des oreilles extérieures) c'est de s'adapter à un local d'écoute particulier. Après le DIY s'inspire fortement des réalisations des pros (ce sont eux qui invientent les concepts les plus novateurs (il faut faire le tri avec le pipotron) , mais par rapport à eux, il y a moins de contraintes budgétaires et marketing (politique de gamme ... )


Vous avez le droit d'y croire. Dans cette démarche, qu'est ce qui vous protege de la subjectvité, de lamémoire auditive défaillante? Les mesures? Avez vous deja essayé de reproduire sur enceintes ce qu'entend votre micro?

Realiser une enceinte qui serait l'empreinte en creux de votre local: pourquoi pas, mais de déplacer pas un meuble, ne déménagez pas, et ne bougez pas trop.

Je prèfère une enceinte dont le rayonnement est parfaitement homogène et maitrisé, et qui présentera naturellement un bon comportement dans n'importe quelle salle agréable sur le plan acoustique: cette dernière sera le prolongement naturel de l'acoustique du lieu d'enregistrement. Cette approche aura pour elle le naturel, la liberté, et l'universalité. Une fois reussi, cette chaine ne poussera pas son propriétaire à changer tout le temps ses réglages. Je ne cherche pas à vous convaincre personnellement, mais si des lecteurs peuvent juste y réfléchir un peu, ce sera déjà ça (combien de pages descriptions de réglages pour le systeme de ce fil ? :lol: )


domaud a écrit:Notre ami niçois a certainement été "mordu" par Cabasse!
Difficile de l'en faire démordre.



kazuya a écrit:Je pense qu'il y a incompréhension et mélange de plusieurs paramètres indépendants...

Igor parle de régler l'enceinte par rapport au local, mais pas moi. Je règle une enceinte par rapport à elle-même et de manière universelle.
Même en calibration dans une salle dédiée de type cinéma, je commence par analyser les problèmes potentiels des enceintes (du commerce), car elles en ont la plupart du temps.

Si Igor le fait, c'est parce que son module actif qui filtre ses enceintes est aussi celui qui égalise sa salle.

Je rappelle quand même que les plus grandes marques d'enceintes sont nées dans un garage avec très peu de moyens...

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9583
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Rien......sans un bon local d'écoute Haute Fidélité

Message » 09 Oct 2017 23:03

JACBRU a écrit:....

Salut JACBRU :D

jeoffrey59 a écrit:....

Salut jeoffrey :D

Le HP médium en Béryllium pur de la Yamaha NS-1000x (et aussi de la Yamaha NS-10000 et de la Yamaha GF-x) peut être assurément considéré comme "le meilleur du monde".

Toutefois, on en a déjà débattu, déjà, pendant.....des centaines de pages !

En tant qu'initiateur de ce post, je souhaiterais que, comme l'on entendu Syber, Jean-Luc Ohl et SB 10, on se recentre sur l'importance capitale du local d'écoute, aboutissant à une meilleure qualité de reproduction sonore .
Cette qualité sonore nouvelle étant illustrée, essentiellement, par la grande taille du local, son asymétrie, les hauteurs de plafond et surtout son traitement acoustique.

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9583
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 09 Oct 2017 23:16

GG14 a écrit:Je lisais, il y a peu, que les choeurs n'étaient que peu ou pas écoutés car leur lisibilité était en grande partie dûe à l'acoustique du local plus qu'au matériel de reproduction.

J'ai réécouté hier "VOX CLAMENTIS FILIA SION" DE Jaan-Eik Tulve. Un bien superbe enregistrement aux plans sonores définis et aux voix parfaitement captées.
Le "TonMeister" se reconnaîtra.
Une bonne acoustique il n'est pas besoin de le rappeler est nécessaire. La taille du local d'Igor doit sans aucun doute donner une ampleur qui disparaît un peu dans un local standard avec une hauteur de plafond standard.


Regular a écrit:Pardon la taille de la scène sonore ne serait pas plutôt dépendante de la phase plutôt que du volume du local?


GG14 a écrit:Un local de 150m2 permettra plus de SPL qu'un local de 30m2 et plus d' écartement des enceintes de même qu'une distance enceinte murs plus importante.
Même si la diffusion se situe toujours sur un angle de 150°, la scène sonore sera plus grande dans le grand local.

Il suffit de voir le gigantisme chez Roland qui n'est pas qu'une vue de l'esprit.


GG 14 Loin des 150 m2 du Studio de Rolland :o .....les 130 m3 de Briare.

Rappel du triangle d'écoute 2,80 m x 3,0 m (au 30 juin 2017 . Mais triangle d'écoute final au 25 septembre 2,58 m x 2,60 m)

Une raison de la taille relativement modeste de ce triangle, c'est l'écran Sony KZ9 75 pouces qui supporte mal d'être visionné en UHD à plus de 2,5 m . Sony préconise même 1,5 m :mdr: Mais alors aucune solution pour le triangle d'écoute.

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9583
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

RT60 de 0,34 à Eaubonne à 0,17 à Briare

Message » 09 Oct 2017 23:26

JIM a écrit:Ouais. Avant, j'avais les enceintes dans la pièce à vivre avec un espace ouvert sur près de 300m3.

Impossible de descendre le rt a une valeur suffisamment basse sans compromettre l'esthétique.
On oublie la qualité en vidéoprojection à moins d'apprécier les murs noirs dans la pièce à vivre.
On oublie également l'isolation acoustique vis à vis de l'extérieur à cause des multiples ouvertures.
Et on colle tout les bibelots pour qu'ils ne rentrent pas en vibration lorsque l'on pousse un peu.

Dans mon cas, le plus pénible était de ne pas pouvoir écouter à tout heure et surtout lorsque j'en ai l'occasion, lorsque les enfants sont couchés.

Vu ton niveau d'exigence igor, je ne comprends pourquoi tu ne parts pas sur un studio dédié avec une bonne isolation et l'absence de compromis inhérent a une pièce à vivre :wtf:


Salut JIM Merci pour ton retour :D

Guère de compromis à Briare, aucun bruit, isolation parfaite (maison individuelle loin de la route). Et RIEN ne vibre (pieds d'enceintes de 58 Kg), local asymétrique....

Le seul compromis ....c'est l'écran, mais ne saurais renoncer à l'image :oops:

Mon local est en fait un salon de musique, et en ce qui me concerne je considère que l'esthétique du local est capitale.

JIM a écrit:Impossible de descendre le rt a une valeur suffisamment basse sans compromettre l'esthétique.


RT 60-BRIARE.png
RT 60-BRIARE.png (23.26 Kio) Vu 1324 fois


Nota: pour GG 14 niveau max pour mes :ane: 100 à 105 dB grand maxi, mais il ne faut pas oublier le bruit de fond du Studio de Briare (pas encore mesuré par JLO ) très faible : au moins 10 dB de moins qu'au Studio d' Eaubonne

JIM a écrit:ps : Très réussi esthétiquement, surtout en ayant réussi à abaisser le rt 60 vers 200/250mS :bravo:


-Merci JIM, et réussite surtout pour la linéarité de la courbe de RT 60 à Briare, et ce pratiquement de 8000 Hz à 125 Hz :thks:

Et on passe d'un RT 60 de 0.34 au Studio d' Eaubonne à un RT 60 de 0.17 au Studio de Briare

De plus la courbe du RT 60 était descendante en aigu pour le Studio d'Eaubonne :( ce qui signe hélas un moins bon traitement acoustique :oops:


Pour cette courbe du RT 60 au Studio d'Eaubonne ne pas tenir compte de l'autre courbe inutile en vert

Le fichier joint rt60_briare[1].png n’est plus disponible.



RT 60-BRIARE.png
RT 60-BRIARE.png (23.26 Kio) Vu 1324 fois



-Pour le grave "méchant", j'aime bien utiliser une fréquence glissante, cela peut faire mal aussi, quoique moins longtemps.

- Je respecte "presque" la loi des 60° pour la position des enceintes (2,80 m x 3m)......et bien c'est nettement mieux ! davantage d'effet Stéréo.
Dans mon Studio précédent je ne pouvais pas, vu la disposition du local et les 22 m2 seulement.

-En ce qui concerne la qualité du son de l'ancien Studio par rapport à celui de Briare ?
Ce n'est pas le même monde, avant j'avais une certaine "crispation" du son, plus le cas à Briare.
"L'aplatissement" des résonnances grave à Briare donne, même sans corrections donne un grand naturel aux voix
Fichiers joints
RT 60-BRIARE.png
RT 60-BRIARE.png (23.26 Kio) Vu 1324 fois
RT 60 EAUBONNE.pdf
(76.59 Kio) Téléchargé 73 fois
Dernière édition par Igor Kirkwood le 13 Oct 2017 19:03, édité 5 fois.

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9583
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Le CR de holggerson

Message » 09 Oct 2017 23:34

holggerson a écrit:Début juillet je fus convié par Igor à écouter sa nouvelle installation à Briard en compagnie de Syber et SB10.

La nouvelle pièce où est installée la chaine d'igor a été décrit plus haut, je n’y reviendrais pas. Le traitement acoustique a été réalisé avec beaucoup de goût. Il est invisible pour celui qui ne sait pas que la pièce est traitée assez lourdement.

L’observation de l'implantation des éléments composant le système montre des différences importantes avec l'organisation du studio d'Eaubonne. Premièrement, les enceintes arrières sont largement surélevées et collées au murs grâce à d’élégants supports en métal réalisés sur mesure. Dans le Val d’Oise, ces mêmes enceintes étaient placées à hauteur identique des principales, dans une position qui rappelait la quadriphonie. Deuxièmement, l'implantation d'une table basse entre les enceintes et le canapé suggère que la pièce a été pensée comme salon tout autant que comme studio de contrôle. Enfin, la position d'écoute située à moins de 2,70 mètres, rompt avec ce que je croyais être une préférence d'Igor : l'écoute lointaine. Dans cette nouvelle pièce, des marges qui permettraient d'éloigner la position d'écoute ne sont pas exploitées. Le choix de l’écoute en champs proche est lié, d'après Igor, au (très) grand écran 4k placé entre les enceintes, à quoi il faut ajouter la distance qui doit séparer l'auditeur des surround. Dans la nouvelle installation audio vidéo d’Igor, la problématique du cinéma semblent donc tenir une place plus importante qu'à Eaubonne. Toutefois, nous ne testerons l’installation que sur des sources musicales enregistrées en stéréo à deux canaux.

Les premières écoutes donnent à attendre quelques pistes enregistrées par Igor : Chopin par Pascal Amoyel (Calliope : CAL9351), Vivaldi par l’ensemble La Follia (Calliope : CAL9273), et les plus belles chansons pour enfants par les Petits Chanteurs de Sainte Croix de Neuilly (Sony-Vogue). Les corrections proposées par Jean Luc Ohl sont activées. La clarté est très bonne, l’équilibre assez satisfaisant notamment grâce au grave propre et tendu, néanmoins la scène sonore demeure trop plate. De plus, un effet de projection désagréable auditivement rend les enceintes localisables.

Une discussion s’engage afin d’identifier les facteurs responsables de ce résultat. Plusieurs variables sont évoquées : l’influence de l’écran et de la table basse en verre, la proximité des enceintes et le croisement de leur faisceau... Après conseils pris auprès de Jean Luc Ohl, Syber propose de reculer l’écran et de pincer davantage les principales. En utilisant la marge restante, nous réussissons à déplacer le téléviseur vers l’arrière d’environ 30 cm. Puis, par pas successifs, nous croisons l’axe des enceintes beaucoup plus en avant de la position d’écoute. Pour contrôler les effets de ces changements, nous écoutons à chaque étape les mêmes extraits, issus des disques précités. Le bilan de ces écoutes est postif : les scènes sonores analysées apparaissent sensiblement plus profondes et les enceintes s’effacent davantage. D’autres écoutes plus éclectiques confirmeront partiellement ces premières conclusions.

Une dernière question est posée. Compte tenu des changements importants opérés dans l’installation, les corrections proposées par Jean Luc Ohl sont-elles toujours pertinentes ? Après plusieurs switches, il est difficile de trancher cette question. Sans correction, l’équilibre parait plus naturel, mais l’activation du preset permet d’obtenir du relief et améliore la focalisation des sources sonores.

Cette séance fut très enrichissante. En effet, il est rare de pouvoir tester à quatre l’influence de différents facteurs sur la qualité sonore, dans des conditions acoustiques aussi saines. Une grande partie des réflexions générées par les murs étant neutralisées par le traitement des parois, chaque changement provoque un effet audible. L’écoute critique collective a mis en évidence de manière nette le rôle destructeur de l’écran dans sa position initiale, et probablement celui de la table basse, pour la formation de l’image sonore. Les écoutes comparatives avec et sans correction posent de mon point de vue une autre question. On peut se demander si les Yamaha, en l’état, sont structurellement capables de produire une image en relief sans une couche de correction et donc si les réglages de base des enceintes ne méritent pas d’être mis à jour.

Je remercie Igor de son hospitalité, Syber de m'avoir véhiculé et SB10 d'avoir partagé ses connaissances régionalistes lors de la visite de Briare la pittoresque. :wink:

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9583
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 09 Oct 2017 23:39

Afin de répondre à la fois à holggerson et à Pio voici sans corrections FIR 2 séries de courbes relevées à Briare by Ohl

1 ére courbe Briare sans corrections.png


2 remarques pour cette première série de courbes

1/la descente est assez droite dans le grave jusqu'à 30 Hz

2/Les premières réflexions sont polluées vers 2 millisecondes par.....l'écran



Pour la 2ème courbe non corrigée 3 remarques

Courbe Briare au 17-7 sans corrections.png


1/le grave chute sous 100 Hz

2/quasiment plus de perturbations vers 2 millisecondes ( l'écran à été reculé de 31 cm)

3/la courbe est plus droite au dessus de 200 Hz


Et Pio depuis la visite de holggerson, SB10 et Syber la fameuse table basse en verre a été déplacée sur le côté (voir photo).

Une anecdote au sujet de la table en verre:
Je ne voulais pas la déplacer pour des raisons esthétiques, pensant que son rôle négatif concernant le rendu sonore , ne serait pas si important. Mais une fois, les pieds sur la table en verre, je me suis aperçu que la focalisation du son était meilleure :mdr: .....la table en verre a été, en conséquence, déplacée à la gauche du canapé .
table en verre déplacée2.jpg

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9583
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 09 Oct 2017 23:48

kazuya a écrit:C'est pas mal de pouvoir voir tout ça sur une seule image avec ce logiciel. :)

Ce que je remarque c'est une mauvaise sommation du grave à 80Hz de la part du couple d'enceintes, d'où sans doute une perte d'impact audible, cette zone de fréquence étant particulièrement importante.
Le RT est un peu trop bas pour une écoute Hi-Fi (on vise 0.35s), mais en monitoring ça passe.

Par contre je comprends pas trop les forts pics autour de 9ms et comme si le son revenait après ... C'est bien une mesure en sweep ?



holggerson a écrit:. L’écoute critique collective a mis en évidence de manière nette le rôle destructeur de l’écran dans sa position initiale, et probablement celui de la table basse, pour la formation de l’image sonore. Les écoutes comparatives avec et sans correction posent de mon point de vue une autre question. On peut se demander si les Yamaha, en l’état, sont structurellement capables de produire une image en relief sans une couche de correction et donc si les réglages de base des enceintes ne méritent pas d’être mis à jour.


Et oui mais l'écran "destructeur " à été reculé de 10 cm et les enceintes avancées de 20 cm Comme cela tu as pu constater que l'image sonore était précédemment impactée (voir pour la 1ère courbe vers 2 millisecondes) :D .
Mais cette avancée des enceintes se paye cher :mdr: , par une baisse du niveau sous 100 Hz

Tu avais aussi constaté un manque de profondeur...Exact...au moment de ton écoute, mais maintenant ce n'est plus le cas grâce en particulier au travail de Jean Luc Ohl qui a relevé le niveau du grave sous 100 Hz restituant par exemple à la musique de Arvo Pärt ( mon CD ECM Records Deer's Cry 2016) la splendeur de l'acoustique grave de l'Eglise Orthodoxe de la Transfiguration à Tallin (Estonie).
Jean-Luc Ohl vient de m'envoyer la dernière courbe de l'Installation de Briare.

Voici donc la courbe non corrigée

Courbe Briare au 17-7 sans corrections.png


Et la courbe corrigée en FIR n° 15 au 25-7

15-c-92324M-ADLO-R-stereo-essentials.png


Avec toute la subjectivité qui forcément me concerne aussi :oops: , étant le propriétaire de l'installation, je trouve que la courbe corrigée n°15 dépasse sur tous les critères la courbe non corrigée, c'est à dire :

-clarté de l'articulation, en particulier pour le piano
-focalisation, tant pour les voix que les percussions
-ampleur de reproduction, chant Grégorien et orchestres
-"effet 3d" sur les voix et les instruments, en particulier si l'enregistrement à été réalisé avec des micros proches: le fameux "avoir l'impression que l'on a la chanteuse sur les genoux"

Tout particulièrement pour mon enregistrement de HILDEGARDE von BINGEN (label Champeaux) de la chanteuse Catherine Schroeder, c'est la première fois que la chanteuse apparaît dans l'image sonore à la fois proche (micros Neumann TLM 50 à 2m-2,5m) mais avec, comme environement sonore, l'immense voute de l'Abbatiale de Champeaux bien rendue, et les percussions situées derrière la chanteuse.
Ce CD a obtenu les récompenses suivantes: 4 ffff de Télérama /Diapason d'Or / Choc du Monde de la Musique...
Hildegarde von Bingen 2.jpg


Cette courbe n° 15 demande encore a être avalisée par des écoutes collectives, d'autant plus que dans l'acoustique très précise du Studio de Briare, une variation infime de la courbe cible (de l'ordre du décibel) provoque en écoute comparative des différences auditives sensibles.

Tu noteras kazuya, la quasi disparition du défaut en non corrigé vers 80 Hz

Nota: c'est moi qui réalise les mesures, depuis peu, quelques petits défauts peuvent apparaître :oops:
Mais c'est bien sur Jean-Luc Ohl qui dessine les corrections :thks:

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9583
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 09 Oct 2017 23:53

Pio2001 a écrit:
Igor Kirkwood a écrit:dans l'acoustique très précise du Studio de Briare, une variation infime de la courbe cible (de l'ordre du décibel) provoque en écoute comparative des différences auditives sensibles.


Je ne peux qu'être d'accord, et ce même dans une acoustique imprécise. J'ai remarqué qu'à partir du moment où toutes les bandes de fréquences devenaient équilibrées, les plus petits écarts prenaient des proportions de plus en plus grandes.

Mon problème est un peu différent, car je n'ai pas d'appareil à filtrage FIR. Je n'ai qu'un MiniDSP IIR. De sorte que je ne peux pas, d'un seul coup, coller à une courbe cible sur toute la bande passante. Je corrige registre par registre en ajoutant ou en retirant des filtres un par un.

Si par exemple, après correction, j'ai plus, ou moins 1 dB entre 80 Hz et 200 Hz, quand tout est à l'avenant, bah, on peut choisir l'un ou l'autre, ça ne change pas la face du monde, si même c'est audible.
Mais quand le système devient vraiment équilibré, une erreur constante de 1 dB entre 80 et 200 Hz passe difficilement inaperçue :certains disques deviennent mauvais.
Et à chaque fois, dans les fréquences graves, le casque est juge de paix. Si ces "certains" disques ont un bon grave dans un casque du genre Sennheiser HD600 ou Beyer DT-880, par exemple, alors le réglage est à revoir.

Dans le medium ou les hautes fréquences, par contre, je ne tiens aucun compte de ce que j'entends dans un casque.


Pio2001 a écrit:
wakup2 a écrit:L'audibilité d'une différence de 1dB dépend entièrement de la bande passante correspondante :wink: sur une large bande de fréquence c'est très audible :wink:


...ainsi que du programme musical utilisé. S'il n'y a rien dans la bande de fréquence correspondante, c'est quasi inaudible.
Si au contraire la majorité du signal est dans la bande correspondante, alors cela revient à entendre une différence de volume.

Si enfin, il y a du contenu dans cette bande, ainsi que du contenu musicalement distinct dans une autre bande, et que leurs niveaux sont équilibrés, alors cela peut devenir assez sensible, voire même se révéler sur des écoutes à long terme. L'un des registres musicaux étant juste devant l'autre, ou juste derrière en volume.
En effet, dans ce cas précis, il n'est plus forcément nécessaire de comparer à court terme une présentation de A, B et X. La comparaison peut être permanente, et interne à X : un instrument est plus fort que les autres ou plus faible que les autres.

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9583
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 09 Oct 2017 23:58

wakup2 a écrit:
ohl a écrit:En fait, j'utilise le même soft pour une petite salle ou une grande salle : le Tr m'intéresse plus dans les moyennes et grandes salles pour l'agrément Dolby 7.1 ou Atmos. Pour les petites salles, le fait que la courbe soit monotone ou pas est intéressant.



Oui je trouve également que c'est une indication intéressante :wink:



Pio2001 a écrit:
Igor Kirkwood a écrit:dans l'acoustique très précise du Studio de Briare, une variation infime de la courbe cible (de l'ordre du décibel) provoque en écoute comparative des différences auditives sensibles.


Je ne peux qu'être d'accord, et ce même dans une acoustique imprécise. J'ai remarqué qu'à partir du moment où toutes les bandes de fréquences devenaient équilibrées, les plus petits écarts prenaient des proportions de plus en plus grandes.

Mon problème est un peu différent, car je n'ai pas d'appareil à filtrage FIR. Je n'ai qu'un MiniDSP IIR. De sorte que je ne peux pas, d'un seul coup, coller à une courbe cible sur toute la bande passante. Je corrige registre par registre en ajoutant ou en retirant des filtres un par un.

Si par exemple, après correction, j'ai plus, ou moins 1 dB entre 80 Hz et 200 Hz, quand tout est à l'avenant, bah, on peut choisir l'un ou l'autre, ça ne change pas la face du monde, si même c'est audible.
Mais quand le système devient vraiment équilibré, une erreur constante de 1 dB entre 80 et 200 Hz passe difficilement inaperçue :certains disques deviennent mauvais.
Et à chaque fois, dans les fréquences graves, le casque est juge de paix. Si ces "certains" disques ont un bon grave dans un casque du genre Sennheiser HD600 ou Beyer DT-880, par exemple, alors le réglage est à revoir.

Dans le medium ou les hautes fréquences, par contre, je ne tiens aucun compte de ce que j'entends dans un casque.



JACBRU a écrit:
wakup2 a écrit:Si c'est sur une large bande de fréquence il y'a quand très peu de chance que ce ne soit pas audible, après le but c'est que ce soit "neutre" sur tout type de musique, en général je test subjectivement sur plusieurs morceaux différents, et comme dit ohl sur son blog, faire des test via signal type bruit rose ou autre est aussi révélateur :wink:
http://www.ohl.to/about-audio/disques-tests

Les tests les plus efficaces sont ceux qui évitent de s'adresser à l'émotionnel. Un bruit rose ou simplement quelques impacts de marteaux sur les cordes (à gauche, au centre ou à droite du clavier) d'un piano sont subjectivement plus révélateurs que la meilleure des interprétations de la Cinquième de Beethoven !

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9583
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 10 Oct 2017 0:03

Le daim a écrit:Mon cher IGOR. Je suis vraiment très heureux de lire que ta nouvelle pièce dédiée est une grande réussite et que tu as pu réaliser dans un seul lieu, à la fois un studio de contrôle pour tes prises de son qui soit acoustiquement neutre, les mesures le prouvent, et un lieu d’écoute dans une pièce dont les dimensions généreuses permettent à la musique de prendre son envol. C’est très certainement le fruit de beaucoup de recherches et de travail car la synthèse de l’un et de l’autre de ces deux projets de réalisation ne va pas de soi. Il m’arrive souvent de ressentir comme un manque de spontanéité dans la musique que j’entends dans un lieu assez exigu mais de proportions optimales et traité selon toutes les règles en matière d’acoustique. Un lieu plus vaste où la musique peut mieux s’épanouir dans toute sa dynamique et sa sensualité est par contre beaucoup plus difficile à parfaitement dimensionner. Il faut faire la plus part du temps avec une construction qui s’impose à vous (comme par exemple mon grenier) et les dimensions mêmes du lieu rendent très complexe et très onéreux, sinon impossible, un traitement acoustique suffisamment efficace pour parfaitement domestiquer la courbe de réponse, les temps de réverbération, la synchronisation des phases etc...tous ces paramètres dont les audiophiles font grand cas. Les grandes pièces d’écoute manquent souvent de linéarité aux mesures, leur acoustique propre s’impose à vos oreilles (un peu comme une salle de concert en miniature). C’est ainsi que l’acoustique d’une assez grande pièce d’écoute peut entrer en conflit avec l’acoustique du lieu d’enregistrement capté par le micro et donc ne pas être le meilleur réceptacle pour certaines prises de son. Par contre, un lieu d’écoute plus restreint et nécessairement très amorti peut aussi couper les ailes à la prise de son originaire. Un grand bravo si tu as pu concilier les deux avantages, celui de l’espace et de la fidélité à l’original. Je dois dire que j’ai envie de pouvoir écouter et surtout musicalement jouir de ton auditorium, même par le truchement de mes mauvaises oreilles. Il faudrait donc que je parvienne à convaincre ma femme et Paul et Robert de faire un petit tour sur les bords de Loire avec des châteaux à visiter pour ceux que l’audiophilie ne passionne pas. Cordialement Olivier


Mon Cher Olivier, Vous serez les bienvenus, châteaux à visiter ou pas, celui de Sully se trouve à 40 Km de Briare.

Dans une maison contemporaine, signée par l'Architecte Odile Bermont, j'ai eu la chance de pouvoir, dans une salle fortement asymétrique et nantie de hauts plafonds, traiter assez fortement l'acoustique, et ce avec plusieurs m3 de matériaux amortissants (laine de roche enrobée, molleton acoustique, très lourd rideaux).
On aboutit à un RT 60 d'environ 0,2 et surtout celui ci ne baisse pas en aigu.
Le résultat musical suite aux premiers avis de Jean-Luc Ohl, Syber, holggereson, SB 10 et d'autres, semble assez réussi.
Toutefois,la dernière étape , celle de l'optimisation de la courbe cible, n'est pas encore terminée du fait d'écoutes collectives, à ce jour insuffisantes.

J'ai aussi la chance (Hi-Fiesquement parlant) d'avoir un voisin Bruno qui a exactement le même salon que moi (surface:30 m2 et volume:130 m3) .

Afin d'illustrer l'importance du traitement d'un local d'écoute pour la qualité du rendu sonore; je te communique la courbe du local de Bruno avec en rappel la dernière courbe non corrigée, après recul de l'écran et déplacement de la table basse en verre du mien.
Je précise que les enceintes Ellipson + caisson JBL de Bruno se situent à plus de 2m d'un mur.

1/Mesures chez Bruno, local identique

Courbe Briare de B.K mon voisin local d'écoute identique.png


2/Mesures chez I.K.non corrigées

Courbe Briare au 17-7 sans corrections.png

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9583
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message