Test HCFR des Erdre Audio D202, écouteurs intra

Test HCFR des Erdre Audio D202, écouteurs intra

Compte-rendu d’Eric_dub

 

Un Appel à l’Erdre

Je suis toujours réticent à tester des intra. D’abord parce que même si j’en ai, je n’en fais pas un usage intensif. Et ensuite, parce que ça n’est pas mon domaine de prédilection, que je n’en connais pas beaucoup (principalement des AKG N40), ce qui fait que je manque de distance et de points de comparaison. J’ajoute que vu mon matériel, c’est assez difficile à brancher sur mon système casque standard, déjà parce qu’il faut utiliser un adaptateur vers 6.35, une allonge, et aussi, pas tellement en raison de l’impédance basse (16 O. + ou – 15%), mais surtout d’une sensibilité élevée (101db annoncés) – sur mon RKV, j’ai toujours peur de faire exploser les intras – et puis, pas si facile que ça de trouver le bon niveau sur le potentiomètre.

Normal, me dira-t-on, c’est pas fait pour. C’est plutôt fait pour prendre le train, le métro, le bus, ou aller se balader en forêt avec le chien, en le branchant sur son smartphone (Sony XA2 pour ce qui me concerne) ou sur un petit DAP (un petit iBasso DX50). Mais vu le temps automnal et bientôt hivernal, j’ai quand même aussi fait quelques écoutes à la maison (faut bien faire sécher le chien un coup de temps en temps).

Commençons par album de Jordi Savall, Venezia Millenaria, et sa plage 6, Hymne pour les services des Matins, suivi de la plage 1 de l’album Musica Nova, Danze Veneziane : Pavana del Re. Le premier morceau est particulièrement recommandé pour se réveiller avec la fonction sonnerie de son smartphone – ça donne tout de suite la pèche… Mais, blague à part, ce morceau vocal permet, me semble-t-il, d’évaluer le degré de transparence et de fluidité obtenu dans l’écoute. Ici, avec les Erdre, on est à un niveau tout à fait enviable. Le second morceau est plus “baroque” – c’est une danse – propose une très belle viole de gambe, douce et pas agressive pour un sou, mais avec ses sonorités très reconnaissables (ça serait du rock, je dirais “roots”). La restitution me semble peut-être un petit retrait dans l’aigu et une petite coloration dans le bas medium, avec une écoute descendante, par rapport à mes AKG

De Musica Nuda, tiré de l’album Little Wonder, Tout s’arrange quand on s’aime et La vie en Rose. Pas désagréable d’écouter ça, sous quelques gouttes de pluie, avec le chien qui court dans le secteur. Et les Erdre paraissent réellement faits pour ce type de musique. Ils procurent une écoute sans complexe avec un belle réponse dans le grave, bien nette et bien impactante, qui s’avère très plaisante, et faite pour ne pas se poser de question. Belle voix que celle de Petra Magoni et superbe accompagnement contrebasse de Stefano Bollani. Je note que les Erdre procure un très bon niveau de détail – on entend très clairement l’espèce de réverb totalement artificielle appliquée à la voix sur La Vie En Rose. Tu me diras que c’est pas ce qu’il y a de mieux, mais vu que c’est dans l’enregistrement… Bref, pour moi, rien ne manque à l’appel.

De l’album de Maxime le Forestier, Plutôt Guitare, Comme Un Arbre Dans la Ville, L’Éducation Sentimentale, Fontenay Aux Roses et La Rouille – soit une petite tournée dans les plus anciennes. Une petite madeleine qui fait remonter des souvenirs d’il y a longtemps, mais avec une nette mise à jour côté guitare. La première formation du début des 70’s avec Patrice Caratini et Alain Ledouarin était vraiment très bonne, mais là, il faut reconnaître que Jean Félix Lalanne (rejoint ensuite par Michel Haumont et Manu Galvin) donne une magistrale leçon de gratouille. Superbe écoute, avec toujours l’impression que l’aigu est un peu en retrait par rapport à mes repères habituels.

Et donc, rentrons faire sécher le chien – qui en a bien besoin. Sur mon petit DAP, je me passe une ou deux plages de L’Affaire Brassens, disque sorti au début de 2014 chez V Music et disponible chez qobuz ( https://www.qobuz.com/fr-fr/album/laffaire-brassens-en-concert-live-laffaire-brassens/3610155242315 ). C’est du tonton Georges tendance un poil manouche, tout à fait dans son esprit. Puis la plage 9 de l’album Tío Brassens  (tonton Brassens, pour les non hispanisants) de Christina Rosmini, acheté chez qobuz pour ma part ( https://www.qobuz.com/fr-fr/album/tio-brassens-christina-rosmini/hdc63exic281a ). Soit tonton Georges donc, mais cette fois, tendance caramba (pourquoi pas). Sur le DAP, j’ai la même impression d’un aigu un peu adouci par rapport à mes AKG, mais l’impression est moins en retrait, et registre grave moins redondant et plus nettement dessiné me semble-t-il. Qu’on se le dise, les Erdre apprécient une amplification correcte et restituent les amélioration (ça n’est pas la première fois que j’entends une différence entre mon smarphone et mon iBasso).

Alors, risquons-nous dans les vieilleries, dont certaines assez récentes comme la version d’Impressions de Coltrane dans Both Directions At Once, https://www.qobuz.com/fr-fr/album/both-directions-at-once-the-lost-album-deluxe-edition-john-coltrane/l9ox0qzoqcowb

Une petite merveille qu’il a fallu attendre longtemps, pour des raisons de cupidité et non parce que l’album aurait été perdu (la lecture de l’article de Jazz Mag est édifiante!), puisque ça date de 1963 et que ça n’est sorti qu’il y a à peine 2 mois et demi. Et pour suivre de Miles, So Whathttps://www.qobuz.com/fr-fr/album/kind-of-blue-miles-davis/0886444350778 ). Deux chef d’œuvres, donc. Une écoute très intimiste et très agréable, comme si ces intra étaient taillés pour écouter du jazz, tard la nuit, avec un bon polard dans les mains et un petit verre de Maury en main (et non, pas de porto saperlotte !)…

Et pour finir, tiré d’un petit Live de Thomas Dutronc, Live is Love, Comme un manouche sans guitare (alors que chez moi ça serait plutôt une guitare sans manouche), une dernière petite nouveauté de chez Blue Note qui donne accès à un concert de l’année dans la célèbre salle du même nom (voir https://www.qobuz.com/fr-fr/album/live-is-love-thomas-dutronc-et-les-esprits-manouches/z7jyxy7xxryxb). Et une version de Nuages par Romane et Stochelo Rosenberg (dans l’album Gypsy Guitar Master ressorti l’année passée comme volume 11 des CD de Romane chez Frémeaux & ass. https://www.qobuz.com/fr-fr/album/gypsy-guitar-masters-vol-11-integrale-romane-romane/3448960254922 ). Le premier est toujours aussi virtuose, émule de Django, disciple de Crola, et toujours aussi fine fleur des cordes Les Erdre proposent une belle écoute dans laquelle la guitare ne manque pas trop de brillant, même si là encore la signature générale me semble assez descendante. Puis, dee Romane et Rosenberg, dans un peu plus qu’une version de Nuages, une quasi réécriture et là encore, la manouche de Romane me semble manquer de brillant (entendu deux fois en concert, et il ne joue pas une pseudo manouche). Mais bon, ça reste très agréable et tout à fait crédible.

 

En Conclusion

Quoi dire en conclusion… Pas grand chose à part que c’est bientôt Noël et que si l’on cherche des intra de qualité, qui isolent pas mal de l’environnement, dont le tarif reste très amical, et qui offrent énormément de qualités, une très belle restitution, je ne vois qu’une seule chose à faire. Lancer un appel à l’Erdre!
Eric_dub
HCFR – Décembre 2018

 

 

– lien vers le sujet HCFR dédié aux écouteurs Erdre Audio D202 : http://www.homecinema-fr.com/forum/casques-haute-fidelite/erdre-audio-iem-de-france-t30082272.html

 

 

 

Partager :