« Mieux qu’au cinéma ! »

Installations — publié le 2 février 2006
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)
Gros budget et travail de « pro » : voila une salle de cinéma à domicile top niveau ! Vous voudriez la même ? Peut-être qu’en joignant ce numéro ce Cinéma Chez Soi avec votre lettre au Père Noël …
Cliquez pour voir une version plus grande...
Vue avant

Le home-cinéma …vient d’Hollywood ! Logique, me diriez vous ? En effet, car ce sont les acteurs, producteurs et metteurs en scène qui, les premiers, se sont fait construire des salles de cinéma privées dès le début des années 50 dans leurs luxueuses villas de Beverly Hills. A la fois pour visionner leurs propres films, comme outil de travail (dérushages)… et aussi par amour de leur métier – le cinéma- tout simplement ! Equipées en argentique 35 mm à l’origine, ces salles ont naturellement évoluées vers la vidéo, et aujourd’hui vers les sources satellites et surtout DVD.

Cliquez pour voir une version plus grande...
Vue générale arrière

Nous visitons ici la salle de cinéma privée d’une personnalité connue du monde du spectacle … qui a absolument voulu garder l’anonymat et que nous appellerons M. X .

Nous ne vous en dirons donc pas plus, mais sachez que c’est quelqu’un de très passionné et qui dispose bien sûr de moyens conséquents. Ses achats sont toutefois mesurés et toujours rationnels : il n’évolue que s’il est certain qu’un nouvel appareil, ou équipement, apportera un « plus » significatif à son installation !

L’approche professionnelle …

Cliquez pour voir une version plus grande...
Deux rangées de sièges figueras
L’installation de M.X :
Salle dédiée d’environ 35 m2 (6 m x 5 m)
Sources :
Lecteur de DVD Pioneer DV-868 Ai
Magnétoscope Betacam Sony
Magnétoscope DVCam Sony
Démodulateur satellite Panasonic Sky
Démodulateur satellite Topfield TF 50000 PVR
Préampli / Processeur:
Lexicon DC-2 THX Ultra, Dolby Digital et DTS
Egalisation/filtrage :
XTA DSP224 ( x2)
Amplificateurs de puissance :
QSC CX-404, 4×250 W RMS/ 8 Ohms (x3)
Enceintes :
Frontales et centrale : CAD T2 (x3)
Frontales et centrale : CAD T2 (x3)
Caissons de graves : CAD SW15 ( x2)
Diffuseur vidéo :
Vidéoprojecteur Marantz VP-12S3
Ecran :
Oray micro-perforé « transverse » sur cadre, format 16/9 ème, 3 mètres de base.
Divers :
Automate Media Bus Control Vity XMonopro
Tablette tactile de pilotage Wifi Tactum 380
Ecran mural de pilotage Vimaty 35B
Fauteuils électriques inclinables et repose-pieds incorporés Figueras (x7)
Coût total de cette installation :
environ 150000 € avec les travaux

Frédéric Glondu de CAD est un installateur pour qui « cinéma à domicile » rime avec « cinéma » tout court ! Pour lui, pas de fioritures ni de solutions « mitigées » avec des compromis hi-fi / home-cinéma … qui parfois ne marchent ni pour l’un ni pour l’autre :

il applique dans les salles de cinéma privées qu’il conçoit les même solutions « pro » utilisées dans les vraies salles de cinéma : haut-parleurs à pavillons et chambre de compression, haut rendement, multi-amplification et filtrage actif. C’est en tout cas sa « philosophie », et nous avons, plus d’une fois, constaté son efficacité !

La salle de M. X a nécessité des travaux conséquents : de plain pied par rapport au reste de l’habitation, il a fallu prévoir une isolation phonique sérieuse : du SheetBlock Auralex en rouleau a été incorporé dans les cloisons entre les deux parois de laine de roche (7 cm) + plaques de placoplâtre BA13. Ce matériau lourd et dense, utilisé initialement pour isoler des studios de mixage et d’enregistrement, permet un parfait découplage des murs de la salle par rapport aux murs extérieurs…c’est la clé d’une isolation phonique efficace !

Le plafond est de type suspendu, avec une double isolation phonique laine de roche et plaques de plâtre. Une lourde porte capitonnée complète l’ensemble…dont d’ailleurs la fermeture déclenche l’allumage des lumières intérieures. Puis toute la salle a été habillée de tissus tendu bleu nuit Incotex Clara Lander (aspect peau d’orange : superbe !) sur molleton, absorbant derrière l’écran et sur la première moitié de la salle, et neutre à l’arrière, le tout assurant un traitement acoustique « classique » de type LEDE ( Live End-Dead End) . La salle est également pourvue de la climatisation, particulièrement silencieuse…

Pilotage par dalles tactiles et automate programmable …

A propos de :
La société CAD créée par Frédéric Glondu s’est déjà taillée une forte réputation dans la mise en oeuvre et l’intégration de systèmes home-cinéma haut de gamme, en employant toujours des solutions très « pro » avec pour maîtres mots le haut rendement et l’amplification numérique. Frédéric est un pur passionné, et une visite de son fabuleux show-room vous laissera un souvenir impérissable. CAD est également le fabriquant d’une large gamme d’enceintes acoustiques de grande qualité.

CAD – Cohérence Audio Digitale
66 bis Avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny 94410 Saint Maurice

Tél : 01 41 79 35 10

Tout le matériel est regroupé dans un vaste rack situé dans un local technique également climatisé à l’extérieur de la salle. En effet, le pilotage de l’installation s’effectue à l’aide d’un écran tactile couleur Vity Tactum CE 380. Cette dalle fonctionne sous Windows CE, et elle est reliée en Wi-Fi (802.11b 2.4 GHz) à un automate programmable Vity XMonopro. Il s’agit d’une centrale monocarte de pilotage polyvalente, qui gère aussi bien des contacts secs logiques, des entrées/sorties analogiques, 0/10 volts ainsi que des sources infra-rouge, RS232, VCA, X10 et Midi, et ainsi tous les appareils constituant cette installation ! On peut même la relier en RJ-45 via un réseau LAN à un routeur informatique pour accéder à Internet…

Cliquez pour voir une version plus grande...
Le rack matériel

L’intérêt de cette centrale de commande c’est d’être totalement universelle et ouverte à tout protocole de communication présent et à venir, et donc d’assurer virtuellement le pilotage de n’importe quel type d’appareil. La XMonopro fonctionne sans PC ni serveur Web : les programmes de commande sont embarqués dans les dalles Tactum ! Les éclairages sont par exemple gérés par une sortie 0/10 V, qui pilote, à l’aide d’une simple rampe, un variateur RB5 220 V. A noter qu’une deuxième dalle Tactum Vimaty 35B filaire, fixée à l’extérieur à l’entrée de salle, assure la mise en route de toute l’installation d’une simple pression du doigt … et permet la gestion éventuelle d’un code d’accès à la salle. Une autre tablette infra rouge et radio Tactum RX3000 permet en outre de piloter l’installation depuis un bureau qui est contigu à la pièce, permettant de renvoyer image et son vers un téléviseur LCD Sony et vers d’autres diffuseurs …

Cliquez pour voir une version plus grande...
le projecteur Marantz VP12-S3

Les sources audio et vidéo sont nombreuses : commençons par les deux magnétoscopes professionnels Sony au format Betacam et DVCam. Nous trouvons ensuite deux terminaux satellites : un Panasonic ( bouquet Sky) et un Topfield TF5000PVR. Ce terminal TopField est doté d’un double tuner et de deux lecteurs de cartes PCMCIA permettant l’accès à la totalité des bouquets CanalSatellite et TPS, ainsi que d’un disque dur de 80 Go.

Cliquez pour voir une version plus grande...
détail de la dalle tactile de commande Vity Tactum 380

Puis, nous découvrons un lecteur « combo » de laserdiscs et DVD Pioneer DVL-919, un lecteur de DVD universel Pioneer DV-868 Ai (qui sera très bientôt remplacé par un Denon DVD-3910). Toutes les sources vidéo transitent par le tout nouveau scaler Faroudja DVP-1010, qui les convertit en numérique 720p avant de les véhiculer par un unique câble DVI-DVI de 15 mètres vers le projecteur situé au plafond à l’arrière de la salle : un Marantz VP-12S3. Cet appareil fait partie des deux ou trois meilleurs mono-DLP du moment. Equipé de la toute dernière « puce » DMD HD2+ de Texats Instruments au format 1280×720 pixels, ce projecteur est livré avec un colorimètre permettant de réaliser son optimisation au standard D65. Il projette ici une image de 3 mètres de base sur un écran fixe Oray microperforé de dernière génération (la performation est « transverse » pour éliminer les moirages).

Enceintes CAD : haut rendement en bi-amplification active 

Cliquez pour voir une version plus grande...
une enceinte surround latérale CAD SR 8B30

Au cœur de la partie audio, nous découvrons un processeur/préampli Lexicon DC-2, toujours une valeur sure en home-cinéma. Puis viennent deux unités XTA DSP224, qui sont utilisés ici comme filtres actifs et égaliseurs paramétriques pour les trois voies frontales et les subwoofers. En effet, les trois enceintes principales sont biamplifiées et filtrées en actif. Il s’agit de modèles CAD référence « T2 », équipées chacune de deux haut-parleurs de 25 cm en d’Appolito autour d’un tweeter à chambre de compression 1’’ néodinium et un pavillon à directivité constante. Ces enceintes encaissent 500 W avec un rendement de 99 dB ! La fréquence de coupure interne est fixée à 800 Hz et à 24 dB/octave ( Linkwitz-Rayleigh).

Cliquez pour voir une version plus grande...
Le rack matériel

Les deux caissons de grave sont des CAD SW15 (haut-parleurs de 38 cm). Les trois T2 et les deux SW15 sont encastrées dans le mur avant de la salle, et derrière l’écran transonore Oray: Enfin, les enceintes surrounds sont elle aussi des CAD, référence SR8B30 : elles intègrent chacune un haut-parleur de 21 cm et un tweeter à compression 1’’ et amorce de pavillon. Il y en a six : deux de chaque coté de la salle, et deux à l’arrière pour la voie EX.

Les 3 amplificateurs de puissance sont des QSC CX-404, des unités professionnelles 4 canaux très compactes ( 2U de hauteur seulement chacun ) mais développant 250 W par canal sous 8 Ohms ! Pour finir, la cerise sur le gâteau : les fauteuils. Ce sont des modèles Figueras en cuir. Ils sont dotés de dossiers inclinables et de repose- pieds, tous deux à commandes électriques. Il y a quatre pour le premier rang, et trois pour le rang arrière, posés sur une estrade d’une vingtaine de centimètres. Ils sont réellement magnifiques !

 

© Texte : Bastien Cluzet ,Photos : Antonio de Magalhaes . (Février 2005)
Nos impressions
Le vrai « son cinéma » à domicile 
Cliquez pour voir une version plus grande...
Un jukebox décore la salle

Nous insérons dans le tiroir du Pioneer 868 notre DVD pourvu de nos séquences de test habituelles et nous laissons Frédéric, dalle tactile entre les mains, les enchaîner les unes après les autres. Nous nous sommes assis sur le rang arrière, offrant un meilleur angle de vision : le premier rang est un peu trop « près » l’écran … c’est pourtant la place favorite du propriétaire des lieux ! Dans le confort remarquable des fauteuils et l’ambiance chaude et feutrée de la salle, les extraits se suivent donc, et permettent de bien mettre en valeur les extraordinaires qualités de ce système exceptionnel. Le son tout d’abord : puissant et dynamique,

Cliquez pour voir une version plus grande...
détail des commandes des fauteuils électriques

il offre sans spécialement hausser le volume une rendu extraordinaire des voix, leur donnant un coté très « charpenté » et une superbe présence. Les basses sont riches, tendues et profondes, et même à fort niveau aucune distorsion ne se fait entendre : un régal ! Les surrrounds, tout comme les enceintes frontales d’ailleurs, restituent les effets avec beaucoup de relief : tous est clair et limpide, chaque détail est retranscrit avec acuité et précision. Bref : le vrai « son cinéma », mais celui des très bonnes salles, celui qui immerge le spectateur et lui fait perdre pied avec la réalité : c’est superbe, on ne s’en lasse pas. L’image est bien évidemment sans reproche, et à la hauteur du reste, et pour cause : le projecteur – l’un des meilleurs mono DLP actuels – est ici relié en full numérique à l’un des meilleurs processeurs vidéo du marché ! Malgré des couleurs qui nous ont semblée peut-être un peu « froides », nous sommes admiratifs devant l’exceptionnelle définition, l’excellent contraste et la superbe « transparence d’image » restitués par ce fabuleux projecteur DLP Marantz. Une installation complexe qui se pilote pourtant du bout des doigts pour un résultat exceptionnel. Une magnifique réalisation.

 

© Texte : Bastien Cluzet ,Photos : Antonio de Magalhaes