BE HCFR : OPPO BDP 103

Comptes-Rendus, Tests et Bancs d'Essais — publié le 7 novembre 2012
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)

Tests de performances.

Rapidité du lecteur.

Le BDP-103eu utilise un nouveau décodeur Mediatek qui dispose de plus de ressources de calcul. Le but recherché est d’accroître la rapidité du lecteur.
Il est difficile de quantifier le gain obtenu dans la navigation des menus des Blu-ray mais il apparaît évident que le lecteur est le plus rapide fait par Oppo. Les menus défilent, s’ouvrent et se ferment sans aucune saccade. La réponse est instantanée, jamais je n’ai eu un tel confort de navigation avec un lecteur de Blu-ray sur des films récents. Le BDP-93eu pourtant bien véloce n’arrive pas à ce niveau.

Un test simple consiste à lancer un disque et chronométrer le temps mis pour arriver à la première image du film.
Le protocole du test vise à ne pas biaiser le chronomètre. Pour ce faire, j’ai volontairement laissé visionner les messages informatifs et les bandes annonces. Les seules pressions de boutons valident les menus obligatoires et le lancement du film.
Voici les chronométrages comparatifs du BDP-103eu et du BDP-93.

Les gains en secondes proviennent uniquement de la capacité du BDP-103eu à charger des menus et à passer des chapitres. On peut supposer qu’il est possible d’avoir des performances encore meilleures en passant manuellement les messages et les bandes annonces.
Dans une utilisation normale le BDP-103eu passe pour une vraie formule 1.

Désentrelacement.

Afin de tester les capacités de désentrelacement du lecteur, nous avons appliqué trois tests.
Le test de benchmark HQV NTSC qui permet de bien évaluer le processeur sur sa capacité à traiter différentes cadences, le bruit vidéo et la définition de l’image.
Ce même type de test sur du 1080i60 afin de vérifier si la HD bénéficie des mêmes traitements et performances.
Enfin des tests en situation sur le PAL faute de matériaux test dédiés à ce format.
Plus d’information sur les benchmark HQV fait sur HCFR ici.

Le test DVD NTSC a été fragmenté en deux parties.
La première utilise le lecteur en mode de sortie 1080p60. Dans ce mode, le traitement des cadences n’est pas restrictif.
La deuxième étape utilise la conversion 24p du lecteur. Dans ce cas les cadences qui ne correspondent pas au mode film sont à exclure. En effet en conversion 24p le processeur va obligatoirement opérer un télécinéma inverse, c’est-à-dire la reconstruction des trames originales du mode film. Cela ne peut fonctionner que sur un programme issu d’une vidéo en 24 images seconde.
Voici les résultats obtenus par les tests.

DVD NTSC mode de sortie 1080p60 :

Color bars :     10/10
Jaggies 1 :        5/5
Jaggies 2 :        3/5
Flag :             10/10
Detail :          10/10
NR :              10/10
NR w/Motion : 10/10
Film Detail :    10/10
2:2 :                5/5
2:2:2:4 :          5/5
2:3:3:2 :          5/5
3:2:3:2:2 :       5/5
5:5 :                5/5
6:4 :                5/5
8:7 :                5/5
3:2 :                5/5
Mixed film+video text horizontal : 10/10
Mixed film+video text vertical :     10/10
Score total :                                 128

Ce score est exemplaire mais coutumier chez les processeurs vidéo récents.
Le test de jaggies 2 passe rarement la note maximale.
Cela veut dire que le NTSC bénéficie du meilleur désentrelacement possible.
Ceci associé à un scaling très performant, on obtient une image de très bonne qualité.

DVD NTSC mode de sortie 1080p24 :

Color bars :       10/10
Jaggies 1 :         5/5
Jaggies 2 :         3/5
Flag :              10/10
Detail :           10/10
NR :               10/10
NR w/Motion : 10/10
Film Detail :    10/10
2:2 :                0/5
2:2:2:4 :          5/5
2:3:3:2 :          5/5
3:2:3:2:2 :       0/5
5:5 :                0/5
6:4 :                0/5
8:7 :                0/5
3:2 :                5/5
Mixed film+video text horizontal : 0/10
Mixed film+video text vertical :     0/10
Score total :                                 83

Si on exclut les cadences et tests impossibles à traiter dans ce mode, on peut conclure sur une belle performance. Le test le plus important est le rendu du 3:2. Dans le cas présent la scénette était ultra fluide sans artéfacts. Le test est donc un succès.

HD 1080i60 mode de sortie 1080p60 (p24 non disponible) :

Test 1 NR :                          25/25
Test 2 résolution vidéo:         20/20
Test 3 jaggies 1 :                 20/20
Test 4 résolution mode film : 25/25
Test 5 mode film stadium :    10/10
Test 6 jaggies 2 :                 20/20
Score total :                          120

Ce score exemplaire est devenu une habitude lors des tests des processeurs récents.

Le BDP-103eu signe une très belle prestation qui rejoint les scores du BDP-93.

Mais sur le PAL ça se gâte.
Pour tester le PAL nous avons passé des extraits de « Gladiator » et de « Prometheus ».
Bien que le rendu ne soit pas catastrophique, nous avons noté des artéfacts lié à un désentrelacement erroné.
Le problème ne se manifeste pas sur toutes les scènes des films. « Prometheus » semble être assez épargné comme en témoigne les screen shots.
« Gladiator » est plus révélateur et nous notons de réguliers effets d’escalier sur les objets en mouvement et une perte de définition. Comme le problème n’est pas permanent et vise certains passages précis il est toujours possible de regarder le film.

 

 

 

Le bug « d’escalier » est indiqué par les flèches.

Les screen shots suivants exploitent les processings de la Qdeo et ne montrent pas le fameux bug. Les DVD PAL restent tout à fait regardables. Un film comme « Prometheus » a un rendu plus que correct pour un DVD et ne choque absolument pas. Il est évident que la manifestation de ce bug dépend de la qualité d’édition du film et de la structure de l’image.

Une capture de « Gladiator » sur un plan propre.

« Prometheus » et son image presque parfaite en DVD

Les mêmes DVD PAL sur le BDP-93 ne montrent pas ce problème et ont un rendu exemplaire.
Si le BDP-103eu est utilisé en mode « source direct » donc sans aucun processing Qdeo l’image qui en ressort est exempte de défauts. Dans ce mode le rendu sera tributaire des électroniques en aval. Nous avons testé en complément en liaison directe sur le Sony VPL-VW95ES et aussi par l’intermédiaire du RadianceXE. Dans les deux cas le rendu est excellent.
Le mode « source direct » est une solution palliative temporaire que l’on peut envisager.

Voici une autre limitation au lecteur, souhaitons un correctif firmware sous peu.

Dématriçage et exactitude de la restitution des modes de couleur.

Les OPPO ont la réputation de respecter le décodage des couleurs.
Nous avons donc pris l’initiative de le vérifier.
Afin de procéder aux tests nous nous sommes munis d’un générateur de mire professionnel Accupel DVG5000, du logiciel Chromapure Pro et d’une sonde professionnelle OTC1000.
Un disque de mire indexé sur les mires de Chromapure comme source pour le lecteur Oppo.
Nous avons retenu les mesures du DVG5000 comme base et noté les écarts obtenus par le BDP-103eu avec et sans le processeur Qdeo.

Nous notons que les écarts ne sont pas identiques si la Qdeo est activée, pourtant tous ses processings sont en position neutre (0 ou position médiane par défaut). Le processeur Mediatek et la Qdeo ne sont donc pas parfaitement neutres et ajoutent une légère erreur de décodage des couleurs.
Ceci étant, les écarts sont vraiment minimes et de l’ordre du négligeable.
L’écart le plus grand est de -3%, il s’agit d’une erreur infime.
Nous tablons sur du presque parfait, difficilement mesurable et absolument imperceptible.

Compatibilité des entrées HDMI.

Le BDP-103eu est le premier lecteur de salon équipé d’entrées HDMI.
Cette particularité pouvant être très utile, il est impératif de vérifier si elle fonctionne bien.

Pour ce test nous avons relié le BDP-103eu à un BDP-93 et modulé les résolutions et profils de couleur admis dans l’entrée HDMI arrière du lecteur.
L’acquisition du signal se fait de manière instantanée, ce qui est bon signe.
Malheureusement tout ne passe pas correctement.

Voici le tableau de compatibilité obtenu.

1/ Bug de dématriçage avec image bleue
2/ Bug de décalage Y/C
Processing : test de disponibilité de la Qdeo

Les mauvaises nouvelles.
Le NTSC et le PAL natif ne passent pas correctement.
Dans ces deux cas nous avons un gros décalage vertical et horizontal du bleu.
L’image perd donc en lisibilité et netteté. L’artéfact donne une image baveuse qui rappel le rendu des VHS et des mauvais laserdisc.
En mode proche du natif, c’est à dire en matriçage 4 :2 :2 on a en plus une erreur de décodage et on obtient une image à dominante bleue.
Le 480i et le 576i sont donc totalement inexploitables.
Le problème se manifeste aussi sur l’entrée HDMI en façade.

Voici ce que donne la combinaison des deux bugs.

Pour bien comprendre le bug de décalage Y/C voici une série de screen shots.

Image incorrecte, le bug est indiqué par les flèches.

Rendu sur une image film

Les bonnes nouvelles.
Tous les autres modes passent sans problème et le processing Qdeo est opérationnel dans tous les cas.

Les entrées HDMI ne sont donc pas exploitables en mode SD natif.
Il s’agit d’un autre gros bug qui demandera un correctif firmware.
Cependant il faut pondérer cette petite déception.
Rares sont les appareils externes capables de sortir automatiquement le natif d’un signal vidéo. En général il faut accéder au menu des sorties vidéo et sélectionner à la main le bon mode. Cette manipulation étant fastidieuse on préfère laisser un mode vidéo polyvalent soit 1080i ou 1080p. Qu’il s’agisse d’une box TV ou d’un boîtier multimédia la situation est la même. Il est peu probable qu’un utilisateur soit pénalisé par ce bug, mais suivant les cas ce bug peut être très limitant.

Précédente Suivante
Tags: ,