BE HCFR : Sony VPL VW 60

Home-Cinéma, Tests et Bancs d'Essais — publié le 22 octobre 2007
Précédente Suivante
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)

Extraits vidéo

1) Définition

La possibilité de pouvoir régler les convergences des primaires bleue et rouge permet de corriger les éventuels décalages. On obtient ainsi des résultats précis et satisfaisants.
Sur un signal en définition standard, et en fonction de l’encodage bien entendu, la sensation de relief est bien réelle et l’image est précise. Alimenté avec une source en haute définition, celui que l’on surnomme le Black Pearl révèle vraiment tout son potentiel.
Nous avons visionné différents extraits de 300 en SD puis en HD, la différence est flagrante.
Au début du film, lorsque les cavaliers arrivent sur Sparte, la ville est nettement mieux définie et l’effet 3D plus prononcé.
Bien que je ne sois pas adepte des photos d’écrans (elles ne sont pas toujours représentatives de la qualité projetée), ces deux clichés sont suffisamment explicites :

Image

2) Luminosité / Contraste

Très bon déjà en sortie du carton, la différence est patente avec l’ancienne génération. Le Black pearl ne nécessite que très peu de réglages pour obtenir un histogramme de luminance fidèle à la norme.
Dans l’épisode 4 de la Guerre des Etoiles, quand les chasseurs T-65 X-Wing investissent l’Etoile Noire, c’est quasiment parfait. La lisibilité dans les zones sombres est au rendez-vous et les noirs sont profonds.
Sur des extraits de La liste de Schindler, les dégradés dans les scènes de jour ou de nuit sont parfaitement restitués et il est difficile de prendre à revers l’iris dynamique, toujours plus discret et efficace.

Le géant nippon, s’il n’arrive pas à obtenir un contraste natif aussi important que le HD1, parvient tout de même à combler son retard avec cet artifice. Le VW60 est en effet loin d’être ridicule sur ce point. L’image est plus lumineuse que celle du VW50. Elle permettra d’utiliser ce projecteur sur de grandes bases.
Enfin, l’uniformité sur le modèle testé était excellente, d’un bout à l’autre de l’écran.

3) Colorimétrie

Dans ce domaine également, le Black Pearl est en net progrès. D’origine, en optant pour le mode cinéma et la température de couleurs bas, vous obtiendrez des résultats satisfaisants et proches d’une calibration. Un rapide passage dans les couleurs personnalisées vous permettra d’obtenir des courbes RVB parfaitement linéaires.
La palette des couleurs offre alors une restitution plus fidèle, une bonne saturation sans excès.
Au cours du face à face qui oppose la Uma Thurman à David Carradine, dans Kill Bill, les tons de chairs sont naturels et les décors saturés à souhait.

Un mode Wide est également disponible. Il élargit le diagramme CIE, mais l’image projetée est alors moins neutre. Ce mode est plutôt destiné à une utilisation avec des jeux vidéo.

Notez enfin que le mode RCP a été amélioré. Il permet dorénavant aux personnes disposant d’instruments de mesures, de modifier les primaires et les secondaires afin de coller à la norme vidéo.

4) Fluidité & Cie

Sur nos extraits références, en résolution standard comme en haute définition, le VPL VW60 enchaîne les passages difficiles sans saccades. Les travellings dans Le Seigneur des Anneaux et Pirates des Caraïbes sont parfaitement fluides.
Il est également important de préciser que nous avons testé le couple Black Pearl et lecteur Blu-Ray BDP-S500. Aucun tearing n’a été constatée en 24p.
Dans un autre registre, l’image affichée est plus propre, moins bruitée que celle du Pearl sans pour autant parvenir à estomper complètement ce phénomène.
Concernant le Shading, les deux modèles testés en étaient exempts. Souhaitons que les autres modèles soient aussi exemplaires.

Pour préciser ma pensée sur la qualité de l’électronique embarquée (scaler interne), il est utile de le comparer aux produits de classe équivalente, comme les JVC HD1.

Le traitement de mise à l’échelle et de désentrelacement est bon, même s’il n’est pas encore tout à fait au niveau d’un Genum chez JVC.
Sur les sources vidéos (comme les concerts ou le broadcast), il peut avoir un peu de mal si ça va trop vite disons, mais les résultats sont plus que corrects.
C’est pourquoi la source et la connectique utilisées sont très importants.

Précédente Suivante
Tags: , ,