CR de la présentation presse du Sony VPL-VW95ES

Non classé — publié le 31 mars 2012
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)

logo Sony

Cette matinée de présentation presse du 13 octobre semblait sortir d’un bon vieil épisode de The Twilight Zone, tellement elle ressemblait à s’y méprendre à une autre matinée, celle du 21 juin 2011.

Même lieu : le sous-sol du Sony Store de l’avenue George V à Paris. Mêmes horaires. Même comité d’accueil, jusqu’au très sympathique ingénieur japonais anglophone. Même public, composé exactement du même parterre de journalistes.

Et même vidéoprojecteur… oups, non, pas vraiment le même ! Cette fois, il ne s’agissait plus du Sony VPL-HW30ES, mais bien de son grand frère, le Sony VPL-VW95ES, successeur officiel du VPL-VW90ES.

Mais comme pour accentuer davantage encore cette indicible sensation de déjà vu, il fallait que ce VPL-VW95ES ne soit pas le modèle définitif, mais un prototype non finalisé… bien que d’après l’ingénieur japonais, la proximité avec le modèle définitif soit plus grande (95% finalisé) que dans le cas du Sony VPL-HW30ES de juin (80%).

A la façon d’un groupe de rock (dont la vedette serait bien sûr le vidéoprojecteur lui-même), cette équipe de Sony s’apprêtait d’ailleurs à partie en tournée… Premier concert annoncé : chez Elecson, cette après-midi même, avec pour public de nombreux forumeurs HCFR.

Bilan comptable

Les spécifications du Sony VPL-VW95ES sont – à la base – exactement celles du Sony VPL-VW90ES :
- mêmes panneaux SXRD full HD 240 Hz au fill factor record (0,2 µm) d’espacement entre pixels et à fluidité native non moins record ;
- même Iris Dynamique Advanced Iris 3 virtuellement indétectable en fonctionnement ;
- même optique entièrement motorisée (de belle qualité à ce niveau de prix, avec peu d’aberration chromatique et de réfraction) ;
- même interpolation MotionFlow (la meilleure du marché au jour d’aujourd’hui) ;
- même optimisation fine des convergences (au dixième de pixel près et sur 144 zones d’écran) ;
- même châssis class et design (en noir seulement) et même poids (12 kg environ) ;
- même connectique ;
- même silence de fonctionnement ;
- même émetteur 3D intégré (et de même portée, i.e. environ 5 m) ;
- même conversion 2D->3D (pas si mauvaise, mais un peu gadget) ;
- même édition des gammas sur PC via ImageDirector3 (et une connexion RS232) ;
- mêmes valeurs constructeur (1 000 Lumens, 150 000:1 de contraste dynamique…) ;

MAIS les spécifications techniques du Sony VPL-VW95ES se voient également augmentées de quelques nouveautés potentiellement intéressantes, en partie partagées avec celles du VPL-HW30ES :
- la lampe LMP-H201 (d’une grande stabilité dans le temps d’après mes constats) faisant place à la lampe LMP-H202 capable d’assumer le contrôle dynamique boostant la luminosité 24 fois par seconde en 3D ;
- le RCP mark II (le CMS vu par Sony), pourvu d’une commande dédiée au grand Y (et sans bug contrairement au VPL-HW30ES), assurant une calibration du gamut, non pas en soi plus précise que sur le RCP mark I, mais assurément plus rapide et plus aisée à réaliser ;
- cinq mémoires de position d’image, incluant chacune des mémorisations du zoom, du lens shift, du focus, du ratio (2:35:1 notamment), mais toutefois pas du trigger ;
- trois nouveaux profils préconfigurés et/ou customisables (Jeux, Photos, et Utilisateur 2) venant s’ajouter aux six profils originels ;
- doublage de tous les profils pour les sources 3D ;
- les deux paires de lunettes 3D TDG-BR100 incluses remplacées par deux paires de TDG-PJ1, dont le principal atout est d’être plus confortables à porter, plus légères, et rechargeables via USB ;
- une nouvelle télécommande, distincte toutefois de celle du VPL-HW30ES, et permettant notamment d’accéder directement aux réglages 3D et aux mémoires de position.

Impression subjective

La prestation visuelle demeure difficile à évaluer avec précision sans instrument de mesure, et surtout dans un environnement très réverbérant comme peut l’être la salle de projection entièrement blanche du Sony Store.

En outre, les extraits projetés, aussi bien 2D que 3D ont manqué de diversité et de représentativité. La référence 3D de showroom, Avatar, n’était pas au programme. A la place, nous avons eu droit à Tron: Legacy, dont la 3D, bien que de qualité, est trop light.

Sous réserve de confirmation par notre futur banc d’essai du modèle définitif fin octobre ou début novembre, il apparaît que la 2D du VPL-VW95ES est virtuellement identique à celle du VPL-VW90ES (donc plusieurs crans au-dessus de celle du HW30ES), c’est-à-dire superbe, tant par ses contrastes natifs (et a fortiori dynamiques), sa luminosité offrant des blancs de DLP, (écran 2,20 m de base), son piqué exceptionnel, sa texture cinématographique, sa justesse colorimétrique, et son exemplaire fluidité (aussi bien native qu’interpolée).

     

Quant à la 3D du VPL-VW95ES, c’est à la base celle du VPL-HW30ES, mais bonifiée par les contrastes natifs et la qualité d’interpolation du VW90ES. En d’autres termes une 3D imparfaite (traces de ghosting, occasionnel flickering,…), mais malgré tout l’une des meilleures du marché HC actuel.

Conclusion

Si la 3D du VPL-VW95ES a été significativement améliorée (en terme de luminosité et de réduction de ghosting) par rapport à celle de son prédécesseur (ce qui n’a en soi rien de surprenant puisqu’il s’agit d’une technologie nouvelle), certains pourront en revanche regretter que la 2D du VPL-VW95ES n’ait pas vraiment progressé. Ce parti pris demeure néanmoins tout à fait défendable, car la 2D du VPL-VW90ES avait atteint un niveau de quasi perfection, et constituait une référence inégalée en 2010-2011.

Il est donc probable que cette même 2D reste une référence en 2011-2012, bien que l’écart avec la concurrence se réduise quelque peu, notamment en considérant la wobulation des deux nouveaux réflectifs JVC (DLA-X70 et DLA-X90), et le buzz suscité (à tort ou à raison ?) par le transmissif Panasonic PT-AT5000E.

En tout état de cause, le VPL-VW95ES représente une valeur sûre du millésime 2011-2012 tant pour les amateurs de 2D que de 3D.

Toutefois le passage du VPL-VW90ES au VPL-VW95ES ne se justifierait a priori que pour la partie 3D.

La sortie officielle française du Sony VPL-VW95ES est prévue pour la troisième semaine d’octobre.

Son prix de lancement de 5 500 EUR TTC est plus doux que celui de son prédécesseur l’année dernière, puisque le Sony VPL-VW95ES n’est désormais plus le haut de la gamme Sony, cet honneur échéant dorénavant au vidéoprojecteur 4K véritable (i.e. non wobulateur) Sony VPL-VW1000ES annoncé pour début 2012 à plus de 15 000 EUR.

Pour discuter de cette news et du Sony VPL-VW95ES en général, c’est ici

Yves Raducka