[EP.V] – Chapitre I – Une histoire de médium – (2ème partie)

Haute-Fidélité — publié le 23 juin 2013
Précédente Suivante
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)

Image Linn Klinmax 350

Linn est aussi partisan du multi-voies, mais en s’approchant le plus possible de l’idéal d’émission ponctuel. Le test de la Klinmax 350 du n°33 de la revue Stéréo & Image de mars 2009 concluait : « … elles regroupent sous un encombrement domestique des qualités de très haute définition (mais tout en respectant la vraie couleur tonale des timbres), de capacité dynamique Linn Klinmax 350 (cela aussi bien dans l’infra-grave que dans l’extrême-aigu), de lisibilité extrême sur les messages les plus complexes (mais sans acidité ou distorsion d’intermodulation), que l’on trouve éparse sur les systèmes de très haut de gamme. Mais elles ont en plus, grâce au bon dosage de tous ces paramètres, la faculté de procurer un immense plaisir d’écoute car ce système reste hautement musical. Pas de secret, mais la mise en application parfaitement maîtrisée de technologies d’avant-garde dans l’amplification, l’asservissement du grave et des haut-parleurs hors du commun. Une vraie référence musicale absolue pour écoute domestique. »

Tout est dit sur le potentiel des médiums à dôme et les résultats de leur mise en oeuvre, mais aussi sur leurs exigences. À 38900,00€ la paire tout de même pour la version ”full active” à conseiller pourtant avec insistance.

Igor : Et Revel ? Des médiums à cône inversé et des tweeters à dôme béryllium, des concepts proches de mon système. Qu’en penses-tu ?
Jacques : Du bien, je n’ai jamais eu l’occasion d’écouter mais ”j’en ai entendu causer !” En fait, la membrane du médium (et aussi le grave) est mécaniquement proche d’un cône.

Image Revel Ultima

Seul le tweeter est à dôme béryllium. Le médium, avec son dôme inversé rigide, est en titane. Si sa structure le rapproche d’un cône, son fonctionnement en piston sur une large bande passante et sa faible masse en mouvement lui donnent un comportement dynamique proche d’un dôme. Sa surface d’émission et sa fréquence de résonance permettent de le filtrer plus bas qu’un ”vrai” dôme. Ce type de haut-parleur serait-il le médium idéal actuel ?

Image Revel Ultima

Igor : L’association béryllium pour l’aigu et titane pour le médium me semble cohérente.
Jacques : Oui mais le cône inversé en titane sur un cône support pour transmettre la force motrice de la bobine mobile n’aura jamais les caractéristiques physiques et mécaniques d’un médium béryllium métal. Par contre, c’est mieux pour le bas médium.
Igor : Ce type de haut-parleur médium existe aussi chez Usher. Mieux, la calotte inversée est en B&O, oxyde de béryllium, ”Beryllium Evolution” selon la brochure de présentation. Pas très clair tout cela, retrouve-t-on les qualités mécaniques du béryllium ???
Jacques : Ce haut parleur, utilisé sur la B20, ressemble effectivement techniquement au Revel avec son dôme inversé. D’une certaine manière ce sont des transpositions en médium de la structure de l’aigu Focal. Si le Revel fait appel au titane, il semble donc que le Usher utilise un oxyde de Be qui n’a pas forcément les performances du béryllium. Il faudrait une information plus précise, moins marketing, je ne sais si d’autres matériaux support sont utilisés en association avec cet oxyde pour obtenir la forme en dôme inversé.
Il y existe une analogie avec l’aluminium. L’alumine, oxyde d’aluminium, utilisé pour les tweeters infinity ne ressemble en rien au métal et ne se travaille pas comme lui. On se rapproche d’une structure céramique qui a ses propres avantages. Affaire à suivre donc…

Photo : DR

Précédente Suivante