[EP-VII] Chapitre II – Un soir chez Igor – (4ème partie)

Haute-Fidélité — publié le 23 juin 2013
Précédente Suivante
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)

Igor : Tu es sûr de tes comparaisons ?
Jacques : Je juge globalement d’une chaîne par rapport aux écoutes ”live”, l’expérience du concert est irremplaçable, mais aussi à celles de ma chaîne-référence, que j’ai forcément bien ”dans l’oreille”. L’original système dipolaire élèctro-dynamique, que j’ai conçu et développé, est parfait dans ce rôle. Il a progressivement évolué depuis une quinzaine d’années et reste au niveau. Pour une meilleure compréhension, je l’appellerai ”BP1 éVo IV”. Mon objectif, le respect du ”document source”. Cette attitude est proche de celle d’un ingénieur du son de ta réputation.
 
Igor : Effectivement, un ingénieur du son doit disposer d’un outil de contrôle assurant que l’édition finale d’une prise de son correspond exactement à ses attentes. Ton système serait-il à la hauteur de la tâche ?
Jacques : Le concept du système ”BP1 éVo IV”, très différent du tien, à été validé par des musiciens. Ils ont pu écouter des albums de référence pour leur propre instrument de musique. L’opinion a été unanime, très réaliste. J’ajouterais un avis personnel sur la qualité ultime d’un système de restitution du son, l’émotion. Ma référence la restitue comme peu. J’en attends au moins autant des Yamaha NS1000x ”version Kirkwood”.
Autre intérêt de la comparaison avec le ”BP1 éVo IV”, une grande partie de la bande passante, soit la seconde à la septième octave (40 à 5120Hz), est restituée sans aucun filtrage ”électrique”, actif ou passif. Les ”aiguillages” sont confiés à l’acoustique. Inutile d’aller plus loin dans la technique, les deux concepts sont très différents, presque opposés. Le parallèle des écoutes du tenant de chaque stratégie technique me semble intéressante. Outre la curiosité, c’est une des raisons de ma visite.
 
Igor : Et de mon invitation !
Commençons par trouver le bon niveau, réaliste sans saturation, d’écoute.
Jacques : La restitution me parait dense, homogène, cohérente, crédible sur les voix et le piano. Le lieu de prise de son est ”ressenti”. Enfin un système au moins du niveau de ma référence ! Je suis peut être présomptueux mais, pour moi c’est un vrai compliment.

    • Ton système est réellement très performant, un des meilleurs que j’ai pu écouter. Celui qui m’a le plus impressionné reste le grand panneau électrostatique Stax, mais va savoir …, cela fait longtemps.
    • Ses nombreuses qualités valident, de fait, le choix de ma référence. Malgré des concepts très différents, l’équilibre des écoutes, la qualité des timbres sont étonnamment proches. A ce niveau, c’est très surprenant. La connaissance analytique du son de mes propres systèmes me permet de l’affirmer. Je suis devenu, avec le temps et l’expérience, très ”organisé” dans mes écoutes.

Il y a pourtant des différences liées :

    • Aux qualités exceptionnelle du Velodyne DD15 capable de descendre à 15 Hertz. Je me contente, pour l’instant, de caissons (B&W) moins performant dans les extrêmes.

    • Au comportement acoustique des ”classiques” NS1000x par rapport à leur environnement, très différent des dipôles BP1 éVo IV.

    • A la nature des haut-parleurs, en particulier pour la restitution du médium. dôme béryllium d’un côté, cône kevlar + carbone tressés de l’autre.

    • Au filtrage, actif et numérique sur ton système, il est pratiquement absent sur les ”BP1 éVo IV”, ou du moins limité à un passe-haut passif du premier degré, le ”minimum syndical” en quelques sortes ; le but, éviter tout intermédiaire entre l’étage de sortie de l’amplificateur et les bobines mobiles des haut-parleurs.
Précédente Suivante