Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 24 invités

Les amplificateurs intégrés ( pré-ampli + ampli de puissance dans 1 seul appareil )

MSB Platinum M200: le meilleur ampli ever?

Message » 17 Aoû 2009 22:40

JbM a écrit:L'article ne parle pas de la classe de fonctionnement. En revanche, le manuel de l'utilisateur (google avec le nom de l'ampli) indique noir sur blanc que l'étage de sortie est en classe AB. Les étages petits signaux sont en classe A, comme sur la plupart des amplis classiques - y compris l'entrée de gamme des constructeurs japonais.

Je remonte un peu le fil pour faire une remarque, ce n'est pas la plupart mais ce sont TOUS les amplis « classe AB » qui sont en « classe A » tant que le courant de sortie est inférieur au courant de polarisation.
La classe AB étant un mix de classe A et de classe B
Le même montage sans courant de repos devient de la classe B, avec un courant de repos très élevé, il est en classe A.
(on peut discuter sur les compensations des Vbe avec la « zener réglable » pour moi la différence entre classe est liée au courant de repos)
LCD 31
 
Messages: 5413
Inscription: 16 Sep 2006 9:48
Localisation: Banlieue Ouest Toulousaine
  • offline

Annonce

Message par Google » 17 Aoû 2009 22:40

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 18 Aoû 2009 12:23

zeroundemi a écrit:Tout à fait d'accord

Pour en revenir à la remarque initiale selon laquelle MSB se serait laissé aller à la simplicité et à la facilité, j'ai écouté ceci il y a 2 ans :

Image
http://www.coda-continuum.com/product/index.php

Pur classe A, 2 x 50W, réalisation de toute beauté, conçue par des anciens de Treshold, 2 x 15 bipolaires par canal (symétrique)

Wow !

Mais au vu du CR de 6moons, on découvre que ce n'est pas une tâche si aisée qu'elle le semble
http://www.6moons.com/audioreviews/coda3/s5.html



Hé, hé ... je devrais en écouter prochainement :idee: :wink:
expertdoc
 
Messages: 13448
Inscription: 23 Jan 2005 14:43
Localisation: Plein SUD
  • offline

Message » 18 Aoû 2009 14:18

8)
zeroundemi
 
Messages: 2355
Inscription: 02 Oct 2006 13:46
  • offline

Message » 18 Aoû 2009 19:03

LCD 31 a écrit:s'il n'y a pas de stabilité de boucle a étudier car il n'y a pas de boucle OK
Toutefois, on ne peut pas dire pour autant que réaliser un ampli qui donne de bon résultat à la mesure en boucle ouverte est facile pour autant car le taux de cr divise :
- l'impédance de sortie,
- augmente d'autant le coef d'amortissement,
- rabote la courbe de réponse en augmentant la bande passante,
- linéairise,
- stabilise en température (si celle-ci va jusqu’au continu)
- et j’en passe ...

Il est bcp plus facile de concevoir un ampli moins performant avec bcp de gain en bo et appliquer bcp de cr pour obtenir des bonnes mesures

Il suffit de monter un nombre obscène de transistors en parallèle : la linéarité est améliorée, l'impédance de sortie diminuée et lissée, l'inertie thermique est augmentée. La bande passante est un non-problème vues les fréquences en jeu.
Bien sûr, on n'atteindra pas des distorsions à 3 chiffres après la virgule. Mais un résultat de l'ordre de 0.1% me parait réaliste.


LCD 31 a écrit:@ Denis,
Tu ne vois pas l'intérêt d'une faible cr
A la mesure et en régime établi OK mais cela dit, juste un petit exemple :
Prenons un ampli qui a 80 dB de gain en boucle ouverte, si tu lui appliques un transitoire rapide de seulement 100 mV ça ferait théoriquement 1000 Volt en sortie !!! avant que la cr globale puisse compenser... Autrement dit, l’ampli sature bien avant l'étage de sortie (je parle de cr globales, s’il y a bcp cr locales - comme pour les tubes - c’est différent, mais bon).

Un ampli avec peu ou pas de cr aura autaumatiquement un gain en bo bcp plus faible (pas de saturation dans cet exemple) et respectera mieux les transitoires (mais bon comme on mesure en régimes sinus, les transitoires :roll: pourtant la musique est assez loin du sinus …)

(on peut répondre, pour que cet exemple arrive, il faut en entrée, un transitoire plus rapide que l'ampli (en bo) mais s'il n'y a pas de filtre en entrée c'est une hypothèse possible)

Pour information, les hypothèses d'Ottala (c'est vraisemblablement de ça que tu parles) ont été réfutées au siècle dernier. Cf l'article très synthétique de Cordell (1980) à ce sujet :
http://www.cordellaudio.com/papers/another_view_of_tim.pdf
http://www.cordellaudio.com/papers/another_view_of_tim_II.pdf

La TIM n'est qu'une limitation du slew rate, et n'est donc pas produite par un ampli ayant un slew rate suffisant pour passer le spectre audio à pleine puissance. Ce qui n'est le cas d'aucun ampli sérieusement conçu.
D'autre part, un slew rate insuffisant serait très bien mis en évidence par une simple mesure de distorsion sur signal à 20KHz. Un ampli sans distorsion harmonique particulière à 20KHz ne souffre pas de TIM.


zeroundemi a écrit:Pur classe A, 2 x 50W, réalisation de toute beauté, conçue par des anciens de Treshold, 2 x 15 bipolaires par canal (symétrique)

Wow !

Mais au vu du CR de 6moons, on découvre que ce n'est pas une tâche si aisée qu'elle le semble
http://www.6moons.com/audioreviews/coda3/s5.html

Voilà un bon exemple concret de réalisation sur cette approche : 15 paires de transistors de sortie (un ampli contre-réactionné classique nécessite 2 ou 3 paires pour fournir cette puissance, avec une distorsion inférieure ou égale). Bien sûr, ils ne diront pas que c'est facile : d'un point de vue marketing, cela reviendrait à se tirer une balle dans le pied. Parler du fruit d'années de recherches est tellement plus vendeur ;)

On voit mieux de quoi il s'agit à droite sur cette photo :

Image


LCD 31 a écrit:Je remonte un peu le fil pour faire une remarque, ce n'est pas la plupart mais ce sont TOUS les amplis « classe AB » qui sont en « classe A » tant que le courant de sortie est inférieur au courant de polarisation.
La classe AB étant un mix de classe A et de classe B
Le même montage sans courant de repos devient de la classe B, avec un courant de repos très élevé, il est en classe A.
(on peut discuter sur les compensations des Vbe avec la « zener réglable » pour moi la différence entre classe est liée au courant de repos)

Je me suis mal exprimé : je parlais de classe A pour la partie à faible courant, c'est à dire ce qui précède l'étage de sortie.

A propos de la lutte des classes, la classe B n'est pas l'absence de courant de polarisation (ce serait une classe C), mais plutôt l'ajustement du courant de repos pour que chaque polarité de l'étage de sortie conduise pendant une demi alternance le plus exactement possible.
Le courant de repos en classe B peut être assez élevé, entre 50 et 200mA par transistor.
JbM
 
Messages: 75
Inscription: 16 Sep 2006 2:00
  • offline

Message » 18 Aoû 2009 19:23

Si j'ai bonne mémoire de mes lectures sur les techniques d'amplification : les alimentations d'amplis à tube en classe B doivent être très très sérieusement conçues...
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49552
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 18 Aoû 2009 21:29

En rouge :oops: (ça fait un peu professeur comme à l'école :mdr: )

JbM a écrit:
LCD 31 a écrit:s'il n'y a pas de stabilité de boucle a étudier car il n'y a pas de boucle OK
Toutefois, on ne peut pas dire pour autant que réaliser un ampli qui donne de bon résultat à la mesure en boucle ouverte est facile pour autant car le taux de cr divise :
- l'impédance de sortie,
- augmente d'autant le coef d'amortissement,
- rabote la courbe de réponse en augmentant la bande passante,
- linéairise,
- stabilise en température (si celle-ci va jusqu’au continu)
- et j’en passe ...

Il est bcp plus facile de concevoir un ampli moins performant avec bcp de gain en bo et appliquer bcp de cr pour obtenir des bonnes mesures

Il suffit de monter un nombre obscène de transistors en parallèle : la linéarité est améliorée, l'impédance de sortie diminuée et lissée, l'inertie thermique est augmentée. La bande passante est un non-problème vues les fréquences en jeu.
Bien sûr, on n'atteindra pas des distorsions à 3 chiffres après la virgule. Mais un résultat de l'ordre de 0.1% me parait réaliste.

0.1 % en boucle ouverte est un bon ampli !
0.1 % en boucle ouverte donnerait 0.01 % avec 20 dB de contre réaction ...



LCD 31 a écrit:@ Denis,
Tu ne vois pas l'intérêt d'une faible cr
A la mesure et en régime établi OK mais cela dit, juste un petit exemple :
Prenons un ampli qui a 80 dB de gain en boucle ouverte, si tu lui appliques un transitoire rapide de seulement 100 mV ça ferait théoriquement 1000 Volt en sortie !!! avant que la cr globale puisse compenser... Autrement dit, l’ampli sature bien avant l'étage de sortie (je parle de cr globales, s’il y a bcp cr locales - comme pour les tubes - c’est différent, mais bon).

Un ampli avec peu ou pas de cr aura automatiquement un gain en bo bcp plus faible (pas de saturation dans cet exemple) et respectera mieux les transitoires (mais bon comme on mesure en régimes sinus, les transitoires :roll: pourtant la musique est assez loin du sinus …)

(on peut répondre, pour que cet exemple arrive, il faut en entrée, un transitoire plus rapide que l'ampli (en bo) mais s'il n'y a pas de filtre en entrée c'est une hypothèse possible)

Pour information, les hypothèses d'Ottala (c'est vraisemblablement de ça que tu parles) ont été réfutées au siècle dernier. Cf l'article très synthétique de Cordell (1980) à ce sujet :
http://www.cordellaudio.com/papers/another_view_of_tim.pdf
http://www.cordellaudio.com/papers/another_view_of_tim_II.pdf

non je ne parle pas de Mr Ottala et ne fais pas reférence à une théorie particulière, j'ai dis que sur un transitoire très rapide, l'ampli fonctione toujours en boucle ouverte (meme s'il est contre réactionné). dans ce cas les perfomances sont différentes quand régime établi ou la contre réaction fonctionne parfaitement
OK, cela rejoins ce que tu dis sur la TIM


La TIM n'est qu'une limitation du slew rate, et n'est donc pas produite par un ampli ayant un slew rate suffisant pour passer le spectre audio à pleine puissance. Ce qui n'est le cas d'aucun ampli sérieusement conçu.
D'autre part, un slew rate insuffisant serait très bien mis en évidence par une simple mesure de distorsion sur signal à 20KHz. Un ampli sans distorsion harmonique particulière à 20KHz ne souffre pas de TIM.


zeroundemi a écrit:Pur classe A, 2 x 50W, réalisation de toute beauté, conçue par des anciens de Treshold, 2 x 15 bipolaires par canal (symétrique)

Wow !

Mais au vu du CR de 6moons, on découvre que ce n'est pas une tâche si aisée qu'elle le semble
http://www.6moons.com/audioreviews/coda3/s5.html

Voilà un bon exemple concret de réalisation sur cette approche : 15 paires de transistors de sortie (un ampli contre-réactionné classique nécessite 2 ou 3 paires - en vrai classe A (jusqu'à 50 Watt) et avec contre réaction, il ne faut peut-être pas 15 paires mais certainement plus de 2 ou 3 pour dissiper plus du double à vide et sans signal dans l'étage de sortie - avec une distorsion inférieure ou égale). Bien sûr, ils ne diront pas que c'est facile : d'un point de vue marketing, cela reviendrait à se tirer une balle dans le pied. Parler du fruit d'années de recherches est tellement plus vendeur ;)

On voit mieux de quoi il s'agit à droite sur cette photo :

Image


LCD 31 a écrit:Je remonte un peu le fil pour faire une remarque, ce n'est pas la plupart mais ce sont TOUS les amplis « classe AB » qui sont en « classe A » tant que le courant de sortie est inférieur au courant de polarisation.
La classe AB étant un mix de classe A et de classe B
Le même montage sans courant de repos devient de la classe B, avec un courant de repos très élevé, il est en classe A.
(on peut discuter sur les compensations des Vbe avec la « zener réglable » pour moi la différence entre classe est liée au courant de repos)

Je me suis mal exprimé : je parlais de classe A pour la partie à faible courant, c'est à dire ce qui précède l'étage de sortie.

A propos de la lutte des classes, la classe B n'est pas l'absence de courant de polarisation (ce serait une classe C), mais plutôt l'ajustement du courant de repos pour que chaque polarité de l'étage de sortie conduise pendant une demi alternance le plus exactement possible.

Le courant de repos en classe B peut être assez élevé, entre 50 et 200mA par transistor Non, si tel est le cas, c'est de fait de la classe AB !

c'est la position du point de repos sur la droite de charge qui défini la classe :
- point de repos au milieu (ou persque) => classe A
- point de repos à I = 0 et V max => classe B
- entre les deux => classe AB
LCD 31
 
Messages: 5413
Inscription: 16 Sep 2006 9:48
Localisation: Banlieue Ouest Toulousaine
  • offline

Message » 19 Aoû 2009 10:10

JbM a écrit:un bon exemple concret de réalisation sur cette approche

Je soupçonne la parallélisation massive des transistors de puissance d'être à l'origine d'une perte de définition, perceptible surtout dans le haut du spectre audible

Qu'en penses-tu ?
zeroundemi
 
Messages: 2355
Inscription: 02 Oct 2006 13:46
  • offline

Message » 19 Aoû 2009 18:29

haskil a écrit:Si j'ai bonne mémoire de mes lectures sur les techniques d'amplification : les alimentations d'amplis à tube en classe B doivent être très très sérieusement conçues...

Le cablage doit être soigné : les courants étant moins constants qu'en classe A, l'ampli peut facilement récupérer les perturbations d'alimentation par couplage inductif ou en cas de mauvais routage des masses.



LCD, je me permets de remettre en citation, c'est un peu plus clair à mon gout :oops:

LCD 31 a écrit:0.1 % en boucle ouverte est un bon ampli !
0.1 % en boucle ouverte donnerait 0.01 % avec 20 dB de contre réaction ...

La contre réaction n'est-elle pas merveilleuse? ;)


LCD 31 a écrit:[non je ne parle pas de Mr Ottala et ne fais pas reférence à une théorie particulière, j'ai dis que sur un transitoire très rapide, l'ampli fonctione toujours en boucle ouverte (meme s'il est contre réactionné). dans ce cas les perfomances sont différentes quand régime établi ou la contre réaction fonctionne parfaitement
OK, cela rejoins ce que tu dis sur la TIM

Qu'est-ce qu'un "transitoire très rapide"? Un front montant dont le spectre s'étend à plusieurs MHz? La fréquence la plus élevée sur un signal musical ne dépasse pas 20KHz... c'est pas très rapide pour le coup. D'autre part, le gain de boucle atteint une valeur unitaire après quelques centaines de KHz. Parler du comportement de la boucle au delà n'a guère de sens.

Je ne comprends pas très bien la dichotomie entre "régime permanent" et "transitoire". Un signal sinus passe par 0 deux fois par alternance, et transite par un tas d'autres valeurs entre deux extremums. A part la valeur moyenne, je ne vois rien de très permanent là dedans ;)


LCD 31 a écrit: - en vrai classe A (jusqu'à 50 Watt) et avec contre réaction, il ne faut peut-être pas 15 paires mais certainement plus de 2 ou 3 pour dissiper plus du double à vide et sans signal dans l'étage de sortie -

Je pensais à un ampli contre-réactionné en classe B.
Mais même en classe A, 3 paires seraient suffisantes. 50W en classe A sous 8ohms, cela nécessite une alimentation de 35V et un courant de repos de 1.8A. Soit environ 20W/transistor à dissiper pour 3 paires.


LCD 31 a écrit:Non, si tel est le cas, c'est de fait de la classe AB !

c'est la position du point de repos sur la droite de charge qui défini la classe :
- point de repos au milieu (ou persque) => classe A
- point de repos à I = 0 et V max => classe B
- entre les deux => classe AB

Aucunement, c'est le temps de conduction sur une alternance qui définit la classe :
- classe A : conduction sur l'alternance complète
- classe B : conduction sur une demi alternance
- classe AB : entre les deux précédentes
- classe C : conduction sur moins d'une demi alternance

Je te suggère de lire le livre de Douglas Self sur les amplis audio, il est très complet sur les questions de polarisation d'étages de sortie :)


zeroundemi a écrit:
JbM a écrit:un bon exemple concret de réalisation sur cette approche

Je soupçonne la parallélisation massive des transistors de puissance d'être à l'origine d'une perte de définition, perceptible surtout dans le haut du spectre audible

Qu'en penses-tu ?

Si la capacité parasite de tous ces transistors mis en parallèle est importante, et que le circuit en amont a du mal à les remplir, ça n'est pas impossible. C'est une des hypothèses pouvant expliquer la chute brutale des performances du MSB dans l'aigu à forte puissance.
JbM
 
Messages: 75
Inscription: 16 Sep 2006 2:00
  • offline

Message » 19 Aoû 2009 18:48

.
Dernière édition par zeroundemi le 26 Déc 2010 11:38, édité 1 fois.
zeroundemi
 
Messages: 2355
Inscription: 02 Oct 2006 13:46
  • offline

Message » 19 Aoû 2009 21:33

JbM a écrit:LCD, je me permets de remettre en citation, c'est un peu plus clair à mon gout :oops:
Tu as tout à fait raison mais quand les posts sont très longs, on a vite fait de se tromper d'un "quote" ensuite c'est la cata ! :-? alors je te demande de bien vouloir m'excuser si j'ai répondu en rouge :oops:



LCD 31 a écrit:0.1 % en boucle ouverte est un bon ampli !
0.1 % en boucle ouverte donnerait 0.01 % avec 20 dB de contre réaction ...

La contre réaction n'est-elle pas merveilleuse? ;)
je n'ai pas dit le contraire mais il faut en connaitre les limites :wink:



LCD 31 a écrit:[non je ne parle pas de Mr Ottala et ne fais pas référence à une théorie particulière, j'ai dis que sur un transitoire très rapide, l'ampli fonctionne toujours en boucle ouverte (même s'il est contre réactionné). dans ce cas les performances sont différentes quand régime établi ou la contre réaction fonctionne parfaitement
OK, cela rejoins ce que tu dis sur la TIM

Qu'est-ce qu'un "transitoire très rapide"? Un front montant dont le spectre s'étend à plusieurs MHz? La fréquence la plus élevée sur un signal musical ne dépasse pas 20KHz... c'est pas très rapide pour le coup Ouai !...

D'autre part, le gain de boucle atteint une valeur unitaire après quelques centaines de KHz. Parler du comportement de la boucle au delà n'a guère de sens.
oui, a partir d'une certaine fréquence, c'est comme s'il n'y avait plus de cr ... mais je n'ai jamais dit que le taux de cr était constant en fréquence, et c'est d'ailleurs un problème qui fait que les perfs se dégradent plus rapidement en fréquence quand il y a bcp de cr !... :cry:

Je ne comprends pas très bien la dichotomie entre "régime permanent" et "transitoire". Un signal sinus passe par 0 deux fois par alternance, et transite par un tas d'autres valeurs entre deux extremums. A part la valeur moyenne, je ne vois rien de très permanent là dedans ;)
il s'agit du mode de mesure :
- en régime permanent on travaille dans le domaine fréquentiel en faisant glisser la fréquence,
- tandis qu'en régime transitoire on est dans le domaine temporel ...
(la transformé de Fourier permet de passer d'un domaine à l'autre)




LCD 31 a écrit: - en vrai classe A (jusqu'à 50 Watt) et avec contre réaction, il ne faut peut-être pas 15 paires mais certainement plus de 2 ou 3 pour dissiper plus du double à vide et sans signal dans l'étage de sortie -

Je pensais à un ampli contre-réactionné en classe B.
Mais même en classe A, 3 paires seraient suffisantes. 50W en classe A sous 8ohms, cela nécessite une alimentation de 35V et un courant de repos de 1.8A. Soit environ 20W/transistor à dissiper pour 3 paires.
En plus de la puissance à dissiper, ce sont les températures et la somme de toutes les valeurs de Rth (résistances thermiques) qui diront si ça passe avec 3 paires, je n'ai pas fait le calcul mais j'en doute car il n'est pas recommandé de s'approcher des 150°C max de jonction...



LCD 31 a écrit:Non, si tel est le cas, c'est de fait de la classe AB !

c'est la position du point de repos sur la droite de charge qui défini la classe :
- point de repos au milieu (ou persque) => classe A
- point de repos à I = 0 et V max => classe B
- entre les deux => classe AB

Aucunement, c'est le temps de conduction sur une alternance qui définit la classe :
- classe A : conduction sur l'alternance complète
- classe B : conduction sur une demi alternance
- classe AB : entre les deux précédentes
- classe C : conduction sur moins d'une demi alternance

Je te suggère de lire le livre de Douglas Self sur les amplis audio, il est très complet sur les questions de polarisation d'étages de sortie :)
Merci :wink: à l'école j'ai appris les différentes "classes" en fonction de la position du point de repos sur la droite de charge,
cela dit, cela revient à ce que tu as écrit et sur la droire de charge (note que les points de repos de la classe B et de la classe C sont aux mêmes endroits (à I = O et V max) :wink: )
LCD 31
 
Messages: 5413
Inscription: 16 Sep 2006 9:48
Localisation: Banlieue Ouest Toulousaine
  • offline

Message » 20 Aoû 2009 14:36

JbM a écrit:Je pensais à un ampli contre-réactionné en classe B.
Mais même en classe A, 3 paires seraient suffisantes. 50W en classe A sous 8ohms, cela nécessite une alimentation de 35V et un courant de repos de 1.8A. Soit environ 20W/transistor à dissiper pour 3 paires.


J’ai pris qq minute pour rependre ton exemple :

- Pour le courant, pour obtenir 50 Watt dans 8 ohm il faut un courant de 2.5 A efficace (car P = R x I x I)
Cela donne en sinus un courant crête de 3.5 A (ou +/- 3.5 A crête crête)

Si tu veux que les deux transistors conduisent sur l’alternance complète, il faut donc un courant de repos de 3.5 A (et non pas la moitié !).


- Pour la tension, il faut 20 V efficaces dans une charge de 8 ohm pour atteindre 50 Watt (car P = U x U / R)
Cela donne en sinus une tension crête de 28.3 V avec les tensions de déchet cela donne presque les 35 V que tu annonces mais il ne faut pas oublier le rail négatif de l’alim car est double.


Donc 35 V x 3.5 A = 122.5 Watt

En comptant 20 Watt par transistor il faut un peu plus de 2 x 6 transistor par coté (12 transistors par coté on s’approche du compte... :wink: )


Mais revenons sur puissance à dissiper par transistor, je pense qu’il est préférable de rester bien en dessous de 100 °C de température de jonction car, en classe A, il s’agit d’une puissance permanente ! (en plus certains, laisse leur ampli allumé jour et nuit, enfin l'hivers ! :mdr: )

Si l’on prend pour hypothèse une température ambiante maxi à 40 °C et une température de jonction max à 90 °C => cela fait un delta de 50 °C

Avec une résistance thermique totale que j’estime à 4 °C (car il ne faut pas compter celle du radiateur entier mais seulement la tranche qui correspond au transistor) cela nous donne 12.5 Watt par transistor, soit 2 x 10 = 20 transistors par coté !!



Bien sur, cela dépend des hypothèses car :
- on peut réduire un peu la tension (les + et - 35 de ton exemple sont un peu large),
- on peut aussi réduire un peu le courant repos (et comme d’habitude continuer d’appeler ça de la Vrai classe A … :roll: )
- on peut aussi travailler à des températures de jonctions supérieures mais comme il s’agit d’une puissance permanente en classe A le vieillissement sera moins bon …



Bref, on est bien loin des 3 transistors (par coté) de ton calcul !...
Et les calculs des concepteurs de cet amplificateur ne sont pas si faux que ça !… (il faut pas forcement voir du marketing partout :wink: )

En l’occurrence, je pense qu’il y a plus de Marketing du coté de ceux qui mettent bcp moins de transistor et qui par conséquent polarise avec un courant de repos plus faible qui rapproche plus proche d’une « classe AB » avec fort courant de repos que qu’une vrai « classe A » et qui appèle ça de la « classe A » :-?
Dernière édition par LCD 31 le 20 Aoû 2009 17:04, édité 2 fois.
LCD 31
 
Messages: 5413
Inscription: 16 Sep 2006 9:48
Localisation: Banlieue Ouest Toulousaine
  • offline

Message » 20 Aoû 2009 14:47

zeroundemi a écrit:
Notre audition ne va pas au delà de 20 000 Hz (voire moins :mdr: ) cependant j'entends une différence sur les attaques de sons (percussions, cordes pincées, etc.) entre un ampli limité à 30 kHz et un autre à 200 kHz


Compares-tu le même ampli en deux exemplaires dont l'un d'eux aurait subi une modification limitant sa bande passante à 30 Khz, ou deux amplis différents mais de puissance identique et niveaux égalisés ?

Ou est-ce une expérience conduite sur de nombreux amplis, par définition tous différents, qui t'a néanmoins fait faire ce constat ?
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49552
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 20 Aoû 2009 15:17

.
Dernière édition par zeroundemi le 10 Jan 2010 0:48, édité 1 fois.
zeroundemi
 
Messages: 2355
Inscription: 02 Oct 2006 13:46
  • offline

Message » 20 Aoû 2009 16:56

On peut considérer qu’un ampli dont la bande passante est de 30 Khz n’est plus contre réactionné à 30 Khz car il n’a plus assez de gain a cette fréquence (si cette coupure est naturelle à l’ampli – ou en bo - cad qu’il ne s’agit pas d’un filtre limitant la bande en amont ou sur la cr)

La chute du gain d’un ampli classique est d’abord d’un premier ordre (puis la pente augmente du coté des HF …)
Cad que la courbe chute de 3 dB par octave ou 20 dB par décade (ceci étant la pente d’un 1er ordre)

Donc, cet ampli qui coupe à 30 khz naturellement (sans filtrage comme je le précisais au-dessus) bénéficie de :
- 20 dB de cr à 3 KHz (car une décade de 30 KHz)
- 3 dB de cr à 15 KHz (car un octave de 30 KHz)

On voit que le taux de cr est très variable en fonction de la fréquence (les améliorations apportées par la cr seront aussi variables en fonction de la fréquence …)

L’ampli qui possède une bande passante de 30 Khz sera soumis, à des variations de taux de cr moins importante sur la bande audio 20 - 20 Khz (en relatif bien sur, car son taux de cr vari aussi)


Je vais pas en conclure pour autant que c’est mieux ou que c’est moins bien mais c’est différent
LCD 31
 
Messages: 5413
Inscription: 16 Sep 2006 9:48
Localisation: Banlieue Ouest Toulousaine
  • offline

Message » 20 Aoû 2009 17:07

.
Dernière édition par zeroundemi le 10 Jan 2010 0:47, édité 1 fois.
zeroundemi
 
Messages: 2355
Inscription: 02 Oct 2006 13:46
  • offline



Retourner vers Amplificateurs Intégrés

 
  • Articles en relation
    Dernier message
  • MSB MDP-3x
    Créé le 08 Fév 2004 13:52
    08 Fév 2004 13:52