Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 19 invités

Pour toute demande d info sur un ampli integré ( Préampli + Ampli en 1 seul appareil ) HomeCinéma ( pour ce qui concerne l'audio )

Le décodage multicanal du HC

Message » 26 Nov 2004 13:15

Le décodage multicanal de nos chers amplis sont-ils si différents et si oui en quoi ?

Le but de ce post n'est pas de dire quel est le meilleur ampli mais de référencer les
differents critères qui constituent un bon décodeur HC afin que nous, simple novices à
l'oreille peu exercé, au manque d'expérience ,....puissions avoir les bases pour choisir le produit qui nous conviennes et de ne pas avoir de regret par la suite.

On peut lire dans la presse spécialisée " .....si en contre partie le décodage multicanal n'atteint pas la précision chirurgicale de certains gros intégres j'aponais,..." ou sur le site de JPG "....J'ai comparé le décodage à celui, excellent, du Yamaha RXV1400. Quand les voitures de police et de pompier passent de chaque coté. Le RXV a un décodage plus marquant, un peu plus efficace, ..." ou "..Le décodage est… comment dire, plus rapide ..."etc etc etc
et dans le forum des centaines d'expressions comme celles ci.
Ca veut dire quoi tout ça ?

quels seraient les critéres ?:

Séparations des voies
Petits détails audibles ou pas
Effet envellopent
Spacialisation
Espace dense et homogène ,etc etc..............................

Pour moi tout cela concrétement c'est peu de l'hébreu.
Lors de l'achat de mon dernier ampli je n'ai ressenti aucune difference de décodage sur les
3 amplis que j'ai écouté alors que d'autres prétendent entendre des différences énormes :o
Je parle bien de décodage et pas de sonorité

Si quelqu'un pouvait nous éclairer :idee:
val28
 
Messages: 572
Inscription: 17 Jan 2002 2:00
Localisation: 28
  • offline

Annonce

Message par Google » 26 Nov 2004 13:15

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 26 Nov 2004 13:30

La simple séparation des canaux est facile à comprendre, et à démontrer.

Sur beaucoup d'ampli, si tu vires la centrale, tu continues d'entendre des informations sonores destinées pourtant exclusivement à la centrale...sur les deux principales.
Je ne parle pas de mode phantom, là on enlève la centrale sans rien dire à l'ampli. C'est juste qu'il est incapable de distribuer à chaque enceinte l'information qui lui est destinée, seulement mais intégralement cette information.

Et ce qui est assez facile à démontrer avec la centrale l'est moins avec les autres enceintes, mais le problème n'en reste pas moins là.
Austin
 
Messages: 9440
Inscription: 08 Oct 2000 2:00
Localisation: 92, France
  • offline

Message » 26 Nov 2004 14:53

Ta question se résume à : Tous les décodeurs et convertisseurs analogiques-numériques sont-ils équivalents ?

Et la réponse est simple : non.

Personnellement, je ne connais que les décodeurs embarqués dans les lecteurs. Pour les CD, l'écart est évident, souvent décelable à la première écoute. En gros, un convertisseur bas de gamme donne un son qui paraît "compressé" : moins de dynamique, de détails, d'aération entre les plans, et un rendu moindre aux extrêmités de la bande de fréquence.

Le décodage DTS et DD a les mêmes problématiques.

A plus,
Gaëtan
M Poulpe
 
Messages: 2968
Inscription: 07 Sep 2003 9:24
Localisation: Près de Lyon
  • offline

Message » 26 Nov 2004 18:53

Dans le même genre de discours, il serait intéressant d'avoir un bon gros topic sur les décodeurs embarqués dans les principaux intégrés du marché.

Il doit pas y avoir mille constructeurs de puces, non ?

Qui utilise quoi avec quel résultat ?

Pourquoi certains sont meilleurs que d'autres ?

Val28, tu veux bien animer le présent topic dans ce sens ? Merci d'avances :-)
Keron
 
Messages: 17723
Inscription: 26 Mar 2002 2:00
Localisation: PANDA LAND
  • offline

Message » 26 Nov 2004 19:11

http://www.homecinema-fr.com/forum/view ... #168205538

ajds a écrit:Hors, ce que l'on appelle incorrectement "le décodage HC" est, paradoxalement, essentiellement une question de qualité du traitement analogique. Par analogique, on parle ici de stabilité de l'horloge pour la conversion N/A, de qualité d'alim, de qualité des circuits de sortie (faible impédance, capacité en courrant suffisante, qualité du contrôle de volume, respect de la phase, diaphonie, ect).

Il y a beaucoup d'incompréhensions et de mélanges en HC, par exemple, certaines revues mesurent la séparation des voies du "décodage", exemple typique PAV. Hors, il ne s'agit pas ici de décodage mais bel et bien de diaphonie au niveau des circuits analogiques de sortie.

Beaucoup de gens pensent que la qualité d'un preamp HC est une question de puissance de calcul, hors c'est l'inverse, la puissance de calcul est un élément mineur dans la qualité finale, du moins si l'on reste dans une config sans DSP et sans traitement numérique genre bass-management évolué ou autre.

Le décodage en lui-même du DD ou du DTS, est identique quelque que soit la gamme et le prix de l'appareil. Il s'agit ici d'un traitement numérique réalisé par un calculateur, pas d'erreurs possibles et pas de différences de qualité.

Ensuite, la puissance des CPU incorporés va agir uniquement sur les différents DSP disponibles et le bass-management. Typiquement, un traitement sur 32 bits assurera une meilleure précision (et donc une meilleure qualité sonore) sur le DPL-II (x). La qualité du décodage des formats (DD;DTS) au sens vrai du terme restera identique.

Pour rappel, les DPL-II et DPL-IIx sont des procédés analogiques à l'origine mis au point par un consultant indépendant de Dolby (Jim Fosgate). Le proto utilisé pour la conception est un preamp à tubes ( :lol: ). La translation en numérique est d'autant plus fidèle que le calculateur est puissant.

La conclusion derrière tout ca est que pour avoir un preamp HC de très bonne qualité, il faut, dans l'ordre de préférence :
1 - Avoir un traitement analogique top niveau
2 - Avoir une section numérique puissante

ajds
 
Messages: 10779
Inscription: 02 Fév 2000 2:00
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 26 Nov 2004 19:17

val28

d'abord un gros merci pour ta question qui est vraiment TRES intéressante :P :P
Ca nous change des mecs qui demandent quel est le meilleur ampli HC pour faire...de la hifi!!!
(il faut peut-être aller dans la rubrique hifi pour savoir quel est le meilleur integré HC??? 8) )

Je n'ai pas les connaissances pour répondre à ta question, mais je peux témoigner:
j'ai eu un yam 1400 puis un yam az1: entre les deux la différence de décodage est flagrante: plus de détails, on entend plus de choses dans les enceintes surround avec le az1, qui donne de plus 1 impression d'espace beaucoup plus importante( ça c'est pt-être dû à la section ampli...)

messieurs les techniciens, nous attendons vos lumières :idee:
thierry breiden
 
Messages: 629
Inscription: 21 Mar 2003 12:25
Localisation: Laval (dep. Mayenne)
  • offline

Message » 26 Nov 2004 19:21

Ah ben vrai, pdt que je tapais mon post, y'a ajds qui a répondu :o
thierry breiden
 
Messages: 629
Inscription: 21 Mar 2003 12:25
Localisation: Laval (dep. Mayenne)
  • offline

Message » 26 Nov 2004 19:26

Exemple de séparation des voies pour un HK DPR 2005

Séparation des canaux adjacents au système surround :
Dolby Pro Logic I/II/IIx : 40dB
Affichage Dolby® (AC-3®) : 55dB
DTS® (Digital Theater System) : 55dB


j'ai essayer de trouver pour les autres marques sans résultat.
Ceci dit il me semble que certains pré-ampli très haut de gamme la séparation est de 80-90%
yoyo138
 
Messages: 1607
Inscription: 13 Jan 2003 22:02
Localisation: lyon mais MLB aussi
  • offline

Message » 26 Nov 2004 21:05

Une explication assez claire de ce qui se passe dans un intégré :

http://www.magma.fr/static/french/techn ... pliav.html
Keron
 
Messages: 17723
Inscription: 26 Mar 2002 2:00
Localisation: PANDA LAND
  • offline

Message » 26 Nov 2004 21:12

Un autre lien avec un article très bien fait et synthétique.

http://www.cinenow.com/fr/article.php3/id,97/
Keron
 
Messages: 17723
Inscription: 26 Mar 2002 2:00
Localisation: PANDA LAND
  • offline

Message » 26 Nov 2004 21:17

Ajds, si l'on considère que le décodage proprement dit est plus ou moins semblable sur toutes les machines, qu'est-ce qui va faire qu'un ampli semble mieux "décoder" qu'un autre ?

La qualité des DAC qui viennent après ?

L'agencement intérieur ?

Pourquoi dit Monsieur qu'un Yamaha par exemple est réputé pour bien décoder et qu'un autre le fait moins bien ?

Merci :mdr:
Keron
 
Messages: 17723
Inscription: 26 Mar 2002 2:00
Localisation: PANDA LAND
  • offline

Message » 26 Nov 2004 21:45

ça je ne sais pas mais ses yamaha que je préfère :lol:


@micalement bruno :wink:
Nono
 
Messages: 23471
Inscription: 09 Avr 2004 19:56
Localisation: 2.8 en Beauce !
  • offline

Message » 26 Nov 2004 22:39

Keron a écrit:Dans le même genre de discours, il serait intéressant d'avoir un bon gros topic sur les décodeurs embarqués dans les principaux intégrés du marché.

Il doit pas y avoir mille constructeurs de puces, non ?

Qui utilise quoi avec quel résultat ?

Pourquoi certains sont meilleurs que d'autres ? :-)


Bon si on part du principe qu'il existe que quelques fabriquant de puces ce qui est à coup sûr le cas,(d'ailleur jpg "ifissimo" nous dit bien que sherwood fabrique 1/3 des recepteurs a/v)donc les 2/3 qui reste doivent representé 4 ou 5 fabricants et je ne pense que sherwood concoive un microprocesseur différent pour chacun de ses clients.

Personnellement je suis presque certain que 70% des produits ont une puce de décodage qui vient du même fabricant même si ils sont vendu sous un nom d'appelation différent.

Mais pour en revenir à ma question du départ et faire simple,quand vous faite des test comparatifs d'amplis en Hc ( DD ou DTS uniquement,pas de DSp) sur quels critères vous basé vous pour déterminer que truc est meilleur que machin.

exemple: un décodage plus rapide , plus précis.

Auditivement ça se traduit comment à l'ecoute, avez vous des exemples concrets qui nous permettrer de savoir ce qu'est qu'un décodage rapide, précis, ample ,......

Exemple "CON" mais bon
. Décodage rapide ça veut dire que la balle de clint Estwood nous arrive plus vite dans "la gueu.." ou que l'avion de 007 va passer plus vite au dessus de nos têtes suivant l'ampli que l'on possède.


A+
val28
 
Messages: 572
Inscription: 17 Jan 2002 2:00
Localisation: 28
  • offline

Message » 26 Nov 2004 23:21

Val28, pour moi je juge surtout à la capacité d'avoir une lisibilité claire sur les voies.

Après tu as un tas de détails qui apparaissent ou non sur les effets.

Chez moi, je dois monter le volume pour noter des choses. Mais tout monte et les voisins aiment pas.

Sur certains intégrés cela se présente différemment.

Mais je suis loin d'être un pro des tests d'intégrés en HC.
La plupart du temps, on ne peut les écouter qu'en stéréo.
Keron
 
Messages: 17723
Inscription: 26 Mar 2002 2:00
Localisation: PANDA LAND
  • offline

Message » 27 Nov 2004 3:10

Keron a écrit:Ajds, si l'on considère que le décodage proprement dit est plus ou moins semblable sur toutes les machines, qu'est-ce qui va faire qu'un ampli semble mieux "décoder" qu'un autre ?

La qualité des DAC qui viennent après ?

L'agencement intérieur ?

Pourquoi dit Monsieur qu'un Yamaha par exemple est réputé pour bien décoder et qu'un autre le fait moins bien ?

Merci :mdr:


C'est tout ce que j'ai dit plus haut Keron, c'est à dire la qualité de tous les traitements qui interviennent avant et après le décodage.

Avant, c'est la qualité de la reception numérique, des entrées analogiques le cas écheant suivi d'une conversion A/N, c'est la qualité de l'alim pour alimenter tout ca, la précision et la stabilité de l'horloge le long de la chaine, ect, ect

Après, c'est encore et toujours l'alim et l'horloge, puis les DACS, puis les ampli-ops, puis les amplis de puissance, ect, ect. Le cas échant c'est la précision et le type de filtres pour le bass-management, la précision allouée pour un DSP de type DPL-II, ect. Tout cela se traduit en sortie par une diaphonie faible ou élevée, un respect de la phase ou une phase variable selon les canaux et les fréquences, un étage de sortie capable d'alimenter correctement un étage de puissance et qui ne faiblira pas sur les "forte" ect.

S'ajoute ensuite à la qualité de l'appareil, la notion de balance tonale qui, plus qu'une simple réponse en fréquence sur charge fixe (qui elle est toujours quasiment linéaire), traduit une répartition de l'energie non homogène sur toute la bande de fréquence. S'ajoute aussi un caractère donné par le dégradé des harmoniques de distorsion qui vont donner un son plutot doux ou au contraire plutot agressif. L'ensemble de ces paramètres qui ne sont jamais mesurés et que les auditeurs traduisent ensuite par "écoute subjective" donne le caractère à l'appareil qui va modifier la perception de la qualité de décodage. Un appareil plutot gras dans le grave et dans le bas medium donnera l'impression de moins bien décoder et d'être moins précis et spectaculaire dans le positionnement des effets, par rapport à un appareil à sonorité plutot sèche et tirant vers l'aigu (type Yamaha ou Sony par exemple).
ajds
 
Messages: 10779
Inscription: 02 Fév 2000 2:00
Localisation: Région Parisienne
  • offline


Retourner vers Amplificateurs Intégrés HomeCinéma

 
  • Articles en relation
    Dernier message