Home-cinéma à petit prix …

Installations — publié le 2 avril 2004
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)
© Texte : Bastien Cluzet ,Photos : Antonio de Magalhaes . (Avril 2004)
Cliquez pour voir une version plus grande...
Vue générale du salon

Pas besoin de dépenser des fortunes pour se faire plaisir avec son installation home-cinéma : voilà un bon exemple de ce que l’on peut faire… avec 4000 € tout compris !

Cliquez pour voir une version plus grande...
Vue arrière générale

Notre ami Nicolas nous guettait déjà depuis quelques minutes, puisqu’il est venu nous accueillir ce soir là directement dans le hall d’entrée de son immeuble, situé dans une petite résidence calme et verdoyante de la région parisienne. Nicolas, qui travaille à la division marketing d’une société de services en informatique, a acheté cet appartement il y a un peu plus d’un an. Un deux pièces spacieux et confortable mais dont la déco, qui « datait un peu », lui a déjà donné pas mal de travail. C’est simple : il fallait tout refaire, les sols, les papier peints, et les peintures ! Nicolas a néanmoins décidé de s’accorder une petite pause de la réfection de son logement, qu’il refait pièce par pièce et week-end après week-end, pour finir d’équiper son système home-cinéma, qui lui est tout à fait opérationnel ! Son système est installé dans la salle de séjour, une pièce claire et agréable d’une vingtaine de mètres carrés, dotée d’un parquet flambant neuf et de murs blancs immaculés…nous allons la découvrir maintenant plus en détail.

Un parcours classique…

L’installation de Nicolas
Salon d’environ 20 m2 (5 m x 4 m)
Sources :
Lecteur de DVD Harman-Kardon DVD 25
Amplificateur intégré :
Marantz SR 5400
Enceintes :
Principales : Triangle Athys 108 (x2)
Centrale : Triangle Naos 108
Surrounds : kit Triangle Unit (x2)
Caisson de graves : Yamaha YST-SW315
Diffuseur vidéo :
Vidéoprojecteur Sanyo PLV-Z1
Ecran :
Store enroulable IKEA Tupplur de 2 mètres de base
Divers :
Télécommande Philips Pronto RU950
Câblage vidéo Real Cable
Coût total de cette installation :
Coût total de cette installation : moins de 4000 €
Cliquez pour voir une version plus grande...
vue des électroniques :
le projecteur Z1,
quand il n’est pas utilisé,
est posé sur le lecteur
de DVD Harman-Kardon.
En bas, au milieu de
la collection de DVD :
l’intégré Marantz

Le parcours, « l’historique » de Nicolas est très classique : il s’est, comme beaucoup d’amateurs de home-cinéma, équipé très progressivement, depuis un premier système en 1996 jusqu’à aboutir à l’installation que nous découvrons aujourd’hui. Une succession d’achats… et de reventes bien sûr, mais une démarche toujours « raisonnée », en passant du temps à étudier soigneusement les avantages et les inconvénients de chaque appareil, leurs qualités, leurs défauts…et leur rapport qualité / prix ! Passer du temps en écoutes et en visionnages avant tout achat, se faire une idée personnelle des produits …en s’aidant bien entendu des précieux conseils de votre magazine préféré : voilà quels sont les secrets d’une installation home-cinéma réussie !

Cliquez pour voir une version plus grande...
Le caisson de graves Yamaha

En 96 donc, il s’équipe d’un premier système, composé d’un ampli intégré Denon uniquement Dolby ProLogic, d’une paire d’enceintes Warfedale Valdus 400 et d’un magnétoscope Sony hifi- stéréo, le tout relié à un téléviseur Thomson 4:3 de 55 cm…L’année suivante, il complète cet ensemble par une enceinte centrale et une paire d’enceintes surrounds Jamo.

Cliquez pour voir une version plus grande...
Vue avant écran baissé

Il continue d’améliorer son système par le remplacement, en 99, des deux surrounds Jamo par une paire d’enceintes Triangle Unit proposées en kit par « La Maison du Haut-Parleur », un magasin parisien réputé dans ce domaine très vaste des kits d’enceintes « à faire soi-même » (voir encadré).

1999, c’est aussi l’année où le DVD a (enfin) pris son essor en France, et notre ami Nicolas saute rapidement le pas en acquérant un lecteur de DVD Thomson DTH 3300. Deux ans plus tard, et c’est l’intégré Denon qui est remplacé par un Pioneer VSX 839 RDS. En 2003, Nicolas réalise la refonte totale de son installation : il ne garde de l’ancien système que les enceintes surrounds !

 

 

…et un renouvellement global l’année dernière !

LIENS INTERNET
Si vous envisagez de vous lancer dans la fabrication de vos enceintes acoustiques, vous économisez de l’argent… mais pas forcement votre temps ! Vous aurez en tous cas la satisfaction d’avoir réalisé une partie de votre installation home-cinéma par vous-même ! Attention : il faut toutefois être un peu bricoleur … Voici les coordonnées de magasins spécialisés dans ce domaine, et qui proposent l’un et l’autre de nombreux « kits » d’enceintes home-cinéma : Haut-Parleurs Systèmes 35 Rue Guy-Moquet 75017 PARIS Tél. 01 42 26 38 45.

Web :

Haut-Parleurs Systèmes 

La Maison du Haut-Parleur 138, Avenue Parmentier – 75011 PARIS Tél 01 43 57 80 55 46, Rue Juliette Recamier – 69006 LYON Tél . 04 72 74 15 18 8 Rue Ozenne – 31000 TOULOUSE Tél . 05 61 52 69 61

Web :

La Maison du Haut-Parleur 

Tout va aller alors très vite, puisque Nicolas achète tout d’abord un lecteur de DVD Harman-kardon DVD-25, qui offre le gros avantage de pouvoir délivrer un signal vidéo progressif en PAL, puis un système d’enceintes Triangle Athys 108 et Naos 108 qui se marient bien avec les deux surrounds Triangle UNIT que Nicolas a réalisé en kit. Les Athys sont des colonnes bass-reflex et utilisent des boomers de 16,5 cm et un tweeter de 2,5 cm à amorce de pavillon, des haut-parleurs développés spécialement pour la gamme Horizon du constructeur. La centrale Naos est de type clos, elle reprend le même tweeter que les Athys, mais utilise des boomers de 13cm, un peu plus petits, donc.

Cliquez pour voir une version plus grande...
le vidéoprojecteur
Sanyo PLV-Z1
à coté de la télécommande Pronto

Un caisson de graves Yamaha vient compléter les Triangle dans le bas du spectre, et vient aussi appuyer le canal LFE. Il s’agit d’un YST-SW315, un modèle intermédiaire dans la large gamme des subwoofers du constructeur nippon, qui sont tous de type down-firing (haut parleur tourné vers le bas) ce qui favorise une diffusion des graves dans les quatre directions. Le YST-SW315 intègre un haut-parleur de 250 mm et un amplificateur de 250 W. L’intégré Pioneer est aussi remplacé par un Marantz SR-5400. La musicalité légendaire des appareils Marantz a séduit Nicolas, qui utilise du reste beaucoup son système pour écouter de la musique. Le SR-5400 est un intégré 6.1, développant 6×90 W et doté des décodages Dolby Digital EX, DTS ES Matrix et Discrete pour les sources en multicanaux, ainsi que du Dolby ProLogic II et du DTS Neo:6 pour les sources en stéréo. Nicolas investit également dans la vidéoprojection, puisqu’il fait l’acquisition d’un vidéoprojecteur Sanyo PLV-Z1.

Cliquez pour voir une version plus grande...
détail du câblage YUV
du projecteur Sanyo Z1

Ce tri-LCD, de résolution 940 x 540 pixels, offre 700 lumens de luminosité et un rapport de contraste de 700:1. Doté d’un formidable rapport qualité /prix à sa sortie, cet appareil fait partie de ceux qui ont démocratisé à jamais la vidéoprojection. Relié en vidéo par composantes YUV (PAL progressif) au lecteur de DVD Harman-Kardon, il projette ici une image de deux mètres de base non pas sur un écran mais sur un simple store occultant IKEA Tupplur ! Le reste du câblage audio est de qualité (câble de forte section, fiches bananes), et l’ensemble sera bientôt piloté par une télécommande Pronto RU 950…mais dès que Nicolas aura fini de la programmer.

© Texte : Bastien Cluzet ,Photos : Antonio de Magalhaes

NOTRE AVIS :
Cliquez pour voir une version plus grande...
l’une des deux surrounds
Triangle UNIT
réalisées en Kit

Nous laissons à notre ami Nicolas le soin de positionner son projecteur face à l’écran/store Tupplur : en effet, un peu à la manière de la bonne vieille séance de diapos, il faut d’abord mettre en place le Sanyo PLV-Z1 sur la table basse, la brancher, ouvrir les voilages et enfin dérouler l’écran …Quelques secondes suffisent en pratique, en fait juste le tant de raccorder le projecteur au secteur ! Nous nous d’abord sommes amusés à voir quels étaient

Cliquez pour voir une version plus grande...
l’une des enceintes
principales Triangle Athys

les effets des différents modes de désentrelacement proposés par le DVD-25 Harman-Kardon ( 0 est le mode Auto, 1 le mode Film, et 2 le mode Vidéo). Le mode Auto s’est avéré très performant, le lecteur parvenant bien à différencier tout seul la nature de la source (film ou vidéo) en limitant au maximum les effets d’escaliers…que nous avons clairement mis en évidence en le forçant en mode Film (1) sur une source vidéo (extrait d’un match de foot de la dernière coupe du monde). Si vous avez le même lecteur, essayez…le résultat est flagrant, et immédiat ! Ensuite, sur les différents extraits de L’age de Glace, ou du Pacte des Loups, en passant par La Planète aux Trésors, nous avons été agréablement surpris par la très bonne qualité d’image du projecteur Sanyo, qui produisait une image très peu pixellisé (le ratio taille d’image / distance de visionnage était ici très favorable), aux couleurs relativement vives et assez justes, avec des noirs bien denses et une luminosité générale largement suffisante. Certes, l’environnement de la pièce, entièrement blanc (!), n’est pas théoriquement favorable à une bonne saturation des couleurs et à un contraste élevé…difficile de repeindre en noir le plafond de sa salle de séjour, me direz-vous !

Cliquez pour voir une version plus grande...
au premier plan :
la centrale Triangle Naos

La toile de store Tupplur en guise d’écran offre un compromis acceptable, surtout pour son prix, mais son « gondolage » manifeste, surtout visible lors des travellings, nous a semblé assez gênant. Du reste, notre ami Nicolas a prévu de s’acheter un « vrai » écran très prochainement. Du coté du son, nous avons bien mis en évidence les défauts liés au caractère très réverbérant de cette pièce, assez peu meublée et aux murs, sols et plafond très lisse. C’est très « net » si l’on peu dire surtout du coté de l’enceinte centrale, qui est assez mal perçue, lointaine, avec des dialogues qui manquent par conséquent d’intelligibilité. La solution ? Mettre des panneaux acoustiques absorbants sur les murs latéraux au niveau des réflexions primaires, ce qui réduiraient du même coup le temps de réverbération global : à tester, si bien sûr la pose des panneaux est compatible avec les impératifs de décoration ! Car la base ampli/ enceintes/ subwoofer est solide et l’ensemble est de qualité ! L’écoute typée des enceintes Triangle ne manque pas d’intérêt, et le caisson est présent quant il faut pour ponctuer sèchement, et efficacement comme il se doit, les scènes d’action. Une installation home-cinéma « petit budget », mais à fort potentiel, qui nous globalement a bien plu ! Bravo Nicolas, et …bons films !