OPPO BDP-95 standard et Signature

Comptes-Rendus, Tests et Bancs d'Essais — publié le 10 avril 2013
Précédente Suivante
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)

Autopsie d’un surdoué :

 

De toute évidence le BDP95 n’est pas un lecteur comme les autres. Lorsqu’on ouvre la bête on constate une construction très aboutie. Le lecteur est assez bien cloisonné, ceci a pour but de rigidifier son châssis et d’isoler certains éléments.

Première observation, le lecteur utilise deux alimentations distinctes. Celle de premier niveau est en directe sur l’entrée IEC qui alimente le lecteur. Il s’agit d’une alimentation à découpage qui va fournir le courant continu à la carte principale du lecteur. Elle est donc primordiale car elle alimente la fameuse Qdeo ainsi que la puce Mediatek customisée pour Oppo. C’est la même alimentation que l’on trouve dans le BDP93 Mais amputée d’une section devenue inutile. Dans le BDP95 elle se trouve cloisonnée et recouverte d’une plaque d’aluminium elle-même isolée par une feuille de plastique pour éviter tout risque de contacte et d’échange de champ électrique.

Image
Directement sous le capot
Image
Les secteurs d’isolement et les cartes
Image
L’alimentation primaire dévoilée

La deuxième alimentation est bien plus intéressante. Elle récupère le courant alternatif par pontage sur la première alimentation. Il s’agit d’une alimentation linéaire qui emprunte un transformateur torique à Rotel. Ce transformateur est totalement isolé et encapsulé. Il fournie le courant continu à une carte d’alimentation très bien équipée en condensateur et régulateur de tension afin de donner le meilleur courant possible à la carte audio analogique.

Image
La carte d’alimentation linéaire de la carte audio analogique

La carte analogique elle-même est certainement l’une des plus impressionnante que l’on trouve dans un lecteur de Bluray. Dire qu’elle est imposante serait un euphémisme. Elle occupe toute la longueur du lecteur et jusqu’à la moitié de sa profondeur. Elle se distingue par une double conception, multicanal d’une part et stéréo d’autre part. Chacune des sections est pilotée par leur DAC dédié. Il s’agit de DAC ESS les plus abouti, des Sabre ES9018 dont les caractéristiques font rêver :
8 canaux soit l’équivalent de 4 DAC stéréo, DNR 133db (stéréo), DNR 129db (8 canaux), THD -120db, entrée I2S/DSD/SPDIF
La section multicanal utilise donc son DAC sur tous ses canaux. L’intégration y est classique.
Sur la section stéréo le DAC est certainement utilisé en stack comme ce fût le cas du BDP83SE sur cette même section. C’est-à-dire que le fonctionnement cumule les canaux pour se comporter comme un montage multi DAC. Comme il faut deux canaux pour une sortie symétrique je suppose que l’on a l’équivalent de deux DAC par canal stéréo. Les sorties RCA pouvant se piquer sur le positif du stack elles doivent bénéficier du même montage en jonction parallèle. On peut donc s’attendre à de très bonnes performances surtout sur la sortie stéréo.

Image
L’imposante carte audio

Image
La section multi canal

Image
Le DAC ESS de la section multi canal

Image
La section dédiée stéréo

Image
Le DAC ESS de la section stéréo

Image
1) La carte d’alimentation primaire
2) Le transformateur Rotel de l’alimentation linéaire
3) l’alimentation linéaire de la carte audio analogique
4) le drive lecteur universel
5) la carte mère sur laquelle on trouve le décodeur vidéo Mediatek et la puce Qdeo (sous la plaque de blindage)

Précédente Suivante
Tags: ,