Test HCFR du casque Sennheiser HD660S

Test HCFR du casque Sennheiser HD660S

Papy part en balade

Led Zeppelin Physical Graffiti

Led Zeppelin – Physical Graffiti

L’heure de ma sieste pré-prandiale approchant (à mon âge, il faut se ménager et je fais donc deux siestes: mieux vaut écouter de la musique couché que de se fatiguer à l’écouter debout), l’idée me prend de brancher le HD660 sur la providence des alités chroniques, un petit DAP, déjà un peu ancien, le iBasso DX50. Et pour commencer, une berceuse ancienne: Physical Graffiti de Led Zeppelin, double album sorti en 75 chez Swan Song Records, qui figure dans ma collection de galettes noires, et que j’ai, en l’occurrence, numérisé en 24/48 pour mon usage de nomade immobile. Tu vas me dire que ça sert à rien de numériser ses 33t, que c’est même un crime, et gnagnagna: à quoi je te répondrai que le jour (à la venue duquel kéké26, je le sais, travaille d’arrache-pied) où on arrivera à passer directement un 33t sur un DAP… Et que mon exemplaire de cet album est un SSK89400 (tout court, sans “O” supplémentaire), en état quasi Mint, que j’ai jadis acheté à Londres (et pas un soir de demi brume). “And if you feel that you can’t go on, in the light you will find the road”: In The Light est un morceau totalement mystique. Donc dans le droit fil de Savall! OK, je t’entends déjà critiquer: en cherchant bien… Mais réécoute un peu Braun-Yr-Aur et tu verras. Bref, ou bien on adore, ou bien on déteste cette esthétique néo-romantique (hé oui!) des années 70.

 

De mon côté, n’ayant nullement l’intention de renier ma jeunesse (poil au nez), j’aime beaucoup. Certes, j’ai dû régler mon DX50 sur gain haut et pousser le volume jusque vers 215/220, mais le couplage fonctionne: “there can be no denying”. On est certes nettement en dessous du résultat que j’obtiens quand j’y branche mon Odin, c’est moins ample et moins percutant dans le grave et le médium est un peu plus sec, un peu moins riche… Mais le différentiel est-il réellement de 1 à 5, voire, est-il aucunement calculable?

J’avoue que je n’en sais fichtre rien. Pour moi, il ne manque rien ici à ce que l’on peut appeler de la hifi: j’ignore évidemment comment ces morceaux sonnaient dans le studio le jour de leur enregistrement, mais ce que j’entends est proche de tout ce que j’ai entendu, jusqu’ici, sur des systèmes qui, par ailleurs, me semblaient les meilleurs. J’en viendrais (rassure-toi: presque) à me demander pourquoi on se casse la nénette à acheter des appareils chers et encombrants… Un DAP, un câble à la bonne longueur, une paire d’enceintes actives (par exemple des Adam A77) et roule ma poule.

Qui plus est (car j’ai évidemment coupé l’EQ), il y a assez d’extension dans le grave pour que la batterie et la basse soient lisibles sans besoin d’une concentration particulière (qui serait nuisible à la sieste). J’ai pas mal utilisé le HD650, ces derniers temps, et écouté cet album sur ce petit DAP, il y a peu — et l’idée m’a donc pris d’une petite comparaison. Le début de Ten Years Gone et sa ligne de basse est moins flou, moins mou avec le HD660 qu’avec son grand frère — et ça n’empêche pas que la lead guitar soit aussi brillante, quoique sans nulle agressivité, qu’avec le 600: “everybody needs the light”…

 

– le lien vers le sujet HCFR dédié au casque Sennheiser HD660S : http://www.homecinema-fr.com/forum/casques-sedentaires/sennheiser-hd-660-s-t30083151.html

 

 

 

Partager :