Test HCFR du Hifiman Sundara, casque audio

Test HCFR du Hifiman Sundara, casque audio

Hifiman Sundara, merci aux grands!!!

 

Après le Susvara, voici le temps d’essayer le petit frère le Sundara.

Merci à Josselin Marvié, qui nous permet de tester dans de bonnes conditions des casques Hifiman.

Le casque est très sobre, noir, avec un nouveau design que je trouve réussi. Les matériaux utilisés sont de qualité, la finition est exemplaire. Un très beau produit.

Un casque léger (c’est tout de même bien agréable), un excellent confort. Le système de réglage est simple à utiliser… Bref rien à redire.

Sauf que, il y a bien un câble, mais pour le coup, il est vraiment trop court, quasiment impossible à utiliser en mode sédentaire.

La connectique est un mini-jack côté ampli, avec un adaptateur fourni.

L’idée est certainement de dire que ce casque peut être utilisé ou a été conçu pour du nomade.

Sauf qu’il s’agit d’un casque ouvert: Pour une écoute nomade, ce n’est pas le plus pratique.

Comme vous l’avez compris, je n’aime pas le câble d’origine. Si vous craquez pour ce casque, il faudra envisager l’achat d’un câble digne de ce nom.

Le 1er système d’écoute pour ce test: Mon intégré Sansui AU555 SSP et ma Lenco L75, cellule MM Acutex 410-E.

La première impression (c’est très important à mes yeux), il y a une «immédiateté» avec la musique. Une prise directe, le casque est tout de suite très plaisant. Pour moi, cela se traduit par une «non-analyse» de la musique. Ça coule, c’est beau et plusieurs disques s’enchaînent bien avant que je me mette à la recherche de la petite bête.

Les courbes de Julien_clériensis nous en diront plus. Je trouve le Sundara équilibré et assez neutre, en comparaison avec mon Odin.

Neutre: En fonction des enregistrements, il y a bien des différences de restitution, d’ambiance, à mon sens un respect de l’œuvre.

Équilibrée, la bande passante qu’il est capable de reproduire, ne met pas en avant un registre plus qu’un autre. Une bande passante un peu écourtée en haut et en bas par rapport aux ténors HDG.

Est-ce un problème, pas du tout, car la force de ce casque, c’est justement de faire ce qu’il sait faire (merci Bernard). Entendez par là, il ne surjoue pas. Ça donne un registre grave bien maîtrisé, tendu. Ce n’est qu’en comparaison directe avec mon Odin que l’on se rend compte que le Sundara descend moins. Sans cette comparaison, absolument aucune frustration, jamais je ne me suis dit il en manque un peu.

Le registre aigu peut être un peu plus gênant, sur certains disques et en prêtant l’oreille, j’ai une sensation d’un rendu un peu «métallique» et pas «naturel». Ça reste léger. Sur des messages complexes, c’est dans ce registre que je ressens une petite faiblesse, une pointe d’agressivité.

Transparent et détaillé, il manque un petit peu de matière.

L’image est large et un peu moins profonde, nous sommes assez «proches». Une très belle ouverture / aération, décidément: un plus chez Hifiman.

C’est un casque rapide et dynamique (certainement ce qui m’aide à «rentrer» directement dans la musique).

Il est plus «clair» que mon Odin, du coup sur les voix et les instruments acoustiques il est moins charnel, mais il me semble assez «juste».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deuxième système d’écoutes: Halgorythme 2A3, Lenco L75S, cellule Ortofon Quintet Blue, pré phono Lehmann Black Cube SE2, et un câble DM-audio prêté par Franck T.

Sentant le potentiel du Sundara, j’avais envie de voir ce qu’il pouvait donner sur un système plus ambitieux.

Beaucoup de vinyles se sont succédés, le système étant plus résolvant, j’ai pu me rendre compte des limites du casque et de ses points forts.

Certainement difficile à obtenir dans cette gamme de prix, la «matière» me laisse un peu sur ma faim. Je considère que la densité de la musique joue un rôle important sur la profondeur de l’image, la limite du Sundara dans ce domaine rend la restitution moins en relief que certains casques HDG. Il y a bien toujours l’immédiateté de la musique, un vrai plaisir à lancer un disque et écouter, mais, avec un peu plus de «matière», nous serions totalement comblés.

Par rapport au Odin (beaucoup plus onéreux), il n’a pas une richesse de timbres équivalent. Très beau sur du piano, un peu plus «gêné» sur les instruments à vent.

Je pense que les aigus (haut médium?) doivent jouer un rôle dans le rendu un peu simplifié d’une trompette, par exemple.

Comme je l’ai signalé avec l’écoute sur le premier système, il y a un sentiment de haut du spectre moins naturel, malgré une source et un ampli plus qualitatif.

Je le remarque, ça ne sera pas le cas pour tout le monde, sûrement, sans que ça me bloque dans mes écoutes.

Il reste à mon goût bien équilibré sur la bande passante qu’il est capable de restituer. En cela, je ferais un parallèle avec mes enceintes, des Cabasse Dhingy 221. Un large bande des années 70, pour le coup, vraiment écourté en haut et surtout en bas. Mais alors, quel bonheur d’écouter de la musique avec ses enceintes rapides, vives, possédant une superbe image. Tout comme ce casque.

Le Sundara est transparent, beaucoup de détails apparaissent facilement sur toutes les musiques. Il est très performant dans ce domaine. Ceci lié à une image large (moins profonde que le Odin) et une sensation de musique «proche», plus une ouverture digne des casques HDG, fait que l’on se sent investi dans la musique que l’on écoute.

Je me suis surpris à écouter moins «fort» que d’habitude, la lisibilité du message est excellente, la fluidité aussi. L’écoute d’un bon 33t implique l’auditeur. Attention, toutefois, à la qualité du vinyle, les bruits de surface s’entendent plus qu’avec d’autres casques.

En Conclusion :

Pour conclure, j’aime ce casque. Facile à amplifier, à vivre, léger, confortable.

Le Sundara fait partie de ces bons produits qui donnent envie d’écouter un disque jusqu’à la fin, sans une analyse poussée.

Pour ce qui est des améliorations possibles, j’en ai parlé plus haut.

Je n’ai pas parlé de son prix… pas 4 chiffres, non… 500 euros. Une bonne nouvelle pour les personnes qui veulent vraiment se faire plaisir en écoutant au casque.

Si l’augmentation constante et importante des prix des casques HDG (les grands) est régulièrement commentée sur les forums audiophiles, justifiée par le fait d’une recherche importante et par l’utilisation d’une technologie de pointe sert finalement à quelque chose, en dehors de faire plaisir aux passionnés qui peuvent se les offrir, tant mieux.

C’est apparemment ici le cas: le développement, l’expérience et le savoir-faire utilisés pour ces «grands» casques ont des retombées agréables pour les gammes «inférieures».

Personne ne s’en plaindra……… Alors, merci aux grands!!!

Bernard_kéké 26
HCFR – Avril 2018

 

– lien vers le sujet HCFR dédié au HiFiman Sundara : http://www.homecinema-fr.com/forum/post179347480.html#p179347480

 

 

 

Partager :