Test HCFR du Marantz SR8012, intégré HC 11 canaux

Test HCFR du Marantz SR8012, intégré HC 11 canaux

Laurent_calova.dts : 

Voilà quelques semaines, Damien (Kroutch) me contacte pour me proposer de participer au test du nouvel intégré Marantz, le SR8012. Il ne me faut évidemment que quelques secondes pour accepter de découvrir ce nouveau vaisseau amiral de la marque.

Sur le papier, les indications techniques font rêver avec pas moins de 11 canaux d’amplifications, dolby Atmos et autre florilèges de nouveautés que les logos à eux seuls peuvent mettre l’eau à la bouche.
Le plus dur dans l’histoire, est de pouvoir trouver une date pour se réunir dans des délais raisonnables pour ne pas monopoliser cet intégré gentiment prêté par MARANTZ France, que je remercie au passage. Les essais faits par HCFR et que vous pouvez retrouver régulièrement en ligne, permettent quand même de supposer que les marques sont attentives aux différents retours, aux ressentis des forumeurs qui lisent ou parcourent notre forum favoris. Bien sûr, je vais vous donner mon avis sincère sur cet essai, puisque je n’ai pas d’intérêt à dire le contraire de ce que nous avons vécu avec Damien.
Initialement, nous devions nous retrouver à 5 pour cet essai, mais malheureusement nous ne sommes que Damien et moi.
C’est donc par un temps pluvieux que je rejoins la maison de mon hôte du jour. Pas de scrupules à s’enfermer dans une salle dédiée vu le climat. Et de toute façon, même avec un temps ensoleillé je n’en n’aurai pas eu non plus!!

La salle de Damien, commence à m’être familière. J’y suis allé écouter plusieurs fois son installation au fur et à mesure de son avancée en matériel et des différents choix qu’il faisait. Je commence donc à connaître la signature sonore de cette pièce et c’est important, puisque tester un produit alors que ce n’est pas dans son propre environnement peut en dénaturer le ressenti.
La salle est volontairement un peu claire dans le rendu sonore, avec une baie vitrée et du parquet au sol. Elle est traitée sur le plafond et l’avant de la salle mais elle n’est pas mate du tout. Elle n’est pas pour autant trop claire. C’est, à mon sens, assez équilibré.

Le matériel en place est une configuration 7.2 tout en KCS (je laisse Damien vous donner les références de ses enceintes si besoin) et alimentées par un intégré Pioneer VSX 2021 et un Mac Mah pour alimenter les deux caissons passifs.
Dans cette configuration, le rendu en HIFI ne me correspond pas vraiment avec un son tirant trop sur les aigus. En revanche en HC, le son est particulièrement dynamique avec une très bonne précision des informations et une excellente spatialisation. Pour rappel, mon installation est à base d’enceintes infinity Kappa 9A, 6.2 et vidéo II alimentées par des amplis Yamaha série PxxxxS et un préampli Emotiva XMC-1. Donc un son plus chaud que ce qu’offrent le Pioneer et les KCS de Damien. Je ne juge bien évidemment pas les choix de Damien, c’est juste à titre de comparaison pour ceux qui nous lisent et qui pourraient se poser la question.

Nos premières écoutes se font donc sur le système en place avec des disques vinyles sur une platine Pioneer et un préampli Cambridge relié en RCA sur l’ampli Pioneer puisqu’il n’est pas équipé d’entrée phono. Mélodie GARDOT, Nirvana, ou encore Deep purple pour avoir un panel assez large.
On continue sur des CD sur la PS4, mais la PS4 ne permet pas de lire de CD et donc on se retrouve le bec dans l’eau sans pouvoir avoir de comparaison sur du tout numérique.
On passe ensuite sur un BR de la série PACIFIC et le premier disque du coffret, au chapitre alligator Creek.
on passe ensuite sur de la dématérialisation, toujours un BR, celui d’Oblivion, la scène de l’entrée dans la grotte, maintenant bien connue puisque souvent utilisée dans les différents tests.

Je retrouve encore ce que je disais plus haut, à savoir en HIFI, un manque de médium et de matière, des enceintes qui ont tendance à être présentes un peu trop à mon goût dans le haut du spectre. En HC, pleins d’informations, une bonne spatialisation et des effets sonores vivants, rapides et dynamiques.

On passe ensuite à l’installation du MARANTZ.

Le carton est assez lourd et premier point que je trouve dommage, il n’y a pas d’emplacement sur le carton pour mettre ses mains. Pas de poignée intégrée et vu le poids, c’est peut être dommage. Mais bon, c’est vraiment un détail et une fois l’intégré sorti de sa protection, on ne s’en soucie plus.
Le modèle prêté est de couleur champagne ou silver, je ne sais pas trop. Elle est annoncée comme silver gold et effectivement, difficile de lui trouver un RAL bien précis.
Le châssis est vraiment de qualité et la façade en métal. Ça respire le tout bon ça. Rien de cheap au déballage, sauf le pied de table du micro de calibration en carton, à assembler, qui n’est vraiment pas à la hauteur du positionnement haut de gamme de cet intégré. Il vous faudra assurément investir dans un pied digne de ce nom.

On met l’ampli sur le rack de Damien et on commence à câbler tout ce beau monde.

Autre point à prendre en compte, le diamètre des borniers ne permet pas facilement d’utiliser des câbles de grosses sections et Damien a du mal à mettre son câble qui n’est pourtant que de 2.5mm. Les borniers sont équipés de capuchons que l’on peut retirer pour y enficher des prises bananes mais là aussi, attention au diamètre choisi pour les fiches. C’est plutôt fin. En revanche, la qualité des borniers est vraiment bonne et le choix de les mettre à l’horizontal, tous sur une même ligne est vraiment un plus par rapport à des borniers positionnés sur deux rangées. C’est plutôt malin et bien plus pratique pour identifier l’emplacement de chaque câble. L’organisation générale de l’arrière de cet intégré est d’ailleurs très bien pensée et difficile de ne pas s’y retrouver tellement c’est intuitif.

Bonne nouvelle aussi, le Marantz a une entrée phono!!

Mauvais point à l’installation, aucune notice n’est présente sauf une feuille en plein de langues, pour une installation rapide. Mais tellement rapide qu’il manque à peu près toutes les informations… Il faut télécharger la notice sur le site de Marantz. C’est habituel maintenant chez quasiment toutes les marques mais c’est à préciser. En même temps aujourd’hui, il est tellement rare de voir quelqu’un s’asseoir dans son canapé pour lire une notice avant d’utiliser un appareil que les marques ont choisit de ne plus en mettre.

 

Autre point, impossible au premier allumage de faire joujou avec le bébé sans passer par un branchement sur TV/moniteur et de se laisser guider dans le menu d’installation.

Et quel menu !!!

Je n’ai jamais vu ça. Déjà, il est en HD et en couleur, donc bien loin des menus fades et insipides de bon nombre de produits. C’est juste magnifique. Bon j’avoue que ce menu est tellement complet que parfois c’est risible, avec notamment une explication qui indique que pour mettre le câble d’enceinte, il faut le dénuder avant !!!

Mais ça a le mérite d’être très clair et à la portée du néophyte ou d’un enfant de 10 ans. C’est vraiment très complet, très précis et très simple. (voir les différentes photos prises par Damien).

On passe à la fin du tutoriel sur la calibration. C’est le système Audissey XT32. J’avais déjà eu l’occasion de tester une calibration Audissey sur le Denon HD1, et je n’avais pas été séduit outre mesure avec une centrale complètement en retrait et un caisson assez mal calibré au final. Voyons sur cet ampli si c’est mieux.

La mesure se fait en 7.2 (je précise que les deux caissons sont calibrés en .1 même si l’intégré propose deux branchements de caissons. Ça reste du 7.1) . La salle de Damien n’est pas équipée d’enceintes plafond et donc pas de Dolby Atmos lors du test.

Il faut positionner le micro sur 8 emplacements différents. La calibration prend environ 20mn. Petit point intéressant, lors de notre calibration, les caissons de Damien étaient jugés bien trop puissants par le système Audissey. Un décibel mètre apparaît alors à l’écran et il nous est demandé de baisser la puissance jusqu’à 75db pour que la calibration puisse commencer. Là aussi, c’est vraiment bien fait. Bravo Marantz pour ces menus, une nouvelle fois.

Une fois la calibration finie, on nous propose de définir les sources qui seront branchées sur l’intégré et sur quelles connectiques elles le sont. Là aussi, c’est d’une simplicité redoutable.
On peut bien évidemment y revenir ensuite pour ajouter, modifier ou redéfinir des paramètres une fois que tout est enregistré.

Allez on passe aux écoutes.

On revient en HIFI et aux vinyles.

Catastrophe, le son est vraiment mauvais, ça grésille, c’est inaudible et incompréhensible sur un tel matériel… Ça commence bien !!!
On essaye alors de tester une source démat avec DEEZER.
Ouf, le son est audible, plus de grésillement. L’entrée phono serait elle défectueuse sur notre modèle?  En tout cas, je suis déçu puisque c’est vraiment sur ce créneau que je voulais tester le Marantz dans la salle de Damien.

Et puis éclair de lucidité!!

Comme le Pioneer de Damien n’a pas d’entrée phono, il est obligé d’utiliser son préampli phono Cambridge. On le supprime de l’équation et on branche la platine directement sur l’entrée phono du Marantz et plus aucun souci. Donc le Marantz n’est pas en cause, c’est nous qui n’avions pas fait les choses correctement…

Et quel son !!!

Rien à voir avec ce que nous avons écouté et avec tout ce que j’ai écouté chez Damien. Le médium est revenu !!! Finalement, ce ne sont pas ses enceintes qui ne permettent pas d’en délivrer mais juste son intégré Pioneer qui n’en délivre pas assez. Les voix sont magnifiques, les timbres bien plus justes et naturels avec une élévation de l’ampleur sonore dans toute la pièce. Par contre, il faut monter le son de façon démesurée pour avoir un retour dans la pièce. Un petit tour dans les menus de calibration pour se rendre compte que la scène frontale est à -12db.

Il suffira donc de tout remonter d’autant pour avoir un bouton de volume qui permette ensuite de délivrer le niveau sonore que l’on veut… On ne l’a pas fait par manque de temps, parce que mine de rien, l’heure avance à une vitesse!!!

On se passe tous les morceaux de musique initialement testés avec l’autre intégré et le constat est toujours le même. C’est bien meilleur, bien plus naturel, bien plus équilibré avec de la matière dans les voix, dans le timbres.

C’est juste beau!!!

Je n’ai jamais entendu la salle de Damien comme ça. Je suis réconcilié avec les KCS? En tout cas le mariage avec le Marantz est vraiment génial, et me correspond pleinement.

On passe ensuite sur les extraits de films.

Les médiums sont également bien plus présent. Pas de centrale en retrait, mais une légère sensation de son un peu (c’est très léger hein!!! pas préjudiciable pour autant) caverneux sur cette enceinte. On n’a pas le temps de peaufiner les réglages mais en l’état, je l’a trouve qualitative mais perfectible pour qu’elle donne mieux. Une ampleur du son qui prend également plus de place dans la salle avec une dimension aérienne bien plus efficace. Je rappelle qu’il n’y a pas de Dolby Atmos, mais, pour autant, le positionnement des sons en hauteur permet d’avoir la sensation d’une salle plus haute et plus volumineuse. Les sons surround sont également très présents, plus précis avec une ensemble scène frontale scène surround plus homogène, plus fouillé et plus naturel dans les timbres.

En revanche, on perd le côté analytique du Pioneer et un son plus rapide, plus dynamique voire plus projeté. On a clairement un manque dans ce registre avec des sensations moins physiques mais encore une fois moins naturelles et donc certainement moins fatigante à terme. La scène frontale est quand même dans son ensemble, également plus homogène avec plus d’ampleur que sur le Pioneer. Un effet bulle sonore présent mais absolument pas au détriment de la finesse de restitution ou de l’absence de précision dans les informations que se soit sur la scène frontale ou les surround. C’est précis et détaillé, tout en étant global.

Une histoire de goûts?

Oui bien sûr, mais pour ma part, le mariage KCS, Marantz est une excellente surprise et assurément une réussite. Marantz SR8012 ne faillit pas à la réputation de la marque d’offrir des médiums et des timbres d’une richesse et d’un naturel incroyables.

Il commence à se faire tard, et je dois prendre congé de mon hôte. On remet le Pioneer en place mais j’avoue que cette après midi a été pour moi la possibilité de découvrir un ampli qui offre des possibilités énormes avec un son d’une grande beauté. Certes, ce son est naturellement celui que j’affectionne et que je recherche et aucun souci pour l’obtenir avec cet intégré. Sensation d’être dans un fauteuil anglais avec cigare et whisky… Cocon? Oui. Rien d’agressif. Il manquera sûrement un côté vivant aux ambiances films à ceux qui utiliseraient des enceintes déjà riches en médium. Donc attention aux associations, mais en l’état, sur ce test et dans cette salle, quel pied!!

Nous n’avons pas poussé l’ampli dans ses retranchements en lui demandant d’alimenter 11 enceintes. Les KCS de Damien sont des enceintes haut rendement donc pas difficile à driver mais sur 7 enceintes il s’en est sorti vraiment haut la main.

Ceux qui cherchent à avoir des possibilités de connexions, de menus, de branchements, de gadgets seront également servis. Nous n’avons pas eu le temps de tout tester, loin de là. Nous nous sommes concentrés sur le son et sur ce point, c’est du haut niveau.

Une appli est également disponible pour smartphone (Ios ou Android) pour gérer l’ampli. A la télécommande c’est aussi faisable bien sûr, même si cette télécommande, tout en étant très pratique, est plutôt basique.

PS: Merci encore à Damien pour son accueil et pour m’avoir permis de participer à cet essai de cet intégré Marantz SR8012.

Laurent_calova.dts
HCFR – Février 2018

 

– Lien vers le sujet HCFR dédié au processeur HC Marantz SR8012 : http://www.homecinema-fr.com/forum/son-audio-amplificateurs-integres-homecinema/gamme-2017-2018-marantz-sr5012-sr6012-sr7012-sr8012-t30080805.html

 

 

 

 

Partager :