Test HCFR du Yamaha CX-A5200, processeur HC 11.2 canaux

Test HCFR du Yamaha CX-A5200, processeur HC 11.2 canaux

Le contenu en détails :

Le Yamaha CX-A5200 est le petit frère des CX-A5000 et CX-A5100, fratrie dont la caractéristique commune est de proposer 11.2 canaux.

Le CX-A5000 fut le premier, en 2013, à proposer le processeur DSP HD3 permettant de reproduire en 3D (via entre autres, les enceintes de hauteur) l’enveloppe sonore surround.

Le CX-A5100, en 2015, a jouté la gestion du Dolby Atmos et du DTS:X, grande nouveauté à l’époque.

Alors qu’apporte donc le petit dernier, le CX-A5200 ? 

Plusieurs éléments :

  • des DAC ESS Sabre 9026 Pro en remplacement des 9016 utilisés précédemment,
  • l’intégration du tout nouveau DSP, le Surround AI,
  • un nouveau menu,
  • une nouvelle télécommande.

Je ne m’attarderai pas sur la gestion des plateformes de streamings audio ou des fonctions réseau multi-room. Je ne suis pas un spécialiste en la matière.

 

L’intérieur :

Parallèlement à ce que l’on peut voir sur le dernier tiers de la video d’unboxing, voici la vue générale de l’intérieur. On peut apercevoir plusieurs parties bien distinctes :

  • l’arrivée électrique se trouve en haut à gauche, avec des selfs de filtrage,
  • tout en bas, on peut difficilement éviter le gros transformateur toroïdal qui alimente ensuite deux cartes de régulation à droite et à gauche, l’une à priori pour l’audio analogique et l’autre pour la carte numérique.

Les différents signaux et courants semblent bien séparés les uns des autres.

 

Voici une vue plus détaillée de la carte informatique principale :

A gauche, en bleu, ce sont les deux DAC ESS Sabre 9026 Pro.

En rouge, on trouve 3 puces Cinema DSP, avec logo Dolby et DTS. Deux se trouvent sur une carte fille pouvant être facilement modifiable en usine. Certainement que la grosse carte mère est commune à d’autres appareils de la gamme et que la carte fille est différente d’un appareil à un autre.

En noir, le processeur central Toshiba.

Et en bas, de nombreuses pistes imprimées qui véhiculent les signaux HDMI traités par 3 chips lourdement refroidis (les 3 rectangles gris).

Sur la droite, c’est l’arrivée électrique.

Vue sur la carte fille intégrant les puces Cinema DSP et de la RAM Zentel et Winbond:

 

Vue sur les deux DAC ESS :

 

– lien vers le sujet HCFR dédié au processeur Yamaha CX-A5200 : http://www.homecinema-fr.com/forum/son-audio-preamplificateurs-decodeurs-homecinema/yamaha-cx-a5200-pre-proc-hc-generation-2018-2019-t30089771.html

 

 

 

Partager :