Modérateurs: Staff Bla Bla, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: /noah/, 06steph06, adpcol, Baboulinet, BAIOKO, brugam, BrunoL, carlos67, celian13, Chris506, domin, FGO, fredouille83, ggregg, griosu, Jumuru, Kolian, laurent martiarena, Nado, Nigel, Nithael, papinova, pasender, poilau, rmsk, robob, Scudabear, SEM, Shimmrah, Snatcher, TELLOUCK, tpeltier, Ultranova, Velvet, wopr et 62 invités

Espace de discussion général et aussi sur le home-cinéma (avec respect de la netiquette, de la politesse et hors sujets sensibles). Les threads uniquement destiner à "faire du post" de type "Fil rouge" ne sont plus autorisés.

La bourse en direct - suite

Message » 17 Nov 2020 9:04

Les cours de nombreuses actions avaient atteint des points bas ridicules, qui après coup ne trouvent pas de justification. Ces aberrations sont la conséquence d'un marché consensuel comme jamais.

J'ai toujours autant de mal à comprendre pourquoi le monde était à ce point suspendu à l'annonce du vaccin contre une maladie qui n'a qu'une chance sur 200 de parvenir à vous tuer. Mais je prends quand même :friend: .
poilau
 
Messages: 4029
Inscription Forum: 06 Avr 2003 22:20
Localisation: 92200
  • online

Annonce

Message par Google » 17 Nov 2020 9:04

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 17 Nov 2020 10:39

Ce n'est pas le vaccin qui intéresse, c'est la reprise d'activité.
Mais pour l'instant, on est en forte baisse du PIB, on ne sait pas si après COVID on va rester longtemps à 90% du PIB où si on progressera rapidement (les économistes semblent tabler sur au moins 2/3 pour revenir au niveau initial). C'est en ça que la niveau actuel du marché m'impressionne.
oyo
 
Messages: 676
Inscription Forum: 05 Aoû 2010 21:21
  • offline

Message » 18 Nov 2020 9:10

Beaucoup de valeurs sont encore loin de leurs valorisations de mars, qui étaient déjà faibles.

Ensuite ce sera une affaire de mode. Les mêmes qui disaient de se débarrasser d'Unibail quand l'action était à 35€ risquent de recommander l'achat maintenant qu'elle est à 60.
poilau
 
Messages: 4029
Inscription Forum: 06 Avr 2003 22:20
Localisation: 92200
  • online

Message » 18 Nov 2020 12:55

poilau a écrit:Beaucoup de valeurs sont encore loin de leurs valorisations de mars, qui étaient déjà faibles.

Ensuite ce sera une affaire de mode. Les mêmes qui disaient de se débarrasser d'Unibail quand l'action était à 35€ risquent de recommander l'achat maintenant qu'elle est à 60.


Ce sont des conseils "d'experts" intéressés genre Marc Touati. Ils conseillent de te débarrasser d'actions qu'ils veulent acheter au plus bas et ils te les recommandent à l'achat quand ils veulent les vendre au plus haut. :hehe:
Snatcher
 
Messages: 584
Inscription Forum: 26 Fév 2006 3:11
Localisation: Twilight zone
  • online

Message » 18 Nov 2020 17:55

https://www.tradingsat.com/cac-40-FR000 ... 40795.html

CAC 40 : LE CAC 40 VIENT DE REGAGNER 1000 POINTS EN TROIS SEMAINES, DU JAMAIS VU


Est-ce que ça va tenir...
oyo
 
Messages: 676
Inscription Forum: 05 Aoû 2010 21:21
  • offline

Message » 10 Déc 2020 21:44

Alors que le tourisme est un secteur anéanti, AirBnB cartonne pour son introduction :wtf: .

https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 1c05de1c88
poilau
 
Messages: 4029
Inscription Forum: 06 Avr 2003 22:20
Localisation: 92200
  • online

Message » 17 Déc 2020 14:22

aucune logique ... je crois même que booking est valorisé bien en dessous de airbnb.

Pourtant airbnb ne fait ni le même CA (et de très loin), ni bénefice.

Cela fait penser à tesla VS volswagen ... sauf que airbnb ne produit et n'innove sur rien.

Donc stratégiquement, ce n'est ni un investissement, ni un pari sur l'avenir comme pour tesla (qui est aussi survalorisé amha).

D'ailleurs je vois bien de mon avis sous peu un rapprochement entre tesla et volswagen ! ...
elon musk a de nombreux rapports avec le DG de VW, et l'usine de batterie tesla est implanté en allemagne ... De plus de l'avis même D'Elon Musk, il faudra que tesla se rapproche / fusionne avec un grand constructeur mondial.

Un investissement sur VW me semble opportun.
Et meme dans le cas contraire, je fais confiance à la puissance VW pour se mettre au niveau de tesla sur l'electrique, voir de les surpasser à terme.

Comparativement à tesla, l'action ne se paye pas chère de plus.
Akoustics
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 2473
Inscription Forum: 01 Juin 2004 11:58
Localisation: Seine-et-Marne
  • offline

Message » 21 Déc 2020 14:37

https://investir.lesechos.fr/cours/indi ... -40-button

-2.5/-3% sur le CAC40 aujourd'hui, lié à la nouvelle souche de COVID en UK.
On va voir si ça se maintient jusqu'à la fin de l'année, pour l'instant je reste observateur.

Le marché me semble nettement trop cher.
oyo
 
Messages: 676
Inscription Forum: 05 Aoû 2010 21:21
  • offline

Message » 21 Déc 2020 15:45

Tu trouves ? Compare l'évolution des indices boursiers dans le monde depuis le 1er janvier 2020 :

- Japon : Nikkei +12,93%
- USA : Dow Jones +5,75%
- Allemagne : Dax -0,12%
- France : CAC 40 -10,03%
- Grande Bretagne : Footsie -15,70% (sans le Brexit ils seraient probablement mieux que la France)
Snatcher
 
Messages: 584
Inscription Forum: 26 Fév 2006 3:11
Localisation: Twilight zone
  • online

Message » 21 Déc 2020 19:16

Je sais que nous ne sommes pas les mieux lotis mais en comparant au niveau du CAC40 avant COVID on était pas si loin du niveau actuel, on ne prévoyait pas -10% de croissance, le retour à un niveau 0 avant 2/3 ans et on était pas dans l'incertitude comme on l'est aujourd'hui.

Bon d'accord, les banques centrales arrosent encore nettement plus qu'avant le COVID, mais quand même...
oyo
 
Messages: 676
Inscription Forum: 05 Aoû 2010 21:21
  • offline

Message » 21 Déc 2020 20:33

Le Cac 40 ne reflète pas la réalité économique de la France.
poilau
 
Messages: 4029
Inscription Forum: 06 Avr 2003 22:20
Localisation: 92200
  • online

Message » 22 Déc 2020 1:30

Parce que le Footsie reflète la réalité économique de la Grande Bretagne ? :roll:
... et le Dow Jones ? Record historique sur record... Plus élevé qu'avant le Covid ? :siffle:
Snatcher
 
Messages: 584
Inscription Forum: 26 Fév 2006 3:11
Localisation: Twilight zone
  • online

Message » 22 Déc 2020 3:51

La bourse américaine est dominée par une dizaine de valeurs, qui semblent vaccinées contre toutes les tempêtes. Chez nous c'est le luxe qui tire la cote. Les indices boursiers ne reflètent plus la réalité économique, pour se rendre compte du marasme ambiant il faut surtout s'intéresser aux secteurs plus traditionnels.

Ce n'est que mon ressenti, mais cette crise me semble bien pire que celles de 2003 ou 2009.
poilau
 
Messages: 4029
Inscription Forum: 06 Avr 2003 22:20
Localisation: 92200
  • online

Message » 28 Déc 2020 0:07

Artus – Cette « politique de surchauffe » qui tente la BCE
CHRONIQUE. Soutenir la demande même quand les taux et le chômage sont bas : les États-Unis l'ont fait. En Europe, la BCE devra s'arranger avec son mandat.

"La Réserve fédérale américaine a clairement dit que son objectif restait la réduction des inégalités, ce qui nécessite de soutenir l'économie par la politique monétaire jusqu'à ce que le taux de chômage soit très bas, de manière à ce que le taux de chômage des minorités (noirs, hispaniques) soit bas lui aussi. C'est ce qu'on a appelé la « politique de la surchauffe ». La politique économique (monétaire et budgétaire) continue à soutenir la demande, même lorsque le taux de chômage devient bas. Cela permet de ramener sur le marché du travail des personnes qui en étaient sorties, de forcer les entreprises à améliorer leur productivité, puisqu'elles font face à une demande forte et à un marché du travail tendu. Cette politique de la surchauffe a été mise en place aux États-Unis par Donald Trump, et a donné de bons résultats (hausse du taux d'emploi et de participation, gains de productivité plus élevés, même s'ils ont bien sûr été interrompus par la crise du Covid).

Notre thèse est ici que la Banque centrale européenne (BCE) veut, elle aussi, mettre en œuvre cette « théorie de la surchauffe », c'est-à-dire soutenir la demande par une politique monétaire très expansionniste jusqu'à ce que le taux de chômage soit à nouveau très faible. Mais ce choix stratégique est plus difficile à mettre en place dans la zone euro qu'aux États-Unis en raison du mandat de la BCE. Le mandat de la Fed donne des poids symétriques au plein-emploi et à la stabilisation des prix. Le mandat de la BCE donne la prééminence à la stabilité des prix, estimant qu'elle permettrait d'atteindre le plein-emploi.

Ainsi, si la BCE veut mettre en œuvre une politique de surchauffe, il faut qu'elle utilise deux « contorsions », c'est-à-dire deux arrangements avec son mandat ou avec la politique qu'elle doit normalement mener.

Bulle de prix
Tout d'abord, elle ne doit pas réagir à la hausse de prix des actifs (actions, immobilier), et ne manifester aucune inquiétude si ces hausses sont excessives. Une politique qui conduit à des taux d'intérêt réels durablement négatifs et à une création monétaire considérable (en 2020, la taille du bilan de la BCE va augmenter de 50 %) entraîne nécessairement une très forte hausse des prix des actifs. Les taux d'intérêt réels négatifs poussent à la hausse la valorisation des actifs, la croissance de l'offre de monnaie conduit au réinvestissement de la monnaie dans les autres classes d'actifs et à une hausse anormale des indices boursiers, des prix de l'immobilier, etc. La BCE doit donc renoncer à réagir aux bulles de prix des actifs et doit absolument les ignorer, ce qui est en contradiction avec son objectif de stabilité financière.

Ensuite, pour maintenir la politique monétaire expansionniste pendant toute la durée des périodes de croissance, jusqu'à ce que le taux de chômage soit très bas, il faut que la BCE puisse conserver cette politique même si, dans la seconde partie d'une période de croissance, l'inflation devient légèrement supérieure à l'objectif de 2 %. Aux États-Unis, la Fed a pu le faire en passant à un objectif d'inflation moyenne.

L'inflation, en moyenne sur plusieurs années, doit être de 2 % : si elle a été inférieure à 2 % dans une récession et au début de la période de croissance après la récession, elle doit ensuite être supérieure à 2 % pour ramener la moyenne à 2 %. La BCE va probablement, après la revue de sa stratégie, passer à un objectif symétrique d'inflation devant être autour de 2 %, d'un côté ou de l'autre (et plus « inférieur à 2 % mais proche de 2 % »). Ce nouvel objectif est très proche de l'objectif d'inflation moyenne, et permet donc à la BCE de conserver une politique expansionniste très longtemps dans une période de croissance économique.

Ainsi, pour que la politique de la surchauffe soit compatible avec le mandat de la BCE, il faut que celle-ci fasse deux choses qui sont discutables. D'abord, ne pas s'occuper des prix des actifs et ne pas s'inquiéter de leur hausse rapide, malgré les dégâts provoqués par les bulles de prix des actifs (instabilité financière, taxation des jeunes qui doivent acheter des actifs pour préparer leur retraite, pour se loger). Ensuite, modifier l'objectif d'inflation pour le rapprocher d'un objectif d'inflation moyenne, ce qui permet de ne jamais avoir à durcir la politique monétaire pendant tout un cycle de croissance."

Source : Le Point
oyo
 
Messages: 676
Inscription Forum: 05 Aoû 2010 21:21
  • offline

Message » 03 Jan 2021 12:36

"Psychologie de l’Investisseur qui psychote" ;
https://toonsai.wordpress.com/2007/11/16/pyschologie-de-linvestisseur/

Image

J'adore le "que fait le gouvernement ?" :mdr:
Je lis souvent le forum de Boursorama (sans y participer) et c'est exactement le genre de choses qu'on y lit.
Mais je suis déjà passé par là aussi, mieux vaut en rire. :zen:

Autre du genre ;
https://www.maubourg-patrimoine.fr/page/11604/pourquoi-investir-sur-les-marches-financiers/

Image
arnuche
 
Messages: 24722
Inscription Forum: 09 Déc 2004 12:10
Localisation: Bruxelles
  • online


Retourner vers Bla bla et Home-Cinema

 
  • Articles en relation
    Dernier message