Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 12 invités

Musique enregistrée : BLURAY, CD & DVD musicaux, interprètes...

Adagio d'Albinoni

Message » 24 Nov 2009 12:24

Bonjour à tous,
J'ai une question à propos du très célèbre adagio d'Albinoni et de la contribution de Giazotto.
Quelle a été sa part ?
En cherchant sur ce forum, j'ai trouvé un vieux message d'Haskil :

haskil a écrit:Mais cet adagio n'est pas d'Albinoni, il a été composé par Giazotto en 1948 sur une base harmonique d'Albinoni


Albinoni semble donc bien avoir initié lui-même cette oeuvre qui porte son nom.
Mais Wikipedia (qui doit bien sur aussi contenir des erreurs :roll:) mentionne :

Elle fut composée en 1945 par le musicologue Remo Giazotto, l'éditeur lançant comme argument de vente, que l'auteur s'était fondé sur des fragments d'un mouvement d'une sonate en trio de Tomaso Albinoni présumés retrouvés parmi les ruines de la bibliothèque de Dresde après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, mais aucune preuve sérieuse de l'existence de ces fragments n'a pu être fournie, par contre la « Staatsbibliothek Dresden » a formellement démenti les avoir eus dans sa collection de partitions.


Qu'en savez-vous ?
:roll:
Harelde
 
Messages: 308
Inscription Forum: 15 Juin 2004 15:09
Localisation: Yvelines
  • offline

Annonce

Message par Google » 24 Nov 2009 12:24

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 24 Nov 2009 17:07

Harelde a écrit:
haskil a écrit:Mais cet adagio n'est pas d'Albinoni, il a été composé par Giazotto en 1948 sur une base harmonique d'Albinoni

Albinoni semble donc bien avoir initié lui-même cette oeuvre qui porte son nom.

Je ne sais pas si c'est ce qu'Alain voulait dire.
Giazotto a composé un Adagio dans le style d'Albinoni (encore que...), mais cela semble bien entendu aujourd'hui qu'il ne s'est basé sur aucune oeuvre originale du compositeur vénitien.

Franchement, le coup du fragment retrouvé dans les ruines de Dresde, comme par hasard, pour que personne ne puisse vérifier, c'était un peu gros... :mdr:
adriaticoboy
 
Messages: 478
Inscription Forum: 26 Sep 2003 13:52
Localisation: Nantes
  • offline

Message » 24 Nov 2009 18:07

Jean-François Zygel n'en a pas parlé dans une de ses émissions ? De mémoire, il avait expliqué qu'il s'agissait d'une œuvre récente et que cela se révélait dans sa structure (baroque et romantique à la fois, d'où hiatus).

Pas la peine de m'objecter quoi que ce soit sur la phrase précédente, je suis incapable de développer ! :lol:
syber
 
Messages: 11855
Inscription Forum: 30 Juil 2005 15:07
  • online

Message » 25 Nov 2009 11:10

Merci pour vos avis éclairés !
:wink:
Harelde
 
Messages: 308
Inscription Forum: 15 Juin 2004 15:09
Localisation: Yvelines
  • offline

Message » 25 Nov 2009 19:28

Oui,le pauvre Albinoni n'a rien initié du tout. Cette oeuvre est une pièce moderne composée dans le style d'Albinoni ou de n'importe quel faiseur de musique italien du temps après sa mort.

On apprenait dans ma jeunesse que Giazotto l'avait composé sur une fragment d'Albinoni, mais finalement c'est faux ! Reste donc Giazotto.

Il y a eux beaucoup de pastiches dans le genre : Fritz Kreisler en a composé beaucoup, Casadesus a fait un faux concerto de Mozart, Berlioz a fait croire qu'un bout de l'enfance du christ était un fragement retrouvé de je ne sais plus qui, etc.

Un compositeur est quasi impossible à imiter : Zygel que j'ai connu dans sa jeunesse quand il était élève du Conservatoire et imitait tout à la perfection n'y arrivait pas plus que les autres... c'est Chopin...

La configuration dans mon profil


"Le coq qui chante le plus fort n'est pas celui qui vit le plus longtemps", proverbe que j'ai inventé le 12 juillet 2019. Libre de droits : ha ha ha !
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56545
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 28 Nov 2009 10:28

oui mais alors d'où sort le nom d'Albinoni ?
HOLLIGER
 
Messages: 2084
Inscription Forum: 31 Jan 2005 8:38
  • offline

Message » 28 Nov 2009 19:23

C'est dit très clairement dans le 1er message d'Harelde:

[L'Adagio] fut composé en 1945 par le musicologue Remo Giazotto, l'éditeur lançant comme argument de vente, que l'auteur s'était fondé sur des fragments d'un mouvement d'une sonate en trio de Tomaso Albinoni présumés retrouvés parmi les ruines de la bibliothèque de Dresde après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, mais aucune preuve sérieuse de l'existence de ces fragments n'a pu être fournie, par contre la « Staatsbibliothek Dresden » a formellement démenti les avoir eus dans sa collection de partitions.
adriaticoboy
 
Messages: 478
Inscription Forum: 26 Sep 2003 13:52
Localisation: Nantes
  • offline

Message » 28 Nov 2009 20:57

c'est quand meme etrange ; albinoni n'est pas tres connu, pourquoi pas vivaldi plutot?
HOLLIGER
 
Messages: 2084
Inscription Forum: 31 Jan 2005 8:38
  • offline

Message » 28 Nov 2009 23:08

En 1945, Vivaldi était inconnu... et quantité de symphonies de Haydn n'étaient même pas disponibles en partitions d'orchestre... il a fallu que HC Robbins Landon qui vient de mourrir, en France, à Rabastens, près d'Albi, les éditent...

Vivaldi était à la veille d'être mondialement célèbre...

La configuration dans mon profil


"Le coq qui chante le plus fort n'est pas celui qui vit le plus longtemps", proverbe que j'ai inventé le 12 juillet 2019. Libre de droits : ha ha ha !
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56545
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 29 Nov 2009 22:31

c'est vrai je suis tête en l'air, je n'avais pas fait attention à ce fait : 1945 ;
c'était de toute façon une bonne idée, car une création dans le style baroque à cette époque aurait été sans doute méprisée ; bonne idée d'avoir fait croire à cette histoire
HOLLIGER
 
Messages: 2084
Inscription Forum: 31 Jan 2005 8:38
  • offline

Message » 06 Déc 2009 0:41

je l'aime bcp cette histoire ainsi que l'adagio en question
jj77
 
Messages: 2550
Inscription Forum: 06 Fév 2007 17:13
Localisation: Au bord du Loir
  • offline

Message » 17 Mar 2011 16:30

Bonjour,

Suite à votre message sur l’adagio dit d’Albinoni, voici quelques éléments.

Ce célèbre adagio pour orgue et cordes en sol mineur, souvent présenté comme une œuvre de musique baroque composée par Tomaso Albononi, est en fait une œuvre écrite et publiée en 1958 par Rémo Giazotto aux éditions Ricordi en Italie. Selon cette maison d’édition, Giazzoto se serait basé sur le fragment d’un mouvement lent d’une sonate en trio d’Albinoni pour composer cette œuvre qui est aujourd’hui universellement connue. Ce fragment d’Albinoni aurait comporté la ligne de basse du mouvement en question et une amorce de la mélodie sur 6 mesures. Le fragment aurait été retrouvé par Giazzotto, musicologue de son état, dans les ruines de la bibliothèque de Dresde en 1945 alors qu’il effectuait des recherches sur Albinoni.

Voilà pour les faits rapportés.

Pour répondre à votre question, plusieurs éléments :

- D’abord la présentation trop souvent faite de cette œuvre sur les pochettes de disque : Adagio de T. Albinoni, Arrangement R. Giazotto, est évidemment abusive puisque l’œuvre a bien été composée par Giazotto et non par Albinoni, ce que précise sans ambigüité la maison Ricordi, mais en indiquant toutefois que l’adagio est basé sur le fragment d’une œuvre antérieure d’Albinoni.

- Ainsi, la discussion sur cet adagio ne porte pas sur sa paternité, Giazotto en est le compositeur, ce qui n’a jamais été contesté par personne (et de ce fait, cette œuvre n’est pas encore dans le domaine public), mais de savoir si Giazotto a utilisé ou non le fragment d’une œuvre antérieure d’Albinoni pour écrire son célèbre adagio.

Sur cette question difficile, 2 points de vue s’affrontent sans apporter des preuves définitives :

1) Giazotto et la maison Ricordi auraient inventé l’histoire du fragment pour une raison purement commerciale permettant de donner un statut baroque et une notoriété à cette œuvre en y ajoutant la main d’Albinoni. En effet, bien que brillant musicologue en Italie, Giazotto était totalement inconnue à l’extérieur de ce pays et même peu connu en dehors de certains cercles musicaux en Italie. Autre élément, la bibliothèque de Dresde aurait nié avoir possédé l’œuvre ayant servi de base à cet adagio.

2) A l’opposé, certains pensent que l’hypothèse précédente a été construite pour alimenter la légende de cet adagio qui a connu depuis sa publication un succès universel sans précédent dans toute l’histoire de la musique. Leurs arguments se fondent sur le fait que le fragment en question retrouvé par Giazotto n’était qu’un simple brouillon incomplet, mélangé à d’autres notes et que de ce fait, la bibliothèque en question pouvait fort bien ne l’avoir jamais recensé dans le catalogue des œuvres d’Albinoni qu’elle possédait. Autre point troublant avancé ici, il est très étonnant que si Giazotto est strictement le seul compositeur de cet adagio, pourquoi alors ce dernier aurait-il nié jusqu’à sa mort (en 1998) l’évidence en prétendant le contraire comme il l’a fait, alors qu’il n’avait plus rien à perdre ou à gagner. Enfin, un autre point qui est peut-être le plus troublant. Giazotto, s’il a publié plusieurs ouvrages savants sur la musique baroque ou des musiciens comme Albinoni, n’est pas connu (ou reconnu) comme compositeur car il n’a laissé aucune œuvre musicale derrière lui à part cet adagio. On peut alors se demander par quel miracle et quel génie, Giazotto, même brillant musicologue et spécialiste du baroque, partant de rien aurait atteint du premier et seul coup le sublime et l’universel dans le domaine de la composition musicale. Ce fait serait sans précédent dans toute l’histoire de ma musique. Aux orties, les Bach, Händel, Mozart et autre Beethoven ou Chopin qui ont sué sang et eau depuis leur enfance pour arriver à nous léguer de grands chefs d’œuvre. Et donc beaucoup ici pense que Giazotto s’est bien inspiré et appuyé sur un fragment ou peut-être plusieurs de la main d’Albinoni pour écrire son adagio, d’où le terme de pastiche si souvent employé pour désigner cette œuvre.

En conclusion :

Même si je penche fortement pour la 2ème hypothèse qui me parait être la plus vraisemblable et de loin, mon sentiment est qu’il faut rester très prudent avant d’avancer ici telle ou telle affirmation. Il est d’ailleurs peu probable qu’un jour nous sachions l’exacte vérité sur la genèse de cet adagio et l’importance réelle du rôle d’Albinoni dans sa création. Le fragment en question n’aurait jamais été montré ou publié. Giazotto, sans doute l’un des plus grands spécialistes d’Albinoni, aurait-il eu en main grâce à ses recherches des partitions ou autres fragments d’Albinoni jamais révélés et qui auraient pu le servir à écrire cet adagio ? Le mystère demeure. Giazotto, personnage fort discret, a sans doute emporté à jamais son secret avec lui dans la tombe.

Il nous reste de toute façon une œuvre intemporelle, exceptionnelle et attachante dont le succès reste sans précédent depuis sa publication : une des œuvres et peut-être même l’œuvre qui, de toute l’histoire de la musique, est à ce jour la plus enregistrée sur disque, arrangée, réorchestrée, interprétée dans tous les styles (chansons, jazz, blues, pop, rock, techno et autres remix), mais qui recèle un incroyable mystère ...

Très cordialement,
Thierry
Organiste dans le Val de Marne
CORREARD
 
Messages: 1
Inscription Forum: 11 Mar 2011 11:04
  • offline

Message » 20 Avr 2011 9:07

de CORREARD »
Enfin, un autre point qui est peut-être le plus troublant. Giazotto, s’il a publié plusieurs ouvrages savants sur la musique baroque ou des musiciens comme Albinoni, n’est pas connu (ou reconnu) comme compositeur car il n’a laissé aucune œuvre musicale derrière lui à part cet adagio.

c'est pour moi l'argument le plus solide.
une musicien qui se contente de composer une seule oeuvre dans toute sa vie,surtout avec le succès qu'elle a?c'est peu plausible.
stevieray43
 
Messages: 549
Inscription Forum: 29 Oct 2007 12:33
  • offline

Message » 20 Avr 2011 19:00

stevieray43 a écrit:une musicien qui se contente de composer une seule oeuvre dans toute sa vie,surtout avec le succès qu'elle a?c'est peu plausible.


Pourtant Patrick Hernandez vit (et très bien j'imagine) depuis plus de 30 ans juste avec les royalties de Born to be alive :roll:

--> Je suis déjà dehors -->
CriNieRe
 
Messages: 1264
Inscription Forum: 11 Mai 2007 10:00
Localisation: lyon
  • offline

Message » 20 Avr 2011 20:55

Je trouve la comparaison très réductrice... D'autant que Patrick hernandez n'a pas composé que born to be alive... Enfin cette comparaison a au moins le don de faire sourire :mdr:
Riffhard
 
Messages: 2946
Inscription Forum: 04 Nov 2010 19:35
  • offline


Retourner vers Musique enregistrée : BD, CD & DVD

 
  • Articles en relation
    Dernier message