Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: derffred, le loup celeste et 31 invités

Détails sur les éditions disponibles, critiques techniques, packagings, prévisions et commandes...

(Les) Veuves

Message » 20 Avr 2019 10:23


(Les) Veuves

Provenance : France // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : 20th Century Fox // Date de sortie : 03 avril 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 2.39 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 4K // HDR : HDR10+ // Luminance : De 0.005 à 1000 nits

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Français DTS 5.1, Anglais Audiodescription
Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Expert HDR)

Une mise à niveau UHD HDR évidente et presque toujours excellente. Car si les noirs sont parfois un peu clairs et la texture granuleuse plus marquée, ces images bénéficient d'une résolution accrue (DI 4K), de détails rehaussés (les pores de la peau, le tissus des vêtements, le mobilier de fond), de couleurs brunies plus riches et saturées (la vibrance de l'herbe verte), de contrastes améliorés (scènes nocturnes plus lisibles et blancs plus éclatants) et de sources lumineuses plus puissantes (les phares/gyrophares, l'éclairage urbain, les explosions, le tir des armes à feu).

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d'écoute Dolby Atmos pour la VO et avec post-traitement DTS Neural:X pour la VF)

Si elle ne manque pas d'aplomb lors des séquences d'action (large plage dynamique et grondement du canal LFE), cette piste Dolby Atmos très dialoguée ne se veut pas vraiment imposante. Volontairement calme et bien enveloppante (superbe placement des effets atmosphériques), elle diffuse sa partition sous tension avec une grande fidélité. Et lorsque le récit l'impose, elle n'oublie pas ses capacités liées à la scène de hauteur (cf. la scène d'ouverture). Quant à la VF, moins ample et percutante, elle ne démérite pas.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 7212
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace
  • online

Annonce

Message par Google » 20 Avr 2019 10:23

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Lord of War

Message » 20 Avr 2019 15:39


Lord of War

Provenance : États-Unis // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Lionsgate Films // Date de sortie : 19 mars 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 2.40 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 12 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : Dolby Vision // Luminance : Adaptée au diffuseur

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1)
Sous-titres : Anglais, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Dolby Vision lumineux)

Volontairement très granuleux même si cette texture de caractère n'est pas toujours homogène (du fourmillement par-ci, un peu de DNR par-là), ce transfert UHD Dolby Vision est en tout point supérieur à son homologue HD. La définition est grandement améliorée, les détails sont sensiblement plus fins, la palette colorimétrique est nettement mieux saturée (notamment les tons bleus et rouges), les contrastes sont largement plus fermes (cf. l'éclat des blancs et la délimitation de noirs plus riches) et les éclairages franchement plus intenses (la lumière du jour).

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d'écoute Dolby Atmos)

Peu enclin à surexploiter sa scène aérienne (quelques notes musicales, la réverbération des coups de feu, des avions et un hélicoptère), ce mixage Atmos n'en reste pas moins très concluant. Usant subtilement d'ambiances discrètes mais ultra-bien placées et profitant d'une dynamique fulgurante lorsque l'action l’exige, il parvient à se démarquer du tout-venant lorsque la voix off de Nicolas Cage isole les autres éléments sonores avec beaucoup de délicatesse.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 7212
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace
  • online

Justice League vs. The Fatal Five

Message » 24 Avr 2019 15:56


Justice League vs. The Fatal Five

Provenance : États-Unis // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Warner Bros. // Date de sortie : 16 avril 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 1.78 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : HDR10 // Luminance : De 0.005 à 4000 nits

Bande-son : Anglais DTS-HD MA 5.1, Français Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Expert HDR)

Débuté avec Constantine: City of Demons et suivi par Reign of the Supermen, la plage dynamique élevée offerte par le support marque pour la troisième fois consécutive dans le DCAU un écart véritable avec les images du Blu-ray. Et bien que le style minimaliste de l'animation ne permet pas aux détails de profiter de la résolution accrue de l'UHD, les plans apparaissent comme plus stables et débarrassés de toutes traces de colour banding. Puis il y a les couleurs, plus subtiles et profondes, qui donnent un surplus de vie aux images. Mais comme je l'ai annoncé un peu plus haut, ce sont bien les contrastes (cf. l'éclat des blancs), les sources lumineuses (les super-pouvoirs, l'éclairage de la Tour de Guet, les explosions) et les noirs (plus profonds et lisibles) qui bénéficient de l'amélioration la plus nette.

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 avec post-traitement DTS Neural:X pour la VO et Dolby Surround pour la VF)

Principalement axé sur l'avant même si les ambiances environnementales et les scènes d'action usent occasionnellement de la scène arrière, ce mixage dynamique qui délivre des dialogues clairs et une musique héroïque tout sauf étriquée, accompagne comme il se doit le retour de la Ligue des Justiciers version Bruce Timm. Moins ample, la VF renferme cependant un doublage de qualité (une constance dans les productions du DC Animated Universe).

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 7212
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace
  • online

(Le) Retour de Mary Poppins

Message » 25 Avr 2019 0:33


(Le) Retour de Mary Poppins

Provenance : Royaume-Uni // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Disney // Date de sortie : 15 avril 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 2.39 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : HDR10 // Luminance : De 0.0001 à 1000 nits

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Français (VFQ) Dolby Digital Plus 7.1
Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Expert HDR)

Pour profiter comme il se doit de l'esthétique d'époque un tantinet kitsch de l'œuvre, c'est clairement vers le transfert UHD HDR qu'il faut se tourner. De la netteté supplémentaire à l'augmentation perceptible des détails (la finesse texturale des rues), en passant par la vitalité accrue des couleurs (le ciel bleu, l'herbe verte, les ballons colorés) et l'amélioration des contrastes (la profondeur de champ s'en trouve grandie lors des scènes nocturnes avec les allumeurs de réverbères), la très bonne version 1080p ne peut qu’apparaître comme bien inférieure. Surtout que je n'ai pas encore évoqué la solidité à toute épreuve de la compression (le brouillard n'est donc jamais un soucis) et le naturel désarmant des différentes sources de lumière (la délicatesse des éclairages de rue, l'intensité lumineuse de certaines « évasions musicales » comme la séquence de la baignoire).

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d'écoute Dolby Atmos pour la VO et avec post-traitement Dolby Surround pour la VF)

Comme il est obligatoire de le faire pour chaque nouvelle parution Disney, l'écoute du mixage Dolby Atmos nécessite d'augmenter le volume au-delà du seuil de référence. Une fois cette étape accomplie, la présente piste sonore sera alors très divertissante à défaut d'être mémorable. Volontairement joyeuse et emplie de musique, elle propose à l'aide d'une dynamique appropriée et jamais agressive, un univers acoustique magique où les dialogues sont limpides et les ambiances de soutient efficacement diffusées sur les canaux surround. La scène aérienne (de petits effets atmosphériques et quelques parties du score) et le caisson de basse (les tirs de canon) s'engagent néanmoins assez peu. Largement aussi enjouée malgré une répartition multicanale moins précise, la VF assure comme une grande.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 7212
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace
  • online

Bumblebee

Message » 27 Avr 2019 10:51


Bumblebee

Provenance : France // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Paramount Pictures // Date de sortie : 30 avril 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 1.78 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 12 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : Dolby Vision // Luminance : Adaptée au diffuseur

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Français Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Anglais, Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Dolby Vision lumineux)

Proposées au format 1.78 open matte comme lors de l'exploitation du film dans les salles IMAX, les images de ce transfert UHD Dolby Vision exploitent à la quasi-perfection (2-3 plans laissent poindre un grain numérique) les capacités du format 4K Ultra HD. Captées en numérique (Arri Alexa Mini, SXT Plus et XT Plus) sous le soleil de Californie et magnifiées par un look vintage savoureusement 80's, elles affichent une définition en béton armé, un niveau de détails qui enchante (une mention spéciale à la qualité des CGI), une palette colorimétrique étendue (une véritable orgie lors du passage à la fête foraine) qui fait exploser les primaires (surtout les rouges et les bleues) et donne plus de corps à la carrosserie jaune de Bumblebee, des contrastes encore plus pointus (cf. le réalisme des noirs) pour une sensation de relief accrue lors des scènes sombres (le final en profite), et des sources lumineuses à la brillance peu commune (la lumière du jour, les éclairages nocturnes, les reflets métalliques, les écrans de contrôle, la visée en mode « combattant » de B-127). Un régal de tous les instants.

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d'écoute Dolby Atmos pour la VO et avec post-traitement Dolby Surround pour la VF)

Profitant d'une grosse dynamique et d'une excellente spatialisation, ce mixage Atmos rythmé par une fabuleuse bande-son rétro (Lets' go de The Cars, Dance Hall Days de Wang Chung, I can’t drive 55 de Sammy Hagar, Save a payer for me de Duran Duran, Runaway de Bon Jovi, The payback de James Brown, Bigmouth Strikes Again du groupe The smiths, etc.) amplement répartie dans l'espace acoustique, ne lésine ni sur les effets pyrotechniques (ça fuse de partout) ni sur les explosions (des basses monstrueuses) lors des scènes d'action. Le reste du temps, il délivre des dialogues clairs et des ambiances des plus immersives. Quant à la composante aérienne, elle n'oublie jamais de s'activer lorsque le besoin s'en fait sentir (la bataille d'intro, les transformations, les véhicules volants et j'en passe). Bien répartie même si moins précise, la petite VF n'en reste pas moins costaude et convaincante.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 7212
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace
  • online

Simetierre (1989)

Message » 29 Avr 2019 9:37


Simetierre (1989)

Provenance : France // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Paramount Pictures // Date de sortie : 24 avril 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 1.78 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 12 bit
Master intermédiaire : 4K // HDR : Dolby Vision // Luminance : Adaptée au diffuseur

Bande-son : Anglais DTS-HD MA 5.1, Français Dolby Digital 2.0
Sous-titres : Anglais, Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Dolby Vision lumineux)

Supervisée par Mary Lambert, la réalisatrice de l’œuvre, cette nouvelle restauration 4K n'est peut-être pas parfaite (l'usage très modéré de DNR et EE) mais donne enfin ses lettres de noblesse à ce classique de l'horreur. Le master est d'une propreté à toute épreuve (les scratchs et autres points blancs ne sont plus qu'un lointain souvenir), le grain argentique s'affiche avec beaucoup plus de finesse qu'avant, l'augmentation de la résolution est souvent flagrante (malgré une certaine douceur due à la source) avec une netteté accrue de tous les éléments du cadre (cf. les détails dans la maison des Creed), les couleurs aujourd'hui plus chaleureuses ont parfois été repensées/corrigées (les yeux de Church, le chat de la famille) et bénéficient de teintes plus larges (la végétation verte) qui ressortent donc mieux (la peinture rouge des poids lourds), les contrastes ont été enrichis pour permettre aux scènes sombres d'entrer dans une nouvelle dimension (les noirs sont magnifiques), et les sources de lumière sont autrement plus saillantes (la luminosité des séquences ensoleillées, l'éclairage intérieur, la lueur de la lune et des yeux démoniaques du félin).

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 avec post-traitement DTS Neural:X pour la VO et Dolby Surround pour la VF)

Un peu démodée même si d'une grande clarté (la reproduction des dialogues) et étonnamment dynamique (les nombreux passages des camions), la VO tire profit d'une scène sonore assez large où les canaux arrière s'amusent bien lors du dernier acte (les pas et les rires du revenant). Mais pour bien l'exploiter, il ne faudra pas hésiter à augmenter le volume. Action inutile au passage si vous optez pour la VF d'époque, encore plus impactante malgré une limitation à la seule scène avant.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 7212
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace
  • online

Message » 30 Avr 2019 12:38

Bonjour

Sais-tu si les Thor qui sont prévus en 4K aux USA vont également sortir en France ?

Cdlt.
Domimag
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3312
Inscription: 16 Déc 2005 23:39
Localisation: Hauts-de-France
  • offline

Alien, le huitième passager

Message » 01 Mai 2019 11:52


Alien, le huitième passager

Provenance : France // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : 20th Century Fox // Date de sortie : 24 avril 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 2.39 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 4K // HDR : HDR10+ // Luminance : De 0.005 à 1000 nits

Bande-son : Anglais DTS-HD MA 5.1, Anglais DTS-HD MA 4.1 (version cinéma uniquement), Anglais DTS-HD MA 2.0 Surround, Français DTS 5.1
Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Expert HDR)

Tirées d'une nouvelle restauration 4K supervisée par Ridley Scott (le communiqué officiel indique qu'elle est différente de celle utilisée en 2010 pour la sortie Blu-ray), les images flambant neuves de ce transfert UHD HDR10+ sont magnifiques. Captées à l’époque du tournage (1979) en 35mm avec optiques anamorphiques, elles s'affichent aujourd'hui avec un superbe grain argentique que l'emploi modéré de DNR ne vient jamais perturber. Pourvues d'une précision sidérante (la maquette du remorqueur spatial et le matte painting sur la planète inconnue n'en sont que plus visibles) avec kyrielle de détails inconnues jusqu'alors (la scène du Space Jockey en est le parfait exemple), elles ne cachent plus rien des pièces et des longs couloirs du cargo, surtout que l'on récupère ici une portion du cadre (à gauche et à droite) absente auparavant. Bien évidemment, les gros plans sur le visages des acteurs (les pores de la peau et la sueur) ainsi que les combinaisons et le Xénomorphe lui-même profitent de cette hausse de la résolution. Grâce à la réalisation d'un nouvel étalonnage, la palette colorimétrique est maintenant mieux saturée (le rouge écarlate lors de l'apparition violente du Chestburster) et s'offre des teintes inédites absolument fascinantes (la couleur rouille-orange dans le hangar). Film sombre oblige, les contrastes sont encore plus appuyés qu'avant avec des noirs fabuleux. Ils parviennent d'ailleurs à dévoiler moult éléments plongés dans la pénombre ambiante (ils étaient précédemment masqués) tout en restant d'une profondeur modèle. Dernier point et pas des moindres, les innombrables sources lumineuses brillent à présent de mille feux. Des reflets sur l'eau ou le métal à la chaleur des flammes, en passant par l'intensité des lampes torches et les flashs aveuglants des éclairages intérieurs à l'approche de l'autodestruction du vaisseau, il y a clairement un avant et un après. Concernant la Director's Cut, les scènes supplémentaires (deux minutes ajoutées à la version cinéma en seamless branching) dénotent un peu car tirées de l'ancien master 2K. Upscalées avec l'application d'un HDR automatique, elles semblent forcément plus grossières.

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 avec post-traitement DTS Neural:X pour la VO et la VF)

Malgré l'absence d'une piste 3D qui aurait certainement apporté un vrai plus aux déjà très satisfaisants mixages 4.1 (plus brute avec un sound design parfois légèrement différent) et 5.1, ces pistes sonores qui donnent la priorité à la scène frontale n'en n'oublient pourtant pas l'activité surround qui s'avère être vraiment attrayante lorsque la narration l'impose (beaucoup d'ambiances atmosphériques lourdes comme les « respirations » du Nostromo). La spatialisation est donc finement travaillée, la dynamique a de l'élan, le score angoissant de Jerry Goldsmith ne manque pas d'ampleur et les basses soulignent le tout efficacement. Quant à la VF, moins organique que la VO malgré une répartition aussi convaincante (si ce n'est la voix donnée à Mother), son doublage est un peu trop mis en avant.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 7212
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace
  • online

Message » 01 Mai 2019 17:40

Domimag a écrit:Bonjour

Sais-tu si les Thor qui sont prévus en 4K aux USA vont également sortir en France ?

Cdlt.


Rien d'annoncé pour l'instant désolé. Mais si les UBD US à venir sont comme ceux de la trilogie Captain America, il y a fort à parier sur la présence d'une VFF en plus de la VFQ. Attendons cependant d'en savoir plus. :wink:

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 7212
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace
  • online

Dos au mur

Message » 02 Mai 2019 8:58


Dos au mur

Provenance : États-Unis // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Lionsgate Films // Date de sortie : 09 avril 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 2.40 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 12 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : Dolby Vision et HDR10+ // Luminance : Adaptée au diffuseur

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1)
Sous-titres : Anglais, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Dolby Vision lumineux)

Lumineuses et beaucoup plus détaillées que sur le Blu-ray (cf. les textures architecturales), les images de ce 4K Ultra HD profitent d'une profondeur de champ vertigineuse. Mais Lionsgate oblige, la granularité de la photographie varie d'un plan à l'autre. Tour à tour imposante ou trop résorbée, elle trahit l'usage d'un DNR parfois violent lorsque certains plans s'affichent avec une douceur douteuse. Dans l'ensemble cependant, la définition reste tranchante et permet d'apprécier la beauté du cadre. Et il y a aussi les couleurs métalliques à la froideur accrue qui profitent d'une amélioration de la saturation (la chemise bleue de Nick Cassidy, la veste rouge de Suzie Morales, les teintes vertes dans la cellule), les contrastes modernes qui apparaissent comme plus solides encore (avec à l'appui une remontée des détails dans les ombres), les sources lumineuses qui ont plus d'éclat (l'éclairage intérieur, une lampe torche) et la compression qui est d'une discrétion absolue (adieu aliasing et fourmillements en basse lumière).

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d'écoute Dolby Atmos)

Une piste Dolby Atmos made in Lionsgate pur jus avec une dynamique engagée, une ampleur notable et des basses énergiques. Pourvue d'une enveloppe acoustique efficace, elle diffuse avec autant de force que de subtilité des ambiances réalistes (les bruits urbains) et un score particulièrement palpitant sur l'ensemble des canaux. Et si la scène aérienne n'est pas très présente, elle élève tout de même bon nombre d'effets (la résonance de la circulation routière, des avions, une porte, un ascenseur, l'air dans un conduit d'aération, un hélicoptère et des descentes en rappel).

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 7212
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace
  • online

Message » 07 Mai 2019 17:40

De Alien à Millenium: Ce qui ne me tue pas, en passant par Bumblebee, (Les) Veuves et Robin des Bois (2018), vous trouverez dans ce n°8 rien de moins que 30 tests (16 BD et 14 UBD). Bonne lecture. :wink:

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 7212
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace
  • online

Message » 07 Mai 2019 17:57

le loup celeste a écrit:De Alien à Millenium: Ce qui ne me tue pas, en passant par Bumblebee, (Les) Veuves et Robin des Bois (2018), vous trouverez dans ce n°8 rien de moins que 30 tests (16 BD et 14 UBD). Bonne lecture. :wink:


Merci Le Loup :wink:

Tex

La configuration dans mon profil


Eh Marge !!!, elles sont où mes côtes de porc ???
TEXAVERY
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6109
Inscription: 15 Avr 2003 13:15
  • offline

Mortal Engines

Message » 08 Mai 2019 10:30


Mortal Engines

Provenance : Allemagne // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Universal Pictures // Date de sortie : 18 avril 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 2.39 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 12 bit
Master intermédiaire : 4K // HDR : Dolby Vision // Luminance : Adaptée au diffuseur

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Français Dolby Digital Plus 7.1 (seulement sur l'édition FR)
Sous-titres : Français (seulement sur l'édition FR), Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Dolby Vision lumineux)

Tout simplement splendides, les images de ce transfert UHD Dolby Vision (tournage 8K et DI 4K) n'ont de cesse de magnifier la superbe direction artistique de l’œuvre. Visuellement très impressionnantes, elles affichent une définition encore plus ahurissante qu'en HD (l'apport est flagrant sur les décors), des détails prodigieux autrement plus précis que sur le pourtant exemplaire Blu-ray (les textures profitent d'une finesse accrue), une granularité aux abonnés absents, des couleurs fabuleuses beaucoup plus larges et nuancées (le foulard rouge de Hester Shaw, les yeux verts de Shrike), des contrastes nettement plus somptueux (les scènes sombres jouissent de noirs largement plus denses et les nuages blancs sont plus éclatants) et de sources lumineuses considérablement plus rutilantes (le soleil, les flammes, l'éclairage intérieur, les voyants des cockpits et des machines de la grande ville mobile de Londres). En un mot comme en cent, une référence !

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d'écoute Dolby Atmos pour la VO et avec post-traitement Dolby Surround pour la VF)

Ultra-engageante et pourvue d'une dynamique monstre, la piste Dolby Atmos délivre un spectacle acoustique redoutablement immersif et d'une richesse inouïe. La spatialisation occupe l'espace comme rarement (les sons voyagent régulièrement à 360°), les effets comme les ambiances (le bruit métallique incessant de la cité prédatrice et de Scuttlebug) sont diffusés avec précision et ampleur sur toutes les enceintes, les canaux surround sont extrêmement sollicités, la sphère aérienne est aussi inventive qu’intelligemment exploitée (Londres qui « dévore » la petite ville minière de Salzhakendes, le passage dans la « scierie », le vent, les engins volants, les éclairs provoqués par l'activation de MEDUSA, etc.), le score de Junkie XL (Tom Holkenborg) pulse comme il faut, les basses fréquences secouent méchamment (le bourdonnement constant des moteurs, les explosions, les coups de feu, les crashs, l'énergie quantique de la super-arme et j'en passe), et les dialogues sont parfaitement intelligibles. Testée sur l'édition française (c'est important d'avoir des amis à proximité de chez soi), la VF s'en tire admirablement bien malgré une puissance affaiblie et une scène sonore moins abondante.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 7212
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace
  • online

Message » 08 Mai 2019 10:45

Merci et bravo pour tous ces tests le loup :bravo:
Fre.Mo
 
Messages: 3953
Inscription: 19 Déc 2002 10:42
Localisation: Corse
  • online

Mary et la fleur de la sorcière

Message » 08 Mai 2019 11:41


Mary et la fleur de la sorcière

Provenance : Japon // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Disney // Date de sortie : 20 mars 2018

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 1.85 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : HDR10+ // Luminance : De 0.005 à 1000 nits

Bande-son : Japonais DTS:X (core DTS-HD MA 7.1), Japonais DTS-HD MA 5.1, Japonais DTS 2.0, Japonais DTS Headphone:X
Sous-titres : Japonais, Anglais

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Expert HDR)

Un enchantement de tous les instants qui touche des sommets inaccessibles au pourtant très beau Blu-ray. Doté d'une définition aussi irréprochable et de détails à peine plus précis, ce transfert UHD HDR10+ s'avère être beaucoup plus magique grâce à l'apport très visible des technologies WCG et HDR. Les couleurs flamboyantes sont encore plus riches, les contrastes soignés sont encore plus solides et les sources lumineuses gagnent en éclat (la lumière du jour, les rayons du soleil à travers les bois, la lueur de la « vol-de-nuit » et les flammes n'en sont que quelques exemples). Foncièrement impeccables même si l'apport en résolution ne saute pas aux yeux, les images de ce 4K Ultra HD rendent pleinement justice au travail accompli sur l'animation.

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d'écoute DTS:X)

Équilibré, énergique et foisonnant d'éléments acoustiques en tous genres, ce mixage DTS:X impressionne durablement. D'une clarté assez incroyable, il est également pourvu d'une spatialisation soignée, d'une scène aérienne aventureuse (la faune et la flore, le mouvement de l'air, l'usage de la magie, des explosions, etc.), d'un score parfaitement restitué et de basses étonnantes (ça cogne parfois fort). Comparativement à tous les films d'animation que j'ai pu tester, cette bande-son est tout simplement la meilleure que j'ai écouté !

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 7212
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace
  • online


Retourner vers 4K Ultra HD, Blu-ray & VOD

 
  • Articles en relation
    Dernier message