Test HCFR des casques audio PSB M4U-1 & M4U-8 et écouteurs M4U-4

Test HCFR des casques audio PSB M4U-1 & M4U-8 et écouteurs M4U-4

Compte-rendu de Julien_cleriensis :

 

Présentation :

Aujourd’hui c’est au tour des casques PSB que se porte mon attention. J’ai eu la chance et le loisir de tester pour vous trois modèles, deux modèles circum-auraux fermés, les M4U-1 et M4U-8 et un modèle intra le M4U-4.

PSB est une marque canadienne qui mérite que l’on s’y intéresse de près. Je dois dire que je ne m’attendais à rien, j’étais totalement étranger à cette marque dont je n’avais jamais entendu parler, et je dois dire que j’ai été très agréablement surpris.

La fabrication est bonne, en plastique certes, mais de bonne qualité, avec des pads en cuir qui semble de belle facture, pour le tarif assez contenu c’est du tout bon. De plus tous les éléments “critiques” sujets à cassure sont en métal (comme les articulations et les charnières).

 

M4U-1 :

Le M4U-1 est un casque passif fermé que l’on trouve autour de 200 €, l’isolation est bonne, il est moyennement léger ( autour de 300 grammes), mais rien de rédhibitoire et tout à fait adapté pour un usage nomade, il isole bien et tient bien la tête. J’ai pu lire ça et là qu’il était léger en basse… alors soit le modèle que j’ai eu entre les mains était atypique, soit j’en perds mon latin.. 20hz à plat, me semble pas être léger en basse. La signature est assez équilibrée pour un fermé, dès les premières minutes d’écoute on sent que le casque est précis, a des timbres cohérents et relativement fidèles qui laissent supposer une belle maitrise de l’amortissement, on sent juste une petite pointe de dureté dans la transition médium-aigu et on pourrait souhaiter une image un peu moins congestionnée ( peut-être trop amorti justement ?), chose qui est très difficile à avoir pour un fermé. L’appairage est correct, à l’écoute au sweep, je n’ai pas observé de décentrage marqué, peut-être léger dans l’aigu. Le constructeur a une optique de neutralité pour ce casque ça me semble tout à fait évident et mérite d’être souligné.

Tous les styles passent très bien, de l’orgue à l’orchestre symphonique en passant par l’électro, signe d’une signature globale équilibrée, sans typicité outrancière. J’avoue que j’ai hésité à en commander un pour faire mes prises tant je l’ai trouvé convaincant dans son équilibre et son rendu global, ajouté à sa bonne isolation et à son prix très doux c’est un casque plus que hautement recommandable. J’ai pu le comparer à mon Fostex TH-610 et à un Final Audio Sonorus VI. Le Fostex présente des basses légèrement en avant par rapport au PSB, mais a un bas-médium plus fondu au reste du spectre, il a une meilleure linéarité globale, mais isole moins bien. Le Final est beaucoup plus typé avec un médium en avant et une plus grande aération mais un aigu artificiel. Des trois le Final est le moins équilibré, sans aucun doute, et les trois casques jouent dans la même cour techniquement, alors que leur gamme tarifaire les dissocie pourtant clairement, du simple au triple. Reste que pour le Fostex et le Pandora, les matériaux sont plus nobles et le style plus raffiné.

 

Mesures avec préambule :

Il est toujours très délicat de mesurer un fermé, encore d’avantage qu’un ouvert, le moindre déplacement sur le banc de mesure et les résultats varient sensiblement, surtout pour le grave ( un mauvais couplage et il disparait ) et la zone critique des 3-6 khz qui correspond à la zone de résonance de la conque de l’oreille couplée au pavillon. Si l’axe varie, en milieu clos, les résonances changent, comme le fait une pièce, car le “cabinet” (chambre acoustique d’un casque fermé) se comporte comme une pièce, les perturbations ont lieu plus haut en fréquence que pour une pièce, car les dimensions sont plus petites, mais les principes acoustiques sont les mêmes. J’ai donc effectué 4 lots de mesures par canal, les mesures de réponse fréquentielle sont la moyenne de ces 4 mesures. J’ai utilisé comme amplificateur, la sortie casque de mon interface merging, très rigoureuse et d’une puissance suffisante pour les PSB. Mon banc de mesure est un miniDSP EARS modifié, de manière à supprimer les résonances à l’intérieur des conduits silicone. Nos conduits sont tout sauf réguliers… j’ai bien évidemment complètement retravaillé ma courbe compensatoire en supprimant la compensation à 2-3 khz correspondant à la résonance des conduits et en affinant les résonances conchéennes et pavillonnaire en mixant les mesures glanées sur le net à ma propre morphologie et perception.. Les mesures restent TOUJOURS indicatives et discutables dans l’absolu, mais sont un étalon comparatif relativement fiable.

 

Mesures du M4U-1 :

Réponse fréquencielle du PSB M4U-1. 1Khk à 90db. Average. 70db range.

 

Réponse équilibrée, l’aigu chute un peu vite, mais il y a un artefact au dessus de 15khz pour le canal gauche (bleu) du à la latence lors de la mesure ( parfois j’ai ce phénomène..)

THD canal gauche @ 1khz pour 90db. M4U-1

 

THD très maîtrisée, inférieure à 0.2 % sur la majorité du spectre, un peu plus élevée dans le grave mais sans doute du d’avantage au bruit ambiant dans la pièce de mesure qu’au casque lui-même.

 

 

 

 

 

Canal Gauche, 1000 hz à 90db. 40db range, seuil à 60db.

 

Pour le CSD, on voit une belle maîtrise de l’amortissement pour un fermé, la chute est nette et rapide, deux zones problématiques qui résonnent, la transition haut-médium/aigu (5-6 khz) qui donne un rendu un peu vert parfois à l’écoute et une zone dans le sur-aigu vers 14khz… plus beaucoup de gens entendent avec acuité à cette fréquence, donc rien de bien ennuyeux. Bonne maîtrise technique pour ce casque M4U-1.

 

 

M4U-8

Plus avancé dans la gamme du constructeur, le M4U-8 se distingue du 1 par un poids un peu plus conséquent et une couleur plus sobre, ainsi qu’un tarif plus élevé autour de 400 €. Poids plus conséquent car le M4U-8 embarque un DAC intégré ainsi qu’un réducteur de bruit actif. Il est connectable via USB ou en bluetooth. Le gros point fort face à la concurrence, c’est que le casque fonctionne également en passif, donc si vous tombez à court de batterie, pas de soucis, avec un DAP assez puissant vous pourrez continuer à écouter de la musique, mais bien sûr en liaison filaire traditionnelle, plus d’USB ni de Bluetooth. Comme vous le savez peut-être déjà si vous me lisez, je ne suis pas un grand fan des réducteurs de bruits actifs ( ANC ) car mon oreille interne les supporte mal. Ici l’expérience fut moins douloureuse que pour l’AKG N90Q, mais pas bien agréable non plus. Ce que je note, c’est que l’ANC est efficace pour le grave et médium, très efficace même.. mais beaucoup moins pour l’aigu.. j’ai même la sensation paradoxale que le casque isole mieux l’aigu en passif qu’avec l’ANC activé, comme si l’opposition de phase n’était pas efficace dans les plages supérieures et que du coup on entendait la repisse du micro directement dans les oreilles… bref.. je me contenterai d’un isolement passif, comme d’habitude. Celui-ci me semble un tout petit peu moins bon que sur le M4U-1, sans doute due à l’électronique embraquée dans un si petit volume.

Question signature sonore, c’est moins rigoureux que le M4U-1, plus typé “hifi” dans le sens actuel du mot, on note aussi un changement conséquent de signature entre un usage passif, actif et actif avec ANC.. l’ANC apporte toujours son lot d’altération, donc pas bien surprenant, mais par contre il est beaucoup plus surprenant de voir que la signature change selon que le casque utilise son propre DAC et sa propre amplification ou qu’il est totalement passif. En passif, le casque sonne assez rond, avec un grave en retrait et un bas médium un peu opulent, le léger retrait de la plage de fréquence critique des 3khz lui donne une douceur et un léger manque de contour, l’aigu est assez juste en niveau, mais la transition entre médium-aigu comme le M4U-1 n’est pas tout à fait fondue.. une écoute relaxe, pas désagréable, mais pas tout à fait naturelle.. En actif le caractère change, le casque devient plus analytique, le grave est trop en retrait face à un haut-médium aigu qui prend trop de place, l’équilibre par compensation qu’apportait le bas-médium un peu rond en passif ayany disparu.. le pic transitionnel médium/aigu devient assez prégnant, ça coince sur les enregistrements de proximité.. une écoute monitoring dans le mauvais sens du terme. l’ANC bouleverse complètement la signature, creuse les médiums, gonfle les basses, une signature très maigre et boomy à la fois , je n’aime pas du tout… on a affaire à un autre casque.. la distortion augmente beaucoup dans les zones critiques ( haut-médium ) mais par contre diminue dans les graves ( plus par réduction du bruit ambiant que par performance brute du driver.. ).

J’ai noté un fort bruit de fond en liaison USB versus Bluetooth, rendant celle-ci inutilisable. Il est pourtant spécifié sur le manuel que la liaison USB peut être utilisée pour une connexion audio via le PC. Dommage…

 

Mesures du M4U-8 :

M4U-8, réponse fréquencielle G/D en mode passif. 70dB range.

M4U-8, réponse fréquencielle G/D en mode actif sans ANC, liaison bluetooth. 70dB range

M4U-8, réponse fréquencielle G/D en mode actif avec ANC. 70dB range

 

En mode passif, la réponse fréquentielle me semble globalement la plus équilibrée, bien qu’un peu typée. 

Le mode actif a un équilibre trop montant à mon goût, avec la zone médium en retrait par rapport au haut-médium/bas aigu. L’écoute est vite fatigante, trop dégraissée.

L’activation de l’ANC ( Active Noise Correction ) donne une proéminence des graves et renforce la zone très sensible du haut-médium… le résultat est assez douloureux pour mes oreilles sensibles.. surtout sur la plage 3-4khz.. ce serait un peu le défaut du HD600 exacerbé.

Concernant la distorsion, pas de changement majeur entre l’usage passif ou actif,

THD @1khz 90dB. amplification active

THD @ 1khz 90dB. Amplification passif via sortie casque Merging Hapi

 

On en déduit que la partie amplification et DAC est de bonne facture, car à peu près au niveau de celle de mon interface Merging.

THD @ 1khz 90db

 

En revanche l’activation de l’ANC triple la distorsion dans les plages les plus critiques du médium/haut-médium. On reste toutefois en dessous du 1 %. En revanche, dans le grave, l’isolation étant meilleure, la distorsion est plus propre.

 

 

 

Les CSD sont assez intéressants à l’analyse. L’activation de l’ANC engendre de la ring modulation sur la réponse impulsionnelle, du post-ringing et du pre-ringing (visible sur l’impulse et le CSD), le DSP doit travailler en phase linéaire vraisemblablement.

CSD, canal gauche, amplification active

CSD, canal gauche, avec ANC activé, l’ondulation post impulse est bien visible…

CSD, canal gauche, amplification passive, via Merging Hapi

 

 

Le grave en retrait de l’amplification active être visible par un plus grand amorti dans la zone bas-médium. En règle générale, l’impulse est plus nette, un travail plus optimisé sans doute de la partie amplification. Mais pourquoi diable ce changement net dans la réponse fréquentielle ? trop de contre réaction ? sans doute…

 

 

M4U-4 :

Intras à technologie hybride, transducteur dynamique pour le médium/grave et armature équilibrée pour l’aigu.

Ces intras sont é-pa-tants !! j’ai beaucoup aimé.. j’ai un peu galéré avec les embouts avant de trouver le bon, car assez facilement le grave peut s’envoler ou disparaitre. Ils sont un peu volumineux, j’avais peur qu’ils soient inconfortables mais non.. ils n’ont pas une tenue aussi précise à l’oreille que les ES3 d’Earsonic ( on peut carrément faire un sprint avec ceux là.. ) malgré un positionnement par dessus l’oreille.. Mais bien chaussés, ils sont d’un naturel confondant pour des intras. Une signature équilibrée, un aigu un poil granuleux ( petit défaut ) mais qui me semble juste en niveau bien qu’il semble couper assez vite ( pas grand chose au delà de 11-12 khz.. comme c’est le cas avec la majorité des intras que j’ai eu). L’image est très convaincante avec beaucoup de profondeur et de réalisme, je me suis donc penché sur la question et il semble que PSB ait breveté un système ROOMFEEL, qui agit comme un filtre HRTF (Head room transfer file ) et je dois dire que ça marche bien ! J’ai regardé un film avec, plongé dans l’histoire on oublie complètement que l’on a des intras et l’on croit être dans une salle de cinoche, mais avec un super son ( ce qui est rarement le cas d’une salle de cinoche publique… ). Des graves propres, impactants, pas démesurés… Ils sont vraiment un coup de coeur.. j’en achèterai bien une paire… on a juste un peu de frustration sur la capacité à définir des contours, des micros détails et à donner une plénitude harmonique sur des instruments complexes comme peuvent le faire des grands casques.. mais je crois que pour l’instant c’est la limitation technique de si petits drivers.

Je n’ai pas pu les mesurer, car j’ai du modifier mon miniDSP EARS pour améliorer la précision des mesures en positionnant les micros à l’affleurement de la conchée.. donc plus de place pour y glisser un intra.

 

Conclusion :

PSB connait son affaire, ils ne fabriquent pas des casques au hasard, certes je suis un peu déçu par le M4U-8, j’attendais une bombe vu les prestations du petit frère, finalement on tombe dans un casque plus gadget que fidèle, l’évolution des attentes sans doutes, c’est vrai que le bluetooth c’est pratique.. mais ça ne marche pas encore assez bien pour prétendre équiper un casque HIFI. Quant à la liaison USB via PC, vu le souffle c’est pour moi inutilisable. Bref.. pas totalement convaincant.

En revanche le “petit” M4U-1 est vraiment super, bonne performance, écoute assez équilibrée, bien construit, on sent que le coût est maîtrisé et on a mis l’investissement là où il faut. Ces intras PSB M4U-1 sont formidables, très naturels et plaisants avec une excellente immersion.. j’attends de la part de ce constructeur des ouverts, et un fermé plus HDG mais pitié, sans bidule technologique.. un bon fermé passif avec des performances au top !!!

Et à la prochaine les amis.

Julien_cleriensis
HCFR – Décembre 2018

 

 

– lien vers le sujet HCFR dédié aux casque PSB : http://www.homecinema-fr.com/forum/casques-haute-fidelite/psb-speakers-ce-sont-des-enceintes-mais-aussi-des-casques-t30089291.html

 

 

Partager :