Test HCFR des casques audio PSB M4U-1 & M4U-8 et écouteurs M4U-4

Test HCFR des casques audio PSB M4U-1 & M4U-8 et écouteurs M4U-4

Compte-rendu d’Eric_dub :

 

Le PSB Speakers M4U 8

Pour un amateur de vieux casques donc mon genre, ce PSB Speakers M5U-8 est peut-être aussi étrange qu’une brosse à dents pour une poule (ou qu’une paire de botte pour un escargot, ou tout ce que vous voudrez comme comparaison). Un casque, jusqu’à il y a peu, c’était rien qu’un bidule à brancher sur une prise casque, sur son intégré ou un sur un ampli casque, avant de s’installer dans son fauteuil préféré pour écouter, confortablement installé, de la musique chez soi. Mais les jeunes générations étant sans arrêt en train de bouger, de faire du sport ou de prendre le métro, c’est sûr que ça n’était pas vraiment pratique… Les dix dernières années ont ainsi connu un développement de l’écoute au casque à la fois nouvelle et sans précédent dans son ampleur – nouvelles parce que, même s’il est vrai que les walkman, par exemple, de chez Sony, ont permis de se balader en écoutant des K7, puis des CD, puis des MD, le couplage entre “petits” lecteurs portables, et surtout smartphones, dématérialisation et décodages divers et variés permettent, de nos jours, de se transporter n’importe où, avec une bibliothèque musicale considérable, et de d’écouter de la musique dans une qualité exceptionnelle. Qui plus est, beaucoup de casques embarquent désormais ce qu’il faut pour proposer eux-mêmes des possibilités techniques enviables.

Tel est le cas du PSB, casque sans fil blouschtroumpf, capable de décoder les codec apt-X-HD ainsi qu’apt-X, AAC et SBC, et donc de lire des fichiers jusqu’à la résolution 24/48, et embarquant un système ANC (réduction active de bruit), qui est plus spécialement conçu pour venir compléter un smartphone en lui ajoutant ses propres qualités hifi. L’appairage est, en effet, de type NFC et je n’ai eu aucun mal à le relier à mes smartphones (Sony Z1 et et XA1). Il est, de plus, doté d’un système de 4 micros permettant un mode “transparence” (écoute des sons extérieurs: même si ça ne doit inciter personne à l’utiliser en faisant du vélo ou en conduisant quelque véhicule que ce soit!) et, bien sûr, de prendre ses appels depuis le casque sans avoir besoin de chercher le téléphone au fond de ses poches…

C’est un modèle fermé, de sensibilité élevée (102db/V) et d’impédance basse (32 Ohms), ce qui permettra aussi de le relier en filaire à une autre source, comme un DAP (un câble mini-jack de 1,5m est inclus et peut se brancher, au choix, sur l’oreillette droite ou gauche du casque). Il se recharge via une prise USB (temps de charge annoncé : 4h pour une autonomie annoncée à 15h ; un câble USB de 1,5m est inclus). Son poids de 342g ne laisse certes pas indifférent (il ne se glissera pas dans une poche sauf si l’on est du genre kangourou), mais, une fois en place, il se laisse oublier relativement facilement. Un étui de transport, des coussinets de rechange et un mode d’emploi (en anglais, une fois de plus : à peine un petit résumé en français – ce qui est très pénible car il faudra aller chercher le Mode d’Emploi sur le site*) sont fournis. Son prix constaté d’environ 400€ le situe dans une gamme qui, sans être particulièrement accessible financièrement, reste malgré tout encore à la portée des passionnés qui veulent s’offrir une “folie”.

J’ai donc décidé de l’emmener en forêt quand je vais promener le chien (à moins que ça ne soit l’inverse, évidemment), après avoir pris soin de solliciter mon petit abonnement qobuz (et utilisé la fonction de chargement pour écoute locale, histoire de ne pas être ennuyé par la 0-G sylvestre).

Et donc, j’ai écouté quelques morceaux pendant que le chien faisait l’andouille dans les buissons (et non l’inverse!).

En commençant par le sixième morceau de l’album Venezia Millenaria, très bel album de Jordi Savall sorti vers la Noël passée, intitulé Hymne pour les Services des Matins :
https://www.qobuz.com/fr-fr/album/musica-nova-jordi-savall/nkkakc91s2txa
L’écoute est très douce, agréable et bien détaillée – et, bien évidemment, le couplage avec mon téléphone permet d’obtenir le volume et l’amplitude désirée. Tout au plus puis-je peut-être noter un petit manque d’aération dans le haut médium ou le bas aigu – une sorte de tassement, plus nette encore si l’on enclenche la réduction de bruit (procédé qui, vu le peu de métros et de trains qui passent en forêt n’est pas d’une grande utilité, surtout que le chien est quand même moins bruyant).

Pour suivre: Pavane del Re tiré de l’album de Musica Nova sorti au printemps passé https://www.qobuz.com/fr-fr/album/musica-nova-jordi-savall/nkkakc91s2txa
Ce casque procure une très belle assise dans le grave, même si j’ai un peu l’impression d’une sorte de flou dans le haut grave. D’autre part, si l’aération dans le haut du spectre est enviable, cela pourra être ressenti comme une exagération – ou comme un avantage, selon les goûts. Quoi qu’il en soit, on s’y habitue très facilement.
À noter que, comme très souvent, le système de réception une fois connecté au smartphone émet des petits “plops” lorsque que l’on utilise les commandes de navigation sur l’application de lecture (lesquels sont assez désagréables à fort volume). L’autre bémol, c’est que, si le casque est bien un circum-aural, il est plutôt calculé pour très petites oreilles (ou alors les miennes sont trop larges), et il semble un peu hésiter à se transformer en supra-aural. Ce qui veut dire que, selon la morphologie, le confort n’est pas totalement garanti sur des écoutes de longue durée.

Toujours de Musica Nuda, tiré de l’album Little Wonder, les deux morceaux : Tout s’arrange quand on s’aime et La vie en rose, me permettent de lever les petites réticences éprouvées sur Savall. https://www.qobuz.com/fr-fr/album/little-wonder-musica-nuda/0825646105182
C’est décidémentun casque très agréable à l’écoute, et qui, par rapport à mes intra habituels (AKG N40), me donne une impression de plus grande transparence et de plus d’aération dans le haut du spectre. Le PSB donne un résultat pour ainsi dire plus “organique”, en particulier dans ce registre. C’est donc une question de goût, d’autant que cette impression de présence et de beaucoup d’aération dans l’aigu ne me paraît pas tenir à une carence dans le grave ou dans le médium qui, pris en eux-mêmes, m’ont l’air, au contraire, assez linéaires.

Passons à un style très différent avec, tiré de l’album Plutôt Guitare (plus de 16 ans d’âge !), de Maxime le Forestier, Comme un Arbre dans la ville, puis Éducation sentimentale, Fontenay Aux Roses, et La Rouille : de la bonne vieille ballade dans les habits neufs de ce Live qui fait partie de mes préférés. https://www.qobuz.com/fr-fr/album/plutot-guitare-maxime-le-forestier/0060253749011
Là, j’ai une petite impression de matité sur la voix et d’un peu trop d’appui sur les cordes graves (des guitares). Mais tout passe agréablement. Sur le dernier morceau, je passe en filaire, et je trouve que c’est un peu mieux dans l’aigu, même si l’appui dans le haut grave reste audible (N.B. la corde de Mi grave de la guitare est un mi2 qui vibre vers 82/83Hz, le La 440Hz étant obtenu sur la chanterelle, 5è frette). J’ai ultérieurement vérifié avec un enregistrement de l’une de mes guitares et entendu un petit déséquilibre, qui participe à la rondeur d’ensemble. Reste que le système sans fil est de très bonne qualité : repasser du filaire au sans fil n’entraîne pas de sentiment de “perte”.

Enfin, pour terminer, un petit passage par l’album de Pink Floyd, Pulse, live sorti en 95 tiré de la tournée de Division Bell (album de 94) : le morceau High Hopes (que j’ai aussi ensuite écouté dans la version du Live à Pompei sorti à l’automne 2017 après le concert de l’été 2016.
https://www.qobuz.com/fr-fr/album/pulse-pink-floyd/0724383270057
https://www.qobuz.com/fr-fr/album/live-at-pompeii-david-gilmour/0886446631301
Je retrouve la même impression d’un haut du spectre un peu coloré, du moins selon mes critères habituels, mais sans que ça entraîne quelque désagrément à l’écoute. Sur ce type de musique on oublie vite ces détails et on peut goûter un son immersif et une écoute sans frustration particulière.

 

Conclusion

Quoi dire en conclusion, sinon que ce casque est réellement une très bonne surprise. Versatile, fait pour le déplacement, totalement interfaçable avec son smartphone, dont il dépasse les limitations propres, il offre une qualité d’écoute très enviable et réalise l’une des possibilités de ce que l’on peut appeler la hifi nomade.

 

Eric_dub
HCFR – Décembre 2018.

 

 

– lien vers le sujet HCFR dédié aux casque PSB : http://www.homecinema-fr.com/forum/casques-haute-fidelite/psb-speakers-ce-sont-des-enceintes-mais-aussi-des-casques-t30089291.html

 

 

 

Partager :