Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Essai de synthétisation : choisir et optimiser un système

Message » 02 Mar 2005 18:51

Bonjour à tous.

Je vous lis depuis de nombreux mois maintenant mais n'intervient qu'avec beaucoup de parsimonie, c'est à dire presque jamais... ;)
Je suis passionné (drogué ?) de hi-fi depuis plus de quinze ans, et j'essaie tant bien que mal, comme beaucoup ici je le suppose, d'atteindre le "graal".
Quinze années donc, passées à arpenter les auditoriums, à lire la presse "spécialisée" ;) , à discuter avec des passionnés et à faire évoluer mon matériel. Ce dernier se compose aujourd'hui d'un lecteur CD Primare D30.2, d'un ampli Musical Fidelity x-150 et d'une paire de Dynaudio Audience 52se. Ce système me donne entière satisfaction, même si, avouons-le, il m'arrive encore parfois de rechuter et de rêver à ce que je pourrais avoir plutôt que de profiter de ce que j'ai...
Ah, fichu passion ! :)

Il y a quelques semaines, un ami m'a proposé de l'aider à s'équiper. Il n'y connaissait rien en hi-fi et comptait sur ma relative expérience pour gagner du temps et ne pas se tromper. Pour l'aiguiller, je me suis alors mis à rédiger une sorte de guide pratique de l'acheteur hi-fi, censé l'aider à mieux cerner ce monde complexe (qui a dit "secte" ? ;) ) et, accessoirement, à mieux choisir son système.
En rédigeant ces quelques conseils, je me suis alors pris au jeu, et j'ai voulu en faire un papier plus complet que ce que j’imaginais au départ. Ce qui ne devait être que de simples conseils est devenu une sorte de synthèse de mon expérience personnelle, basée sur des écoutes, des discussions, des rencontres ou des lectures. Je vous avoue avoir pris du plaisir à écrire ces quelques lignes (qui a dit « thérapie » ? ;) ).

J’ai décidé aujourd’hui de vous soumettre mes réflexions, que j’ai intulées : « La Haute-Fidélité : comprendre, choisir et optimiser ». Ces réflexions personnelles s'articulent autour de 2 axes : le matériel et l'acoustique.

La parole est à vous : simples convictions personnelles absolument pas fondées ou, au contraire, ébauche d’une « définition » faisant l’unanimité ? Tissu d'anêries ou pas ? Seules vos remarques me permetteront de répondre à cette question, et donc de corriger et d’étoffer mon texte…

C’est parti !


1- LE MATERIEL

a/ Principes de base (les ignorer, c’est se mettre en grand danger…).

Un système est toujours limité par son maillon le plus faible. Homogénéité et équilibre sont donc les mots-clés au moment du choix. Ne pas oublier que l’acoustique du local fait partie de ces maillons (voir plus bas)…

De la bonne association des différents maillons dépend en grande partie le « résultat » final. Cette « entente » doit être « physique » (comme par exemple la capacité d’un ampli à « driver » une enceinte), mais doit aussi être, et c’est là tout l’art (le problème ?) de la hi-fi, « comportementale ». Associer un ampli « montant » à une enceinte qui a la même tendance, c’est prendre le risque de se retrouver avec un système trop porté sur les hautes fréquences, donc « agressif ».

Le principal souci, évidement, est que nous avons tous une sensibilité différente et des goûts différents :

- ce qui est « montant » pour l’un ne le sera pas forcément pour l’autre…
- certains recherchent une « transparence » et une fidélité absolues pendant que d’autres mettent en avant le caractère suave et la « matière » de la musique, quitte parfois à accepter certaines « colorations »…

En partant du principe que la reproduction parfaite n’existe pas, la hifi est donc une « histoire sans fin ». Le danger est alors de tomber dans le matérialisme, d’écouter son système au lieu de se concentrer sur la musique. Apprendre à se contenter (non, à apprécier !) ce que l’on a, savoir parfois prendre du recul par rapport au milieu (presse, forums, magasins…) et à ses soi-disant « gourous », sont des mesures radicales pour éviter de tomber dans la frustration la plus totale de la longue quête sans fin qui mène à l’insatisfaction.

b/ Choisir un maillon ou un système.

La seule façon valable de critiquer un appareil est de l’écouter ensemble (les auditeurs), au même moment, dans une même pièce (bonne acoustique si possible), sur plusieurs systèmes différents, et avec des points de comparaison en tête (une sorte de « culture hifi », d’expérience).
Si on veut comparer deux maillons, il faut respecter les règles ci-dessus, tout en ne sachant pas quel est le maillon en service au moment de l’écoute (écoute « en double aveugle »).

Mais même en respectant ces principes, on ne peut aboutir à une conclusion définitive (unanime) pour un produit. Question de sensibilité personnelle, encore une fois. En regroupant les différentes opinions / critiques on peut alors néanmoins « cerner » un produit de façon plus fiable, le sélectionner en tant que « choix possible », imaginer son association avec des appareils « triés » selon la même démarche…

Au moment du choix, toutefois, ce sont nos propres oreilles qui doivent faire la différence et avoir le dernier mot. Pour minimiser les risques, il faut toujours écouter un produit avec ceux qui lui seront associés, et si possible dans la pièce d’écoute où le système sera installé.

Aussi, même si la subjectivité règne en maître, quelques critères d’écoute objectifs (ou presque…) peuvent (doivent) être préconisés. Ecouter un maillon / système, c’est donc prêter attention à :

- La lisibilité des micro-informations (les détails) : Les signaux enregistrés à un faible niveau ne doivent pas être occultés.
- La bande passante : la capacité du système à reproduire une grande partie du spectre sonore, des fréquences les plus basses (diffciciles à « atteindre ») aux fréquences les plus hautes.
- La dynamique : la capacité du système à reproduire les écarts entre les sons les plus faibles et les sons les plus forts
- La rapidité : la capacité du système à donner vie à la musique (une batterie ne doit pas « traîner »). Là encore, c’est dans le grave que cette qualité est la plus difficile à obtenir.
- La véracité des timbres : la reproduction d’un instrument doit se rapprocher de sa sonorité réelle (encore faut-il en avoir une juste représentation…). Attention aux sifflantes, par exemple.
- L’image stéréophonique : la reproduction du message dans les trois dimensions (hauteur, largeur, profondeur), la localisation des différents interprètes…
- Le contrôle : la capacité du système à supporter un niveau élevé (si vous en avez le besoin)

Certains, parfois qualifiés d’ « objectivistes », accordent aussi une relative importance aux mesures au moment du choix. Ces mesures, indispensables (la puissance de l’alimentation d’un amplificateur, la courbe d’impédance d’une enceinte, sa réponse impulstionnelle…), doivent effectivement être prises en considération, mais ne peuvent prétendre être un critère de choix à elles seules.

Ce chemin parcouru, on peut alors éliminer quelques prétendants de plus et donc réduire le champs des possibilités. Le reste, c’est une question d’association, d’acoustique et… de coup de cœur (oui, c’est donc la subjectivité qui l’emporte !).

c/ Quelques « vérités » :

- Chaque appareil est différent.
- Chaque marque a une signature, chaque gamme a des caractéristiques propres, mais attention aux mauvaises surprises…
- Un appareil hors de prix peut être un échec complet, même dans l’absolu.
- Une enceinte de « bibliothèque » ne peut donner sa pleine mesure que sur un véritable pied. La taille de ce dernier doit placer le tweeter de l’enceinte au niveau de l’oreille de l’auditeur.
- La plupart des enceintes « colonne » nécessitent un minimum d’espace pour s’exprimer correctement.
- Il faut éviter de superposer les éléments les uns sur les autres. Investir si possible dans un support dédié (attention, même un meuble peut, dans certaines proportions, avoir une signature sonore…)
- Les vibrations sont les ennemis des appareils hi-fi.
- Plus on monte en gamme, moins le gain saute aux yeux. Reste à chacun à se trouver la bonne « limite », en fonction de ses attentes et de son budget.
- Un ampli à tubes n’est pas forcément « chaud » et « mou », de même qu’un ampli à transistor ou un appareil numérique n’est pas forcément « froid » et « vif »… Halte à la caricature et place à l’écoute !
- « Le vinyle est mort ! ». « C’est faux, le cd ne lui arrive pas à la cheville ! ». Voilà un débat sans fin. Essayons plutôt de tirer le meilleur de chacun des supports, qui ont chacun leurs points faibles…
- A prix équivalent une colonne n’est pas forcément supérieure à une bibliothèque.
- Associer des maillons réputés, voire récompensés par la presse, n’est pas un gage de qualité. Le « lecteur de l’année » ne se mariera peut-être pas avec « l’ampli de l’année ».

d/ Les câbles

Règle d’or : ne jamais dépenser une fortune dans les câbles. Ne pas les négliger pour autant…
Il est souvent « dit » (et accepté) que le budget câble idéal est de l’ordre de 10% du montant global du système.
Les acheter « après coup », pour peaufiner l’équilibre tonal, la dynamique, l’image…
Un câble n’améliore pas un système ; il ne fait que l’ « aider » à s’exprimer. Si le système et l’acoustique du local sont cohérents, le câble doit donc être le plus transparent et le plus neutre possible.
Eviter les grandes longueurs. En théorie, plus un câble est court, moins le signal subit de perturbations.
Le bicâblage est, selon la conception du filtre d’une enceinte, une pure opération marketing ou, au contraire, un investissement d’un raport qualité/prix pouvant aller d’intéressant à bluffant. Même remarque pour la biamplification passive.


2- L’ACOUSTIQUE

L’acoustique d’un local est le maillon déterminant d’un système, celui qui a sans doute le plus d’influence sur la reproduction musicale. Inutile donc d’acheter une chaîne haut de gamme sans avoir pensé à l’acoustique de la pièce qui va l’accueillir.

a/ Positionnement des enceintes.

Première règle : chaque pièce est différente  aucune vérité absolue !
Deux écoles néanmoins : le triangle équilatéral ou, plus répandu, le rapport 1,5 (la « hauteur » du triangle doit être 1,5 * supérieure à l’écartement des enceintes). La vérité est-elle entre les deux ?
L’auditeur doit être à « équidistance » de chaque enceinte dans un système multicanal (centre d’un cercle)
Eviter les coins, qui créent des résonances. Eloigner une enceinte du mur dégraisse le grave, ce qui permet souvent de gagner en définition, transparence et surtout dynamique. Attention toutefois à ne pas tomber dans l’excès inverse, avec une écoute trop dégraissée. En règle générale, il convient d’éloigner les enceintes de chaque mur d’au moins 1mètre. Certaines enceintes (notament certaines « bibliothèques ») recquièrent néanmoins la proximité d’un mur pour restituer un niveau de grave raisonnable
Un caisson peut (doit ?) être rapproché (collé ?) d’un mur. Il semble préférable de ne pas le placer au centre d’une pièce, mais plutôt vers les murs latéraux. Utiliser deux caissons facilitent grandement les réglages, car évite la plupart des problèmes de résonance.

b/ Traitement du local.

La pièce idéale doit être « semi réverbérante » : ni trop absorbante (ambiance étouffée), ni trop réfléchissante (ambiance agressive). Elle n’est ni en forme de carré, ni en forme de cube. Une forme rectangulaire, bien que loin d’être idéale, est en revanche acceptable. Ses murs opposés ne doivent pas être parallèles.
Si, en tapant des mains dans le local, un phénomène d’écho se produit, la pièce est sûrement trop réfléchissante.
Faire appel à un professionnel peut être salvateur, mais tout le monde ne dispose pas des moyens nécessaires… Heureusement, de nombreuses « recettes miracles » existent :
Positionner un tapis (ou moquette) absorbant entre les enceintes et le point d’écoute limite les réflexions premières et amèliore la précision de l’image stéréophonique.
Il faut essayer d’altérner les surfaces réfléchissantes (comme un mur nu de placo ou de béton, théoriquement) et celles absorbantes, par exemple en plaçant des rideaux (propriété absorbante) à certains endroits de la pièce (surtout pour cacher les vitres, qui sont réfléchissantes). En général, il est conseillé que le mur derrière les enceintes soit absorbant (LDR, moquette) et que le mur faisant dos à l’auditeur soit réfléchissant (« live end, dead end »). De même, si le sol est absorbant, le plafond devra être réfléchissant. En revanche, il faut garder une certaine « symétrie » pour l’acoustique des murs latéraux : il est conseillé de rendre la partie avant de ces murs (le premier tiers en partant du mur derrière les enceintes) absorbante, et l’autre partie réfléchissante. Il faut enfin éviter de placer un meuble entre les enceintes (ce dernier jouant alors le rôle d’une surface réfléchissante) ou une table basse entre les enceintes et l’auditeur.
Les installations multicanales, de part la multiplication des sources émissives, sont encore plus complexes à mttre en œuvre. Elles réclament souvent une acoustique plus mate qu’un système stéréo. L’enceinte centrale, notament, pose problème, car le son direct qu’elle émet et le son réfléchi convergent dans une même direction. Une seule solution : placer un objet réfléchissant et diffusant derrière le point d’écoute, pour renvoyer le son dans une autre direction.

c/ Isolation du local.

L’isolation acoustique ne doit pas être confondue avec le traitement acoustique. Isoler acoustiquement une pièce, c’est empêcher les nuisances sonores extérieures de s’infiltrer dans celle-ci, mais c’est aussi permettre aux voisins de pouvoir dormir paisiblement s’il vous prend d’écouter un morceau de techno en pleine nuit…
Pour cela, une solution radicale : « la boîte dans la boîte », c'est-à-dire créer une nouvelle pièce dans votre pièce, à l’aide de laine minérale et de placo, et en prenant soin de laisser un vide d’air de quelques cm. En profiter pour casser le parallèlisme des murs, de façon à améliorer les propriétés acoustiques du local.


Dernière édition par Phrensoi le 13 Oct 2005 21:06, édité 2 fois.
Phrensoi
 
Messages: 62
Inscription: 14 Oct 2003 18:43
  • offline

Annonce

Message par Google » 02 Mar 2005 18:51

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 02 Mar 2005 20:16

Salut,

Tu ne l'ouvres pas souvent mais lorsque tu le fais, ç'est intéressant.

Allez prochain post dans 2 ou 3 ans :mdr:
trenko
 
Messages: 542
Inscription: 17 Juil 2002 15:13
Localisation: 74
  • offline

Message » 02 Mar 2005 20:25

Merci, merci ;)
Des réactions ?
Phrensoi
 
Messages: 62
Inscription: 14 Oct 2003 18:43
  • offline

Message » 02 Mar 2005 20:39

Oui, si tu l'avais appelé "essai de synthèse", on aurait pu le proposer en post-it ! :-) :-)
jldhcf
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 122
Inscription: 07 Déc 2002 18:59
Localisation: R.P.
  • offline

Message » 02 Mar 2005 20:48

Bravo, excellente synthèse.


Phrensoi a écrit: En général, il est conseillé que le mur derrière les enceintes soit absorbant (bibliothèque, tapisserie) et que le mur faisant dos à l’auditeur soit absorbant (« live end, dead end »).


Je suppose que tu voulais dire réfléchissant, non ?
antoinecomte
 
Messages: 435
Inscription: 18 Avr 2002 12:25
Localisation: Lausanne
  • offline

Message » 02 Mar 2005 21:21

Il a de la chance ton ami! :wink:
Peut-être ajouter: les supports aussi ont une très grande importance, un bon système, pour peu qu'il soit analytique, ne pardonnera pas un mauvais enregistrement...
Puis si tu veux continuer dans l'esprit thèse (qui est super!) décliner les différents formats (SACD/XRCD/Gold...) et les maisons réputées pour leur enregistrement...
dofé
 
Messages: 912
Inscription: 08 Aoû 2003 13:06
Localisation: 974

Message » 02 Mar 2005 21:45

Je suppose que tu voulais dire réfléchissant, non ?


Bien vu ! Je vais corriger ça. ;)
Phrensoi
 
Messages: 62
Inscription: 14 Oct 2003 18:43
  • offline

Message » 02 Mar 2005 23:30

Pour la distance des enceintes par rapport au mur, ce ne serait pas plutôt un pourcentage par rapport à la taille de la pièce. Car éloigner de 1 mètre alors que le local ne fait qu'une dizaine de mètres carrés, c'est chaud. Non ? Simple suggestion.
[The worst foe lies within the self]
Avatar de l’utilisateur
Lulu
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 1772
Inscription: 16 Juil 2002 13:58
Localisation: Savoie
  • offline

Message » 03 Mar 2005 10:16

Je verrai bien ça en post-it en effet. Bon post qui évite nos polémiques (si fécondes d'aiileurs et qui font partie du jeu :wink: ).

a+

TEE
Le HC c'est une passion, ça permet d'apprendre le bricolage, l'électricité, la maçonnerie, mais ça n'entretient pas le bronzage ....
transeuropexpress
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3781
Inscription: 04 Sep 2003 22:08
Localisation: oise mais frontière val d'oise
  • offline

Message » 03 Mar 2005 18:18

Bien vu pour l'importance des supports, je vais essayer de rajouter ça.
Pour le post-it, pourquoi pas, mais il faudrait avant de prendre cette décision de nombreuses autres réactions, pour voir si ces quelques lignes font vraiment l'unanimité...
Phrensoi
 
Messages: 62
Inscription: 14 Oct 2003 18:43
  • offline

Message » 04 Mar 2005 18:39

Un petit up pour rester en première page.
continuez à réagir, vos remarques m'intéressent... :)
Phrensoi
 
Messages: 62
Inscription: 14 Oct 2003 18:43
  • offline

Message » 05 Mar 2005 16:43

Je pensais que mon post aurait un peu plus de succès...
Il est tellement sujet à polémiques ! :)

Personne pour me signaler que j'ai écrit une grosse connerie, voire plusieurs ? J'y crois pas ! ;)
Phrensoi
 
Messages: 62
Inscription: 14 Oct 2003 18:43
  • offline

Message » 05 Mar 2005 17:45

C'est bien, c'est un bon résumé des points essentiels lorsqu'on veut avoir unr bonne écoute, mais qu'est ce que c'est difficile à mettre en oeuvre !!!!!!!!! :roll:

Je rajoute, peut être un petit mot sur la qualité du courant ?
Highend
 
Messages: 787
Inscription: 02 Mar 2005 8:47
Localisation: Ain - La Dombes
  • offline

Message » 05 Mar 2005 18:26

"Je rajoute, peut être un petit mot sur la qualité du courant ?"

C'est noté, tout comme l'importance des supports.
Mais j'attends d'autres remarques avant de "modifier ma copie" !
Phrensoi
 
Messages: 62
Inscription: 14 Oct 2003 18:43
  • offline

Message » 05 Mar 2005 19:02

Allez un autre petit tip
L'agencement des câbles modulation/tension, source de problémes
Highend
 
Messages: 787
Inscription: 02 Mar 2005 8:47
Localisation: Ain - La Dombes
  • offline


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message