Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

JM Reynaud Concorde Signature

Message » 14 Juil 2007 16:21

Qu'en termes modérés ces choses là soient dites...

J'espère ne blesser ni n'indisposer personne par ce post. Je ne défends rien ni personne et ne fais pour la dernière fois que vous faire partager une autre passion coupable nouée récemment avec des belles enceintes, les JMR Concorde Signature.

Etant de l'ordre du goût personnel, mes propos seront d'une subjectivité évidente et affligeante et bien évidemment mes appréciations seront à nuancer avec toute la modération dont savent faire preuve les audiophiles patentés que nous sommes.

Ayant par le passé avoué une passion débordante pour un ampli le Lavardin IT, pour des enceintes différentes Tannoy D700, Klipsch RF7... dont le lecteur aura notée la versatilité des choix, je me devais d'écrire ces quelques mots pour fermer la boucle, celle de mon système et de ma recherche d'enceintes.

Ecrire sur des éléments que l'on possède soi-même et qui sont fort coûteux de surcroît peut paraître d'une vanité excessive mais c'est écrire sur des éléments dont on commence à avoir une appréciation complète. J'en prends le risque.

Mes choix dans la recherche d'un système de reproduction répondent toujours au besoin de trouver des éléments dont les caractéristiques sonores évoquent par le recul des constantes d’écoute un idéal audiophile : une certaine idée de la transparence afin de restituer de la manière la plus riche et la plus réaliste possible un événement musical quel qu’en soit son genre. Tout ceci est d'un convenu audiophile affligeant mais cela reste pour moi le fil conducteur.

Ces belles enceintes répondent dans leur conception aux exigences sans lesquelles à mon avis personnel il est difficile d'aboutir à un résultat probant.

Tout d'abord un coffret superlatif en terme de construction. Des petits toc toc sur tout le coffret permettent de constater que le coffret est très renforcé extrêmement peu résonant avec une belle matité et doit donc être peu propice à une signature sonore. Ce préalable est pour moi une nécessité absolue. Les sources d'ondes acoustiques sont bien les HP et l'évent. Idéalement le coffret n'a d'incidence dans la diffusion que sur la manière dont il interfère (diffraction) avec les ondes acoustiques produites mais doit le moins possible rayonner activement. Toutes les enceintes écoutées à ce jour qui utilisent les résonances de coffret dans leur restitution souffrent de coloration qui, si dans certains cas d'écoute sont flatteuses et acceptables, sont dans d'autre cas purement inacceptables. Le poids de l'enceinte témoigne de cette construction soignée. J’ajouterais que beaucoup trop d’enceintes manufacturées sont défaillantes sur cet aspect et je ne pense pas qu’il s’agisse d’un simple problème de coût de production.

L'enceinte est haute et les HP relativement groupés et l'on note du fait de la dimension de l'enceinte un éloignement relatif de l'ensemble des HP vis à vis du sol et du plafond. Encore une fois, cela est aussi à mon sens une nécessité. La psycho acoustique et l'équilibre tonal ne suffit pas à expliquer à eux seuls la formation d'une image sonore haute sans que l'on puisse invoquer le positionnement spatial des sources émissives (en particulier du tweeter). Seul l'évent débouchant vers la base de l'enceinte est à proximité du sol.

Les cônes des Hp en matériau composite Carbone/Kevlar présentent un état de surface montrant une faible granularité et l'équipage mobile (spider, bobine, cône et suspension) semblent au toucher d’une très grande réactivité. Les suspensions sont des demi-rouleaux.
Plus important à mes yeux, le HP de médium est de dimension réduite (13 cm). Pour moi, c’est l’une des garanties essentielles d’une reproduction détaillée de la zone médium. Les 2 boomers de 18 cm rapprochés sont montés sur un baffle découplé du coffret par un matériau composite compound permettant de réduire la propagation des ondes mécanique dont est le siège le support des boomers.

Le tweeter est un tweeter à ruban débafflé monté dans une ogive massive de bois d’aulne. Le poids de l’ogive est conséquent témoigne de la présence d’une façade de tweeter usinée dans de l’aluminium et probablement de ferrites de dimensions importantes. Mes expériences d'écoute passées m'ont fait craindre cet aspect trouvant souvent que l'usage de tweeter à ruban donnait une écoute surpiquée et surdéfinie de l'aigu s’éloignant quelque peu d’un rendu naturel des hautes fréquences. La mise en œuvre de ce type de tweeter dans cette enceinte me prouvera le contraire.

La mise en phase des HP est « mécanique » à la manière des enceintes Cabasse d’antan.

La littérature fait état d’un filtre câblé en l’air. Ce point a son importance à mon avis dans la mesure où à composants égaux et disposition égale un filtre câblé en l’air donnera de meilleurs résultats que son homologue utilisant un circuit imprimé. Les sections de filtrage grave et médium sont séparées et compartimentées afin de réduire l’influence des vibrations. Il y a fort à parier que compte tenu des résultats d’écoute la sélection de composants R, L, C d’excellente qualité ait été opérée.

En somme la conception d’ensemble de l’enceinte témoigne d’un travail acharné et de la volonté à ne négliger aucun aspect pouvant nuire aux performances de l’enceinte.

Sur une première écoute

La première écoute des enceintes faite en compagnie de mon frère (pour lui la seconde) a été effectuée chez CTA Perception en compagnie de Guillaume Gay et Olivier O Double. Qu’ils en soient chaleureusement remerciés ! Nous avons eu la possibilité d’écouter les enceintes avec le Lavardin IT en compagnie de la source dont nous disposons (Fado et ALS).
Pour un provincial, j’ai trouvé l’accueil et le contact très sympathique : la part belle est faite à l’écoute sans discours et pression commerciale nuisant à la quiétude de l’écoute. Autre aspect à souligner, il était même possible de tenir la télécommande et de changer soi-même de CD. Encore plus fort, les hôtes nous laissent même seuls dans l’auditorium nous permettant d’effectuer l’écoute en toute tranquillité et de confronter nos points de vue.

Quelques secondes de l’introduction et de la trompette du morceau Move In de l’album Morph de PAF trio me laisse à penser qu’il s’agit bien d’enceintes de grandes classes.

Le reste de l’écoute me laissera pantois…

Les qualités d’écoute en générale.

S’il fallait dégager des caractéristiques de reproduction qui de mon point de vue détache l’enceinte de mes repères habituels c’est bien les qualités de timbre alliant matière et finesse. Cette richesse sur tout le spectre n’est pas fournie au dépend de la vie et de la rapidité. La restitution conserve de traits de parenté évidents avec le haut rendement.

L’enceinte excelle dans une reproduction naturelle de la musique et plus généralement d’une prise de son. Cela en est même un peu déroutant. Il est tellement habituel d’écouter des systèmes qui appuie la reproduction sur des registres particuliers (souvent haut médium et aigu) que le suprême équilibre et la définition sur toute la bande passante des enceintes bouscule mes points de repère. Les enregistrements en milieu naturel sont pour moi les plus redoutables (CD test n°1 PAV, bruits de rue et de moto RDS&HC n° 215, morceau n°13 Enzo de l’album Paroli…). Il est courant que les systèmes accentuent le rendu des petits signaux dans le haut médium et l’aigu donnant l’impression flatteuse d’une définition poussée tellement éloignée de la réalité. Les enceintes reproduisent une écoute possédant une matité réaliste avec un équilibre et une définition souveraine sur l’ensemble du spectre sans mise en avant d’un registre par rapport à un autre. La reproduction des claquements de doigts, des applaudissements, de bruits induits par la salive présente dans les cuivres, des cordes de contre basse qui frappent le manche trahissent bien souvent une fusion des registre faillible et une accentuation du registre aigu ou haut médium. Les enceintes reproduisent une parfaite intégration de ces événements sonores par une définition poussée sans rupture de timbre et une fusion des registres entre le tweeter à ruban et le médium remarquable. D’une façon générale les sifflantes et chuintantes, les queues de réverbération sont rendues avec une intégration et un naturel poussé. On touche là un caractère de l’enceinte qui est pour moi finalement le plus important. Ais-je restreint ou agrandi mon spectre d’écoute ? La quasi-totalité des enregistrements sur lequel je portais une oreille de défiance se voient réhabilités. Non pas que l’enceinte de par sa conception soit conçue pour plus de tolérance mais bien parce que la fusion des registres et la définition homogène et poussée sur une bande passante importante est bien la seule garante d’une reproduction minimisant la mise en avant des accidents, défauts, artefacts de prise de son et de mixage.

Cette fusion des registres aigu/haut médium/médium se retrouve sur le rendu des cordes frottées. Il est surprenant d’avoir des enceintes capables d’une telle extension dans le haut du spectre sans pour autant rendre une brillance systématique sur le rendu des cordes frottées. On retrouve sur le rendu des petites formations ou masse orchestrale une matité dénuée de toute brillance systématique faisant la part belle au toucher, à l’articulation et aux inflexions du jeu instrumental. C’est enlevé, vivant, très dynamique conjuguant à la fois la légèreté des nappes de violons et la présence quasi physique des instruments. Les timbales peuvent faire un Malher tout en restant parfaitement positionnées en fond d’orchestre. L’image se forme et se déploie dans les trois dimensions bien en arrière du plan des enceintes avec une abstraction patente des enceintes. Les plans sonores restent parfaitement stables en profondeur quel que soit le niveau d’écoute. Aucune projection n’est à déplorer même sur des morceaux écoutés à volume fort (Worl Tour Zawinul, Muse…). La directivité verticale et horizontale est peu marquée par rapport à mes repères habituels. La mise en phase rigoureuse donne l’impression d’avoir à faire à une enceinte avec un seul HP.

S’il fallait dégager quelques instruments dont la reproduction m’a le plus frappée c’est certainement en premier les pianos puis viennent les voix, les cymbales, charleston (pour lesquels je suis très exigeant) et tambourins , également les peaux, les instruments à hanche et à vent et les guitares sèches et électriques. Qu’ils s’agissent de percussions (djembé, tablas), de tomes, de caisses claires ou grosses caisses, le rendu étonnent par l’acuité qui se dégage du frappé, de la tension des membranes et des résonances des fûts. Le rendu des sons percurssifs claquent sans avoir à pousser le volume témoignant de la réactivité de réponse des HP utilisés. La propagation des ondes sonores dans l’acoustique du lieu d’enregistrement si particulière (Djembé par exemple) est parfaitement reproduite. Ceci traduit également une définition poussée du grave confirmée par la reproduction des pianos dont le rendu est superbe sur l’ensemble du spectre. Le grave reste extrêmement tenue profond et articulé.

La reproduction des pianos est sompteuse de lisibilité. On va plus loin dans la compréhension du jeu du pianiste et de son intention artistique. Aucun point d’ombre n’entache la reproduction du timbre de l’instrument du sous grave aux notes les plus aigus. On pense lire la complicité développée par les instrumentistes d’une formation jazz, on devine les regards échangés et les demandes de chorus et lorsque que le pianiste ou le contrebassiste prend son chorus, on est littéralement suspendu à l’interprétation et à la beauté du timbre de l’instrument.

La reproduction des cymbales et charlestons est bien à mon sens un écueil de la reproduction sonore. Il y a d’abord cette énergie acoustique et cette projection sur lesquels seuls le haut rendement est apte à reproduire la véracité (tweeter à compression). Le tweeter à ruban est un intermédiaire intéressant sur l’aspect de l’énergie subjectivement ressenti entre un tweeter à dôme et une compression. On va moins loin qu’une excellente compression sur l’aspect énergie et plus loin que les dômes (pour ceux que je connais) en tout cas subjectivement. Sur l’aspect du timbre, la conjonction de la prise de son, du traitement du signal et sa reproduction effective par le système de reproduction concourent bien souvent à une restitution appauvrie et déficiente en particulier sur les productions et remasterings des années 70 à 90. Là encore, les enceintes permettent de retrouver ces limitations sans en subir outrageusement les effets. Les productions actuelles soignées même avec un support final en 16/44 poussent bien plus loin le réalisme du rendu. Le tweeter à bande de l’enceinte surprend par la richesse et la douceur conjuguée dont il fait preuve. Les timbres des cymbales sont riches et diversifiées, la richesse harmonique est évidente, la persistance et l’établissement des sons remarquables. Sur l’album Thanks for All de Serge Forté (EllaProd) enregistré en 2 pistes digitales, l’écoute est jouissive tant sur le plan artistique que sur le plan technique. Une production soignée telle que l’album Melos de Paolo Fresu Quintet confirme combien les enceintes excellent sur tous les registres.

Mention particulière au rendu du médium. Les inflexions des voix, leur tessiture et leur présence sont traduites avec un naturel et une richesse désarmante. L’écoute de certains larges bandes qui m’avait montré combien beaucoup d’enceintes manufacturées étaient perfectibles dans la définition et la rapidité du médium (fostex Fe206, Fe 208, supravox…) trouve dans ces enceintes une similitude d’écoute dans la réactivité et la définition du médium les colorations de membranes de certains LB en moins.
Le rendu des chœurs et des choristes me frappe. Il est inhabituel d’obtenir une telle mise en lumière des choristes. Autant il est habituel de focaliser son écoute sur le soliste ou chanteur, autant les enceintes fascinent par leur pouvoir à reproduire la présence des choristes avec une mise en perspective dans l’image sonore remarquable et ceci quel que soit le niveau d’écoute. On se met à se délecter sur le travail d’accompagnement des chœurs qu’il s’agisse des voix des choristes d’un groupe en prise studio ou des chœurs d’une formation de chorale. Le rendu des chœurs n’ait jamais haché, dure et confus mais d’une véracité confondante. La Kyrie du Requiem de Mozart par Böhm si système dépendant dans son rendu est reproduit avec un recul de la confusion ou de la dureté. Chaque choriste semble pouvoir être individualisé par son timbre et sa tessiture.

Autre aspect à souligner : la propension qu’ont beaucoup d’enceinte à grossir exagérément l’image sonore et en particulier les voix à volume élevé. Les Concordes Signatures sont peu sensibles à cette caractéristique . La surface efficace sur laquelle sont disposés les HP, l’existence du HP de médium et le choix des fréquences de coupure en sont probablement un peu la raison.

Les prises de son live sur les voix surprennent par le détail rendu sur « l’enveloppe sonore » accompagnant la voix même produite par les échos et rendus d’acoustique de salle mais aussi ceux produits par les réverbérations. Rien de démonstratif mais un ressenti live qui ravit entre les ronflettes des amplis basses, les infra des estrades sur lequel les artistes évoluent, le timbre de la caisse claire qui tinte à la moindre sollicitation de la basse…

Les enceintes déploient dans la reproduction des opéras un véritable espace sonore. Pour exemple la prestation d’Anna Moffo dans l’opéra La Traviata par Previtali chez RCA Victor Living Stereo (1960) que j’affectionne particulièrement est bouleversante. On suit les déambulations des solistes sur la scène et l’on suit la moindre inflexion, le plus tenu des vibratos et le réalisme des chuchotement et prise de respiration.

Les enceintes ne faiblissent pas à écoute à niveau élevé bien au contraire. Le recul des distorsions audibles est propice à l’écoute à niveau réaliste. La sensation globale de ralentissement du rythme dans laquelle l’écoute ne parait jamais précipitée (du à la richesse du message) se conjugue avec une reproduction très vivante et d’une dynamique poussée mais jamais « forcée ». Les projections sonores sur les crêtes et forte ne sont jamais accentuées vers la dureté . L’enceinte semble maîtriser son rendu en toute circonstance et semblent « facile » dans tous styles musicaux. L’écoute est souvent jubilatoire. C’est tout sauf une écoute en dedans et policée. Il suffit de pousser le volume avec du Led Zeppelin, les Doors ou Deep Purple pour s’en convaincre.

Les enceintes ne paraissent jamais « patiner » à haut niveau. Elles semblent relativement peu difficiles ou rétives à alimenter ce qui devrait permettre une grande variété d’associations. L’association avec le lavardin IT est particulièrement patente à mes goûts. Je leur trouve des similitudes dans la nuance, le raffinement et la juste mesure et cette même recherche de transparence et du naturel. Des amplifications à tubes devraient donner elles aussi d’excellents résultats.

Pour avoir entendu les Concordes Signature sur un système Plinius (9200+lecteur CD Plinius), j’ai trouvé l’écoute quelque peu déroutante un brin pataude et ronde. Je dois confesser à ma décharge que je ne connaissais ni l’amplificateur pourtant réputé ni le lecteur Plinius.
Il m’aurait été difficile d’apprécier pleinement le potentiel des enceintes sans l’écoute faite préalablement chez CTA. Faut-il rappeler combien les goûts sont prépondérants et combien il faut limiter au possible les paramètres d’appréciation lorsque l’on décide d’écouter un nouveau matériel.

Je ne connaissais pas avant les produits JMR simplement de réputation et la lecture du post consacré au produit JMR (http://www.homecinema-fr.com/forum/viewtopic.php?t=29797488) a été le facteur déclenchant de mon (notre) intérêt pour les enceintes JMR. Merci aux contributeurs et rédacteurs de cette filière.

Je tire humblement mon chapeau à monsieur Jean Marie Reynaud et à ceux qui ont contribué au développement de ces enceintes. Le travail de conception, la gestation et la mise au point ont probablement été longs et exigeants. Le résultat est bien là à mes oreilles.

Enceintes enchanteresses elles me remplissent d’allégresse. :D :D
Dernière édition par TuanJ13 le 15 Juil 2007 11:16, édité 1 fois.
TuanJ13
 
Messages: 1892
Inscription: 05 Nov 2002 16:43
  • offline

Annonce

Message par Google » 14 Juil 2007 16:21

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 14 Juil 2007 18:34

Très beau CR pour de bien belles enceintes. Je n'ai pas eu l'occasion d'écouter les Concorde, mais les Orféo de Mister Moon sont déjà épatantes pour leur tarif. :wink:
mit mit
 
Messages: 2690
Inscription: 08 Mar 2006 22:59
Localisation: Orléans
  • offline

Message » 14 Juil 2007 18:56

Très beau CR.

J'ai également écouté les Concorde signature chez CTA, également sur les électroniques Plinius et ICOS.

Mais, je n'ai pas eu les mêmes conclusions. comme quoi, on a tous des attentes différentes !
Paradoxx
 
Messages: 284
Inscription: 30 Juil 2005 13:46
Localisation: Moselle
  • offline

Message » 14 Juil 2007 19:33

TuanJ13 a écrit: et ne fais pour la dernière fois que vous faire partager une autre passion coupable nouée récemment avec des belles enceintes, les JMR Concorde Signature.


Bravo Gilles, pour ta passion, ta qualité d'écriture, ta réceptivité tolérante. Surtout que ce ne soit pas la dernière fois et encore merci :wink:

PS:
1/ ton système actuel serait donc Icos Fado, Lavardin IT, Concorde Signature ? ou bien ai je tout faux :lol:

2/ Quel ecclectisme quand même, de Klipsch à Tannoy ma fois, mais là tu as du être subjugué :wink:
expertdoc
 
Messages: 13448
Inscription: 23 Jan 2005 14:43
Localisation: Plein SUD
  • offline

Message » 14 Juil 2007 22:38

Beau Cr Gilles

J'ai eu aussi l'occasion d'écouter ces enceintes plusieurs fois chez Perderson a Vannes associé soit a du materiel Plinius soit au couple Source Linn/ Pré Ampli et Ampli Bringmann

Et je dois dire que c'est ce dernier mariage qui m'a le plus impressionné et qui reste ma plus belle écoute Hifi à ce jour.

J'avoue pour ma part jeter un oeil intéressé aux colonnes Cantabiles Signature

Si jamais tu craque pour ces enceintes tiens moi au courant, je ne suis pas loin et serai ravi de venir les écouter chez toi :wink:
Flitwoodmac
 
Messages: 1361
Inscription: 01 Sep 2006 14:22
Localisation: (29) Ploudaniel
  • offline

Message » 15 Juil 2007 8:03

J'ai craqué pour ces enceintes et précisemment la paire d'occasion vendue par Pederson.

Richard29, tu es le bienvenue.

Mon système est bien un Fado et alimentation ALS (pour moi un tout indissociable) une thorens td 126 mkIII en rénovation, le lavardin IT et les JMR Concordes Signatures plus quelques menus tweaks (découvert par mon frère) au fort pouvoir auto suggestif.

Je confesse accorder quelque intérêt pour les filtres de liaison : filtre de modulation et filtre HP Analysis Plus.

Curieusement mon intérêt pour différentes marques est un peu à la mesure de mon intérêt pour le genre humain : il y a des bonnes choses en toute marque. J'ai aimé chacune des enceintes possédées pour ce qu'elles m'ont apporté au moment précis de ma recherche.
TuanJ13
 
Messages: 1892
Inscription: 05 Nov 2002 16:43
  • offline

Message » 15 Juil 2007 8:42

Beau CR, on dirait un roman d'amour. :mdr: ça donne envie d'écouter ces enceintes.

Je suis passé plusieurs fois sur Vannes, j'aurai dû m'arrêter. :-?
ozata1
 
Messages: 2303
Inscription: 29 Jan 2006 20:04
  • offline

Message » 15 Juil 2007 8:46

Paradoxx a écrit:Très beau CR.

J'ai également écouté les Concorde signature chez CTA, également sur les électroniques Plinius et ICOS.

Mais, je n'ai pas eu les mêmes conclusions. comme quoi, on a tous des attentes différentes !


bravo également à gilles pour ce splendide CR, dont je partage les conclusions.

Y compris pour les plinius : certes, les timbres sont agréables, certes de la puissance et de l'ampleur, cela n'en manque pas, mais je ne retrouve l'instantanéité que procure par exemple un ampli numérique ou bien la vie que l'on a avec du bon tube (845 au hasard ...).

Pour Icos, je ne me prononcerai pas : écouté seulement une fois ...
Laurent69
 
Messages: 2851
Inscription: 01 Jan 2002 2:00
Localisation: Lyon
  • offline

Message » 15 Juil 2007 11:09

ozata1 a écrit:Beau CR, on dirait un roman d'amour. :mdr: ça donne envie d'écouter ces enceintes.

Je suis passé plusieurs fois sur Vannes, j'aurai dû m'arrêter. :-?


Je confirme le fait que le Magasin Pederson est bien l'un des incontournables en Bretagne d'autant plus qui semble y a voir entre ce magasin et Mr JM Reynaud une grande amitié et un grand respect mutuel.

Comme en témoigne la présence de JM et JC Reynaud lors du dernier salon hifi organisé par de magasin l'année dernière
Flitwoodmac
 
Messages: 1361
Inscription: 01 Sep 2006 14:22
Localisation: (29) Ploudaniel
  • offline

Message » 15 Juil 2007 11:29

j'ai également écouté ces Concorde, et elles portent bien leur nom.
Autant le reste de la gamme m'avait laissé un peu de marbre, autant celles ci m'avait vraiment plus. c'est un excellent choix, durable dans le temps.
NOIR
 
Messages: 21774
Inscription: 21 Déc 2004 18:31
  • offline

Message » 15 Juil 2007 19:33

Félicitation pour ce CR.
Pour moi, les Concorde Signature n'ont qu'un seul défaut, absolument fidèle à ce qu'il y a gravé sur un CD.
Ainsi ceux qui sont bien enrégistrés procureront une écoute sublime. Par contre ceux, qui sont mal enrégistrés procureront une écoute difficile.
RolandC
 
Messages: 274
Inscription: 11 Nov 2005 12:23
Localisation: Bruxelles

Message » 15 Juil 2007 22:04

Superbe CR qui en donne plus que l'ensemble des revues réunies.
Merci à toi.
trenko
 
Messages: 542
Inscription: 17 Juil 2002 15:13
Localisation: 74
  • offline

Message » 15 Juil 2007 22:52

magnifique !!! :)
Camocim
 
Messages: 3942
Inscription: 21 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Savoie
  • offline

Message » 16 Juil 2007 20:16

RolandC a écrit:Félicitation pour ce CR.
Pour moi, les Concorde Signature n'ont qu'un seul défaut, absolument fidèle à ce qu'il y a gravé sur un CD.
Ainsi ceux qui sont bien enrégistrés procureront une écoute sublime. Par contre ceux, qui sont mal enrégistrés procureront une écoute difficile.


Je partage ton avis sur l'aspect de fidélité.

Cependant j'ai été relativement surpris par ta conclusion. Pour ma part, c'est l'enceinte la plus définie et la plus douce que j'ai possédée pour les raisons que j'évoque dans mon CR.

Je me suis permis de regarder ton profil.

Pardon pour tant de franchise, mais je suis persuadé que le problème est en partie dû à l'amplification Cairn. Tu pourrais essayer d'autres électroniques (dont tube, lavardin, Euphya...) pour dédouaner les enceintes. L'inconfort d'écoute que tu ressents est, j'en suis intimement persuadé, bien le fait de leur transparence à l'égard des maillons associés.

Tu résides en Belgique. C'est dommage nous aurions pu convenir d'une écoute.
TuanJ13
 
Messages: 1892
Inscription: 05 Nov 2002 16:43
  • offline

Message » 16 Juil 2007 20:28

TuanJ13 a écrit:. Pour ma part, c'est l'enceinte la plus définie et la plus douce que j'ai possédée pour les raisons que j'évoque dans mon CR.


C'est ce qui a retenu toute mon attention car c'est plutôt rare voire rarissime :wink:
expertdoc
 
Messages: 13448
Inscription: 23 Jan 2005 14:43
Localisation: Plein SUD
  • offline


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message