Modérateurs: Staff Haute-Fidélité, Staff Univers Casques, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Alyy, bernardi, cholley, pacpac69, tonylb et 36 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

LE VRAI DU FAUX, TRANSPARENCE OU EGALISATION

Message » 26 Déc 2017 12:45

Les éléments de transparence non mesurables

Et c'est là que Maxi va se ruer dans la ''brèche''.
pm57
 
Messages: 2524
Inscription Forum: 02 Aoû 2004 16:16
Localisation: Genève
  • offline

Annonce

Message par Google » 26 Déc 2017 12:45

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

THXRD

Message » 26 Déc 2017 13:01

THXRD :thks: :thks:

Merci l'indien pour ce texte de THXRD que je ne connaissais pas :oops:

Capture.PNG


Ma capture d'écran n'étant pas bonne :oops: j'effectue un copier/collé, pour cet article capital pour l'orientation des systèmes Haute Fidélité by THXRD
Dernière édition par Igor Kirkwood le 26 Déc 2017 13:27, édité 5 fois.

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9500
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 26 Déc 2017 13:07

une égalisation (quand elle est bien faite) apportera indéniablement une meilleure transparence au système mais ne fera pas devenir un HP moyen en un bon HP, un mauvais pavillon en un bon pavillon, une enceintes directive en une omnidirectionnelle, une mauvaise ébénisterie qui résonne en une bonne, une électronique qui tient mal le HP en un bon ampli, un grave qui traine en un grave rapide (je ne parle pas du niveau de grave) etc... oui je force le trait, mais l'égalisation n'est a mon sens "QUE" (et c'est deja beaucoup) l'optimisation finale qui consiste a faire fonctionner du mieux possible un systeme la ou il est, a l'image d'une calibration d'un projecteur dans une salle de projection.

La configuration dans mon profil


Un changement de laine de verre s'entend bien plus qu'un changement de câble !
Sujet: Mon installation "Steph-Hifi MK2"
Avatar de l’utilisateur
Steph-Hifi
Membre d'Honneur - Admin. Forum Haute-Fidélité
Membre d'Honneur - Admin. Forum Haute-Fidélité
 
Messages: 6470
Inscription Forum: 10 Nov 2002 2:55
  • offline

Message » 26 Déc 2017 13:13

Steph-Hifi a écrit:une égalisation (quand elle est bien faite) apportera indéniablement une meilleure transparence au système mais ne fera pas devenir un HP moyen en un bon HP, un mauvais pavillon en un bon pavillon, une enceintes directive en une omnidirectionnelle, une mauvaise ébénisterie qui résonne en une bonne, une électronique qui tient mal le HP en un bon ampli, un grave qui traine en un grave rapide (je ne parle pas du niveau de grave) etc... oui je force le trait, mais l'égalisation n'est a mon sens "QUE" (et c'est deja beaucoup) l'optimisation finale qui consiste a faire fonctionner du mieux possible un systeme la ou il est, a l'image d'une calibration d'un projecteur dans une salle de projection.


100% d'accord avec toi Steph, l'idée du début, c'est d'isoler les parametres qualititifs d'un élémént d'une chaine en faisant sortir les différences audibles, uniquement due par une modification de la réponse en fréquence.

Tout es éléments que tu cites sont évidements des critères vitaux qu'une EQ ne peut corriger :D dommage, sinon, on passerait moins de temps à caler et chercher les bonnes solutions.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Message » 26 Déc 2017 13:19

Je suis même persuadé que l'on peut avec une égalisation, faire ''sonner'' deux paires d'enceintes différentes, de manière identique.
pm57
 
Messages: 2524
Inscription Forum: 02 Aoû 2004 16:16
Localisation: Genève
  • offline

Message » 26 Déc 2017 14:06

maxitonic a écrit:C'est quand même dommage qu'à l'expérience, des systèmes égalisés avec soin au dB s'avèrent extrêmement mauvais, pas transparents du tout, si inécoutables qu'ils nous fassent partir en courant,pour se reposer les oreilles dans le silence.


C'est tout-à-fait vrai, car aujourd'hui, nous ne savons pas quelle est la courbe de réponse "neutre" qui doit être atteinte au point d'écoute. Nous ne savons même pas s'il en existe une.

En amont, de la source à l'enceinte, la courbe de réponse idéale est connue : c'est la ligne droite. Toutes les fréquences au même niveau. Si on se contente d'égaliser cette partie uniquement, on devrait être certain de n'obtenir qu'une amélioration.
Le problème, c'est que dans les basses fréquences, une courbe plate au niveau de l'enceinte n'est pas souhaitée, car cela va provoquer toutes sortes de résonances désagréables dans la pièce, en-dessous de 100 Hz. Si l'enceinte manque de grave, c'est souvent une bonne chose pour éviter ces problèmes. En égalisant l'enceinte seulement (on remonte le niveau du grave), les problèmes de résonance dans la pièce reviennent.
Dans ce cas, l'égalisation donne un résultat moins bon.

Mais généralement on parle d'égalisation complète, à partir de mesures faites au point d'écoute. Là, deux problèmes se posent :

L'enceinte a-t-elle une directivité régulière ? Sinon, là aussi, l'égalisation donnera un résultat mauvais, car sans égalisation, on aura un bon son direct, et un mauvais son réverbéré, ce qui est un compromis acceptable. Tandis que si on se base sur une mesure faite par un micro, l'égalisation va tendre vers un son mauvais à la fois en direct et en réverbéré, les deux défauts s'annulant au niveau du micro.
Mais notre oreille fait la différence : les attaques, qui étaient bonnes, deviennent mauvaises, et les réverbérations, qui étaient mauvaises, deviennent meilleures.
Est-ce que cela vaut mieux ? Pas si sûr... Une telle égalisation peut faire plus de mal que de bien.

Enfin, même si la directivité de l'enceinte est régulière, comment doit-on faire pour égaliser correctement ? Il y a deux écoles : déterminer une courbe cible adéquate, et tout faire pour l'atteindre... C'est déjà pas simple, dans les hautes fréquences, on a les mêmes pics et creux que dans les graves, mais par centaines. Il faut lisser le courbe, donc lisser la correction aussi. De combien ? Ma foi, c'est pifométrique. Que se passe-t-il si on lisse trop ? Un pic de résonance, comme on en trouve vers 250 Hz, ne sera pas corrigé comme il faut. Sur le graphe lissé, tout sera très joli, mais si on enlève le lissage, on va s'apercevoir que le pic est resté trop haut, et qu'on a affaisé toutes les fréquences qui sont autour. C'est encore un problème qui peut faire que ce soit pire après qu'avant.
Inversement, si on ne lisse pas assez, on va annuler des pics isolés qui n'existent qu'à des endroits très précis, où l'auditeur ne se trouvera pas exactement.

Outre le problème du lissage, qui n'est peut-être pas le plus grave, il y a le problème de la courbe cible. Chaque spécialiste a la sienne, différente des autres. Il n'existerait pas d'égalisation idéale ?
Wayne A.Pflughaupt nous indique que plus la pièce est petite, plus la courbe cible doit être descendante vers l'aigu.
Paul Hales explique en parallèle que des enceintes à directivité étroite ont besoin d'une courbe cible beaucoup plus plate que des enceintes à large directivité (à 47:00 dans la vidéo), car la descente naturelle de la courbe cible est due principalement à la directivité des sources sonores.

Il existe donc une autre école, pour laquelle on obtient un résultat idéal en utilisant des enceintes à la courbe parfaitement plate dans le medium et l'aigu, et en n'égalisant que le grave. Ainsi, la courbe mesurée au point d'écoute est forcément naturelle, puisque c'est celle de la pièce, donc celle qu'on aurait si des musiciens jouaient vraiment dans notre salon, leurs instruments et leur voix étant affectés exactement de la même façon que le seraient le son d'enceintes idéales.
C'est très bien pour de petites formations, mais que penser d'un philharmonique, ou d'un concert rock, donné dans l'acoustique d'un salon de 20 m2 ? Ne vaut-il pas mieux neutraliser, au moins en partie, cette acoustique ?

Donc la notion d'égalisation parfaite au dB près n'existe pas, du moins pas encore. Mettre au point une égalisation pour un système peut se révéler aussi compliqué que mettre au point le système lui-même.
Utiliser un Dirac Live ou un Trinnov, appuyer sur le bouton et attendre le résultat, c'est comme acheter une chaîne hifi toute faite clés en main, et la mettre n'importe où dans un pièce. Des fois ça marche, et des fois non.
Pio2001
Contributeur HCFR 2019
 
Messages: 8032
Inscription Forum: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

La synthèse de Pio concernant l'égalisation

Message » 26 Déc 2017 14:47

Parfait, Pio :thks: tout a été dit sur l'égalisation et la courbe cible.

A noter que pour le studio de Briare, les premières courbes cibles de JLO sonnaient trop bas, la courbe non égalisée s'avérant meilleure. :grr:
Puis enfin on a eu mieux en courbe corrigée que non corrigée :zen:


Steph-Hifi a écrit:une égalisation (quand elle est bien faite) apportera indéniablement une meilleure transparence au système mais ne fera pas devenir un HP moyen en un bon HP,

+ 1 si bon local

Mais si le local est mauvais, ou moyen la correction par égalisation peut faire des miracles :)

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9500
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 26 Déc 2017 16:37

Sur la transparence : je serais circonspect ...en effet , certains constructeurs d'enceintes se vantent de proposer des produits donnant une restitution " transparente " , mais l'examen des courbes de réponse G et D montre que certaines zones de fréquence sont artificiellement " travaillées " , c'est à dire , en fait , remontées en niveau , tout particulièrement dans l'aigu ...Ces produits sont séduisants lors d'une écoute forcément rapide chez un revendeur mais pourront décevoir à l'usage , par leur côté artificiel .

Cette " transparence " là ne me semble pas de bon aloi ; elle correspond peu , en outre , aux sensations du concert où les notions audiophiles de transparence et de ( sur )" définition " n'ont pas de réalité .


Sur la correction active : je viens , pour ma part , de faire installer , jeudi dernier , un Trinnov St2HiFi , associé à une certaine dose de correction passive ( deux diffuseurs entre les enceintes et huit panneaux acoustiques collés sur le mur qui est derrière mon fauteuil ) .
Un travail soigneux de mesures et de placement des enceintes a été fait aussi , au préalable .

Mes Tannoy Canterbury 15 , dans une pièce sous toit d'un peu moins de 40 m2 , en ressortent métamorphosées , le mot n'est pas trop fort .

La proposition de correction du Trinnov a été retenue , l'installateur ayant seulement pris la main pour corriger davantage deux bosses très importantes de + 8 db , à 40 hz et 400 hz ; des bosses de + 6 db à 100 hz et de + 3 db à 900 hz et 4 Khz ont été également corrigées .
Désormais , la courbe de réponse est sensiblement linéaire de 1 Khz à 15 Khz .

A l'écoute , il est évident que les enregistrements livrent à présent beaucoup de détails qui passaient inaperçus et qui devaient être noyés .
Tous les cds passés jusqu'à présent peuvent être écoutés à un niveau beaucoup plus élevé , sans perte d'équilibre et sans apparition de duretés .
Si je cherche à résumer l'impression d'ensemble , je dirais que tout semble avoir été remis en place , à sa juste place .

La configuration dans mon profil


C 2300/MC 462/Canterbury 15 SE/K-01/LP 12 Ittok Lingo Charisma/MD -101/Trinnov/Siltech/In-akustik/GigaWatt
Avatar de l’utilisateur
philou3
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 2364
Inscription Forum: 20 Aoû 2005 16:44
Localisation: Normandie
  • offline

Le VRAI selon THXRD

Message » 26 Déc 2017 19:41

Cette interview de THXRD concernant la comparaison entre chambres de compressions et HP à dôme ou cônes me semble très instructives, elle met à mal plusieurs idées "toutes faites", on peut en extraire:

1/Pas de chambre de compression si distance d'écoute inférieure à 3 ou 4 mètres minimum.

2/Pas de coupure d'une chambre de compression sous 600 Hz

3/Supériorité chambre de compression en métal et particulièrement Béryllium dès 1200 Hz (membrane de 1 à 3 grammes :D Vs si médium à cône 25 à 45 grammes :( )


THXRD
Il n’y a pas de « différence » intrinsèque dans l’onde sonore reproduite par une compression par rapport à un HP classique, pas plus qu’avec un système électrostatique ou isodynamique ou même un HP à plasma !!
C’est une idée audiophile !!
Le son d’un moteur de compression n’a strictement aucune raison d’être « meilleur » que celui d’un HP normal.
Ce sera même très difficile pour le moteur de compression dans des fréquences inférieures à 1200Hz à cause de la réactance générant du « honk ». Il s’agit d’un son nasal lié aux retour d’énergie vers la gorge du pavillon générant des pics dans la réponse en fréquence.
Si la trompe du pavillon est bien filtrée, pas trop longue et qu’elle n’est pas coupée trop basse (pas moins de 600 Hz, avec une loi d’expansion assez rapide), le honk sera quasi inexistant.
Au delà de 1200Hz, la compression est imbattable, rendement, directivité, réponse impulsionnelle, distorsion…
 
HFST
Le moteur de compression a des caractéristiques très différentes d’un Haut Parleur normal, quelles sont ces différences fondamentales avec son cousin ?
 
THXRD
En regardant les paramètres Thieles & Small, on s’aperçoit assez rapidement des différences, avec des Bl de 15 à 20 une membrane de compression a un mms de 3 à 4 grammes !! (Voir ici les paramètres Thieles & Small d’un moteur de compression)
Ca peut être encore plus léger en fonction des matériaux employés, la membrane Be (Berilyum) d’une compression peut peser 1,5 à 3 grammes…
Comparativement aux meilleurs HP en 10/12 pouces dont les membranes pèsent 25 à 45 grammes, la compression a un net avantage car elle utilise une membrane en métal.
La vitesse de transmission des ondes sonores dans le métal est infiniment plus élevée que dans le papier, pour donner un ordre d’idée, avec le papier d’une membrane classique, la vitesse de transmission des ondes sonores se situe entre 1,8 et 3 Kms/s
Avec des matériaux composites (carbone époxy) 2 à 4 Kms/s
Avec le Titane 5.8 km/s
Avec l’aluminium 6 km/s
Le Be (Berilyum) est à 13 km/s. C’est le matériaux qui offre simultanément la plus haute vitesse de transmission de tout les matériaux et qui en plus, affiche un poids 3 fois moins élevés que le Titane. Le Berilyum est le matériau le plus rigide après le diamant, qui lui est inexploitable pour ce type d’application.
Certains défauts fondamentaux des HP à membranes papier n’existent pas sur les moteurs à compressions et évidemment la réponse impulsionnelle s’en ressent.
Aucune membrane papier ne peut avoir le rapport « poids/ puissance/ rigidité /vélocité d’une membrane de compression, surtout si on prend du Béryllium en exemple (ce sera dans un rapport de 1 à 10 voir plus.)
Le moteur de compression offre une réponse impulsionnelle incomparable, cette réponse est liée à « l’amortissement » de la masse mobile et à sa Bande Passante.
Il est simple de comprendre qu’amortir 2 ou 3 grammes de membrane est plus facile que de le faire sur la masse d’un HP classique dont la membrane pèse 40 grammes. Cette réalité sera d’autant plus vraie en montant dans les hautes fréquences.
 
HFST
Oui, une meilleure réponse impulsionnelle que le HP classique, donc plus de rendement, de précision et de dynamique !
Mais cette différence qualitative à bas niveau SPL n’est pas suffisante pour que les studios fassent le choix de ces grosses compressions en Nearfield et Midfield, on retrouve les compressions uniquement sur les écoutes de distance, pourquoi ?
 
THXRD
C’est une simple question de directivité. De près, une trompe qui est obligatoirement directive sera inadaptée car elle ne se recoupera pas ou très difficilement avec le HP inférieur, ce qui donnera une écoute déséquilibrée en niveau et en proportion de champ « diffus / direct « .
C’est d’ailleurs exactement ce qui existe chez l’audiophile équipé de système à pavillon et qui écoute à 2,50m !!
La règle est simple: Pavillon = « grande écoute » =  distance d’écoute importante.
Il faut retenir que la cohérence de directivité des composants entre eux est l’élément essentiel dans la construction d’un système cohérent, bien plus que la linéarité de la courbe de réponse ou même la distorsion.
A 3 ou 4 mètres, un tweeter ou un médium à dôme ou encore un HP à cône de petite taille est bien plus indiqué qu’une compression pour ces simples raisons de directivité et de fusion avec la voie destinée au grave, qui lui, rappelons-le… n’est pas directif…
La fusion entre voies est primordiale, elle s’effectue essentiellement sur ces critères de directivité.
 
HFST
Le choix de la compression ne s’effectue donc qu’essentiellement en fonction de la distance d’écoute ?
 
THXRD
Oui, c’est complètement primordial dans le cahier des charges du choix des composants d’une enceinte.
On pourrait faire cet ordre d’importance, à condition que le sujet de l’étude acoustique de la pièce soit réglé.
 cohérence de directivité des composants entre eux pour une bonne fusion dans la zone d’écoute
 linéarité de l’ensemble des voies (réponse plate)
distorsion
réponse impulsionnelle
 
HFST
Avec un pavillon adapté a une écoute plus rapproché, quelle serait la distance la plus courte envisageable pour une 2 pouces et sa fréquence de coupure la plus basse ?
 
THXRD
Le choix des directivités s’effectue en fonction de beaucoup de critères dont les principaux sont :
Distance des auditeurs / angle  de couverture, donc largeur de la zone de présence d’auditeurs.
Acoustique du lieu (RT) / type de messages sonore / intelligibilité recherchée (alcoons / ect).
 
HFST
Certains « audiophiles » font tourner des 2 pouces coupées à 300 Hz avec un pavillon de 1m X 1m avec 0,3 Watts, avec écoute à 3 mètres, on a même vu des cas extrêmes avec des descentes à 100Hz !!!
 
THXRD
Aucun moteur en usage qualitatif ne peut raisonnablement fonctionner avec une fréquence de coupure de moins de 300 Hz.
Aucun moteur normal ne peut descendre à ces fréquences proprement, ce n’est pas conçu pour ça !
Les moteurs de compressions sont conçus pour être utilisés à partir de 600/700Hz, en usage concert, ça démarre même à 1200Hz.
Seul les membranes phénoliques utilisées en 1950 (…) sur des pavillons géants en sont capables, mais au prix d’une réponse tronquée à 5/6 kHz, et d’une distorsion énorme dans le bas du spectre.
Dans la plage fréquentielle de 200 / 600 Hz, une solution pavillon + HP 8″, 10″ ou 12″ aura des performances infiniment supérieures à la compression phénoliques du passé, même à faible niveau SPL!
Comprenez aussi que, entre 200 et 400 Hz, un bon HP est capable de tenir 1 000 Watts avec une distorsion 10 fois plus basse qu’une compression (qui elle, ne peut prendre que 150 Watts…), aussi moderne soit elle, avec suspension en mylar et autre…
La réponse impulsionnelle sur la bande 200 / 600Hz sera parfaitement reproduite par un 10/12″ et même 15″, contrairement à une grosse compression avec pavillon…
80% des audiophiles pensent encore que le moteur de compression est le meilleur partout, parce que c’est la mode du Haut Rendement, cette notion à 40 ans de retard sur le monde technique actuel.
Je le répète, la compression, ça fonctionne au delà de 600Hz, pas en dessous…
Cette époque où l’on tentait de couvrir un large spectre avec une compression se situait entre 1927 et 1950, depuis ça a un peu évolué!
Dans le monde professionnel, en studio ou en concert, personne n’a jamais utilisé de compression en dessous de 550/600 Hz. En dessous de ces fréquences, les membranes ou membranes + pavillon sont nettement plus performantes.
 
HFST
Quid de la directivité avec taille de pavillon géant de 1 X1 mètre, permettant, selon ces audiophiles de descendre en fréquence, comment ce passe la fusion avec les autres voies ?
 
THXRD
Utiliser un pavillon très grand, donc très profond avec une compression de 2 pouces, conduit à une directivité insensée dans le medium /  aigu qui partira de 100° à 300 Hz (le pavillon ne guide plus rien a ces fréquences) pour finir à 10° à 8 kHz et même à 5° à 15 kHz !!
C’est assez facile à comprendre, même entendu à 3 mètres, la proportion de champ direct/diffus sera folle, 80 % de champ direct à partir de 7/8 kHz et 85 % de champs diffus en dessous de 7/800 Hz !!
Le tout dans une zone d’écoute a 3 m, raccordé avec un grave qui lui, à 300 Hz est à 140°, c’est du grand n’importe quoi…
 
HFST
Ah, les croyances audiophiles…
Donc, avant de faire le choix d’une chambre de compression, il faut bien comprendre les spécificités et surtout l’interaction du pavillon!
 
THXRD
Le choix d’une chambre de compression ne peut avoir lieu que si la distance d’écoute n’est pas trop proche afin que la fusion des voies s’effectue dans la zone d’écoute, il faut raccorder un pavillon directif à un HP de medium / grave très peu directif.
En cas d’écoute rapprochée, le tweeter à dôme est la solution.
Par contre, dès que la distance d’écoute augmente, les avantages de la compression sont évidents, la gestion de la directivité de la trompe permet de régler la couverture de la zone d’écoute.
Un seul point d’émission suffit pour atteindre, à longue distance, des niveaux SPL qu’aucun autre composant électroacoustique ne peut reproduire avec autant de propreté.
Une compression 2 pouces sur un pavillon 70×35° pourra dans cet angle solide, fournir entre 115 et 116 dB à 1 mètre, avec 1 Watt, dans une plage fréquentielle de 650 à 5/6 kHz (et même au dessus, suivant la loi d’expansion de la trompe).
Une compression est capable de tenir 150/160 Watts AEs soit un SPL final de l’ordre de 138/140 dB/1W/1M .. Avec un seul point de source !
En « peak », elle sera capable de 6 dB de plus… dans le medium aigu, c’est un paramètre important car la musique est surtout constituée de pics à grande dynamique, contrairement au grave.
Maintenant, regardons le HP traditionnel, au mieux un 12 pouces.
Dans la  même plage fréquentielle des 600 / 1000 Hz, il pourra fournir au mieux un petit 102 dB à 1W/1M, dans un angle variant de 100° circulaire, puis environ à 12/15° vers 6/7 kHz et avec une forte chute au delà de 3 kHz…
Soit quand même entre 10 et 14 dB d’écart en faveur de la compression 2 pouces !!
Au mieux, 1 HP de 12 pouces, avec 1 000 Watts, pourra sortir 128/129 dB en 600 et 2/3 kHz dans le même angle solide en rayonnement direct.
Au delà de 2/3 kHz, le HP à cône sera tellement directif qu’il ne sera plus exploitable.
Quelques HP de 8/10/12 pouces annoncent sur papier, plus de 102 dB de rendement, mais il s’agit de pic de distorsions et de non linéarité mesurés dans la zone 1,5/3 kHz ce n’est donc pas une efficacité réelle.
Dans la pratique, un HP à membrane de 8/10/12 pouces ne dépassera pas 100/102 dB w/m sans générer pic de distorsion au delà de 700Hz.
Il y a aussi la possibilité de charger le HP par un pavillon et d’obtenir une sensibilité élevée (ce que font beaucoup  de système de sono pour limiter les coûts et les risques de casse des compressions), mais, même avec les meilleurs HP, ça ne monte pas très haut en fréquence, au mieux environ 3,5 kHz avec un 6 pouces).
L’usage du pavillon sur un HP à membrane est donc intéressant pour la zone 200 à 1 kHz avec un pavillon énorme.
Le HP à membrane, au-delà de 3kHz n’a que peu d’intérêt à cause de son rendement faible et de sa directivité.
L’avantage de l’usage d’un moteur de compression tient sur son efficacité, sur sa largeur de plage fréquentielle, mais surtout sur le fait qu’il faut utiliser un pavillon. Le simple fait de gérer la directivité grâce au pavillon sur le spectre sonore, est un élément complètement vital.
C’est le premier point de choix en sonorisation. Là ou ça se complique, c’est quand on veut descendre en dessous de 600 Hz voir 7/800 avec les moteurs de compression.
Pour un usage a fort SPL, comme par exemple, en sono, on coupe vers 900/ 1200  et on utilise des HP à membranes en pavillon ou en array en dessous.
Tout les systèmes « grandes écoutes » en studio, sont montés avec des compressions et pavillons pour couvrir les plages fréquentielles à partir de 650/700 Hz jusque tout en haut du spectre.
 

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9500
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 27 Déc 2017 4:40

pm57 a écrit:Je suis même persuadé que l'on peut avec une égalisation, faire ''sonner'' deux paires d'enceintes différentes, de manière identique.


J'en parle au début du post, j'en suis assez convaincu aussi si les caractéristiques de bases sont proches :wink:
Dernière édition par indien29 le 27 Déc 2017 5:55, édité 1 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Message » 27 Déc 2017 5:54

Salut Pio,
J'adhère bien à tes théories et je m'y retrouve bien d'une manière générale, par contre, je complète un peu pour dévelloper le sujet, très importants car je pense qu'lil faut traiter les problèmes s'ils existent plutot que de les contourner.
Les contourner est pour moi un echec dans la recherche et la mise au point d'un système, mais parfois, pas d'autre solution en effet.

Pio2001 a écrit:Le problème, c'est que dans les basses fréquences, une courbe plate au niveau de l'enceinte n'est pas souhaitée, car cela va provoquer toutes sortes de résonances désagréables dans la pièce, en-dessous de 100 Hz.


Dans ce cas, tu parles d'une pièce à RT élevé, ou présentant des caractéristiques se prêtant mal à l'écoute de la musique... un environnement acoustique défavorable ...mais si un effort sur l'acoustique est fait, avec optimisation / positionnement des enceintes, il doit etre possible de conserver du grave et d'en diminuer le masquage.

Dans une mauvaise pièce (en gros très reverbérante), tu as raison, le grave aura un effet de masquage, surtout en cas de modes dominants, parfois ça jour sur 3 notes et l'effet masquant est insupportable, dans ce cas, je te rejoins sur la seule solution qui consiste à baisser le niveau de grave.

C'est toujours pareil, si la recherche est l'écoute optimale sans compromis (l'objet de la présence de nombreux lecteurs sur ce forum par exemple), les compromis sur l'acoustique de la pièce ne peuvent etre fait.

Ainsi, le grave pourra avoir un niveau normal, sans masquage sur le médium. :D

Pio2001 a écrit:si on se base sur une mesure faite par un micro (au point d'écoute), l'égalisation va tendre vers un son mauvais à la fois en direct et en réverbéré, les deux défauts s'annulant au niveau du micro.
Mais notre oreille fait la différence : les attaques, qui étaient bonnes, deviennent mauvaises, et les réverbérations, qui étaient mauvaises, deviennent meilleures.
Est-ce que cela vaut mieux ? Pas si sûr... Une telle égalisation peut faire plus de mal que de bien.


100% ok avec toi, on doit égaliser l'enceinte, pas le couple enceinte / piece !

Par expérience, j'égalise au micro à la zone que j'estime etre la zone de fusion verticale des voies, soit 1 à 2 metres en fonction de la directivité verticale de l'enceinte afin d'éviter le plus possible le champ reverbéré de la pièce.
Par contre, en bas de spectre sous les 80Hz, ma courbe bouge beaucoup car je regle à l'oreille au point d'écoute, d'abord sur un sweep basse fréquence puis sur mes morceaux de référence.

Faire ces réglages au point d'écoute est pour moi indispensable dans le grave à cause du room gain, de toute façon les différences de directivités sont nulles sous les 80Hz, car on est déjà proche de l'omnidirectionnel. :D

Dans le grave, j'ai des corrections sur un 31 bandes de plus de 6dB pour obtenir un beau grave / infra et j'ai mis du temps à maitriser cela.

Sans EQ, impossible sur le hardware de caler aussi finement la courbe de grave cumulé au room gain, comment faire ?
On est forcément dans le hasard complet et un grave plaisant n'est pas le fruit du hasard, mais une courbe linéaire parfaitement intégrée dans la reveb de la pièce et de son gain au point d'écoute.

On me reproche de trop parler d'acoustique, de RT, d'environnement acoustique favorable ou défavorable, comment voulez vous caler tout ça avec une piece défavorable qui n'absorbe pas un minimum le grave et le bas médium ?

L'EQ software à pour but de finaliser une courbe qui doit etre déjà correctetment reproduite par la partie hardware, on parle d'un réglage fin de qqs dB au dessus de 150Hz.
Les 20dB ou plus dus à un mode dans une pieces ne sont pas égalisable, il faut traiter acoustiquement ou réduire le niveau de grave et se rapprocher des enceintes...


Pio2001 a écrit: Outre le problème du lissage, qui n'est peut-être pas le plus grave, il y a le problème de la courbe cible. Chaque spécialiste a la sienne, différente des autres. Il n'existerait pas d'égalisation idéale ?

Courbe cible, rien à faire, nous sommes en HiFi, pas dans une salle de cinéma aux normes THX, réponse plate en haut, en bas, je fais ce qui me plait. Pas un studio n'a le même son, quel serati dans ce cas l'idéal ? Il n'y en a pas, Je pense que cela doit donc plaire à chacun, sur la base d'un réponse en fréquence relativement plate.

Pio2001 a écrit:Il existe donc une autre école, pour laquelle on obtient un résultat idéal en utilisant des enceintes à la courbe parfaitement plate dans le medium et l'aigu, et en n'égalisant que le grave.
:wink: :wink: On est d'accord ! :D :D
Dernière édition par indien29 le 27 Déc 2017 16:24, édité 1 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Message » 27 Déc 2017 6:50

Igor Kirkwood a écrit:Cette interview de THXRD concernant la comparaison entre chambres de compressions et HP à dôme ou cônes me semble très instructives, elle met à mal plusieurs idées "toutes faites".


Salut Igor,

L'expérience de THXRD est sans doute inédite en France, mélange d'autodidacte passionné, de technicien et dotée d'une expérience de plus de 50 ans dans le son (et l'image).
C'est l'un des rares à comprendre la théorie et à pouvoir en parler car il l'applique tout les jours en pratique, ses témoignages sont donc précieux pour qui veut progresser rapidement et sur ce forum comme ailleurs, nombreux s'en sont inspiré pour progresser, d'autant que sa passion l'éloigne de la rétention d'informations !

Cet article sur les compressions aborde aussi le sujet de la directivité, elle doit etre homogène, l'idée, c'est d'arroser les murs assez vite pour que les ondes (le son) du champs réverbéré soit proche en terme de bande passante du son "champ direct".

Il s'insurge donc contre ceux qui ne respectent pas ce principe élémentaire et qui utilisent des compressions a toutes les sauces et à toutes les fréquences.

Néanmoins, il est dans cet article dans la généralité du programme de tel ou tel composant et ne fait pas "cas" des utilisations plus spécifiques que l'on peut faire en HiFi avec une compression.

Pour ma part, je pense que l'on ne peut pas descendre en fréquence pour de questions d'homogénéité et de directivité, c'est clair, par contre, on peut se rapprocher un peu quand même si utilisation à 3 metres mini, à condition d'adapter le pavillon, mais c'est vrai que dans ce cas, on détourne un peu la compression de son programme initial, SPL longue distance par un seul point de source.

Pour etre passionné par l'emploi des compressions dans un peu toutes les config (uniquement en HiFi), 550Hz me parait etre le minimum, après la directivité est ingérable et si demande de SPL, la disto rends vite stupide l'utilisation hors programme de la compression.

Certains sur des config MTM parlent d'un peu plus de 400Hz sur des config type RM7 - RM8, je n'ai jamais testé, je ne peux donc pas répondre là dessus, mais la disto doit apparaitre quand meme à ces fréquences et je n'ai aucune idée de la directivité que cela peut donner en domaine domestique (c'est conçu pour les studio à etre précisément placé au dessus de la console de mixage et avec des HP à directivité choisis.)
Mettre cela dans son salon est une autre histoire.


La réponse impulsionnelle exceptionnelle d'une compression et la vitesse de transmission de sa membrane métal entraine pour moi des améliorations audibles, mais je n'ai pas encore comparé précisément avec un couple médium / tweeter classique + EQ pour me convaincre pleinement de la similitude certaine d'un médium 3 pouces par exemple et de la vélocité d'une compression à partir de 550Hz, ca fera partie de mes expériences future et j'aurai ma réponse et mon avis la dessus un jour.

Ce que je connais par contre, c'est le son que sort la compression et c'est quelque chose... des lors que c'est bien mis en oeuvre, dans un pavillon adapté.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline

Message » 27 Déc 2017 10:58

Quand même une petite réserve sur la vitesse de propagation dans le métal.

Dans un bloc de 1m d'épaisseur,d'accord.
Mais sur une membrane de 1/10 de mm.

on pourrait extrapoler:
quelle est la vitesse de propag. dans un support kapton (de bobine) ?.
Ou quelle est la vitesse d'un bout de cuivre soumis aux forces de Laplace(Lorentz) ?

L'onde acoustique sera toujours de ~340m/s.
thierry38...
 
Messages: 485
Inscription Forum: 29 Déc 2015 15:26
  • offline

Message » 27 Déc 2017 11:48

Les réalisations de Tom Hidley / Shozo Kinoshita ne vont pas dans le sens des explications de cette article!
stephane092
 
Messages: 2055
Inscription Forum: 31 Mai 2012 7:36
Localisation: IDF 92
  • offline

Message » 27 Déc 2017 12:47

stephane092 a écrit:Les réalisations de Tom Hidley / Shozo Kinoshita ne vont pas dans le sens des explications de cette article!


Bonjour Stéphane,
A quel niveau de l'article ?

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • offline


Retourner vers Discussions Générales



cron