Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 15 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Mais quel est ce souffle ????

Message » 03 Sep 2005 23:29

C'est quand meme assez paradoxal qu'à cause de ça ce soit ceux qui ont du bon materiel qui sont le plus genés... Autant avoir une chaine bas de gamme pour ecouter des CD bas de gammes...

Tres pessimiste finalement ce sujet...

Arantius
arantius
 
Messages: 151
Inscription: 11 Sep 2002 21:47
Localisation: besançon
  • offline

Annonce

Message par Google » 03 Sep 2005 23:29

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 04 Sep 2005 7:02

Tres pessimiste finalement ce sujet...

A la fois oui et non.

Ce problème existe depuis de nombreuses années et empoisonne la vie des ingénieurs qui doivent trouver un compromis entre les exigences contradictoires de la musique naturelle, enregistrée le plus souvent dans le plus grand respect de l'original, avec beaucoup de dynamaique, et la musique électroacoustique, compressée et égalisée à l'oreille, modifiée volontairement pour que cela sonne encore plus analogique etc....

Si les critères étaient systématiquement ceux de la haute-fidélité, tout serait plus simple car il suffirait de tenter de créer les meilleurs matériels pour évoluer dans le bon sens et entendre, à coup sûr, de la musique dans les meilleures conditions.

La situation actuelle ne le permet pas.

Ce qui est positif, c'est qu'il semblerait, au vu des très gros systèmes que les studios de mastering sont en train d'acquérir, qu'il y ait une certaine prise de conscience. La musique reste très compressée mais au-moins, l'équilibre s'améliore petit à petit.

Le paradoxe viendra probablement du fait que l'amplification numérique se développera car elle tient peu de place, ne chauffe pas et finira par engendrer des appareils performants et abordables. Même les auto-radios évolueront dans ce sens (Audi vient d'adopter le IcePower).

Ceci n'est pas sans importance. La puissance, la vraie, sera accessible à tous et avec un niveau de qualité beaucoup plus élevé que ce qui est proposé d'ordinaire au très grand public. La reproduction de la vraie dynamique sera possible et, petit à petit, on devrait trouver des disques qui exploreront le potentiel des nouvelles technologies d'amplification.

Par contre, à mon grand étonnement, assez peu de gens s'aperçoivent que ce qu'ils écoutent est plat comme une limande. Depuis qu'elle existe, l'absence de dynamique semble avoir été digérée par nombre d'audiophiles et assez peu s'en plaignent sur le forum.
Philippe Muller
Professionnel
Professionnel
 
Messages: 4404
Inscription: 14 Déc 2003 22:20

Message » 04 Sep 2005 9:49

Vultork a écrit:
Philippe Muller a écrit:Malheureusement, c'est la réalité parce que oui! les producteurs considèrent que 90% des gens ont du mauvais matériel et qu'il faut que ça sonne là-dessus et sur un auto-radio.


Ce n'est pas un phénomène nouveau... mais avec des moyens différents... En effet et pour la petite histoire, le fait de se débrouiller pour que chaque disque sonne sur n'importe quel matériel est une des raisons historiques de la réussite commerciale de la maison de disque Tamla Motown il y 30-40 ans (Jackson, Wonder, Gaye, Supremes, ...) . C'était même une politique de production, il fallait que tous les disques "explosent", même sur n'importe quel mange disque (qui a dit grille-pain ? :mdr: ). Ce qui implique une "réalité" bien déformée... qui ne correspond pas à des exigences de fidélité.

@+
Vultork


On a toujours compressé : au temps du 78 tours ce sont les musiciens qui compressaient eux même à la source en jouant plus fort pour que le bruit de fond du disque ne couvre pas leur jeu !

Ravel a même voulu récrire le début de la Valse et du Concerto pour la main gauche pour en faire des éditions spécial disque ! Car commencer pianissimo dans l'exrême grave et penser que ça va tenir sur un 78 tours...

Les gens de Tamla sont allés plus loin en inventant un vrai son : le fameux son Tamla Mowton qui est inséparable d'une musique et en est la signature et en retour fini par inspirer cette même musique... Et e un disquMotwon peut être écouté sur une chaine de qualité exceptionnelle.

Dans un autre genre : le son ECM, lisse, poncé, désincarné, irréel, sans duretés, passe pour un parangon de fidélité et pourtant ce son très travaillé est infidèle mais d'une esthétique intéressante... et ça passe partout du baladeur à la chaine de grande qualité.


Sauf si la musique, elle même, va du pianissimo le plus tenu au fortissimo le plus explosif...

ce qui est rarement le cas en variétés... Et même jamais...


Ce qui serait intéressant à étudier dans ce domaine ce serait de comprendre pourquoi pendant les années 1950 et 1960 les disques de variétés étaient bons (alors que compressés et égalisés) quand on sait que 99 % des acheteurs de disques écoutaient sur des Teppaz ou des Concert Hall qui étaient, rappelons le, des tournes disques valises avec HP dans le couvercle !.


N'est-ce pas cette rumeur insistante qui dit qu'il faut écrabouiller la dynamique pour que ce soit audible sur des chaines pourries (bien meilleures qu'un Tepazz de 1960) qui fait que les producteurs (qui sont beaucoup moins professionnels qu'on ne le croit) exigent des techniciens qu'ils surenchérissent ?


Le paradoxe c'est qu'un enregistrement à la dynamique juste un poil compressé et égalisé ou pas du tout a toutes les chances de passer sur une chaine médiocre ou un radio-CD mobile...

L'autre chose aussi serait que les musiques de variétés n'ont pas besoin de dynamique pour pouvoir s'exprimer.

Leur intérêt est ailleurs et elles doivent être compressées ce qu'il faut et égalisées pour sonner car leur réalité acoustique ne prend aucune référence naturelle comme base.

Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 04 Sep 2005 9:53

de toute manière RIEN ne va aller en s'arrangeant avec toute cette génération MPtroiènne et iPodiènne... Quand je vois ce que de quoi les gens de mon entourage se contente... :(
CD Hartley S100 - Kora 150 CSC - Enceintes DIY François H.
Avatar de l’utilisateur
echoes
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 4939
Inscription: 27 Mai 2002 21:38
Localisation: Strasbourg
  • offline

Message » 04 Sep 2005 10:07

Echoes, c'est encore bien meilleur que les Teppaz et autre tourne-disques des années 1960...

Les prévisions en ce domaine se sont toujours plantées...


Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 04 Sep 2005 10:13

La meilleure preuve de ce que raconte Alain est que le jazz acoustique, la musique classique et contemporaine ne sont pas beaucoup compressés en dynamique sur CD, pourtant les amateurs de ces styles ne sont pas tous bien équipés, loin de là, donc de quoi parle t'on exactement?

Contrebasse mixée en avant dans certains cas pour le jazz, là d'accord, mais c'est du au mix, pas à la compression, et c'est un parti-pris esthétique récent, et de toute façon en concert une contrebasse ne fait pas le poids face à une batterie musclée si elle n'est pas amplifiée.

L'utilité de la compression de dynamique pour ces musiques acoustiques là est juste d'entendre les détails quand le moteur de sa voiture tourne...d'où ce qu'en font certaines radios FM, et c'est bien sûr regrettable si on les écoute chez soi (je suis pour ma part favorable à l'inclusion de compresseurs bas coût et débrayables dans les auto-radio).

Sur les autres musiques comme je le rappelle souvent, il faut faire la part des choses entre le sabotage pur et simple de certains remastering des classiques de la pop (des exemples sont assez nombreux hélas, on est d'accord), et la volonté artistique des groupes actuels à tendance electro, noisy, rap, R&B voire variété (ça fait du monde), pour qui la compression de dynamique et autres effets (reverb artificielle, EQ et colorations diverses, etc..) est un outil artistique.
Le son Motown est dans ce dernier cas, alors pas touche s'il vous plait :-? :wink:
Qu'on aime ou pas est un autre sujet, mais du Motown hi-fi ça ne veut rien dire, du rap hi-fi ça ne veut rien dire, de l'electro-dub hi-fi ça ne veut rien dire, et c'est pourtant pas de la daube, tout ceci est très travaillé.

cdlt,
GBo
GBo
 
Messages: 3377
Inscription: 03 Avr 2002 2:00
Localisation: RP 78
  • offline

Message » 04 Sep 2005 11:02

Tout ceci ne serait rien si les choses étaient réalisées de manière à bien sonner sur des systèmes de qualité.

Dans le temps, tous les studios étaient équipés de moniteurs de qualité et l'on sortait un haut-parleur médiocre (parfois un couvercle d'électrophone) juste pour voir si ça passait partout.

De nos jours, il y a la position dominante de la sacro sainte NS10. Seuls quelques studios possèdent de grosses écoutes de qualité. Soyons donc conscients que la majorité des disques sont fait pour bien sonner sur cette Yamaha, considérée comme représentative du son qu'il y aura chez les gens.

Par le passé, le mastering était réalisé à la source. Aujourd'hui, il y a des studios spécialisés qui partent du mixage définitif, déja compressé, reverbéré et égalisé. C'est donc l'équivalent du disque, tel que le studio d'enregistrement l'a réalisé, qui va être trituré une nouvelle fois. Donc pas de nouveau mixage car tout est déja ramené à deux pistes et on ne peut plus jouer là-dessus mais uniquement sur l'égalisation et la compression à mort. Signalons que l'équipe qui a fait l'enregistrement et l'équipe qui fait le mastering n'ont souvent aucun rapport entre elles. L'ingénieur du son est donc rarement consulté pour ce que l'on fait subir à son travail.

Et le pire, c'est cette habitude qui consiste à repasser à travers un magnéto Ampex et des compresseurs et des égaliseurs analogiques bourrés de rotations de phase. On se demande à quoi sert d'enregistrer en 24/96 ou en 24/192 quand on sait que le studio de mastering reçoit souvent du 16/44.1 (en effet, il reçoit rarement une DLP mais plus souvent un CD-R). C'est ce 16/44.1 qui est repassé dans le magnéto à bandes puis transite dans les Manley avant de retourner dans le Pyramix (deux conversions au passage).

Les raisons de la compression sont parfaitement compréhensibles mais ce qui est totalement contestable, c'est la manière.
Philippe Muller
Professionnel
Professionnel
 
Messages: 4404
Inscription: 14 Déc 2003 22:20

Message » 04 Sep 2005 11:07

.... et le mastering est une affaire juteuse car facturée autour de 1500 euros hors taxes par jour pour de la stéréo.

Le multicanal est plus cher car les studios de mastering qui traîtent ça sont plus rares.
Philippe Muller
Professionnel
Professionnel
 
Messages: 4404
Inscription: 14 Déc 2003 22:20

Message » 04 Sep 2005 20:06

Naother a écrit:c'est très audible sur certaines chansons du deuxième disque du coffret Brel "infiniment". Il me semblait pourtant que tout le monde s'accordait à dire que les remastering en étaient assez bons.. :-?


Pour ma part, je ne dirais certainement pas que le mastering de cet album (ou celui de la couche CD du SACD des marquises) soit bonne — ça été fait par un gougniaphier de chez gougnaphe!

Et effectivement, quand on voit (entend) ce dont est capable le format 24/96, même en procédant comme un amateur - et donc a fortiori le 24/192,
il y a de quoi râler!

Cdlt :wink:
Longtemps je me suis casqué de bonne heure…
Avatar de l’utilisateur
dub
Staff Univers Casques
Staff Univers Casques
 
Messages: 28996
Inscription: 28 Mai 2003 11:37
Localisation: Entre Suze et Cancoillotte
  • offline


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message