ModĂ©rateurs: Staff Oeuvres, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistrĂ© et 3 invitĂ©s

Détails sur les éditions disponibles, critiques techniques, packagings, prévisions et commandes...

[BD] (L') Assassin habite au 21

Message » 01 Juil 2013 0:51

Et maintenant a quand le corbeau en blu ray ?
jhudson
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 8173
Inscription: 27 Mar 2006 15:52
  • offline

Annonce

Message par Google » 01 Juil 2013 0:51

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 01 Juil 2013 0:54

Il y a déjà une bonne édition DVD, contrairement à l'assassin habite au 21.
HOLLIGER
 
Messages: 1770
Inscription: 31 Jan 2005 8:38
  • offline

[BD] (L') Assassin habite au 21

Message » 17 AoĂ» 2013 22:18

tenia54 a Ă©crit:
Image
L'assassin habite... au 21 - Henri-Georges Clouzot


Masters Of Cinema, 2013 (UK)
BD-25, Zone B
1.37, N&B
1080p, AVC, débit vidéo moyen : 34999 kbps
French / LPCM Audio / 2.0 / 48 kHz / 1536 kbps / 16-bit
STA, amovibles

Compte tenu des éléments à disposition, des conditions de tournage, etc etc, on peut légitimement se demander si le film peut être en meilleure forme que cela, mais en l'état, le Blu Ray permet un visionnage plus qu'agréable du film. Le rendu, assez hétérogène, est plaisant pour la majeure partie du film, avec des plans dotés d'un très bon contraste, d'un beau piqué, et de noirs profonds. Cependant, une partie non négligeable du film possède un rendu autrement moins folichon. De prime abord, on pourra se demander si ses plans ne sont pas simplement issus d'éléments de moins bonne qualité que le reste du film, ou s'il n'y a pas eu trop de bidouilles lors de la restauration. En pratique, cela donne une image moins fine, plus lisse, avec un grain quasi-absent, et parfois un chouia cireuse (bien que la frontière ne soit, heureusement, pas franchie). Aussi, malgré une stabilité globale très agréable, tant du cadre que du contraste et de la luminosité, ces plans inférieurs possèdent aussi un contraste plus faible et des noirs très gris et tirant sur le bleu. A la louche, ces plans doivent représenter environ 20% du film.

Par contre, le plus impressionnant, de manière surprenante, est la piste son 2.0 offerte ici. Si vous regardez régulièrement des films français de catalogue en Blu Ray, vous aurez certainement remarqué que de nombreux films possèdent des pistes sons étriquées, mais avec surtout un rendu des dialogues pas toujours intelligibles : tour à tour marmonnés, assourdis, saturés ou en retrait, c'est parfois à la limite de forcer à activer les sous-titres pour être sûr de ne rien manquer.
Et bien bonne nouvelle : ici, ce n'est pas du tout le cas. La piste stéréo est claire, avec des dialogues très compréhensibles. Aucun souffle, craquement ou distorsion n'est à déplorer, et les quelques séquences où le personnage de Suzy Delair donne de la voix permet de facilement le vérifier.
Alors Ă©videmment, ce n'est pas une piste de folie Ă  la Blow Out, mais compte tenu, Ă  nouveau, de l'histoire du film et des techniques de production de l'Ă©poque, c'est extrĂŞmement plaisant Ă  l'Ă©coute.

Image : 7.5/10
Son : 8.5/10
Film : 9/10


En son temps, Clouzot fut très mal perçu. La faute, évidemment, au fait que le bonhomme tourna en étroite collaboration avec la Continental, maison de production collabo dirigée de près par le gouvernement nazi de la 2nde guerre mondiale. Qui plus est, sa relation avec Suzy Delair, qui ne cachait pas alors ses sentiments pro-allemands, n'arrangeait pas vraiment les choses, et surtout, son film Le corbeau, accusé de tous les maux par tous les bords tant celui ci dérangea une France alors fragile et délationniste.

Bref, quoiqu'il en fut, Clouzot fut banni des caméras à la sortie de la guerre, jusqu'à son grand retour avec Manon, en 49, Lion d'or à Venise, mais surtout Le salaire de la peur en 53, même s'il fut dialoguiste sur Quai des Orfèvres en 47.

Voir rétrospectivement L'assassin habite au 21 70 ans après sa réalisation est assez intéressant, tant il contient des choses qui reviendront chez le réalisateur, mais des choses aussi bien plus légères que les films qui lui succéderont.

En effet, L'assassin habite au 21 est avant tout une comédie policière drôle et enlevée, et surtout menée à un train d'enfer. Les prémisses sont simples : un tueur en série, signant ses méfaits d'une carte de visite au nom de Monsieur Durand, sévit dans Paris. Toute la chaîne hiérarchique de la police est donc, évidemment, menacée de sauter devant tant d'incapacité à arrêter le malfrat. Heureusement, notre malin héros (Fresney), ainsi que sa compagne branchée sur du 220V (Delair), vont mener l'enquête dans une auberge où, d'après un indic de notre héros, se tapirait le tueur...

S'en suit un nombre incalculable de piques, de blagues plus ou moins cyniques, de déguisements et retournements en tout genre où Fresney, stoïque mais piquant, vole la vedette à une troupe d'acteurs pourtant pas en reste. Ce qui surprend encore aujourd'hui, c'est la maîtrise d'un rythme sans aucun temps mort, d'une écriture qui fait mouche quasiment à tous les coups avec une facilité désuète, malgré Suzy Delair qui, si elle est rafraîchissante et dotée d'un personnage pas forcément désagréable, pourra gentiment taper sur les nerfs tant sa Mila Malou fait un peu héroïne type : un peu co-conne, tour à tour chiante et adorable, et surtout alternativement maligne et à la ramasse.

Reste un film où l'on pourra, comme certains l'ont fait pendant 60 ans, trouver des dizaines de parallèles entre Clouzot accusé de collaboration ("oh, regardez, à la fin du film, le personnage reste le bras en l'air comme s'il faisait un salut nazi !"), le cinéma sous l'Occupation ("oh regardez, l'écrivain se fait tuer avant d'avoir pu écrire une ligne car ça aurait démasqué le tueur, c'est une métaphore de Clouzot qui était pied et poing liés !"), mais aussi regarder sans aucune arrière pensée, sauf celle du divertissement familial rondement mené.
JVC X70RB + Panasonic DMP-UB900 ou Oppo 103 Audicom Signature + ISCANDUO.
Le Hobbit...................La trilogie..................Vive le home cinéma !
13/11/2015 fluctuat nec mergitur /// charliehebdo.fr/
opbilbo
Administrateur Forum Ĺ’uvres
Administrateur Forum Ĺ’uvres
 
Messages: 42691
Inscription: 12 Juil 2006 11:56
Localisation: Cul-de-sac

Message » 18 AoĂ» 2013 1:25

Apparemment le visuel,on ne le trouve que sur la Fnac

Image

j'ai vu un documentaire " L'Occupation sans relâche - Les artistes pendant la guerre" qui est passé sur France 5,presque tout le monde a collaboré a divers degrés,car sinon ils ne pouvaient plus exercer leur métier ,car ceux qui ne voulaient vraiment pas collaboré sont partis aux USA et il y en a eu assez peu Jean Renoir, Jean-Pierre Aumont, Jean Gabin ,Dalio ...

Alors s'en prendre a Clouzot ou Guitry c'est vraiment de l’hypocrisie,alors que d'autres qui ont vraiment fait ami ami avec d’occupants, comme Tino rossi (que ce type nous aura bien cassé les oreilles de son vivant ) qui a eu quelques problémes a la libération

Un article sur le sujet

http://jmguieu.canalblog.com/archives/2 ... 49747.html

Époque trouble ou il fallait avoir de bons amis gauchistes comme protecteur a la libération sous peine d'avoir de graves ennuis

Le film le Corbeau montre bien cette époque ,la raison qu'il ai pas mal dérangé ,il appuyait ou ca faisait mal !
jhudson
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 8173
Inscription: 27 Mar 2006 15:52
  • offline

Message » 18 AoĂ» 2013 14:08

Il faut rappeler que L'Assassin habite au 21 est la suite de Le Derniers des six (1941), déjà avec Fresnay et Delair, écrit par Clouzot d'après un autre roman de Steeman, mais réalisé par Georges Lacombe.

Quant Ă  Jean-Pierre Aumont ou Marcel Dalio, qui n'auraient pas voulu collaborer et auraient choisi l'exil, le choix est plus vite fait quand on s'appelle Ă  la base Jean-Pierre Salomons et Marcel Blauschild.

Le cœur du problème de Clouzot à la Libération, c'est qu'il avait été le "talent montant" du cinéma français pendant l'Occupation, et que la Continental bénéficiait de moyens financiers et techniques sans commune mesure avec le reste de la production française. Du coup, là où on tolérait que des vedettes établies d'avant-guerre aient bossé avec le studio, ça a fait grincer quelques dents qu'il ait "profité" de la Continental pour lancer sa carrière quand d'autres ramaient avec des studios qui n'avaient pas les mêmes ressources.
Et de toute façon, le système de production français était dans un piètre état à la Libération et la fin de sa mise à l'index a plus ou moins été le moment où les tournages ont pu s'effectuer sans trop de privations techniques et financières.
Sledge Hammer
 
Messages: 3051
Inscription: 06 Oct 2005 23:39
  • offline

Message » 18 AoĂ» 2013 21:37

Tout Ă  fait.
Globalement, certains ont estimé qu'il avait simplement profité de la Continental pour faire son trou.
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 3681
Inscription: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54

Message » 18 AoĂ» 2013 23:02

A la tête de la Continental il y avait Alfred Greven qui a protégé bon nombre d'artistes ,c'était donc loin d’être un repaire de nazis faisant des films de propagande

Un acteur connu pour avoir jouer le christ a vraiment collaboré , Robert Le Vigan ,on ne l'a plus revu après la libération
jhudson
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 8173
Inscription: 27 Mar 2006 15:52
  • offline



Retourner vers UHD Blu-ray, Blu-ray, DVD & VOD

 
  • Articles en relation
    Dernier message