Modérateurs: Staff Oeuvres, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 8 invités

Tout sur la musique : CD, concerts, DVD musicaux, interprètes...

Pochettes disques Rock/Psyché/Folk 60's 70's

Message » 04 Aoû 2012 10:28

L'histoire du Rock,Pop,Folk années 60 et 70 en pochettes:

Cultes,légendaires ou méconnu(e)s faites découvrir vos albums et pochettes de disques préféré(e)s de cette période.

Mettre si possible un petit historique de la pochette ou de l'album sous chaque photo :)

Ce Topic est aussi prétexte a bavarder des différents courants musicaux de cette époque,de ses festivals,maisons de disques,anecdotes diverses,liens entre Rock cinéma et littérature ,mouvements divers,modes etc etc.Bref tout ce qui a trait a cet age d'or :wink:



Personnellement je ne pouvais débuter que par :ohmg: :

Image

PINK FLOYD ATOM HEART MOTHER 1970

Atom Heart Mother est le cinquième album du groupe de rock progressif anglais Pink Floyd sorti en 1970. Son nom, qui est aussi celui du premier morceau du disque, vient d'un article de journal qui parlait d'une femme équipée d'un stimulateur cardiaque nucléaire.

La pochette de cet album représente une vache nommée Lulubelle III, blanche avec des taches marron, vue de trois quarts arrière, la tête dirigée vers l'objectif, dans une prairie verdoyante. Le nom du groupe n'apparaît pas, ni le titre de l'album (hormis sur certaines versions). Le groupe lui ayant demandé « quelque chose de simple », Storm Thorgerson a déclaré avoir simplement pris sa voiture et s'être rendu à la campagne pour photographier la première chose qu'il a vue.

(source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Atom_Heart_Mother)

Extrait musical:

https://www.youtube.com/watch?v=UyRJzdKUho0
Dernière édition par atomheart le 02 Juin 2014 3:01, édité 20 fois.
Installe hc/hi fi c'est par ici: post177313182.html#p177313182
atomheart.
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 952
Inscription: 20 Oct 2011 21:06
Localisation: Dordogne
  • offline

Annonce

Message par Google » 04 Aoû 2012 10:28

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 04 Aoû 2012 10:32

Image

BEATLES RUBBER SOUL 1965

La pochette finale est due à un hasard heureux. La photo est de Robert Freeman, elle a été prise dans le jardin de la maison de John Lennon à Kenwood, Weybridge, qui offrait au photographe les couleurs souhaitées (vert, brun et noir).

Le hasard tient en fait dans son aspect déformé. Paul McCartney le relate ainsi : « Robert nous montrait les diapositives ; il utilisait un morceau de carton de la taille d'une pochette de disque pour projeter les photos dessus afin qu'on puisse voir à quoi ressemblerait le résultat. Nous venions juste de choisir la photo lorsque le carton a basculé un peu en arrière, déformant l'image. Elle était étirée et on a dit : « C'est ça, Rubber So-o-oul, eh, eh ! Tu peux nous refaire ça ? »

À propos de cette pochette le commentaire de George Harrison fut le suivant : « Nous avions perdu notre étiquette de petits innocents, notre naïveté, et Rubber Soul était le premier disque où nous avions l'air de vrais fumeurs d'herbe. »

(source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Rubber_Soul)

Extrait musical:

http://www.youtube.com/watch?v=lY5i4-rWh44
Dernière édition par atomheart le 04 Aoû 2012 20:45, édité 2 fois.
Installe hc/hi fi c'est par ici: post177313182.html#p177313182
atomheart.
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 952
Inscription: 20 Oct 2011 21:06
Localisation: Dordogne
  • offline

Message » 04 Aoû 2012 10:44

Image

FAIRPORT CONVENTION UNHALFBRICKING 1969


Fairport Convention est un groupe de folk-rock britannique qui comptait en son sein la chanteuse Sandy Denny (morte en 1978, et ayant chanté sur le The Battle Of Evermore de Led Zeppelin en 1971, faisant d'elle la seule artiste à avoir collaboré sur un album de Led Zep) et le guitariste Richard Thompson. Troisième album du groupe, Unhalfbricking date de 1969, et est leur plus connu et, surtout, leur meilleur. Le titre de l'album, totalement intraduisible, est un jeu de mots trouvé par Sandy Denny, et la photo montre les parents de Sandy Denny posant devant leur maison, avec, au fond, dans le jardin, le groupe. La photo installe une ambiance chaleureuse, paisible, intimiste ; c'est triste de se dire qu'en 1978, c'est chez ses parents que Sandy Denny se tuera, en chutant dans les escaliers, accident bête et tragique... La photo semble ainsi illustrer une période devenue obsolète, d'autant plus que Martin Lamble, batteur du groupe, se tuera, avec sa petite amie, dans un accident de voiture peu avant la sortie du disque. La liste noire s'arrête là, je vous rassure.

(source: http://clashdohertyrock.canalblog.com/a ... 95160.html)

Extrait musical
:

http://www.youtube.com/watch?v=n2xODjbfYw8
Dernière édition par atomheart le 04 Aoû 2012 20:47, édité 1 fois.
Installe hc/hi fi c'est par ici: post177313182.html#p177313182
atomheart.
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 952
Inscription: 20 Oct 2011 21:06
Localisation: Dordogne
  • offline

Message » 04 Aoû 2012 10:44

Image

SPIRIT TWELVE DREAMS OF DR SARDONICUS 1970


Twelve Dreams Of Dr. Sardonicus, probablement le meilleur album du groupe (leur deuxième album, de 1968, The Family That Plays Together, est également excellent), porte bien son titre, car l'album aligne 12 titres allant de 1 minute pour le plus court (Why Can't I Be Free ?) à 5,35 minutes pour le plus long (When I Touch You), avec une moyenne de 3 minutes par chanson. Considéré par le magazine Rolling Stone, à sa sortie, comme un blockbuster (même si l'auteur de la critique, Nick Tosches, pensait aussi que l'album n'était pas à 100% parfait), l'album est cependant rapidement tombé dans les oubliettes. Pourtant, Nature's Way, Soldier, When I Touch You, Prelude - Nothin' To Hide, Animal Zoo ou bien encore Street Worm sont d'inoubliables morceaux. Le chant de California et Andes est excellent (guitaristiquement parlant, Randy California était vraiment bon, aussi), la production de Briggs est très réussie... Oui, Why Can't I Be Free ? est un peu inutile, et je ne suis pas fan de Love Has Found A Way aussi, mais dans l'ensemble, cet album mérite vraiment - VRAIMENT - la découverte. Son manque de succès est même une insulte à la face du rock, car Twelve Dreams Of Dr. Sardonicus, sous sa pochette très psychédélique (les membres du groupe, déformés), est un album limite charnière.

(source: http://clashdohertyrock.canalblog.com/a ... 07291.html)

Extrait musical:

http://www.youtube.com/watch?v=8_HwtPJUzwk
Dernière édition par atomheart le 04 Aoû 2012 20:49, édité 1 fois.
Installe hc/hi fi c'est par ici: post177313182.html#p177313182
atomheart.
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 952
Inscription: 20 Oct 2011 21:06
Localisation: Dordogne
  • offline

Message » 04 Aoû 2012 11:01

Image

BIG BROTHER AND THE HOLDING COMPANY
CHEAP THRILLS 1968


Cheap Thrills est le deuxième album studio de Big Brother and the Holding Company, et le dernier du groupe avec Janis Joplin comme chanteuse.

Le titre de l'album était à l'origine Dope, Sex and Cheap Thrills mais la maison de disques du groupe refusa et seul les deux derniers mots du titre furent conservés. En anglais, « Cheap Thrills » signifie « Frissons bon marché ».

Ce disque s'est bien vendu lors de sa sortie : il s'est classé 1er au Billboard 2002 pendant huit semaines, et restera classé pendant 66 semaines.

Piece of My Heart sera le seul single extrait, mais c'est Summertime qui deviendra l'interprétation la plus célèbre de Janis.

Sa pochette, dessinée par Robert Crumb, reste une des plus célèbres de cette période.


(source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Cheap_Thrills)

Extrait musical:

http://www.youtube.com/watch?v=aTFF-BaT0MM
Dernière édition par atomheart le 04 Aoû 2012 20:50, édité 1 fois.
Installe hc/hi fi c'est par ici: post177313182.html#p177313182
atomheart.
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 952
Inscription: 20 Oct 2011 21:06
Localisation: Dordogne
  • offline

Message » 04 Aoû 2012 11:21

Image

LOVE
FOREVER CHANGES 1967


J'ai mis plusieurs écoutes avant de comprendre que j'avais entre les oreilles le chef-d'oeuvre inconnu du rock 60's.
D'une beauté étourdissante, d'un contraste saisissant, aussi : sur des musiques radieuses et accomplies, Arthur Lee (ou Bryan Maclean sur "alone again or" et "old man") chante de sa voix angélique (mais aussi rauque et jamesbrownienne sur certains titres) la drogue ("andmoreagain"), la violence urbaine ("a house is not a motel"), la folie ("the red telephone", l'un des deux sommets du disque), le désespoir, la haine, la vanité de l'existence ("you set the scene", l'autre sommet, magnifique final du disque).
Sur les onze morceaux, une cohérence édifiante pour l'époque, et non une répétitivité comme cela a été dit sur ce site : emmenés par les guitares acoustiques, la basse et la batterie au diapason; sur six chansons, les cordes envoutantes de l'orchestre philarmonique de Los Angeles arrangées par Arthur Lee et orchestrées par David Angel; sur les cinq autres morceaux, plus rock, la guitare électrique saturée à l'extrème de Johnny Echols remplace les violons; les cuivres aussi se distinguent, tantôt pour donner une teinte rythm and blues, tantôt mariachis.
Le bide injustissime que connut ce masterpiece scella le destin de Love, qui implosa rapidement, et Arthur Lee perdit son génie et sa raison dans l'histoire (malgré le sublime album qu'il enregistra l'année suivante avec d'autres musiciens "four sail").
Dommage, car il y avait là, outre l'immense qualité de l'ensemble, des tubes en puissance: "alone again or", "a house is not a motel", "andmoreagain", "between clark and hilldale" ou "live and let live".
un album qui s'écoute aussi bien quand on est triste, dépressif, gai, fatigé, affuté, jeune, vieux...
un album universel...


(source: http://www.destination-rock.com/albums/ ... rever.html)

Extrait musical:

http://www.youtube.com/watch?v=cNcXFy8Q ... ure=relmfu
Dernière édition par atomheart le 04 Aoû 2012 20:52, édité 1 fois.
Installe hc/hi fi c'est par ici: post177313182.html#p177313182
atomheart.
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 952
Inscription: 20 Oct 2011 21:06
Localisation: Dordogne
  • offline

Message » 04 Aoû 2012 11:26

Image

THE ZOMBIES ODESSEY AND ORACLE 1968


Voilà toute l'histoire. Au début les Beatles qu'on croît connaître et dont on découvre enfin les richesses. Puis ce que les années 60 offrent de meilleur : Les Byrds, les Kinks, les Who (les Rolling Stones) … La découverte de Pet Sounds puis des albums suivants des Beach Boys, Bacharach, les Left Banke, le rock garage des compilations Nuggets … Et après ça ? Condamné à exhumer des bizarreries baroques parfois limite ? Après ça, il reste Odessey and Oracle. Des Zombies.

Ce disque est génial. J'aurais pu dire aussi : ce groupe est génial car un disque aussi abouti, aussi riche, ne peut être que l'œuvre d'un groupe d'exception. Mais en réalité, ce qui me vient en premier, c'est leur musique.

Voilà peut-être ce qui différencie les Zombies des autres, des Beach Boys, des Beatles, des Kinks. Ils ne sont pas moins bons, mais il n'y a que la musique. Les Zombies n'incarnent rien. Pas surfers, pas rockers, pas commentateurs, pas de grande gueule attachante à la Lennon, pas de Ray Davies, pas de Pete Townsend, en dehors du phénomène. Musicalement trop savant, pas assez glamour pour les charts, trop transparents pour prendre la place qui leur revient dans la révolution pop si seule la musique compte.

Les Zombies est un groupe d'après l'excitation. Quand tout s'est calmé, on peut le dire : Odessey and Oracle est peut être la plus grande réussite musicale de ces années là. Je ne parle pas d'émotion : Pet Sounds continue de m'émouvoir beaucoup plus, mais il m'est difficile de séparer ce disque de la personnalité de Brian Wilson. Et Pet Sounds propose une musique presque religieuse parfois. Mais la musique produite quasiment seuls, envers et contre tout, par les Zombies sur Odessey and Oracle impressionne et procure la satisfaction profonde de la musique savante dans un format pop.

Dans ce disque les éléments de musique classique n'habillent pas la chanson comme souvent chez les Beatles mais font corps avec elle. Dans la constante richesse de sa synthèse musicale, Odessey and Oracle est sans doute un précurseur de la musique progressive. Mais on n'y sent pas cette ambition volontariste d'éclater les structures, de se mesurer aux autres formes musicales, qui finissent souvent, des années après, par plomber la musique à force de démonstrations*. Si calcul il y a, il se fond dans la musique, la plus belle qu'ils ont pu faire, ces types à lunette de formation classique, aux textes sensibles et dépassant souvent les préoccupations adolescentes courantes, qui ont voulu contribuer eux aussi à la révolution des années 60.


(source: http://www.c-jamaispareil.com/article.p ... article=24)

Extrait musical:


http://www.youtube.com/watch?v=8XOd6Uajh-4
Dernière édition par atomheart le 04 Aoû 2012 20:53, édité 1 fois.
Installe hc/hi fi c'est par ici: post177313182.html#p177313182
atomheart.
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 952
Inscription: 20 Oct 2011 21:06
Localisation: Dordogne
  • offline

Message » 04 Aoû 2012 11:35

Tu es sur de ta date pour le bilboard de cheap thrills?
Tv : Led sharp aquos, Xbox 360, ampli hc jvc
Hi-FI :Ampli : Pathos TT RR, Enceintes : Klipsh RF7, Source : Sony XE 800, câblage : argent et modulation :galileo 238+ by Piqachu
Riffhard.
 
Messages: 2942
Inscription: 04 Nov 2010 19:35
  • offline

Message » 04 Aoû 2012 11:37

Image

RAM PAUL ET LINDA MC CARTNEY 1971


Ce disque, c'est le deuxième album solo de l'ex-Beatles, il a en fait été fait en collaboration totale avec sa femme Linda (l'album est co-crédité au couple), et il s'appelle Ram. Par la suite, Macca fondera, avec sa femme, les Wings, qui l'occuperont jusqu'à 1979. Après la dissolution des Ailes, il refera un disque solo (McCartney II), en 1979, qui sera donc son premier disque solo depuis Ram. Mais retour à Ram. Son titre justifie la photo de pochette montrant Macca tenant un bélier par les cornes : 'ram' est un terme anglais qui désigne un bélier, justement. La photo de pochette sera, la même année, parodiée méchamment par John Lennon, alors en pleine période Macca est un con : il se fera prendre en photo en train de tenir un gros porc par les oreilles, photo qui sera glissée en carte postale dans la pochette de son Imagine (qui contient une chanson férocement anti-Macca, How Do You Sleep ?, sorte de réponse cinglante au Too Many People de Macca, qui ouvre Ram et est nettement moins féroce). Oui, les deux se tiraient la bourre à l'époque, ça se calmera un ou deux ans plus tard. N'empêche, au dos de la pochette de Ram, on voit deux scarabées ('beetle' en anglais) se battre, et l'album offre au moins trois chansons vues, par Lennon et même Ringo et Harrison, comme des charges : Too Many People, Dear Boy et 3 Legs (Macca surnommait ses trois compères du groupe 3 Legs). Aussi, on a dit que les Well well well well well que Macca chante au début de Long Haired Lady étaient une pique qu'il faisait à Lennon et à son Well Well Well (1970) !


(source: http://clashdohertyrock.canalblog.com/a ... 73988.html)

Extrait musical:


http://www.youtube.com/watch?v=K3CYZyylO6w
Dernière édition par atomheart le 04 Aoû 2012 20:54, édité 1 fois.
Installe hc/hi fi c'est par ici: post177313182.html#p177313182
atomheart.
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 952
Inscription: 20 Oct 2011 21:06
Localisation: Dordogne
  • offline

Message » 04 Aoû 2012 11:40

Salut Riffhard :)

Non pas sur de la date,corrige moi si tu la connais,j'éditerai mon erreur.Merci :wink:
Dernière édition par atomheart le 04 Aoû 2012 13:42, édité 1 fois.
Installe hc/hi fi c'est par ici: post177313182.html#p177313182
atomheart.
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 952
Inscription: 20 Oct 2011 21:06
Localisation: Dordogne
  • offline

Message » 04 Aoû 2012 11:54

Image
Frank Zappa and the Mothers of Invention : We're Only in It for the Money 1968

3ème album du grand Frank, c'est évidemment un pastiche de la pochette de Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band.
A priori c'est sur cet album que le terme punk est utilisé pour la première fois
Assez grand succès avec la 30ème place de l'US Billboard 200 à sa sortie
hasta el campo siempre
Loug.
 
Messages: 2972
Inscription: 22 Nov 2006 22:07
Localisation: Lugdunum
  • offline

Message » 04 Aoû 2012 11:59

:D

Image
Installe hc/hi fi c'est par ici: post177313182.html#p177313182
atomheart.
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 952
Inscription: 20 Oct 2011 21:06
Localisation: Dordogne
  • offline

Message » 04 Aoû 2012 12:25

@Loug: Un commentaire sympa trouvé sur le net a propos de "we're only in it for the money"

Extrait:

http://www.youtube.com/watch?v=oQCINA3M ... sults_main


Barré, psychédélique, marrant, plein d'ironie, satirique, expérimental, pop et anti-pop... Cet album est tout ça. Mais, à mon avis, certainement pas l'album pour commencer à découvrir Frank Zappa (nous sommes en 2011... Pourquoi ne pas commencer par un album plus récent et plus facile d'accès comme "Sheik Yerbouti" par exemple ?). Quoi qu'il en soit, si on le replace dans son contexte et si on comprend l'anglais (ce qui est trés important pour mesurer toute l'importance de cet album), on peut affirmer sans problème que cet album est l'un des albums les plus subversif de son époque.
Premièrement, du côté de la forme, il y'a déjà cette belle pochette satirique à souhait et l'une des premières d'une longue série de détournement de la célèbre pochette de "Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band" des Beatles. Et pour la musique, il faut se rappeler qu'en 1968 (même si "Sgt. Pepper's..." et "The Magical Mystery Tour" avaient permis d'initier le grand public à ce genre de choses), les collages sonores et autres expérimentations de studio n'étaient pas non plus ce qui était le plus courant et encore moins le plus accessible pour tous. Et cette alternance de délires avant-gardistes et de chansons plus conventionnelles (en apparence seulement) est précisément ce qui contribue au côté subversif de cet album.
Pour le fond, cet album est conçu, et fonctionne effectivement, comme l'anti-`Sgt.Pepper's Lonely Hearts Club Band' par excellence. Tout les deux s'inspirent de la culture Hippie, mais là où « Sgt.Pepper's... » en faisait l'apologie et a vite fini par en faire parti intégrante, « We're only in it... » tourne tout ça en dérision et attaque cette culture (et sa récupération) avec une ironie aussi acide que les substances qui on du être absorbés par les personnes visés. Le titre de l'album qui veut dire 'nous ne faisons ça que pour l'argent' annonce clairement la couleur et le ton satirique de l'album.
Bref, avant-garde jusqu'au bout, cet album réussi à concilier l'univers hippie/freak (dans la forme) et l'acidité punk (dans l'esprit). Un véritable tour de force.
Dernière édition par atomheart le 04 Aoû 2012 22:27, édité 1 fois.
Installe hc/hi fi c'est par ici: post177313182.html#p177313182
atomheart.
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 952
Inscription: 20 Oct 2011 21:06
Localisation: Dordogne
  • offline

Message » 04 Aoû 2012 13:25

"Ceux qui se souviennent des années 60 n'ont pas vécus les années 60"

Keith Richards

Image

Interview Keith richards/Mick jagger:

http://www.ina.fr/video/VDD10025125
Dernière édition par atomheart le 02 Juin 2014 3:04, édité 2 fois.
Installe hc/hi fi c'est par ici: post177313182.html#p177313182
atomheart.
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 952
Inscription: 20 Oct 2011 21:06
Localisation: Dordogne
  • offline

Message » 04 Aoû 2012 13:47

Voila je laisse place a vos éventuelles contributions,perso je ferais quelques ajouts une fois par semaine de nouvelles pochettes+quelques photos d'époque..

Je termine aujourd'hui avec le groupe "gendres idéaux de la semaine" avec les très sympathiques HAWKWIND :D

Image


Hawkwind est un groupe de rock britannique des années 1970, qui a la particularité d'avoir produit des disques de manière continue depuis sa création jusqu'à nos jours. Le pivot du groupe est Dave Brock, le seul membre présent dans tous les disques. Actuellement, les musiciens qui l’accompagnent le plus souvent sont Alan Davey et Richard Chadwick Jason Stuart, clavièriste (depuis 4 ans membre d'hawkwind à part entière), décédé le 8 septembre 2008. Dans les deux premières décennies, ce fut Simon King, Dik Mik, Robert Calvert, Harvey Bainbridge, Del Dettmar, Simon House (ex High Tide, violoniste de David Bowie sur la tournée Stages) , Huw Lloyd Langton, Terry Ollis et Nik Turner (parmi d'autres, tels que Tim Blake (Gong), Ginger Baker (Cream)...). Lemmy Kilmister, le fondateur de Motörhead, y a joué entre 1972 et 1975, date à laquelle il fut renvoyé d'Hawkwind, sous la pression de certains membres, après avoir été arrêté en possession d'amphétamines à la frontière canadienne ; alors que la dernière chanson qu'il écrivit pour Hawkwind s'appelait Motörhead il partit créer son propre groupe

(source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Hawkwind)

Extrait musical:

https://www.youtube.com/watch?v=RcNKKbRz1mM
Dernière édition par atomheart le 02 Juin 2014 3:03, édité 5 fois.
Installe hc/hi fi c'est par ici: post177313182.html#p177313182
atomheart.
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 952
Inscription: 20 Oct 2011 21:06
Localisation: Dordogne
  • offline


Retourner vers Musique

 
  • Articles en relation
    Dernier message