Test HCFR du JVC DLA-NX9, projecteur 4K natif, e-shift 8K

Test HCFR du JVC DLA-NX9, projecteur 4K natif, e-shift 8K

Compte-rendu de LUC_LuKYFISH

 

Frustré  de n’avoir pu me rendre au salon PAVS de Paris, j’ai pu enfin assister à une démo d’un projecteur de la nouvelle gamme JVC et pas le moindre puisqu’il s’agit du modèle haut de gamme le JVC DLA-NX9.

Je remercie Nicolas (1000K) d’avoir accepté de me recevoir chez lui à cette occasion où je suis venu avec mon X7500 sous le bras pour mesurer la différence.

Certes ces deux projecteurs ne sont pas de la même gamme tarifaire mais j’ai trouvé intéressant de les confronter.

Pas très équitable comme duel mais c’est la première occasion que j’ai de voir la nouvelle gamme.
J’espère pouvoir bientôt faire la comparaison avec le N7 qui correspondra davantage à mon X7500.

 

A cause de la configuration de la pièce, il n’a pas été possible de faire une comparaison directe en mettant les projos côte à côte puis de switcher de l’un à l’autre.

Nous avons donc commencé par mettre le NX9 dans la niche en hauteur, située à 3m50 environ de la toile tissée (Chris24 4K) de 2m40 de base.

 

Réglages :

Nous avons jeté un coup d’œil à la mire qui permet d’ajuster les convergences pour vérifier que tout était correct, j’ai juste appliqué une correction d’un cran au niveau horizontal.

Les convergences sont très bonnes, la grille de la mire est beaucoup plus fine que sur la génération précédente.

 

Lampe mode bas :

J’ai réglé le blanc 100 IRE (100% du blanc) pour commencer et fait des mesures avec Lightspace en mode lampe bas.

 

Il y a juste l’offset du bleu qui a ensuite été retouché avec le logiciel Color HCFR et mis à -5.
En mode lampe bas, on obtient 96 NITS une fois réglé, la mesure brute était à 103 NITS iris ouvert à fond.

Il a fallu fermer l’iris à -10 pour obtenir à peu près les 48 NITS recommandés en HD BT709.

 

La mesure de l’échelle des gris est faite avec Color HCFR.

Le diagramme CIE en BT709 est très correct sans retouche, le triangle est vraiment parfait, je n’ai pas pris le temps de retoucher les saturations qui étaient très correctes :

 

Lampe mode haut :

Puis une mesure en lampe haute a permis d’obtenir 129 NITS brut et 116 NITS une fois le blanc réglé.

 

Extraits de films :

Nous avons ensuite visionné quelques extraits de “Tarzan” en HD.
Rapidement nous sommes passés à la version du disque 4K UHD HDR sur des extraits que je connais bien.

Passage du début de “The Revenant”, l’attaque du camp de base par les indiens où il y a quelques pics lumineux sympas.
L’image est vraiment belle, elle est très piquée et douce (tout ce que j’aime).

Rien à dire sur la colorimétrie.

 

Test 3D :

Un petit test en 3D pour confirmer que l’émetteur et les lunettes des anciens modèles sont bien compatibles, ça marche et l’image est vraiment sympa, pas de ghosting remarqué.
Test réalisé sur “Le voyage extraordinaire de Sammy” qui n’est pas le plus facile.

 

X7500 :

On met le X7500 à la place du NX9 et je relance les mêmes mesures.

En mode lampe bas, on obtient 87 NITS une fois le blanc réglé, iris ouvert à fond. Il a fallu fermer l’iris à -8 pour obtenir 51 NITS.

Puis une mesure en lampe haute à permis d’obtenir 112 NITS une fois le blanc réglé.

Grosse surprise, le X7500 n’est pas du tout à la rue au niveau de la luminosité puisque on a des valeurs relevées à peine plus faibles.

Sans avoir fait de vraies mesures comparatives le contraste semble quasiment identique.

Par contre, sur les mêmes extraits de film, la supériorité des matrices 4K natives est sans appel, même sur une base modeste.

L’image est moins piquée, moins douce, il y a moins de micro-détails.

L’objectif de 100mm du NX9 contribue sûrement à ce beau résultat.

 

Auto Tone Mapping :

La fonction “Auto Tone Mapping” est très intéressante, elle permet d’exploiter le format HDR sans prise de tête. (pourvu que les informations nécessaires soient inscrites sur le disque)

On peut voir dans le menu les infos MaxFALL / MaxCLL et la correction apportée (sur le gamma blanc).

Nous n’avions pas de mires UHD HDR sous la main pour faire les mesures.

Pris par le temps, on a pas pensé à tester le e-shift 8K, je pense que Nicolas le fera plus tard.

 

Remarque :

Les télécommandes des deux projos bien que différentes sont compatibles. La nouvelle est plus petite, la prise en main est agréable.

 

Conclusion :

J’ai pu passer un peu plus de 3 heures avec ce beau projecteur, pas suffisamment de temps pour tout tester et entamer des réglages en profondeur.

Ce que je retiens est que c’est un projecteur résolument haut de gamme qui délivre des images magnifiques.

Je retrouve la finesse et le piqué que j’avais aimé sur les Sony 4K, mais je leur reprochais un manque de luminosité sur ma base de 3m20. Raison pour laquelle j’avais gardé le JVC X7500.

Pour moi, ce JVC DLA-NX9 donne le meilleur des deux marques. Dommage qu’il soit hors budget pour moi, j’attends beaucoup du test du N7. En espérant que l’optique plus modeste ne gâche pas trop l’impression finale.

Merci à l’Association HCFR d’avoir fait la demande à JVC et obtenu le prêt de ce bel appareil. Et bien sûr merci à JVC.

Luc_Lukyfish
HCFR – Décembre 2018

 

– lien vers le sujet HCFR dédié au projecteur JVC DLA-nx9 : http://www.homecinema-fr.com/forum/projecteurs-uhd-4k/jvc-dla-nx9-projecteur-4k-natif-et-e-shift-8k-infos-post-1-t30089795.html

 

 

 

Partager :