Test HCFR du JVC DLA-NX9, projecteur 4K natif, e-shift 8K

Test HCFR du JVC DLA-NX9, projecteur 4K natif, e-shift 8K

Compte-rendu de CYRILLE_Roseaux

Je remercie tout d’abord Nicolas pour sa proposition et son accueil. Ce fut pour moi l’occasion de revoir ce superbe projecteur, fleuron de la gamme JVC pour cette fin d’année 2018.

 

Contexte:

Ce qui était intéressant c’était de le voir chez un particulier et dans des conditions autres que celle de la matinée de présentation JVC à laquelle j’avais eu l’honneur d’être convié (par le biais d’HCFR) et bien entendu de celles du Paris audio vidéo show d’octobre dernier.

Passons les caractéristiques physiques techniques maintes fois évoquées pour se concentrer sur le ressenti in situ. Je précise que Nicolas a optimisé au mieux son environnement de projection en pièce de vie par des rideaux noirs bordant les côtés latéraux et le plafond adjacent à l’écran. Ce dernier est si mes souvenirs sont bons de 2,40m de base, toile tissée neutre. Enfin, ce qui était pertinent était d’utiliser le JVC (encore une fois merci Nicolas) avec des extraits, séquences bien connues de moi.

 

Impressions

D’emblée le JVC est plus qu’à l’aise sur une telle base écran. Peut-être d’ailleurs celui-ci demande plus de largeur pour pleinement s’exprimer. Pour autant, le HDR est magnifiquement rendu. Aller dans les menus nous a permis de voir que la fonction auto-tone mapping (vraiment séduisante, je confirme: cf. CR HCFR de la matinée JVC) était dépendante des données figurant sur le disque UHD. Pas de norme ni d’automatisme, on constate que c’est aléatoire. Certains les incluent, d’autres pas.

Pour avoir vus et revus la séquence de l’attaque des indiens dans The Revenant, le HDR apporte s’il était besoin d’en convaincre certain, un réalisme saisissant qui disparaît lorsque l’on passe au Bluray.

Je n’ai pas noté de remontée particulière de bruit. L’accroche HDMI m’a semblé acceptable. N’ayant pas eu de JVC depuis le HD990 je ne suis pas le meilleur des juges sur ce point. Mais rien de trop exaspérant.

Nicolas faisait remarquer une luminosité assez en deçà des chiffres annoncés. Sur les 240cm de base, le manque ne se faisait pas sentir. Mais moi qui suis sur 3m en toile technique 0.9 de chez Xtrem screen, les limites seraient peut-être atteintes pour un rendu efficace du HDR…

J’ai pu m’attarder véritablement sur mon ressenti, et je dois avouer aimer beaucoup cette image très douce et piquée à la fois mais très cinéma aussi. Autre paradoxe, moi qui avais apprécié le CMD chez JVC lors de leur présentation à HCFR, je l’ai moins apprécié chez Nicolas. Étaient-ce les films choisis? Je ne sais, mais cela demandera d’y revenir pour ma part. Pour autant je ne suis pas fan de cette fonction que je laissais toujours sur off avec mon Sony 550es.

Le filtre pour le gamut étendu présent sur les gammes NX9 et N7. C’est lorsque l’on désactive ce dernier (j’ai oublié l’arborescence correspondante), que l’on s’aperçoit de son apport. Et c’est assez perceptible.

Les menus sont nombreux et j’imagine déjà les joies (ou cauchemars c’est selon) des acquéreurs pour atteindre le Graal qualitatif.

Une interrogation. Si la source de Nicolas était un lecteur Panasonic UB700, puis le rendu via Zappiti player 4K étaient déjà forts bons, je serais tout de même curieux de voir ce que cela donne avec une source de compétition. Si j’avais été motorisé j’aurais apporté ma 203 JCGB. Et voir si l’apport d’une telle source apporte un plus (ou si ce n’est que placébo)…

Enfin impossible de juger du bruit du NX9 car il était dans un local isolé et aéré.

 

Des reproches ?

En dehors des questions en suspens qui trouveront réponses via des mesures précises lors de tests approfondis (luminosité et temps d’accroche HDMI) j’ai peu de griefs à lui faire. A 18k€ on est en droit d’avoir une machine aboutie mais aussi de faire la fine bouche et d’être tatillon.

Les noirs tout d’abord. S’ils sont bons, je me serais attendu à mieux. Ceci est d’autant plus vrai que récemment j’ai pu dans un enseigne parisienne comparer seul et pendant au moins 45 min le JVC 7900 et Sony 360/260. Si je connais l’image des Sony je venais particulièrement pour juger du 7900 et d’emblée je lui ai trouvé les noirs superbes, denses, pas bouchés, donnant un sacré relief à l’image. Chose qu’après coup j’ai moins ressenti avec le NX9.

E-schift 8K dispensable. Il constitue un argument technique évident (notamment pour se différencier de son concurrent direct Sony), mais je ne lui ai pas trouvé de réel impact sur l’image et sa définition. Peut-être que sur des images fixes type photo cela serait davantage perceptible…

Les menus? Assez désuets je trouve dans leur esthétique (la même depuis mon HD990, un comble!).

 

Conclusion :

C’est sans aucune difficulté que je m’imaginerai bien vivre et enchaîner les séances avec ce superbe projecteur. A priori jamais je ne mettrai une telle somme dans un vidéoprojecteur, pour autant il dispose

a/ de vrais atouts:

  • rendu cinéma de grande classe
  • piqué et définition au top du fait de la superbe et imposante optique
  • HDR convaincant
  • envie d’enchaîner les séances de projection

b/ Quelques reproches

  • luminosité (à confirmer) sur des bases >3m
  • rendu des menus
  • CMD (mais point très subjectif selon moi)
  • contraste déjà très bon mais on serait en droit d’avoir plus à mon sens.
  • un projo qui ne peut que rendre exigeant! (le défaut de sa qualité en somme)

Encore une fois merci à Nicolas pour son accueil et sa générosité!

Cyrille_Roseaux
HCFR – Décembre 2018

 

 

– lien vers le sujet HCFR dédié au projecteur JVC DLA-nx9 : http://www.homecinema-fr.com/forum/projecteurs-uhd-4k/jvc-dla-nx9-projecteur-4k-natif-et-e-shift-8k-infos-post-1-t30089795.html

 

 

Partager :