Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: phil 13320 et 17 invités

Les amplificateurs intégrés ( pré-ampli + ampli de puissance dans 1 seul appareil )

Débutant : amplification à lampes pour système stéréo ?

Message » 04 Jan 2011 10:10

Merci à tous, je commence à y voir plus clair, en particulier grâce aux réponse de Portkula qui me permettent d'en apprendre beaucoup.

J'ai repéré un Yaquin MC-10L (en EL34 donc) sur le bon coin, qui pourrait éventuellement me satisfaire (retubé tubes russes), pour lequel je suis d'ailleurs preneur de vos avis.
Cependant, au vu de vos interventions, j'ai un doute sur le fait d'obtenir un résultat convenable si les désagréments que je relève sont dus au niveau sonore utilisable, ou à l'interaction de mes HP avec l’acoustique de la pièce :-?
Je m'étais certes dit qu'un ampli à tubes serait bénéfique, maintenant si ce bénéfice est très minime, je ne souhaite pas nécessairement dépenser mon argent inutilement.
dmsr66
 
Messages: 17
Inscription: 26 Fév 2002 2:00
  • offline

Annonce

Message par Google » 04 Jan 2011 10:10

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 05 Jan 2011 1:11

dmsr66 a écrit:J'ai repéré un Yaqin MC-10L (en EL34 donc) sur le bon coin, qui pourrait éventuellement me satisfaire (retubé tubes russes), pour lequel je suis d'ailleurs preneur de vos avis.

http://www.yaqin.cn/en/product_show.asp ... type_id=89

Le nombre d’entrées limité à 4 est faible par rapport aux intégrés typiques modernes, ce qui pourrait gêner un utilisateur voulant mettre à profit à 100 pour 100 la somme dépensée, c.a.d. que son intégré, une fois acheté, puisse amplifier l’ensemble d’un système développé : un tourne-disque; un lecteur CD; un DVD recorder; un poste TV; un module sonore de l’ordinateur; un tuner; et ce qui pour moi, par exemple, est un élément indispensable du système, la fonction spéciale «monitoring» (réalisée sur différents amplis sous forme de «TAPE MONITOR» avec sa touche sur la face avant de l’ampli; du sélecteur «TAPE - SOURCE» ou de deux sélecteurs séparés «INPUT SELECTOR» et «REC OUT» sur la face avant de l’ampli), la seule fonction qui permette de connecter et d’utiliser en mode pleinement valable tous «processeurs sonores hors-bord» (égaliseurs, compresseurs, réverbérateurs etc.), dont le rôle des égaliseurs que j’ai déjà décrit avant.

Non seulement cette fonction est irréalisable sur l’intégré en question, mais ce qui m’a surtout surpris, l’appareil n’a même pas de sortie «ligne» pour envoyer un programme à l’enregistrement, ou pour essayer la bi-amplification, ajouter un caisson actif avec ses filtres incorporés etc. ...

«● Distortion ≤1.2% (40W)» peut être imperceptible, mais la perceptibilité de ce pourcentage des distorsions dépend largement des zones des fréquences où le chiffre est constaté. Et le fabricant de cette marque ne le juge pas digne d'intérêt ou le dissimule...

«● SNR ≥88dB(A))» pas mal pour un ampli à lampes.

«● Output Impedance 8Ω or 4Ω» très bon pour le choix de HP.
dmsr66 a écrit:Cependant, au vu de vos interventions, j'ai un doute sur le fait d'obtenir un résultat convenable si les désagréments que je relève sont dus au niveau sonore utilisable...

En cas d’écoute de programmes de hauts niveaux «en nature» à des niveaux plus bas, une certaine «perte» de perception des graves est inévitable, comme c’est décrit et expliqué plus haut, et cela ne dépend pas des caractéristiques du matériel. Le «remède» connu depuis longtemps, permettant de conférer artificiellement au son la balance spectrale subjective propre à son niveau «naturel» a été aussi décrit : la compensation (correction) «physiologique» par voie de «booster» les graves (et un peu les aiguës, comme c’est expliqué plus haut) progressivement avec la diminution progressive du niveau d’écoute par rapport au «naturel». C’est-à-dire, contrôlable par l’auditeur.

Toute l’opération est inverse pour les cas d’écoute à des niveaux plus hauts que «naturels» (c’est-à-dire, à diminuer les graves), cela est plus rare dans l’ambiance de chez soi, mais largement constatable lors des interprétations amplifiées dans de grandes salles ou en plein air.

dmsr66 a écrit:...ou à l'interaction de mes HP avec l’acoustique de la pièce ?

Le problème du manque des «extrêmes graves» dans le rendement des enceintes, et de l’irrégularité de la réponse en fréquences «finale» résultant de l'interaction des HP avec l’acoustique de la pièce et la position réciproque des HP et des auditeurs, c’est le domaine des égaliseurs, aussi déjà décrit. C’est-à-dire, contrôlable par l’auditeur dans la mesure du possible, mais pouvant appeler un surplus très sensible de puissance de l’ampli et des HP.
dmsr66 a écrit:Je m'étais certes dit qu'un ampli à tubes serait bénéfique, maintenant si ce bénéfice est très minime, je ne souhaite pas nécessairement dépenser mon argent inutilement.

Quant à moi, comme, j’espère, vous avez pu constater, ce ne sont pas les éléments de base des circuits d’amplification (lampes ou transistors), mais les performances objectives et les caractéristiques d’exploitation du matériel qui importent. Cette approche ne m’a jamais joué un mauvais tour depuis des années dans la composition et l’exploitation de mon système (on ne parle pas ici, naturellement, d’éventuelles pannes, des vices cachés du matériel etc., qui arrivent même à du matériel spatial...).
Dernière édition par Portkula le 05 Jan 2011 11:13, édité 1 fois.
Portkula
 
Messages: 251
Inscription: 01 Fév 2010 23:33
  • offline

Message » 05 Jan 2011 5:25

bel expose porktula!

Il est en effet important de ne pas confondre technologie et mise en oeuvre. Un bon tube ou un bon totor doivent le moins possible imposer leur propre emprunte sonore. Si cela peut etre plaisant dans certains cas, il est vite lassant d'ecouter toujours la meme chose. En revanche, la neutralite (impliquant donc une reponse en frequence des enceintes equilibree dans l'environment d'ecoute) peut eventuellement etre coloree a souhait (par exemple par l'utilisation de dsp qui font sonner comme du tube caricatural ou du vinyl ou...). Et puis une fois qu'on s'en lasse et bien on retire le traitement plutot que de changer l'ensemble de la chaine :idee:. Le but est d'ecouter la musique plutot que sa chaine, voir pire: sa piece d'ecoute.

Ces traitements (ajout de coloration, egalisation etc...) peuvent etre appliques dans le domaine numerique (avant le dac) ou le domaine analogique. Dans le cas de l'analogique il est indispensable d'avoir ces fameuses entrees monitoring sous peine de ne traiter qu'une partie du signal (plutot que l'integralite) et donc d'obtenir des resultats tres mauvais (et eventuellement d'incriminer le traitement en question: ca degrade le signal, c'est plein de bruit, c'est pas transparent etc... :mdr:)

dmsr66 pourquoi du tube absolument?
jj77
 
Messages: 2550
Inscription: 06 Fév 2007 17:13
Localisation: Au bord du Loir
  • offline

Message » 05 Jan 2011 12:50

jj77 a écrit:bel expose porktula!

Merci.
jj77 a écrit:Un bon tube ou un bon totor doivent le moins possible imposer leur propre emprunte sonore...

Absolument.
jj77 a écrit:Si cela peut etre plaisant dans certains cas, il est vite lassant d'ecouter toujours la meme chose...

Si cela arrive sur le plan spectral, c'est l'égaliseur qui est le remède pour tout système.
jj77 a écrit:En revanche, la neutralite (impliquant donc une reponse en frequence des enceintes equilibree dans l'environment d'ecoute) peut eventuellement etre coloree a souhait (par exemple par l'utilisation de dsp qui font sonner comme du tube caricatural ou du vinyl ou...)...

Sur le plan spectral, il n'existe pas pour moi de «son vinyle».
jj77 a écrit:Ces traitements (ajout de coloration...

C'est ce que l'on dit pratiquement toujours. Rares sont ceux qui disent «traitement: ajout de DEcoloration»...
jj77 a écrit:Dans le cas de l'analogique il est indispensable d'avoir ces fameuses entrées monitoring sous peine de ne traiter qu'une partie du signal (plutot que l'integralite)...

Qu'entendez-vous par là ? Sur le plan spectral, un égaliseur valable (à bandes de fréquences réglées de 20...25 Hz (au moins de 31 Hz) à 20 kHz (au moins à 16 kHz)) traite l'intégralité du signal.
jj77 a écrit:et donc d'obtenir des resultats tres mauvais (et eventuellement d'incriminer le traitement en question: ca degrade le signal, c'est plein de bruit, c'est pas transparent etc...

C'est ce que je n'ai pas pu «obtenir» avec l'emploi d'égaliseurs des années durant. Aucun des quatre égaliseurs analogiques séparés que j'ai pu écouter assez longtemps (deux restent en circuit «en série», l’un connecté aux bornes «TAPE MONITOR» de l’intégré, le second aux bornes «TAPE MONITOR» du premier, activés simultanément, alternés ou contournés («by-passés») selon mes besoins) (pas chers mais bien élaborés et fabriqués par des fabricants de renom), n'«injectaient» ni bruit ni distorsion, sans parler de ceux numériques qui sont des modules logiciels incorporés dans des programmes d'édition audio.
Portkula
 
Messages: 251
Inscription: 01 Fév 2010 23:33
  • offline

Message » 05 Jan 2011 15:01

Pour répondre très rapidement, ce qui me motivait à prendre un ampli a tubes était une certaine recherche de chaleur dans le son, avoir l'ensemble de ma chaine en analogique et un certain côté émotionnel plus que "scientifique".

En tous cas je vous remercie pour la qualité de vos interventions qui vont me permettre d'etudier tout cela plus en profondeur en prenant en compte des critères objectifs basés sur votre expérience.
dmsr66
 
Messages: 17
Inscription: 26 Fév 2002 2:00
  • offline

Message » 05 Jan 2011 22:16

dmsr66 a écrit:...ce qui me motivait à prendre un ampli a tubes était... avoir l'ensemble de ma chaine en analogique...

Mais peut être vous êtes induit en erreur par un malentendu tristement répandu que « l’analogique » = « tubes » ? Mais tout composant ANALOGIQUE par son principe de traitement du signal, que ce soit à transistors ou à tubes, est analogique !
dmsr66 a écrit:Pour répondre très rapidement, ce qui me motivait à prendre un ampli a tubes était une certaine recherche de chaleur dans le son...

Ah voilà ! Ils sont légion à le dire. Mais quand je demandais d’expliquer ce que des interlocuteurs entendaient par cette « chaleur », personne ne pouvait expliquer. Bien que dans la littérature, il y ait pas mal d’explications que ce sont des « distorsions agréables» ! Pour moi, une absurdité toute ma vie... La « chaleur » pour moi, à suivre cette façon de s’exprimer, bien que moi, je n’emploie pas ce « terme », c’est l’ABSENCE de toute distorsion de la forme ondulatoire du signal autant que possible pour la classe du matériel concret. Pour moi, c’est la pureté et la « clarté » du signal, quand je ne peux constater aucune distorsion perceptible... C.à.d., fourni par du matériel très bien élaboré et fabriqué. Qui existe tant à tubes qu’à transistors.

Et du matériel mal élaboré et fabriqué, à distorsions évidentes. Qui existe tant à tubes qu’à transistors.

Et il est bien souvent de bon ton de classer le son sensiblement distordu par un matériel mal élaboré à tubes comme offrant de la « chaleur », et au contraire à ne faire que critiquer (et à juste titre, d’ailleurs !) le son sensiblement distordu par un matériel mal élaboré à transistors.

Et en fin de compte, c’est le droit personnel de chaqun...
Portkula
 
Messages: 251
Inscription: 01 Fév 2010 23:33
  • offline


Retourner vers Amplificateurs Intégrés

 
  • Articles en relation
    Dernier message