Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 19 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Naim vs Cello

Message » 01 Nov 2002 0:35

D'accord avec khoi, rien ne vaut pour moi aussi le live, ma seule décéption est de savoir que ca ne sera jamais qu'un souvenir en mémoire, grrrrr . Par exemple, je prefere les dernières des opéras car ils se font de petits jokes, il sont plus décontractés, plus libres, et ca se sent c'est clair.
Je me souviens du public tourangeau très très conservateur outré de voir des figurants déambuler à poil sur la scène. Mémorable.

Pas de public, pas de live et probablement (?) pas d'art, les artistes poussent le public et le public pousse les artistes pour le meilleur d'eux-mêmes
karyboue
 
Messages: 5096
Inscription: 02 Aoû 2001 2:00
  • offline

Annonce

Message par Google » 01 Nov 2002 0:35

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 01 Nov 2002 11:34

KHOI a écrit:Si Mozart, Bach, Chopin ou Beethoven savaient que, plusieurs décades voire siècles après leur mort, des milliers de personnes se bousculeraient à prix d'or pour écouter passionnément leurs oeuvres dans des grandes salles luxueuses construites à leur exclusive intention par les plus grands architectes contemporains, interprétées par les plus grands chefs d'orchestres et solistes, c'est d'abord et avant tout une immense fierté qu'ils éprouveraient.

Fierté de la postérité. Fierté de la reconnaissance. Fierté de toucher un si large public. Fierté d'avoir été compris. Universellement.

Plutôt que des soucis... ou des frustrations... liés à des acoustiques de salle !

Que pensait Beethoven dans sa tombe quand sa 9ème symphonie fut jouée par Bernstein devant des dizaines de milliers de personnes, en plein air, dans la foule, le bruit, la joie et les cris... lors de la mise à bas du mur de Berlin ?

Juste mon opinion...


Khoi, c'est une opinion oui.

Mais qu'aurait pensé Beethoven de l'utilisation de la même Neuvième cinquante ans plus tôt, au même endroit, lors des grandes cérémonies nazies, de ces milliers de personnes, en plein air, dans la foule, le bruit, la joie et les cris...

Le concert public présente quelques possibilités de manipulation des foules assez bien connues : raison pour laquelle les dictatures de toutes obédiences politiques s'y sont intéressées de très, très près.

Les sentiments du moment ont peu de choses à voir avec l'art, voire avec le foot. Je déteste le foot qui ne m'intéresse pas du tout plutôt, j'ai aimé assister à un match de foot dans un stade... je m'en suis voulu d'ailleurs, car les liens entretenus par le foot et la politique sont rigoureusement les mêmes que ceux entretenus autrefois par l'opéra, le concert public et la politique : un art de la représentation nationale. Le sport de masse a pris la place de l'opéra... Autrefois, on amenait le représentant d'un pays ami à l'opéra, aujourd'hui au foot ou a un concert de rock... le rock devenu un art officiel... il y en a qui doivent se retourner dans leurs tombes...

Que penserait Bach de voir sa musique, ses passions, ses cantates, sa messe en si sortir de l'église pour être jouée dans des salles de concert peuplées de non croyants? Je préfère ne pas le savoir! Il était colérique et violent... et a dédié toute son oeuvre à Dieu. Ce qui au XVIIIe siècle, dans une petite ville allemande, veut dire tout autre chose que ce que cela évoque pour nous aujourd'hui.

Pour Chopin, on le sait : il s'est exprimé sur le sujet. Il savait que sa musique n'était pas faite pour cela. Lis sa correspondance, lit "Chopin vu par ses élèves", lis aussi le livre sur "les concerts de Chopin", etc. Ecoute attentivement sa musique, étudie la façon dont son interprétation a évoluée depuis le début du XXe siècle jusqu'à nos jours, lis les critiques de Berlioz à son sujet.

Il faut parfois nourrir sa connaissance pour aller au dela de l'opinion.

Que penserait Mozart d'entendre un de ses opéras perdus dans une salle de 3000 places, dans laquelle on n'entendrait pas le détail de son orchestration, dans laquelle les chanteurs sont contraints de privilégier la projection du son au détriment des mots qu'ils doivent prononcer, du texte qu'ils doivent dire? Je l'ignore... Je pense qu'il écrirait une musique différente s'il avait des théâtres aussi vastes, à l'acoustique si différente de celles qu'il a connues à Prague et Vienne.

Il ferait comme Mahler, Strauss qui ont su profiter des acoustiques mises à leur disposition et des orchestres aussi dont le développement a suivi l'agrandissement des salles...

Et je crains aussi que tu ne comprennes pas d'un point de vue esthétique et musical l'influence des grandes salles de concerts sur la musique même qui y est jouée quand elle n'a pas été prévue pour.

Lis Adorno qui a prédit plein de choses qui ne sont pas produites et d'autres qui restent valables. Un grand philosophe de la musique. Lis Busoni, grand pianiste, grand compositeur, grand théoricien. Pour lui, un radical, certaines musiques sont faites pour être lues pas jouées du tout!

As-tu assisté à un récital de clavecin dans une salle ne serait-ce que de mille places?
As-tu entendu un concert de quatuor à cordes à Pleyel?
As-tu entendu un opéra de Mozart à Bastille?

Trois genres musicaux dans des endroits qui ne leur conviennent pas et dans lesquels les 4/5e de la musique jouée s'évanouit malheureusement...

Un clavecin entendu à plus de dix mètres n'est plus un clavecin. Un quatuor à cordes entendu dans une salle de plus de mille places se perd dans les cintres. Un opéra de Mozart vu et entendu de loin... qu'en reste-t-il?

Alain :wink:
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 01 Nov 2002 14:35

"Mais qu'aurait pensé Beethoven de l'utilisation de la même Neuvième cinquante ans plus tôt, au même endroit, lors des grandes cérémonies nazies, de ces milliers de personnes, en plein air, dans la foule, le bruit, la joie et les cris... "

Tu poses le problème ici de la récupération, qui est un point certes intéressant, mais encore un autre débat. C'est le problème de toutes les oeuvres devenues populaires, utilisées hors contexte.

Maintenant, rajoutes le mot "Furtwängler" dans cette problèmatique... durant la même période Nazi. L'un des plus grand Beethoveniens, si ce n'est le plus grand ? Furtwängler, donc, qui a utilisé les Nazis pour son art... et réciproquement.

Tout de suite, ça devient ambigü... je ne suis pas un Nazillon mais le contraire, pourtant j'aime Furtwängler, et aussi cette "musique du futur", récupérée elle aussi : Wagner.

"Que penserait Bach de voir sa musique, ses passions, ses cantates, sa messe en si sortir de l'église pour être jouée dans des salles de concert peuplées de non croyants?"

As tu pensé, à contrario, à "l'évangélisation" ?

C'est Bach et plus généralement la musique sacrée qui m'a sensibilisé un peu plus à Dieu... car comment ne pas être ému par un Requiem de Mozart par Herreweghe chez Harmonia Mundi... une oeuvre tellement gorgée de sens, de force, de profondeur ? Qui touche du doigt un certain absolu ? Je pense ne pas être le seul sur cette planète...

Car n'oublions pas qu'il ne s'agit pas ici d'un plaisir musical ou sonore, mais plutôt d'un sauvetage d'âme pour l'éternité...

C'est un tout autre enjeu.

Je ne sais pas ce que pense *vraiment* Bach sur ce vaste sujet, cette cause devrais-je dire, qui dépasse complètement celui de la musique.

Je sais en revanche ce que pense Dieu... les âmes doivent être sauvées, et je vois en la musique sacrée, par sa puissance de conviction, un formidable outil.

Une âme suffit...
KHOI
 
Messages: 910
Inscription: 12 Avr 2002 2:00
  • offline

Message » 01 Nov 2002 15:37

KHOI a écrit:"Mais qu'aurait pensé Beethoven de l'utilisation de la même Neuvième cinquante ans plus tôt, au même endroit, lors des grandes cérémonies nazies, de ces milliers de personnes, en plein air, dans la foule, le bruit, la joie et les cris... "

Tu poses le problème ici de la récupération, qui est un point certes intéressant, mais encore un autre débat. C'est le problème de toutes les oeuvres devenues populaires, utilisées hors contexte.
Pas de la récupération, mais de l'utilisation de la musique pour souder les masses, ce qui est un peu différent. Dans les deux cas, la méthode est la même. Le contexte, est Dieu soit loué, différent dans les deux cas. On ne peut plus différent. Le mécanisme est le même. Seule la finalité est différente.

Maintenant, rajoutes le mot "Furtwängler" dans cette problèmatique... durant la même période Nazi. L'un des plus grand Beethoveniens, si ce n'est le plus grand ? Furtwängler, donc, qui a utilisé les Nazis pour son art... et réciproquement.
Tout de suite, ça devient ambigü... je ne suis pas un Nazillon mais le contraire, pourtant j'aime Furtwängler, et aussi cette "musique du futur", récupérée elle aussi : Wagner.
Furtwängler n'a pas du tout utilisé les nazis, il en a été la victime après avoir cru en eux comme de nombreux de ses compatriotes. Dieu soit loué, il a compris assez tôt, et est devenu leur otage et, d'une certaine façon leur allié objectif car l'homme était ambigu (lu récemment dans la correspondance de Toscanini au sujet de Furt : "ce grand niais".
Son art a été utilisé sciemment pas récupéré (après coup donc) par le ministère de la propagande : il incarnait la grandeur de l'art allemand... Cf. le faux télégramme le rétablissant dans tous ses droits adressé à une agence américaine quand il était sur le point d'accepter un poste à Chicago.
Quant à Wagner, nul ne sait s'il aurait été partisan de la solution finale, on espère que non, ce que l'on sait en revanche, c'est qu'il a écrit "Du juif dans la musique" et qu'il était un peu plus antisémite que la moyenne de ces contemporains. Sa belle fille était nazie : c'est sur du papier par elle fourni qu'Hitler a écrit Mein Kampff dans sa prision. Pas son fils Siegfried.


"Que penserait Bach de voir sa musique, ses passions, ses cantates, sa messe en si sortir de l'église pour être jouée dans des salles de concert peuplées de non croyants?"
As tu pensé, à contrario, à "l'évangélisation" ?
Tu parles! Bien sur que oui. L'évangélisation et la colonisation qui va avec. Tu parles que j'y ai pensé et depuis longtemps. L'évangélisation a été l'une des pires calamités que l'Occident chrétien a envoyé dans le monde. Son corrolaire? l'islamisation! Dieu a peu de choses à voir avec les conquêtes des églises, des religions et leurs exactions. Combien de morts l'évangélisation? D'autre part, je n'ai jamais senti un sentiment religieux particulier en écoutant de la musique sacrée dans une salle de concert. La musique religieuse n'existant peu ou prou pas. Seule la musique fonctionnelle a un sens, pas religieux, mais un sens en ce qu'elle est faite pour accompagner un rituel. Or les messes de concert qui ne sont qu'un genre musical comme un autre, parfois bien opératique du reste.
Le caractère sacré de la musique n'étant d'ailleurs pas toujours là où on l'imagine. Pie XII : "J'entends plus Dieu dans les derniers quatuors de Beethoven que dans toutes vos messes!"


C'est Bach et plus généralement la musique sacrée qui m'a sensibilisé un peu plus à Dieu... car comment ne pas être ému par un Requiem de Mozart par Herreweghe chez Harmonia Mundi... une oeuvre tellement gorgée de sens, de force, de profondeur ? Qui touche du doigt un certain absolu ? Je pense ne pas être le seul sur cette planète...
Par Herreweghe... chez Harmonia Mundi... sur un disque quoi :wink:

Car n'oublions pas qu'il ne s'agit pas ici d'un plaisir musical ou sonore, mais plutôt d'un sauvetage d'âme pour l'éternité...
La musique n'est stricto sensu que du son.

C'est un tout autre enjeu.
Je ne sais pas ce que pense *vraiment* Bach sur ce vaste sujet, cette cause devrais-je dire, qui dépasse complètement celui de la musique.
Je sais en revanche ce que pense Dieu... les âmes doivent être sauvées, et je vois en la musique sacrée, par sa puissance de conviction, un formidable outil.
Tu as son numéro de téléphone? Je plaisante, le prend pas mal :wink: mais j'ai quand même deux mots à lui dire à ce Dieu tout amour au nom de qui on se massacre allègrement et toujours autant depuis qu'il est venu mettre son nez dans nos affaires!
La seule chose que l'on puisse dire : le catholicisme et les protestantismes sont les seules religions, les seules idéologies, qui ont permis l'essort d'une musique en perpétuelle évolution qui ne reste pas figée et, au dela, l'essort de la peinture car ce ne sont pas des religions iconoclastes. L'église catholique détenait aussi un pouvoir temporel, exerçait le pouvoir, et avait besoin d'un art officiel la représentant et illustrant la grandeur de son pouvoir.
Mais quelques grands compositeurs étaient athées bien qu'ils ont composé de la musique religieuse pour l'église ou la salle de concert, surtout pour la salle de concerts du reste... (je te tends une perche!) : Mozart, Fauré, Beethoven si ma mémoire est bonne étaient athées.


Une âme suffit...
A un interprète à qui quelqu'un lui disait : "dans les dernières mesures de l'Opus 111 de Beethoven jouées par vous, je vous le ciel s'ouvrir et Dieu nous regarder", vous êtes un messager de Dieu, un très grand pianiste a répondu "C'est difficile, mais on y arrive, il suffit de jouer très égal, de bien conduire le crescendo et quand la modulation en ut majeur arrive le son s'ouvre et ce do majeur illumine ce qui était sombre quelques mesures plus tôt."

haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 01 Nov 2002 15:49

"Par Herreweghe... chez Harmonia Mundi... sur un disque quoi :wink: "

Hélas je l'ai raté en concert :wink: !

Quant aux points sur la religion et son histoire, je pense que celà devient très personnel... donc je ne m'étendrai pas là dessus. Il va cependant sans dire que je suis contre les massacres de toutes sortes, quelles que soient les raisons.

Enfin, sur Furtwangler, comment expliquer que Walter, Klemperer et Kleiber ont fui, eux ? Certes certains étaient juifs... mais d'autres l'on fait par conscience.

Pourquoi est-il resté, lui ? Pas si simple... mais bon, on ne va pas se refaire toute la bio de Furtwangler !

Du reste, je me méfie de ces biographies, qui décrivaient par exemple Gould comme un reclus, un autiste maladivement (c'est le cas de le dire vu ses penchants d'hypocondriaque) obsédé par sa musique, se protégeant par d'épais pulls, manteaux et écharpes même en plein été ! ... et c'est bel et bien quelqu'un de gai, jovial et communicatif qu'on a vu sur Arte !
KHOI
 
Messages: 910
Inscription: 12 Avr 2002 2:00
  • offline

Message » 01 Nov 2002 18:24

Laisse tomber Khoi, il le fait exprès. Ca devient du bla bla sur du bla bla pour bla blater et de toute manière ne jamais être d'accord.

Peu importe ou la musique doit être jouée, elle est faite pour être jouée et si elle apporte du plaisir à 3000 personnes dans un stade c'est bien là sa grande qualité. C'est à nous de choisir ou on a envie de l'écouter et pas à nous de suivre les 3000 personnes dans le stade.

Si Scytales n'aime pas les concerts et prefere ecouter chez lui c'est son truc, si Khoi aime les concerts et chez lui c'est son truc, et si des personnes n'aiment pas la musique, c'est pas leur truc.

P.S.: "La seule chose que l'on puisse dire : le catholicisme et les protestantismes sont les seules religions, les seules idéologies, qui ont permis l'essort d'une musique en perpétuelle évolution qui ne reste pas figée..." T'as oublié le capitalisme... :lol:
karyboue
 
Messages: 5096
Inscription: 02 Aoû 2001 2:00
  • offline

Message » 01 Nov 2002 23:26

Laisse tomber Khoi, il le fait exprès. Ca devient du bla bla sur du bla bla pour bla blater et de toute manière ne jamais être d'accord.

Chut ca devenait tres interessant ce topic qui part en live, blabla ou pas.

Peu importe ou la musique doit être jouée, elle est faite pour être jouée et si elle apporte du plaisir à 3000 personnes dans un stade c'est bien là sa grande qualité.

C'est vrai dans les cas ou les 3000 personnes sont au courant de ce que la musique n'a pas été composée dans ce but, et quelle ne *peut pas* sonner convenablement dans un stade (on pense bien sur aux recents verdi/stade de france). Seulement une bonne partie découvrent l'oeuvre et se disent "c'est ca verdi ?". Ca se rapproche plus de la défiguration qu'autre chose.
On peut aussi regarder laurence d'arabie en 4/3 VF sur TF1 avec sa 36cm, mais le film gardera t-il l'impact initial ?

C'est Bach et plus généralement la musique sacrée qui m'a sensibilisé un peu plus à Dieu... car comment ne pas être ému par un Requiem de Mozart par Herreweghe chez Harmonia Mundi... une oeuvre tellement gorgée de sens, de force, de profondeur ? Qui touche du doigt un certain absolu ? Je pense ne pas être le seul sur cette planète...
Car n'oublions pas qu'il ne s'agit pas ici d'un plaisir musical ou sonore, mais plutôt d'un sauvetage d'âme pour l'éternité...

Là je partage le point de vue d'haskil, pourquoi l'art religieux ne pourrait exister sans les croyances associées ?
L'ame de qui ? Sauvée de quoi ? Pour avoir fait quoi ? Celle du compositeur, pour avoir rendu service à l'église, en attirant plus de fidèles par la grandeur de son oeuvre ? Ou celle de l'auditeur, qui grave ainsi dans son esprit, plus ou moins consciemment, les saintes écritures en s'abreuvant de la musique.
Ce sont avant tout des notes, qui procurent un certain effet, du moment que le "noyau" (judicieuse image) ne manque pas au matériel de restitution ;)
YETI
 
Messages: 1883
Inscription: 21 Fév 2001 2:00
Localisation: Londres
  • offline

Message » 02 Nov 2002 4:06

Yeti

Je ne pensais pas à la partie qui va se dire "ca c'est Verdi?", mais à l'autre qui va se dire "c'est ca Verdi!?" puis "et chez moi?" ou "et dans une bonne salle"? Pas de communication, pas d'oeuvre. L'art est pour moi un mode de communication avant tout (là, on peut trouver une explication à Bach par exemple : Dieu, amour, tolérance, etc, etc). Mais un mode de communication qui "ouvre l'esprit" sur soi-même ou sur ce qu'on n'avait jamais pu imaginer de soi-même (peut-être, par identification avec l'auteur).

Tu vas au Metropolitan Museum of Art de New York c'est comme Verdi au grand stade, c'est fantastique en terme de qualité mais affligeant en terme d'agencement. Je me souviens d'une exposition de Degas ou les tableaux n'étaient pas séparès d'1m entre eux (on aurait dit du Naim :lol: ), ce qui est débile et super fatiguant, mais peut permettre aussi à certaines personnes de faire des découvertes.

On peut critiquer n'importe quoi mais avant de s'attacher à quelque chose, il faut une entrée en "matière". C'est l'avantage et l'inconvenient de notre société actuelle qui sous prétexte d'information nous raconte n'importe quoi (Et là encore, le débat est très très vaste). Botecelli est encensé alors qu'il chante comme une casserole (bon, j'exagère un peu, d'accord). Il n'y a eu quasiment que Nathalie Desay pour dire qu'il ne fallait pas confondre les poussins et les poulets. Mais, si ca plait à un certain nombre de personnes (et je précise : et si ca ne va pas à l'encontre des droits des individus parce que, sinon, on va me mettre Hitler dans la tronche) et si ca peut ouvrir des horizons sur l'art lyrique, je ne vois pas ou est le mal. Si on réfléchi bien; est-ce Pavarotti qui a fait une fleur à Botecelli en le propulsant ou Pavarotti ne se serait-il pas servi de Botecelli pour faire découvrir l'art lyrique à des personnes qui n'y auraient jamais eu accés?

Alors, c'est à double tranchant, pour plusieurs raisons, entre autre l'exces d'informations et sa vitesse de renouvellement croissante qui font que nous sommes débordés alors que nous avons de très très nombreuses possibilités. Il reste grosso modo peu de choix : faire un maximum de choses différentes dans de nombreux domaines mais très accessibles, entrer profondement dans quelques domaines en laissant plus ou moins de côté les autres et le troisième c'est d'être un genie mais ce n'est plus un choix. Néanmoins, je pense que celui qui ne conaissait pas et qui va etre négatif sur Verdi au grand stade a très peu de chance quoiqu'il arrive d'aimer Verdi dans une salle de concert.

Je vous laisse la parole :lol:
karyboue
 
Messages: 5096
Inscription: 02 Aoû 2001 2:00
  • offline

Message » 02 Nov 2002 11:39

karyboue a écrit:Laisse tomber Khoi, il le fait exprès. Ca devient du bla bla sur du bla bla pour bla blater et de toute manière ne jamais être d'accord.

Peu importe ou la musique doit être jouée, elle est faite pour être jouée et si elle apporte du plaisir à 3000 personnes dans un stade c'est bien là sa grande qualité. C'est à nous de choisir ou on a envie de l'écouter et pas à nous de suivre les 3000 personnes dans le stade.

Si Scytales n'aime pas les concerts et prefere ecouter chez lui c'est son truc, si Khoi aime les concerts et chez lui c'est son truc, et si des personnes n'aiment pas la musique, c'est pas leur truc.

P.S.: "La seule chose que l'on puisse dire : le catholicisme et les protestantismes sont les seules religions, les seules idéologies, qui ont permis l'essort d'une musique en perpétuelle évolution qui ne reste pas figée..." T'as oublié le capitalisme... :lol:


Karyboue, relis-toi : c'est un peu court non? Puisque tu as décidé d'être désagréable et agressif, qui plus en t'adressant par dessus ma tête à Khoi ce qui est d'une incorrection rare,
je te dirais avant que je quitte définitivement ce post que je n'ai rien contre toi, mais il faut que tu te détendes, que tu apprennes à ne pas t'identifier à ce que tu possèdes, à ne pas réagir d'une façon aussi spontamément crispée que tu l'as fait dès le début. Alors même que personne ne parlait une autre personne... A moins que tu ne t'appelles Karybounaim?

Je te dirais aussi qu'il te manque quelques références historiques et musicales pour bien comprendre certaines choses et sans doute une connaissance de la musique de l'intérieur pour en comprendre d'autres. Je suis navré, sincèrement navré de t'écrire ça. Un jour tu comprendras. Il m'a fallu beaucoup de temps pour comprendre.

Ton PS est assez éloquent : étudies un peu et tu verras que le capitalisme et le protestantisme entretiennent des liens consubstanciels, tandis que le catholicisme s'en est longtemps méfié au point d'ailleurs de le nier quasiment. Lis l'ancien et le nouveau testament, lis les régles de saint Thomas Daquin pour commencer. Etudie la Réforme..., Cromwell. Saute quelques siècles passe directement à Marx et Engels.

On pourra même dire que le capitalisme anglo-saxon moderne a inventé la culture de masse, une culture produite, gérée par des élites pour des clients que l'on assomme, jusqu'à ce qu'elle devienne populaire.
Ce que l'on fait subir à la musique classique à notre époque, par pure démagogie et goût du fric, nous en éloigne insensiblement.

Pour la faire aimer la musique, sans doute faudrait-elle qu'elle soit enseignée dès les plus petites classes... mais comme il faut, pas a en dégoutter les enfants.

Une culture bien différence de la culture populaire qui est produite et gérée par les individus eux-mêmes au sein de leur société sans aucune visée égémonique...

Et cherche une musique évolutive dans ses formes, son vocabulaire en dehors des sociétés catholiques et protestantes... cherche... toutes les sociétés non chrétiennes qui ont vu leur musique changer dans son vocabulaire et ses formes l'ont été par contamination occidentale... J'ai même été frappé, voire un peu choqué, d'entendre un groupe de musiciens officiels chinois, sensés jouer la musique de la cour impériale, introduire des modulations dans une musique modale qui ne module jamais...

J'espère qu'à l'avenir nous pourrons discuter plus gentiment...



Alain :wink:
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 02 Nov 2002 16:16

Haskil, je suis véhément, mais pas agressif parce que tout simplement je te vois arriver et je sais quels chemins tu peux prendre. Pour tes conseils de lecture, je te remercie, j'aurai aimé te rendre la pareil mais je ne me souviens plus de ce que j'ai pu lire à part : Le petit Price, Ecce Homo et Amelie Nothomb.

Pour le coup du capitalisme je ne peux pas imaginer 2 secondes que tu n'aies pas fait exprès de ne pas comprendre ???
karyboue
 
Messages: 5096
Inscription: 02 Aoû 2001 2:00
  • offline

Message » 02 Nov 2002 20:11

Karyboue :wink: mon plus gros défaut est d'être terriblement au premier degré et de prendre tout ce qui me tient à coeur au sérieux :wink: . surtout te fait pas de bile!

La seule chose que je vous que nous retenions de cet échange vif, c'est qu'il faut se méfier comme de la peste des idées dominantes véhiculées par la presse hifi sous influence. Et mes éruptions, de six mois en six mois, contre deux ou trois marques britanniques qui souffrent à mon avis d'un rapport qualité/prix déficient ne sont rien à côté d'une "vérité" mille fois exprimées dans les revues et ancrées consciemment ou pas dans les esprits qui affirme que les Japonais font des amplis bourrés de gadget incapables de reproduire la musique qu'ils sont sensés faire jaillir des enceintes.
Quand je vois l'intérieur de certaines platines CD, vides qu'elles sont et équipées de mécanique Philips ou Sony (quand même!) et que je vois une platine Sony ou autre marque très sérieuse, je me dis que les Japonais et les grands constructeurs sont vraiment des sots pour ne pas savoir faire pour pas cher ce qu'ils font eux pour très cher. Va sur le post CD Ayre et regarde... Le PDG de Sony doit virer tout de suite son équipe... Ou alors, tout s'effondre si l'on peut faire la meilleure platine qui soit pour un prix donné en mettant dedant une mécanique obsolète de CRD Rom, deux transfos à 100F et une carte de conversion qui ne coute, elle aussi, pas bien cher... Aujourd'hui, tout électronicien sérieux, te le dira ce qui coute le moinc cher, ce sont les composants qui entrent dans nos machines. Souvent dans un ampli, l'alimentation et les radiateurs coutent plus cher que les cartes qui sont entre les deux... Les potards et la boite coutant souvent plus cher que tout le reste...
Je te fais mes amitiés,
Alain :wink:
L'autre chose ce serait que la musique enregistrée n'est qu'un pâle succédané de la musique vivante qui elle exprimerait la vérité. Quand ces deux moyens de communication portent en eux des défauts parfois rhédibitoires pour pouvoir accéder au coeur de la musique. Tu sais, il y a une autre idée reçue, une sorte de snobisme chez les musiciens, souvent équipés avec des minichaines qui nous réconcilieraient : ceux qui s'intéressent à la hifi n'aiment pas la musique. Je te prie de me croire : c'est très répandu...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 02 Nov 2002 22:27

En fait pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?
Mais la bonne question ne serait-elle pas : est il aussi facile que ca de faire simple?
karyboue
 
Messages: 5096
Inscription: 02 Aoû 2001 2:00
  • offline

Message » 04 Nov 2002 15:08

karyboue a écrit:Un jour, il peut s'ouvrir une porte qui permet de voir le detail et la globalité en même temps et ca c'est plus puissant que n'importe quelle explication.


C'est exactement ce que fait Cello : le global et les détails !

Betekaa
Avatar de l’utilisateur
Betekaa
Membre d'Honneur - Administrateur Forum Bla Bla
Membre d'Honneur - Administrateur Forum Bla Bla
 
Messages: 52150
Inscription: 15 Jan 2002 2:00
Localisation: omnichiant
  • offline

Message » 04 Nov 2002 15:29

Betekaa a écrit:C'est exactement ce que fait Cello : le global et les détails !

Betekaa


(tiens, tu postes dans Hifi, toi mon ex-clone ?)

Et Naim, alors, se situe comment dans ce contexte ?

Burndav' (recentreur de débat)
Burndav
 
Messages: 3390
Inscription: 25 Avr 2001 2:00
Localisation: Jamais très loin
  • offline

Message » 04 Nov 2002 16:20

Bien le bonjour, O ex-maître Burndav, qui se fait virer des magasins ???? :wink:

Il m'arrive, bien que les préocuppations liées à hifi soit loins de moi maintenant, à poster de temps à autre ici-bas (WAF et appartement/acoustique non compatibles :cry: )

Mais ce post est très intéressant, puisque on peut avoir des infos techniques, sociologiques, et musicologiques et quasi philosophiques.

A cet égard, les interventions sur l'invention du "concert", l'évolution de lieux de concert, l'étude d'une oeuvre liée à son contexte, sont très intéressants.

Je rajouterai "commande par sponsor" des oeuvres, idem que maintenant, puisque pour créer, encore en faut-il les moyens, universal ou ministère de la culture selon ce que vous écoutez.

Haskil disait vrai, la connaissance du "milieux" du marketing, de l'histoire de ce petit marché qu'est la haute fidélité reste à écrire...

Pour recentrer sur le post, je ne connais pas naim, en tout cas pas de souvenirs (pas plus que linn).

J'ai 2 blocs mono Cello références (donc 4 blocs en tout) que j'ai refourgué à mon frangin, n'en ayant pas l'utilité. C'est lui qui me les avait offert.

Pour l'anecdote, je vais vous raconter comment j'ai récupérer mes 2 amplis : mon frère à connu le créateur de Cello lors d'un reportage en californie sur un autre sujet que la hifi, et ils ont sympathisé. Ils se sont revus qques années plus tard à Paris, mon frère l'a dépanné en l'hébergent dans son 30 m², ou trainaient des panneaux quad, du nad et des tonnes de CD...

Il a fait envoyer à mon frère les 2 blocs par avion pour le remercier. La très très très grande classe, non ? :o

Depuis, j'héberge volontier Mrs Martin Logan, Barco et Sony quand ils veulent :wink:

Plus sérieusement, je crois que nous faisons tous un grand pas quand nous admettons nos insuffisances, que nous nous questionnons le plus largement possible sur les raisons qui nous poussent à passer un temps fou sur du matériel hi-fi, le pourquoi du comment de cette quête, les questions sous-jacentes que cela soulève...

Comme je le dis toujours, le but est dans le chemin ! :lol:

Betekaa
hôtel 4 étoiles :wink:
Avatar de l’utilisateur
Betekaa
Membre d'Honneur - Administrateur Forum Bla Bla
Membre d'Honneur - Administrateur Forum Bla Bla
 
Messages: 52150
Inscription: 15 Jan 2002 2:00
Localisation: omnichiant
  • offline



Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message