Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: phile et 20 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Naim vs Cello

Message » 29 Oct 2002 10:34

LaurentV a écrit:
blounote a écrit:haskil a dit la vééritééé...il doit être exécuutéééé!

Guy Béart :wink:


Haskil n'a pas dit la vérité. Il fait simplemnt part de son opinion qui est, à mon avis un peu trop tranchée, mais respectable.
Si la vérité dans le domaine qui nous interesse ici existait nous ne seroins pas là, car il n'y aurait qu'une seule chaine hifi sur le marché.

J'y peut rien, je suis d'accord avec lui sur le tuner Rega par exemple, un bon Nad ou un quad marche mieux ; un bon vieux Pionner TX9800 enterre beaucoup de tuners actuels. Personnelement j'ai un naim NAT03
il marche bien et peut s'aligner sur beaucoup de tuners existants, ceci dit il est derriere le pionner évoqué ci dessus.
Ce qui m'ennuie un peu c'est quelque soit vos avis c'est votre cote manicheiste. Haskil, Blounote...d'un coté Khoi, Karyboue... de l'autre.

la verité est ailleurs


LaurentV : tu as fondamentalement raison... et je n'ai pas fondamentalement tord, même si, volontairement je pousse le bouchon un peu loin, pour que des visiteurs, des nouveaux forumeurs qui tomberaient sur ces posts, sachent que le doute doit les habiter, qu'ils ne doivent en aucun cas croire les oreilles fermées ce qui s'écrit dans les revues, ce qui se dit dans les auditoriums (et tu en sais quelque chose!), ne pas se laisser embarquer sur des pistes étroites et trop univoques.

Tu noteras cependant que j'ai trouvé des qualités à ta rega Jupiter/io et à ton ensemble Naim et que je l'ai écrit... bien de nos amis en ont été surpris!

Certains de nos amis sont loin, me semble-t-il, d'avoir au moins fait ce petit pas... Ils apprendront à relativiser quand ils auront fait le tour des qualités et défauts de leur chaine actuelle. Ils feront la part des choses. Peut-être même passeront-ils au haut rendement, peut-être préfèreront-ils un jour un son plus transparent et défini. Rien n'est gravé dans le marbre...
Et comme M'bon, ils pourront alors signer leur post "ancien audiophile, on peut toujours rêver".
L'audiophilie, concept qui privilégie le matériel par rapport à la musique, a avantageusement remplacé la haute-fidélité qui n'a pour but que de permettre d'écouter cette musique que nous aimons tant, du moins je l'espère, dans les meilleures conditions possibles.
Cette audiophilie en roue libre nous aura conduit à ce que nous avons entendu samedi qui, a bien des égards, était consternant de médiocrité dans la plupart des stands.

Alain :wink:

PS : un conseil lisez le post Tuck et pati...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49552
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Annonce

Message par Google » 29 Oct 2002 10:34

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 29 Oct 2002 11:59

Bonjour, Bonjour,

premièrement, le récent post de Karyboue est sorti de la cordialité !

Deuxièmement,

Cher Haskil,

Je ne puis être que d'accord avec ton post ! La présence et la réputation de marques comme Naim ou rega dans les revues sont galvaudées, en tout cas surestimées par rapport à leur qualité, de même que les produits HDG japonais sont absents.
Mais ton raisonnement s'applique surtout à des Linnistes, Naimistes purs et durs, qui ont uppgradé très loin dans ces marques, sans jamais rien écouter d'autres, emprisonés dans le marketing et le petit monde des revues

Pourtant sans parler de HDG) je connais plusieurs personnes chez qui le nait 2, 3 ou 5 est venu conclure de longues hésitations et campagnes d'écoute

Un peu comme Khoi, je ne connaissais pas Naim (sauf un diapason d'or pour un CD) quand j'ai écouté un Nait 3. Le produit étant sorti en 1993, je n'avais lu aucun test sur ce produit. Et c'est après avoir écouté un technics à 8000 francs, un Marantz pm 17 à 10 000 francs (que je recherchais d'occasion), un AA puccini, (et d'autres plus "Revue" comme le Cursa Maia de rega ou un 4808 cairn) que je découvris un Nait 3R chez un particulier. Il vint chez moi, et pour le prix (5000 ou 5500 francs), c'est de loin ce que j'avais préféré musicalement, quelque soient les considérations de prix intrasèques (et les composants dedans ou la finition). Même à 7 000 francs neuf, je l'aurais trouvé compétitif sur le seul plan sonore.
Même chose je crois pour Arno 31, qui écoutait des Rogers, sur lesquels, après quelques essais (tubes ?), on brancha un Nait 3 qui l'emballa (Lambada ?).

Bref, on peut acheter un Naim sans entrer en religion, contrairement à ce que tu présumes. Ces produits ont des qualités, mais il est certain que tu n'y es pas sensible (je devrais travailler dans la diplomatie non ?)

Dans mon cas, j'avoue ne pas avoir écouté d'autres produits quand j'ai changé d'amplis après le Nait 3. Je n'avais pas envie ni le temps de refaire des campagnes d'écoute, d'autant que celle pour mes enceintes n'avait pas été très concluante, et que ma paire avait été acheté sans réel coup de coeur. J'ai revendu le Nait autour de 4500 francs, et j'ai remis 4500 francs pour un ensemble préampli-ampli chez Naim (l'ampli était vieux de 2 ans !). Je savais ne pas être dépaysé, et retrouver améliorer des qualités que j'appréciais (avec plus de dynamique, et un rééquilibrage des timbres qui étaient un poil clair avec le Nait, et un message moins "médium", plus plat avec une meilleure bande passante.
Bref, pour 4500 francs, je ne me suis pas senti "volé" par Naim grâce à l'occasion.
En revanche, je sais très bien les limites de mon système, grâce aux nombreuses écoutes chez d'autres forumeurs ou chez moi, que je tenterais bientôt (après un déménagement en décembre) d'améliorer, notamment avec de nouveaux cables (l'ogoKZ ).

Tout ça juste pour dire que l'on peut acheter du Naim après avoir écouté d'autres marques, y compris des japonais.

A bientôt,

Alexandre

(D'ailleurs je ne comprends pas trop ta réponse à Khoi à propos des japonais à 4000 francs. Puisque selon toi le Nait ne vaut réellement 3000 francs, pourquoi le comparer à les japonais à 4000 francs serait symptomatique de la perception des japonais, puisque la démarche de Khoi s'incrivait totalement dans ta logique fondée sur le "contenu électronique" des appareils ?)
alexandret
 
Messages: 1392
Inscription: 27 Aoû 2001 2:00
Localisation: Paris
  • offline

Message » 29 Oct 2002 12:30

Cher Alain,

La discussion s'est arrêtée depuis plusieurs pages. Plutôt que rebondir sur les contre-arguments qui te sont opposés, tu scandes à l'infini les mêmes antiennes.

1000 fois, tu vas répéter qu'on ne peut préférer Naimlinnrega si on a "sérieusement" écouté autre chose. Il me semble que si tu lisais ce qui t'a été répondu, tu devrais admettre une fois pour toutes que ceux avec qui tu converses ont bien testé plein de trucs différents (Denon, NAD, Technics, Teac, Rotel, Thule, AudioAnalogue, Cairn, Yamaha, Arcam, Unison, NVA, Myriad, Krell, Cyrus, Audio Note, Marantz et j'en passe plein, en ce qui me concerne) et ne sont pas des naïfs. A moins de dire qu'ils sont "manipulés" au point d'avoir été dépossédés de leurs capacités de jugement (et là on tombe dans le procès en sorcellerie) je ne vois pas comment tu peux tenir une position pareille.

Sachant donc que l'argument de la naïveté et du manque de comparaisons tombe (en tout cas si tu es un tout petit peu honnête), il te reste l'argument du "ce qu'ils entendent n'est pas la réalité, ils se trompent, moi je sais ce qui est bon et ce qui ne l'est pas car j'ai une plus grande expérience". C'est un argument d'autorité, qui n'impressionne personne et dont la faiblesse est évidente pour tout le monde. Il nie tellement la diversité des perceptions (et capacités perceptives) et la fragilité des jugements (qui sont d'ailleurs la raison de ce forum), qu'il frise le terrorisme intellectuel.

Il reste l'argument "technico-économique". "Ouvrez les boites, vous voyez bien que c'est du foutage de gueule, ça ne peut pas marcher". Là aussi, tu n'écoutes pas. Outre le fait que ce n'est pas aussi simple que tu le dis (et d'autres que moi ont argumenté), ce qui t'a été rétorqué unanimement c'est qu'on s'en fout. Je n'achète pas de la hifi pour le nombre et le prix des pupuces dans les boites. Avec ce genre d'argument, plus personne n'achèterait de stradivarius, les composants sont les mêmes que des violons à 20.000 balles. Plus personne n'achèterait une vieille MGA, les composants sont bien moins impressionnant que la somme d'électronique embarquée d'une béhème... mais le plaisir de conduite, lui, n'a rien à voir. Cet argument n'a aucun sens dans un forum d'amateurs de musique, il en aurait dans un forum de bricoleurs ou d'électroniciens.

Donc, stp, essaie de rebondir, tes arguments ont été rencontrés. Soit tu dis "ok les gars, je vous reconnais une capacité de jugement propre, qui vaut la mienne, vous avez acheté avec vos oreilles et je respecte vos choix, il n'y a pas de Vérité mais une multitude de vérités" ou alors tu ajoutes quelque chose de neuf...

En tout amitié,

Rémy

PS : bien-sûr que ça a du sens de comparer Naim et Cello, autant que comparer Naim et Yahama... qu'est-ce que c'est que cette manie de décréter ce qui peut être et ce qui ne peut pas ???
CalvinHobbes
 
Messages: 861
Inscription: 03 Sep 2002 12:57
Localisation: BXL
  • offline

Message » 29 Oct 2002 12:54

Alexandre écrit :
""Je savais ne pas être dépaysé, et retrouver améliorer des qualités que j'appréciais (avec plus de dynamique, et un rééquilibrage des timbres qui étaient un poil clair avec le Nait, et un message moins "médium", plus plat avec une meilleure bande passante.
Bref, pour 4500 francs, je ne me suis pas senti "volé" par Naim grâce à l'occasion. ""

Haskil répond :

Impossible de ne pas être en parfait accord avec cela : le prix en occase et la différence qualitative entre les petits et les éléments séparés : clair, allégé et cependant un peu trop en médium du Nait. Exactement ce que je pense.

Pour la démarche de Khoi et cette cette histoire de façade dorée, l'inconscient parfois en dit long, plus long que la pensée apparente. Mais, encore une fois, ce n'est pas bien grave tout cela.

File lire le post sur Tuck et Patti : il est instructif et d'une certaine façon parallèle aux nôtres.

Nous passons tous par une période d'initiation, de phantasmes, d'essais en tous genres avant de nous fixer en hifi... comme dans la vie du reste! Je pense sincèrement que beaucoup de produits audiophiles vantés dans les revues tombent à pic pour cela. Se distinguer des autres par un produit valorisant que son entourage n'a pas, avoir la sensation que l'on appartient à un cercle d'élus (demande à X, disent les amis, il s'y connait), que l'on touche de près ce que l'on cherche. Personne n'échappe à ces comportements quand bien même il pense sincèrement y échapper et trouve de bonnes raisons pour dire cela.
Moi, toi, vous, ils. Une grande partie du positionnement des marques sur le marché est positionné en fonction de ces données. J'ai gardé très précieusement en mémoire la façon dont l'une de ces marques s'est implantée en France et comment elle a contaminé, intelligemment les rédactions et les consciences. Du grand art, assurément. Mélange de crumble fait par madame, de discussions passionnées sur les mérites de telle ou telle version de telle oeuvre, gentillesse extrême... Quand d'autres font du terrorisme et prennent à partie les journalistes qui osent émettre une réserve sur leurs produits. Les journalistes font alors de l'auto-censure.
Bien différent d'un autre importateur qui t'apporte une paire d'enceintes à écouter et te dis "dites-moi franchement ce que vous en pensez". Tu lui dis et il te répond "je suis d'accord, je n'importe pas ce modèle invendable en France au prix que je dois faire; il est bien trop cher pour sa qualité face à la concurrence ..."

Chez moi aussi le son a des limitations que j'estime impossibles (clair et très ouvert mais manque de matière malgré les lampes) et largement exagérées par l'acoustique sur-réverbérée et la non finalisation de mes enceintes (à la VincentB!)...

Ce faisant, en écrivant "malgré les lampes", je témoigne là encore de mon côté victime, car les lampes passent pour avoir un son chaud et incarné, rond... pour des raisons liées à la vue... Cette analogie si fréquente dans les esprits est loin de toujours se vérifier.

Des lampes sèches, ternes, sans vie, acides il y en a plein les magasins...
Des totors précis et doux, ouverts, avec de la matière aussi : le couple Brinkman entendu samedi matin avec PNicolas et Jérôme est splendide et correspond parfaitement à l'idée que l'on se fait d'un grand ampli à lampes...
Il est pourtant allemand (longtemps synonyme de son physiologique aux aigus perçant au grave ronflant), à totors, d'un design massif pour l'ampli, froid et rigoureux pour le préampli. Je le vois : je me dis ça doit sonner carré ce truc là... j'écoute, le bonheur absolu...

Le Jeff Rowland, en alu brillant, posé à côté, sonnait comme il est : froid et chirurgical... Est-ce si certain...

Quand je dis que je suis moi aussi victime des idées reçues : ce n'est pas un vain mot! Et je suis désolé que Karyboue prenne pour lui des remarques faites sur deux intégrés et un lecteur de CD et en aucun cas sur un être humain.

Amitié,
Alain :wink:
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49552
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 29 Oct 2002 13:26

Calvin écrit :
"Avec ce genre d'argument, plus personne n'achèterait de stradivarius, les composants sont les mêmes que des violons à 20.000 balles. Plus personne n'achèterait une vieille MGA, les composants sont bien moins impressionnant que la somme d'électronique embarquée d'une béhème... mais le plaisir de conduite, lui, n'a rien à voir. Cet argument n'a aucun sens dans un forum d'amateurs de musique, il en aurait dans un forum de bricoleurs ou d'électroniciens."

Calvin : toujours les mêmes erreurs fondamentales :

L'opposition entre amateurs de musique et bricoleurs ou électroniciens. Heureusement que les seconds là pour que les premiers puissent assouvir leur passion...
J'ajouterais juste que la qualité sonore d'un appareil dépend directement de la qualité de ses circuits et de la justesse de sa conception. Les mesures, la science, contrairement à une légende urbaine, sont au coeur du travail des grands et des petits fabricants de hifi.

Le coup de l'instrument de musique :

Un violoniste crée de la musique avec un Stradivarius, en partant d'un bout de papier imprimé il produit de l'art.
Un motard conduit son bolide, il fait corps avec lui, un peu comme le violoniste ou n'importe quel instrumentiste... un peu comme l'écrivain qui ne se résoud pas à écrire autrement qu'à la main.
Par parenthèse, les composants d'un stradivarius ne sont pas les mêmes que ceux d'un violon à 20.000F... Si le plan peut-être le même, ils ont été copiés et le sont encore, de même que les Amati, les Guarnerius, les Streicher, les Pic, etc., les composants justement ne le sont pas et l'interaction entre le temps qui passe et les composants du stradivarius restent justement la grande inconnue... ils sont encore meilleurs aujourd'hui qu'ils l'étaient du temps de Strad. De cela on est quasi certain. Les violons de Steiner, facteur tyrolien, étaient plus recherchés encore à l'époque.
Cela dit, il y aussi une part de mythe sur ces violons, légère, mais réelle quand même... que la spéculation a rendu prégnante. Et de très nombreux violonistes confient en privé que leur esprit est plus tranquille, mais que parfois ils jouent un Pic (sublime violon coutant de 5 à doix fois moins cher qu'un Guarnerius del Gesù ou un Strad) sans que quiconque s'en aperçoive... Ne me lance pas sur le sujet des violons, je t'en prie... Sache simplement qu'un violoniste comme une chanteuse ou un chanteur entretient une relation irrationnelle avec son instrument. Et que certains très grands violonistes, célébrissimes violonistes, jouent autre chose que Strad...

Revenons à la hifi.

En hifi, nous ne faisons qu'appuyer sur un bouton, glisser un disque dans un lecteur, régler le volume pour écouter la musique produite par d'autres et sur laquelle nous n'avons aucune action. Nous en sommes les spectateurs et nous l'intériorisons, nous n'en sommes pas les acteurs. A la différence du reste de se qui se passe en concert, mais c'est une autre histoire... Nous n'avons aucune action sur la musique enregistrée. Nous ne sommes et la chaine n'est pas musicaux.

Je crains que nous ne puissions jamais nous comprendre, de ce point de vue tout du moins. Ce n'est pas grave.

Alain :wink:

As-tu essayé le carton ondulé?
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49552
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 29 Oct 2002 15:05

d'autant que que c'est le stradivarius qui doit donner la couleur sonore, et non pas la chaine hifi.
blounote
 
Messages: 4817
Inscription: 11 Juin 2002 18:08
Localisation: 40 - DAX
  • offline

Message » 29 Oct 2002 15:16

<<<<<Se distinguer des autres par un produit valorisant que son entourage n'a pas, avoir la sensation que l'on appartient à un cercle d'élus (demande à X, disent les amis, il s'y connait), que l'on touche de près ce que l'on cherche. Personne n'échappe à ces comportements quand bien même il pense sincèrement y échapper et trouve de bonnes raisons pour dire cela. >>>>>>>>>>

On voit que tu n's jamais eu de Naim chez toi (vite, de l'ail et un crucifix !)
Tu ne connais donc pas les railleries de tes visiteurs sur l'origine "soviétique" (même pas russe !) de tes appareils. Et il y a quelques mois, un copain qui passait me dit qu'il va s'acheter des appareils HIFI. je lui demande à quoi il pense, et il me répond : "tu ne connais pas, : nad et cabasse" !!! Apparament, un naim suscite plus de mystère que d'intérêt ou d'interrogations...
En revanche, naim (grâce à son fantastique marketing) provoque sa dose d'irrationalité. j'ai pas mal changé de matériel avant Naim, qui apporte sans doute une tranquilité d'esprit (confortée par les articles laudatifs de la presse). Dans l'absolu, les défauts de mon système ne sont plus rédhibitoires à mes oreilles. Je sais où le système doit progresser, et cela se fera sans boulversement.
A l'inverse, certains produits miracles, ou le forum, provoquent des engouements d'achats pas forcément rentable. Le cayin 500 est par exemple tant apprécié par ses possesseurs qu'il change tous les autres maillons de la chaine très rapidement (Brunolev, Sonlam et d'autres).
le Kora 90si, bizarrement moins bon dans sa dernière mouture, moins bon qu'un AA Puccini, pourquoi la relation passionelle de Jérome avec ses SP 100 s'effrite-t-elle (même ça ! Où va-t-on ?)
Et quid des SACD sony après le 723 ? (mon nouveau cheval de Bataille). Ninja 40 bidouille un convertiseur supérieur auxx étages de conversion de son SACD pour un prix autour de 1000 francs. Un autre, Jean-PascalG préfère sur le même système un vieux marantz 63 avec le Art/DO que les Sony en Drive. Combien de personnes ont acheté des SACD Sony sans les écouter grâce à tes multiples posts sur ces appareils ? Si leur rapport Q/P semble excellent, ils ne correspondent à toutes les perceptions musicales.
Cela me fait venir à une deuxième point :

<<<<<<<<Nous passons tous par une période d'initiation, de phantasmes, d'essais en tous genres avant de nous fixer en hifi... comme dans la vie du reste! >>>>>>>>>>>>

j'ai déjà l'impression d'avoir passé une étape dan sl'ébauche de mes goûts en hifi. La passage d'ensemble Triangle/Cairn/Rega à Proac/Naim a été sidérant. Si les triangle ont des qualités que mes Proac n'ont pas, j'ai retrouvé un univers musical qui ne pouvait pas être retranscrit par le premier ensemble. Un exemple que j'ai déjà donné : la seconde version des suites par Bylsma n'avait aucun intérêt par rapport à la première sur les triangle. Avec le deuxième système, j'ai découvert l'extraordinaire suavité décrite dans le commentaire, permise par un violoncelle légèrement plus long. L'ensemble Naim Proac retranscrit pour moi la pâte sonore, très dense, les timbres que j'entends en concert.

Bref, on peut aimer naim sans que cela témoigne d'un apprentissage imparfait de la hifi ! plutôt un aboutissement (pour l'instant, comme tu le dis, rien n'est définitif).

Alexandre
alexandret
 
Messages: 1392
Inscription: 27 Aoû 2001 2:00
Localisation: Paris
  • offline

Message » 29 Oct 2002 15:21

et puis à l'heure du déjeuner, je vais à la bibliothèque, et je tombe sur Haskil (ça tourne à l'obsession), enfin Clara Haskil. un coffret très beau de deux disques d'inédits (LVBeet. Scarlatti, Mozart, Schumann), paru en 2001 chez Tarah (orthographe ?)
alexandret
 
Messages: 1392
Inscription: 27 Aoû 2001 2:00
Localisation: Paris
  • offline

Message » 29 Oct 2002 15:50

Calvin écrit :
bien-sûr que ça a du sens de comparer Naim et Cello, autant que comparer Naim et Yahama... qu'est-ce que c'est que cette manie de décréter ce qui peut être et ce qui ne peut pas ???

Calvin, bien sur que l'on fait ce que l'on veut, mais la différence entre Cello (du THDG réel : schémas, composants, fabrication, écoute...) et Naim est évidemment beaucoup plus grande que celle que l'on peut faire entre Naim et Yamaha au sein de leurs gammes respectives ...

Une renault intérieur cuir (Naim : tu vois je suis gentil) n'est pas comparable à une Ferrari (Cello).
Tandis qu'une renault intérieur cuir est comparable à une wolkswagen intérieur cuir (Yamaha et d'autres...).
C'est ça qui était choquant et qui a amusé d'autres que moi, cette comparaison Naim vs Cello... :wink:

Et vous relisant, je ne trouve pas d'autres arguments que "ça me plait plus". Ce qui en soi est largement suffisant pour faire son choix et être heureux, j'en suis d'accord.

Alain :wink:
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49552
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 29 Oct 2002 15:53

alexandre t a écrit:et puis à l'heure du déjeuner, je vais à la bibliothèque, et je tombe sur Haskil (ça tourne à l'obsession), enfin Clara Haskil. un coffret très beau de deux disques d'inédits (LVBeet. Scarlatti, Mozart, Schumann), paru en 2001 chez Tarah (orthographe ?)


Splendide avec la première publication d'enregistrements privés : dont une leggierezza de Liszt d'anthologie... une Etude Tableau de Rachmaninov qui ne l'est pas moins et un document émouvant : des bribes du 2e de Beethoven enregistré chez elle par elle... et aussi des pièces remontant aux année 20-30 : gigue de Graun, Presto de Poulence, sonates de Pescetti et Soler... Mais attention son qui gratte, pas hifi du tout, mais bon j'en fait quand même mon miel...

Alain :wink:
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49552
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 29 Oct 2002 19:47

j'ai pas eu trop le temps de m'exprimer, j'ai suivi ces débats depuis mon boulot.
Je n'ai rien contre Rega ou Naim en particulier (j'ai moi même un lecteur YBA qui aurait pu déclencher la même polémique) non, je le répète, moi ce qui m'ennuie c'est le mépris de certains revendeurs et de certains audiophiles à l'égard de certaines marques et qui n'est pas souvent, voire jamais, fondé sur des impressions personnelles d'écoute. Certains appareils sont vantés à longueur de colonnes ou de démonstrations alors que d'autres, excellents, sont occultés par la presse et absents de la plupart des auditoriums. Il faut bien qu'il y ait de temps en temps quelque part des voix qui s'élèvent contre cet état de fait, fut-ce en étant excessif (l'excés appelle l'excés).
Ensuite pour l'écoute chacun prend son plaisir ou il le trouve et c'est très bien comme ça. :wink:
blounote
 
Messages: 4817
Inscription: 11 Juin 2002 18:08
Localisation: 40 - DAX
  • offline

Message » 30 Oct 2002 3:53

Quelqu'un qui a du Naim a remarqué qu'ils avaient légèrement modifiés la police de caractère et la profondeur du noir sur les boutons depuis la sortie du NAC 112 en plus de l'intensité de l'affreux affichage Naim en plein milieu de la facade (moi tout seul, personnellement, je trouve ca affreux un Naim)? :lol: Mais je crois que tout le monde s'en tape, non?

Haskil

Ce que tu fais c'est la même chose que la polémique sur l'importante saturation des tubes Sony trinitrons. Aucun interet si ca plait à certains. Par contre j'ai bien aimé tes remarques sur l'inconscient de Khoi, ca m'a bien fait rire. Psychorigide va ! :lol:
karyboue
 
Messages: 5096
Inscription: 02 Aoû 2001 2:00
  • offline

Message » 30 Oct 2002 9:46

Karyboue : ne franchis pas la ligne jaune; ne sois ni désagréable ni incorrect.

Alain :wink:
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49552
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 30 Oct 2002 13:32

Tu n'as plus de touches? Tu ne t'escrimes plus? :cry:
karyboue
 
Messages: 5096
Inscription: 02 Aoû 2001 2:00
  • offline

Plaidoyer contre une idée reçue

Message » 30 Oct 2002 18:19

Le contenu de ce sujet est l'un de plus intéressants que j'ai lu depuis longtemps.

Je n'ai pas envi de m'engager dans ce qui ressemble trop souvent à un dialogue de sourds, ni de compter les points entre chaque partie pour savoir s'il y a un vainqueur sur chacun des points qui ont été abordés (chose que je pourrais aisément faire pourtant).

Par contre, il y un argument qui est fréquemment revenu dans les messages des uns et des autres, un autre "lieu commun" de la hi-fi, et qui me fait réagir.

Je cite in extenso les passages incriminés:

CalvinHobbes a écrit:La fidélité n'existe pas. Je n'ai jamais entendu une reproduction de piano qui sonnait comme un piano. Alors, les marques, toutes, nous proposent des points de vue sur la musique...


alexandre t a écrit:(...) évaluer la "véracité" d'un système est une illusion ! (...) je n'ai jamais entendu de système restituer réellement un piano.


alexandre t a écrit:Je n'entends jamais cela en live, tout comme toi, haskil, tu n'entends pas sonner des Naim ou Rega comme en live.


alexandre t a écrit:On ne peut dissocier une préférence ou une critique de ses préférences esthétiques. Car la recherche de la véracité sonore, de la neutralité n'est qu'un choix esthétique, dont les critères ne peuvent pas être consensuels.


haskil a écrit:Quand je lis qu'un piano ne sonne pas sur une chaîne hifi comme en vrai! Je le confirme.


KHOI a écrit:PS : pour moi, la haute-fidélité est un leurre, un Graal complètement irréaliste.

Inutile de rechercher une reproduction parfaite du son, je n'en ai jamais entendu, quel que soit le système et son prix.

En un sens, tous les systèmes que j'ai entendu sont mauvais à reproduire le son de manière fidèle. Très mauvais, même.

Il suffit d'aller au concert pour se rendre compte du monde qu'il y a entre le son du concert et sa reproduction.

Car rien que l'enregistrement lui-même est limité... et le tout passe par un lecteur, un ampli, des cables puis ça ressort par un cône tenu par des bouts de caoutchouc autour... lequel cone vibre comme il peut au gré de la musique, le bougre !

Face au mur sonore produit par un grand orchestre et ses dizaines de musiciens dans une grande salle, les moyens sont pour ainsi dire... pathétiques ! Ou encore la richesse infinie des harmoniques d'un grand piano...


KHOI a écrit:Le son ?

Ben quand on est loin... ou compressé dans la fosse... ou en plein air avec 60000 personnes... ou quand l'amplification s'appelle Peavey , Mesa Boogie... ou quand la salle est minuscule (genre caveaux de jazz)...

Le son est souvent mauvais : "criard", "distordu", ou "étouffé", ou "trop fort"... et toujours bien loin de la hi-fi !




Grosso modo, cet argument qui me hérisse, c'est celui qui consiste à dire: "Il est vain de chercher dans le son produit par une chaîne hi-fi une réalité qui est inatteignable. Jamais une chaîne, limitée par nature, ne pourra sonner comme une représentation live".

Cette idée m'apparaît à la fois fausse et dangereuse.

Je suis convaicu qu'elle est fausse de par mon expérience. Je sais, c'est peu, et vous me direz que l'empirisme n'est pas le meilleur moyen de démontrer ou de démonter une proposition. Il est vrai aussi que, là où j'habite, je n'ai jamais eu l'occasion d'écouter un récital de piano, et je ne peux savoir si cet instrument sonne sur ma chaîne comme en vrai. Je mentirais également si je vous affirmais qu'entre les concerts de l'orchestre de Strasbourg et le disque, je retrouve la même chose. Mais cela ne veut rien dire, car je n'ai jamais été à la Philharmonie de Berlin, au Concertgebouw, au Metropolitan, ... Et je préfère, comme haskil, les disques aux concerts auxquel j'assiste parce qu'il est manifeste que jamais l'OPS n'a soutenu le niveau des formations les plus prestigieuses. Alors je préfère le son de la musique en conserve au son de la musique live, même si je dois supporter sur la musique symphonique la désagréable impression d'une "basse fidélité", comme l'a joliment écris je ne sais plus qui (qu'il me pardonne de l'avoir oublié!). Impression fausse peut-être et en tout cas non-vérifiée, tant que je ne l'aurais pas établie avec un bon disque de l'OPS enregistré dans sa salle Erasme du Palais de la musique.

Mais, à côté de cela, j'ai une bonne expérience, dans quelques églises de ma région, de leurs grandes orgues baroques. Des instruments d'une richesse de timbres confondantes placés dans des acoustiques qui me sont familières pour y avoir été souvent et m'y être recueilli, pas devant Dieu, mais devant la beauté des lieux, et aussi pour y avoir vécu quelques événements marquants de ma vie. Des instruments honorables, parfois magnifiques, que j'ai pu écouter sous toutes les coutures: de devant, de derrière, à côté du clavier, à la meilleure place depuis les tribunes, dans la nef, au fond ou près du choeur. J'en ai manipulé les vieux soufflets manuels, j'y ai joué avec émotion et dans une crainte toute religieuse, parce que je ne suis pas musicien, quelques notes. J'ai contribué à la réalisation de quelques prises de son amateurs aussi.

Eh bien, sur certains disques -les meilleurs- (naturel, niveau d'enregistrement, ...) d'oeuvres jouées sur ces instruments-là, que je connais maintenant bien, j'ai été subjugué par la fidélité dont était capable ma chaîne. Timbres, niveaux sonores, réverbération, bruits de mécanique: tout y était confondant de réalité. Ayant écouté, comme je l'ai mentionné, ces intruments sous pas mal de coutures, je peux à peu près mesurer la façon dont ils devraient sonner en fonction de la position des micros. Et en m'y plaçant mentalement, je suis, oui, convaincu qu'il me sont restitués tels qu'ils y sonnent en vrai. Et même si je ne fais pas cette opération mentale, je suis tout autant bluffé par ce qui ne nécessite pas cet effort pour être vérifié: les timbres, la puissance sonore, la bande passante (même le grave, qui est là et bien là!).

Dire que c'est parfait m'est impossible. L'illusion était trop prenante, trop évidente pour que je doute et que je me pose des questions. Alors, par prudence, je ne dirais pas que c'est de la parfaite fidélité, mais de la haute fidélité, sans aucun doute.

Alors oui, j'affirme, contre cette idée que j'ai relevée et que je combat, qu'une chaîne est capable et bien capable de donner de la musique qui soit fidèle à l'original et je récuse l'idée selon laquelle, par nature, la musique enregistrée ne peux être confondue avec la musique vivante. Et je ne suis pas en train de me laisser déborder par une quelconque "fidélité à l'émotion" qui abuserait mes sens et me rendrait complaisant vis-vis de défauts proprement sonores.

Cette idée de l'impossiblité de retrouver l'illusion de la musique vivante avec une chaîne, je la combat avec véhémence d'autant plus qu'elle est par quelque côté dangereuse, quoique ce terme est peut-être un peu fort.

En effet, si l'on admet, si l'on capitule devant cette idée, on sera toujours plus prompt à excuser certaines imperfections de tel ou tel maillon, incapable de faire illusion, sous le prétexte fallacieux, que l'on "ne peut pas faire entrer un orchestre symphonique ou même un piano dans son salon" suivant la formule consacrée. Cette opinion, trop largement répandue, sert d'excuse à du matériel qui est effectivement incapable de haute fidélité. Et pourtant, et je persiste dans mon témoignage, cette fidélité, elle peut exister.

Alors que si on abandonne par avance l'espoir de trouver avec une source, un amplificateur et une paire d'enceintes, le son tel qu'il est en lui-même, il est trop facile ensuite d'admettre que quelques-uns des ces appareils soient obligés d'enjoliver ou de tricher pour atteindre à une certaine forme de fidélité qualifiée qui se substuerait à la vrai fidélité, prétenduement impossible à obtenir.

Et de justifier par une telle démarche faussement raisonnée une politique tarifaire.
Dernière édition par Scytales le 30 Oct 2002 19:51, édité 4 fois.
Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 10077
Inscription: 31 Mar 2002 2:00



Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message