Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 16 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Traitement acoustique pas à pas

Message » 07 Jan 2007 13:52

lone wolf and cube a écrit:bonjour et meilleurs voeux fredfish

j ai bien une idee pour vos amis qui cherchent un grave de la vieille epoque , du temps ou ils etaient jeunes et que le grave leur semblait bien meilleur mais grassouillet

qu ils achetent des vieux macintosh a transistor des annees 80, avec cela des caissons type charge onken prevu pour accepter des 30cm , mais a la place vous y collez des 38 cm type 416 8b , vous branchez le tout

et la hmmmm, du bien mou et gras qui donne l illusion de faire du niveau et de la descente et sans avoir recours au viagra vous rajeunissez des amis qui redeviennent frais comme des gardons tant au niveau des oreilles , du stimuli reponse et de l ha bite rude d ecouter ce type de grave

bref vous faites de la securite sociale pour audiophile a la madeleine de proust trop prononcee

amicalement :wink:


Excellent, ça m'a fait beucoup rire et j'en prend bonne note ! :lol:

Fred. :wink:
fredfish
 
Messages: 4025
Inscription: 04 Sep 2005 15:27
  • offline

Annonce

Message par Google » 07 Jan 2007 13:52

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 07 Jan 2007 14:03

Nidsee écrit : Tu sais comme moi que le couvercle, s'il déforme le son n'empêche pas sa propagation. Ce n'est pas le fond du problème...


Voila ti pas que le couvercle posé sur sa grande béquille d'un piano à queue qui est la position standard du piano de concert déforme le son du piano et n'empêche pas sa propagation !

Eh bien :

1) le son normal d'un piano à queue, c'est couvercle sur la grande béquille. Le son atténué, un peu déformé si l'on veut, c'est entrouvert sur la petite béquille ou couvercle fermé.

2) le son totalement déformé d'un piano à queue, c'est quand on démonte le couvercle. Là, le piano est dénaturé dans sa sonorité car il émet de façon... omnidirectionnelle. Car le couvercle du piano fait partie intégrante de l'instrument. Le retirer, c'est châtrer le piano.

3) quand le couvercle du piano est sur la grande béquille ou la béquille moyenne et que l'on tourne autour du piano le niveau diminue derrière le couvercle et augmente quand on est en face du couvercle.

Le son du piano n'a pas la même intensité, le même équilibre selon qu'on est face au clavier, à droite du clavier, en face du couvercle ou à la queue du piano et évidemment derrière le couvercle.

Raison pour laquelle, la position souvent retenue des micros pour enregistrer un piano c'est capsules de micro à environ 2,5 à 3,5 mètres du piano, sur un pied à cette même hauteur, de façon que les capsules regardent l'angle formé par le couvercle et la ceinture ou carrément le milieu du couvercle. Si tu mets les micros derrière le couvercle... :mdr:

Je ne pense pas que la raison d'utilisation ou non de ce genre d'enceintes ait un quelconque rapport avec leur "précision" vu que l'écoute de monitoring est faite à courte distance et en privilégiant la compacité.



En tant que directeur artistique de plusieurs enregistrements commerciaux, j'ai fait du monitoring avec des grosses enceintes, des petites aussi, de près ou de loin ça dépend des cas et de ce qu'on enregistre.

Et en tant qu'invité sur quantité de séances d'enregistrements classiques, j'ai vu de tout et beaucoup de grosses enceintes, très grosses parfois même et aussi des petites. Des gens qui écoutaient de loin ou de près.

Une fois des Quad ESL en plus d'une autre paire d'enceintes à rayonnement frontal pour vérifier... ESL que j'ai subies une fois comme moniteur d'enregistrement ...

Il y a longtemps que tu n'en a pas écouté bien mise en oeuvre pour ce que je peux lire...


Tu veux plutôt dire que je n'en n'ai jamais écouté de bien mise en oeuvre :wink:

C'est possible.

J'en ai écouté que leur propriétaire disait bien mises en oeuvre et c'était agréable mais aberrant du point de vue l'image sur de nombreux disques.

Dans les salons depuis 30 ans et chez les revendeurs qui adorent ces enceintes... c'est pareil.


Avec comme je l'ai souligné une différence pour les Quad. Et que ces enceintes soient électrostatiques ou à base de haut parleurs.


Ca y est !! on y est !
Le point c'est que le Tact ne semble pas efficace sur ce genre de configuration. Personne n'a dit que c'était mal, simplement qu'il n'est pas à l'aise dessus. Du coup son caractère "universel" en prend un coup


On y est depuis le début :lol: Il n'est pas facile de corriger des enceintes qui émettent de façon identiques des deux côtés et qui profitent des réflexions sur le mur arrière pour créer une image sonore, un peu à la façon d'un DSP !

Mais c'est très agréable par bien des aspects !


Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 07 Jan 2007 15:57

Salut à tous,

au sujet des panneaux dipoles qui "fabriquent" une scène sonore et "inventent" des choses qui ne sont pas sur le disque, quelques remarques s'imposent me semble-t-il:

-D'abord ces systèmes n'inventent rien du tout puisqu'ils ne font que diffuser vers l'arrière le même message que vers l'avant mais avec seulement 180° d'écart, donc en opposition de phase ce qui permet de "jouer" avec les réflexions arrières pour, à l'aide d'un placement judicieux, (pas toujours facile à trouver je l'avoue, j'ai eu des MG 2) créer une scène qui plaise à l'auditeur.

-Certaines enceintes classique n'ont-elles pas elles aussi des hp émettant vers l'arrière ?
(Wilson, Revel...)
donc que dire dans ce cas ?

-Si pour certains l'idéal théorique est la "sphère pulsante", n'émet-elle pas dans toutes les directions (certes en ondes concentriques et donc en phase puisque partant toutes du même point source) mais leur réflexions sur les parrois de la salle ne vont-elles pas à leur tour créer des décalages et des oppositions de phase ?
J'ai pu, il y a peu, entendre des enceintes omnidirectionnelles Duevel et j'avoue que ça ne manquait pas d'interêt.

-L'acoustique même d'une salle d'écoute n'étant pas (fort heureusement) anéchoique (chambre sourde sans aucune réflexion) n'importe qu'elle enceinte quelle qu'elle soit ne crée-t-elle pas par le simple jeu des réflexions (des annulations de fréquences ou bien des redondances) des choses qui ne sont pas sur le disque ?

Un autre point plus général:

si pour 'audiophile la "vérité" consisterait à s'approcher au plus prés de ce qu'il y a sur le disque, admettons,
que penserait par rapport à une "vérité absolue" (qui bien sûr n'existe pas) le mélomane ou le musicien ?
Je vais tenter de m'expliquer (mais pourquoi ais-je le talent de m'embourber tout seul ?)

Prenons un piano, un même instrumentiste,
faisons jouer le tout dans deux salles différentes aux acoustiques diamétralement opposées.
Laquelle est la vraie de ces deux sessions ?

Enregistrons ce même piano dans un même local par des micros comparables,
n'aurons nous pas une signature différente selon que l'on utilise des Beyer,Sennheiser, Neuman, et que sais-je encore, sans parler des tripatouillages qui vont par la suite être faits par les ingénieurs (auxquels je ne veux aucun mal par ailleurs), je te mets un petit coup de reverb ici, je te mets un peu plus en avant là...
et avec des prises de son qui se font quelquefois instruments séparés avant de tout passer au "mixeur".

Comme disait Albert, tout est relatif.

@ +
van.alstine
 
Messages: 7423
Inscription: 01 Nov 2006 19:13
Localisation: france
  • offline

Message » 07 Jan 2007 16:28

haskil a écrit:
Nidsee écrit : Tu sais comme moi que le couvercle, s'il déforme le son n'empêche pas sa propagation. Ce n'est pas le fond du problème...


Voila ti pas que le couvercle posé sur sa grande béquille d'un piano à queue qui est la position standard du piano de concert déforme le son du piano et n'empêche pas sa propagation !

Eh bien :

1) le son normal d'un piano à queue, c'est couvercle sur la grande béquille. Le son atténué, un peu déformé si l'on veut, c'est entrouvert sur la petite béquille ou couvercle fermé.

2) le son totalement déformé d'un piano à queue, c'est quand on démonte le couvercle. Là, le piano est dénaturé dans sa sonorité car il émet de façon... omnidirectionnelle. Car le couvercle du piano fait partie intégrante de l'instrument. Le retirer, c'est châtrer le piano.

3) quand le couvercle du piano est sur la grande béquille ou la béquille moyenne et que l'on tourne autour du piano le niveau diminue derrière le couvercle et augmente quand on est en face du couvercle.

Le son du piano n'a pas la même intensité, le même équilibre selon qu'on est face au clavier, à droite du clavier, en face du couvercle ou à la queue du piano et évidemment derrière le couvercle.

Raison pour laquelle, la position souvent retenue des micros pour enregistrer un piano c'est capsules de micro à environ 2,5 à 3,5 mètres du piano, sur un pied à cette même hauteur, de façon que les capsules regardent l'angle formé par le couvercle et la ceinture ou carrément le milieu du couvercle. Si tu mets les micros derrière le couvercle... :mdr:

Le terme de "déformation" voulait évidemment dire qu'il le changeait mais en aucun cas n'empêchait une partie de l'onde de partir au delà de ce couvercle (donc on est encore en omni)...

haskil a écrit:
Je ne pense pas que la raison d'utilisation ou non de ce genre d'enceintes ait un quelconque rapport avec leur "précision" vu que l'écoute de monitoring est faite à courte distance et en privilégiant la compacité.


En tant que directeur artistique de plusieurs enregistrements commerciaux, j'ai fait du monitoring avec des grosses enceintes, des petites aussi, de près ou de loin ça dépend des cas et de ce qu'on enregistre.

Et en tant qu'invité sur quantité de séances d'enregistrements classiques, j'ai vu de tout et beaucoup de grosses enceintes, très grosses parfois même et aussi des petites. Des gens qui écoutaient de loin ou de près.

Et c'est sensé prouver quoi ? Tu veux qu'on discute sur la mode des petites Genelec en studio et de leurs qualités ?

haskil a écrit:Une fois des Quad ESL en plus d'une autre paire d'enceintes à rayonnement frontal pour vérifier... ESL que j'ai subies une fois comme moniteur d'enregistrement ...

Il ne faut pas se forcer :lol:


haskil a écrit:
Il y a longtemps que tu n'en a pas écouté bien mise en oeuvre pour ce que je peux lire...


Tu veux plutôt dire que je n'en n'ai jamais écouté de bien mise en oeuvre :wink:
C'est possible.
J'en ai écouté que leur propriétaire disait bien mises en oeuvre et c'était agréable mais aberrant du point de vue l'image sur de nombreux disques.

Sur des disques dont tu avais fait toi-même la prise de son ? Parce sinon cela n'a aucune valeur puisque j'en ai déjà entendu sur les enceintes à rayonnement frontal avec aussi des guitares de 2m de large. Autrement ce que je connais qui est beaucoup à la mode, c'est la batterie (désolé je ne fais pas dans le classique) avec la moitié des toms à droite et l'autre moitié à gauche (il parait que c'est plus sympa :lol: )

haskil a écrit:
Ca y est !! on y est !
Le point c'est que le Tact ne semble pas efficace sur ce genre de configuration. Personne n'a dit que c'était mal, simplement qu'il n'est pas à l'aise dessus. Du coup son caractère "universel" en prend un coup


On y est depuis le début :lol: Il n'est pas facile de corriger des enceintes qui émettent de façon identiques des deux côtés et qui profitent des réflexions sur le mur arrière pour créer une image sonore, un peu à la façon d'un DSP !
Mais c'est très agréable par bien des aspects !
Alain :wink:

Mais que je sache ce n'est pas facile de corriger une enceinte dans une salle tout court.
On parle de l'onde arrière pour les panneaux, on peut parler des réflections latérales avec toutes les enceintes. Personne ne t'a dit que c'était facile mais que le Tact ne sait pas les gérer (tu ne veux pas comprendre on dirait).
Maintenant si ton point c'est de dire que les panneaux c'est de la m**** et que tout bon système commence par de bonnes vieilles enceintes à rayonnement direct on peut s'amuser à réouvrir les vieilles discussion entre le mono et la stéreo :roll:

Pour moi la discussion est close car dérivant hors du sujet principal.
nidsee
 
Messages: 2148
Inscription: 24 Déc 2006 20:42
Localisation: Terre
  • offline

Message » 07 Jan 2007 20:03

Salut à tous,

la nuit m'a fait rentrer mais un petit café au soleil m'a permis de lire l'article de la revue du son concernant la très belle instal de M.Ishimura,
le café reste le meilleur endroit pour lire les revues, quoi qu'en réfléchissant bien, il y en ait un autre aussi, mais bon, revenons à notre article.

Dans le préambule Jean Hiraga dit, je cite :
"La revue japonaise Stereo Sound n° 160 vient de lui consacrer un article qui a fait sensation".

Comment comprendre celà ?

Avons nous droit à une traduction de cet article (pourtant signé Jean Hiraga) ou l'auteur est-il allé lui même s'incliner devant Ishimura-San ?
Il est dommage qu'il n'y ait pas davantage de photos, être allé jusqu'au Dai Nihon méritait quelques clichés de plus pour nous, honorables gaijins, en admiration devant les valeureux kichigais nippons !

Belle instal en effet qui me conduit à quelques commentaires (admiratifs pour l'essentiel, comme on dit "ça déchire ta race", car c'est plus fort que "ça déchire ta mère " parait-il...)

La salle est parallélétc...mais voyez son cubage, de l'ordre de 120 mètres cubes et des poussières (soit près du double du volume mini recommandé).
Ensuite Hiraga-San a l'air d'insister particulièrement sur la hauteur de plafond (4 m.)
Certes nous ne pouvons tous espérer celà mais même dans un projet de constructions où les ruptures de parallélismes feraient peur dans leur réalisation, une grande salle classique avec un plafond haut est déjà un bon point de départ.

Il y a très peu de décrochements architecturaux, compensés par une alternance de surfaces décrites comme réfléchissantes et absorbantes, notez que vu sa profondeur (15 cm) l'absorbant n'est efficace qu'aux fréquences déjà assez élevées et que le grave est bon car il y a du volume.

Les couleurs sont assez sombres, ce qui crée un effet un peu étouffant (il vaut mieux ne pas être claustrophobe) mais qui ont l'énorme avantage de ne pas entrainer une perte de contraste par pollution lumineuse de réflexion (eh oui, là aussi...) vu que le proprio projette.
Par contre écouter de la musique longtemps, c'est quand même plus agréable dans une pièce avec lumière naturelle que dans un bunker enterré avec ventillation et clim qui ne sont jamais complètement silencieuses, mais on peut mettre les watts, cest vrai, les taupes n'ont pas encore monté une association de défense.
C'est un peu comme boire une Romanée-Conti dans un gobelet en plastique...
(jamais content ce van.alstine)

Une question me vient à l'esprit, les tableaux de M. Ishii (cité dans l'article) seraint-ils accessibles ?
Voilà qui en interesserait plus d'un.

Quelques points me surprennent ou m'intriguent.

-Les enceintes très "dans les coins", quand on considère le bestiau avec son 38, c'est assez surprenant.
-Leur orientation qui semble très croisée, elles semblent se "couper" en avant de la zone d'écoute,
un peu comme on le voyait avec les Nautilus (les vraies, le coquillage, qui ne fonctionnait qu'en multi amplification active...4 voies...et certains extrémistes pervers allaient jusqu'à utiliser des blocs monos...mais B&W livrait le filtre actif quand même),
elles marchaient très croisées m'avait-on expliqué car elles dévelloppaient énormémént d'énergie et c'était un moyen d'éviter de trop faire réagir la salle.
Qu'est-ce que ça donne au niveau de l'image, je ne sais pas, jamais écouté dans cette config.
-Le choix des amplis:
je n'ai rien contre Levinson mais bon, cette série là (434) ne m'avait pas laissé sur des Revel Studio et des Thiel 6 un souvenir prodigieux, quant'à tenir avec 125 w. (fussent-ils dérivés des 33 et 33 h , mais de loin alors) des 801, là je reste sceptique.
Un ami avait écouté des 800 mais avec des 436 (350 w.) et il avait aimé,
quand on sait la courbe d'impédance tourmentée dans le bas des 800 (modifiée je crois sur les 800 D pour mettre les amplis moins en difficultés) je crains le pire sur des 801 non D.
Mais bon, il parait que c'est un grave exceptionnel.

Voilà, rêvons en imaginant ce que l'on peut tirer coome enseignement et inspirartion de ces belles instals.
@ +
van.alstine
 
Messages: 7423
Inscription: 01 Nov 2006 19:13
Localisation: france
  • offline

Message » 07 Jan 2007 20:43

La hauteur du plafond bouscule probablement nos habitudes ; si je me souviens bien il est egalement mentionné qu'un moniteur de reference, testé dans chacune des realisations et considéré un peu rond en bas, sonnait differemment dans cette piece.

Ses travaux seraient inspiré de calculs mais egalement de maquettes en utilisant des ultrasons pour compenser l'echelle reduite.

La moitié de mon futur salon aura une grande hauteur sous plafond, c'est deja ca :lol:

Quant a l'effet sous sol, je suppose qu'au Japon c'est une solution deja enviable... ca vaut mieux que d'enterrer son salon :mdr:
palm
 
Messages: 5731
Inscription: 30 Nov 2003 1:34
Localisation: Nord
  • offline

Message » 07 Jan 2007 21:09

Salut palm,

oui en effet,

c'est déjà aussi une chance d'avoir autant de place dans un pays où le mètre carré est souvent hors de prix, question de moyens.

@ +
van.alstine
 
Messages: 7423
Inscription: 01 Nov 2006 19:13
Localisation: france
  • offline

Message » 08 Jan 2007 8:53

-D'abord ces systèmes n'inventent rien du tout puisqu'ils ne font que diffuser vers l'arrière le même message que vers l'avant mais avec seulement 180° d'écart, donc en opposition de phase ce qui permet de "jouer" avec les réflexions arrières pour, à l'aide d'un placement judicieux, (pas toujours facile à trouver je l'avoue, j'ai eu des MG 2) créer une scène qui plaise à l'auditeur.


Elles recreent un champ sonore à l'aide des murs et jouent ainsi sur les premières réflexions : un peu à la façon d'un DSP...

-
Certaines enceintes classique n'ont-elles pas elles aussi des hp émettant vers l'arrière ?
(Wilson, Revel...)
donc que dire dans ce cas ?


La même chose et je l'ai écrit :wink:


Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 08 Jan 2007 9:01

Nidsee écrit : Le terme de "déformation" voulait évidemment dire qu'il le changeait mais en aucun cas n'empêchait une partie de l'onde de partir au delà de ce couvercle (donc on est encore en omni)...


Ben nous y voilà, c'est que ce que je dis depuis le début ! un piano est plus omnidirectionnel qu'une flute, mais il ne l'est pas complétement : comme je l'écrivais : il suffit de tourner autour d'un piano pour s'en rendre compte. Idem d'un violoncelliste...

(Le couvercle ne change pas : car le couvercle fait partie intégrante du piano à queue.
Sans couvercle, il est bien difficile à capter convenablement. On lui colle des micros au ras des cordes ou suspendu au dessus du plan de cordes, mais le son est mauvais. Et si tu places un couple de micro face à son couvercle... enlevé : le son direct... fou le camp !

Pour qu'il redevienne omni le piano, avec ou sans couvercle, il faut s'en éloigner au point que les réfexions de la salle prennent le pas sur le rayonnement direct.

Quand on a la mauvaise idée de retirer les couvercles de pianos à queue quand un pianiste veut diriger du clavier un concerto de Mozart : le son plus omnidirectionnel :wink: fiche le camp partout, surtout vers les cintres.... et nettement moins vers le public : le couvercle n'est plus là pour jouer son rôle.


Et c'est sensé prouver quoi ?


Répondre à ton affirmation selon laquelle on n'utilisait pas pour faire le controle de prise de son d'enceintes qui rayonnent par la face avant et par la face arrière car on privilégie la compacité :wink:

Or, il existe des modèles d'enceintes à rayonnement frontal et arrière de dimensions compactes...

Et on voit faire du controle d'enregistrement en musique classique avec des enceintes qui vont de la taille d'une paire de LS 3/5A à celle d'une paire de BW de la série 800 et plus encore...


Maintenant si ton point c'est de dire que les panneaux c'est de la m**** et que tout bon système commence par de bonnes vieilles enceintes à rayonnement direct on peut s'amuser à réouvrir les vieilles discussion entre le mono et la stéreo


Ben non, car il y avait des chaines Quad Mono à base d'ESL 57 !

Absolument pas :lol: Juste à dire que ce sont des enceintes très difficiles à bien placer dans une pièce, plus difficiles que les autres : car bien qu'elles rayonnent par la face avant et la face arrière, elles sont souvent directives dans l'aigu en raison de la grande surface émissive dans cette portion de spectre (enfin pas toutes, certaines...).


Et que vouloir les corriger de façon électronique est fondamentalement à côté de la plaque car elles utilisent les réflexions de la pièce pour reconstituer un champ acoustique qui, et c'est là que je ne suis pas d'accord avec toi, n'a rien à voir avec le rayonnement naturel des instruments de musique. Mais c'est un autre problème.


Car à te lire on pourrait croire que les enceintes bipolaires emploient un meilleur principe de diffusion du son que les enceintes à rayonnement frontal... car elles rayonnent de façon "omni" comme les instruments. Or, ce n'est pas juste. Elles ne rayonnent pas de façon omni.


Pour moi la discussion est close car dérivant hors du sujet principal.


Tu me permettras de décider si oui ou non, cela dérive réellement du sujet principal.

A mon avis, non car toutes explications liées à l'acoustique et à la production, reproduction du son dans une salle est instructif et permet d'approcher le sujet principal dont on parle : l'acoustique d'un salon d'écoute.


En revanche, la courtoisie doit rester de mise. Même quand la discussion peut être un peu serrée.


Alain :wink:
Dernière édition par haskil le 08 Jan 2007 9:33, édité 3 fois.
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 08 Jan 2007 9:47

Leur orientation qui semble très croisée, elles semblent se "couper" en avant de la zone d'écoute,


C'est un placement d'enceintes classique bien que peu usité de nos jours.

Il est pratiqué, par exemple, par TMS, dans ses installations. Et est recommandé par A2T fabricant d'enceintes de monitoring.

J'ai essayé à la maison, après avoir écouté une installation TMS ainsi faite : tu peux te promener de long en large face aux enceintes, la scène sonore ne bouge pas et elle est plausible.

Chez moi, ça marchait aussi. Mais visuellement ça me perturbait :wink: donc je suis revenu à un placement plus standard :wink:

Cela étant, les enceintes un peu cinglantes dans l'aigu quand elles sont écoutées dans l'axe et donc assez peu pincées vers l'auditeur gagneraient à êre ainsi croisées de façon que la ligne droite prise dans l'axe des HP se croisent environ 1 M devant la position d'écoute.

Faut essayer !

Alain :wink:


PS. si ça se trouve, le bonhomme quand il écoute de la musique fait rouler ces enceintes jusqu'à un endroit particulier repéré au sol et elles ne sont alors pas dans la position vue sur la photo qui accompagne l'article... :lol: :lol:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 08 Jan 2007 9:53

Je vais tenter de m'expliquer (mais pourquoi ais-je le talent de m'embourber tout seul ?)

Van Eltsine : tu ne t'embourbes pas du tout ! Il se trouve que ces choses sont difficiles !


Prenons un piano, un même instrumentiste,
faisons jouer le tout dans deux salles différentes aux acoustiques diamétralement opposées.
Laquelle est la vraie de ces deux sessions ?


Tu peux même mettre les deux pianistes dans la même salle.... et cela changera dans des proportions très notables.

Car le pianiste produit le son, il ne le reproduit pas. Il joue avec ses oreilles et adapte en temps réel le son qu'il a dans la tête avec celui qui revient par le retour acoustique de la salle.

Sans compter aussi que chaque pianiste a un son à lui et qu'on ne capte pas de la même façon celui de Mme Pires, celui de Pollini, celui d'Argerich ou celui de Freire, etc.


Enregistrons ce même piano dans un même local par des micros comparables,
n'aurons nous pas une signature différente selon que l'on utilise des Beyer,Sennheiser, Neuman, et que sais-je encore,


Brauner, B et K, Schoeps, etc.

Bien sur qu'on aura une signature sonore différente !

En dehors des marques, il faut aussi noter la taille des capsules (ça joue beaucoup) et les caractéristiques polaires des micros : cardio, omni, etc.

sans parler des tripatouillages qui vont par la suite être faits par les ingénieurs (auxquels je ne veux aucun mal par ailleurs), je te mets un petit coup de reverb ici, je te mets un peu plus en avant là...
et avec des prises de son qui se font quelquefois instruments séparés avant de tout passer au "mixeur".


J'ai évoqué ça quand il s'est agit de faire la différence entre écoute de monitoring dans le lieu d'enregistrement et l'écoute de monitoring faite à la post production (parfois plusieurs mois après la prise de son). Et là on n'a pas forcément besoin du même outil de controle et on ne travaille pas dans les mêmes conditions.


Alain :wink:
Dernière édition par haskil le 08 Jan 2007 10:43, édité 1 fois.
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline

Message » 08 Jan 2007 10:34

Leur orientation qui semble très croisée, elles semblent se "couper" en avant de la zone d'écoute,


J'ai écouté des Spendor SP9 dans cette configuration, la scène sonore était très précise. Une de mes meilleures écoutes!

Mais ça ne marche pas avec toutes les enceintes!
Ulysse21
 
Messages: 1870
Inscription: 28 Oct 2002 12:10
Localisation: Angers (49)
  • offline

Message » 08 Jan 2007 10:37

haskil a écrit:C'est un placement d'enceintes classique bien que peu usité de nos jours.

Il est pratiqué, par exemple, par TMS, dans ses installations. Et est recommandé par A2T fabricant d'enceintes de monitoring.

J'ai essayé à la maison, après avoir écouté une installation TMS ainsi faite : tu peux te promener de long en large face aux enceintes, la scène sonore ne bouge pas et elle est plausible.

Chez moi, ça marchait aussi. Mais visuellement ça me perturbait :wink: donc je suis revenu à un placement plus standard :wink:

Cela étant, les enceintes un peu cinglantes dans l'aigu quand elles sont écoutées dans l'axe et donc assez peu pincées vers l'auditeur gagneraient à êre ainsi croisées de façon que la ligne droite prise dans l'axe des HP se croisent environ 1 M devant la position d'écoute.

Faut essayer !


Je ne suis donc pas le seul a etre perturbe par ce positionnement "louche" ;)
Le resultat etait pas mauvais mais un seul regard echange avec ma compagne a suffit pour que l'on replace les enceintes de maniere plus classique :mdr:
palm
 
Messages: 5731
Inscription: 30 Nov 2003 1:34
Localisation: Nord
  • offline

Message » 08 Jan 2007 11:49

@haskil:
On va faire simple: je ne dis pas que la configuration panneau est plus exacte qu'une autre. Dans tous les cas, ce sont des approximations et simplement des approximations avec leur avantages et leur inconvénients. D'ailleurs la diffusion panneau est dipolaire et pas omni.
Je parle de la distribution omni pour signifier que la reproduction directionnelle n'est pas spécialement plus proche de l'évenement à reproduire.

Pour le type d'enceinte, j'ai parlé de 2 critères: compacité et mise en oeuvre (relit mon message si cela t'a échappé). Un panneau ou un dipole c'est infiniment plus embêtant à placer d'une enceinte directionnelle. Je n'ai pas travaillé dans le classique mais les ingénieurs son que j'ai cotoyé dans d'autres types musicaux étaient des gens surtout pratiques. Donc ils évitaient autant que possible une complexité jugée inutile. Dans le même temps, de leur activité, j'ai appris qu'ils se moquent bien de la beauté de la restitution pour faire le monitoring mais qu'ils ont besoin simplement de savoir les particularités de leur boucle de reproduction pour en tenir compte lors de l'écoute de controle.

Par contre je ne vois pas en quoi vouloir corriger la réponse in situ des dipoles est plus à côté de la plaque que le reste. Si je regarde bien la correction active tient compte des réflections pour les enceintes principales voire joue avec dans le grave (le fait de placer un caisson dans un coin pour qu'il excite au maximum les resonnances pour étendre la bande passante dépasse le cadre simple d'annuler des effets parasites). Que le Tact par modèle (et je précise bien par modèle) ne gère pas ce genre de cas ne veut pas dire que c'est impossible. J'ai bon espoir que le sujet interessera d'autres (Tu citais Trinnov et leur approche me semble un peu plus complète que celle de Tact; approche qui leur permet de gérer les enceintes arrières... qui peuvent être des dipoles...) .

J'espère cette fois avoir été suffisamment clair. Le sujet initial étant le traitement accoustique d'une salle, la correction électronique est pour moi hors sujet. maintenant si tu veux on peut continuer sur un autre sujet voire par MP.
nidsee
 
Messages: 2148
Inscription: 24 Déc 2006 20:42
Localisation: Terre
  • offline

Message » 08 Jan 2007 12:34

J'espère cette fois avoir été suffisamment clair. Le sujet initial étant le traitement accoustique d'une salle, la correction électronique est pour moi hors sujet. maintenant si tu veux on peut continuer sur un autre sujet voire par MP.


Tu es un peu plus clair.

Mais, surtout, je n'ai pas envie de repartir dans des explications supplémentaires.

En revanche, encore une fois, ce n'est pas à toi de décider ce qui est hors sujet ou pas.
Et sur ce point précis, je m'exprime en tant que modérateur.


En tant que forumeur, maintenant, à mon avis, ça n'est pas hors sujet...

pour plusieurs raisons :

Pour corriger le grave, il faut faire des mesures. Et comme je le disais un simple Beringher est un outil assez formidable pour comprendre bien des choses.

Surtout, les deux solutions peuvent être complémentaires.

Elle le sont d'ailleurs, chez de nombreuses personnes qui ne veulent pas de bass trapp chez eux (on les comprend).


Alain :wink:
Adhérez au club de ceux qui ont la "méfiance infuse", après avoir adhéré à l'association...
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 49568
Inscription: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Paris
  • offline


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message