Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 6 invités

Conseils, Guides et Tutos pour la correction acoustique passive

L'acoustique du home-cinéma pour les néophytes

Message » 24 Déc 2009 10:43

Jean-Pierre Lafont a écrit:... N’oublions pas que 10dB c’est seulement 2 fois plus fort.

Salut,
en SONIE (ou intensité subjective), car en puissance c'est 3db pour un doublement non ? (Et en pression ce serait 6 db ?), bref peux-tu développer STP ?
ToniOsX
 
Messages: 1555
Inscription Forum: 15 Aoû 2006 12:40
Localisation: Dans le GROLAND du haut, à gauche...
  • offline

Annonce

Message par Google » 24 Déc 2009 10:43

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 24 Déc 2009 13:06

Sinon, comme tout le monde, la dynamique pour moi c'est bien l'écart de niveau d'intensité sonore entre le son le plus faible et le son le plus fort, aussi une fois je me suis "amusé" à regarder ce qui se passe dans certains de mes DVDs (juste pour voir si ce qu'entendent mes oreilles est vrai ou pas) :

Exemple d'un mixage/production réalisé par un clown (ou avec les pieds, ou par un saguoin...) :roll:
Image

20 db d'écart entre le RMS mini et le RMS maxi avec, en plus, plus de 40000 échantillons écrêtés ! :evil:

.

Par comparaison avec 2 des DVDs que je préfère (en tout cas sur le critère de la dynamique) :
Image

40 db d'écart entre le RMS mini et le RMS maxi, c'est déjà (beaucoup) mieux, et sans aucun écrêtage.

.

Mais on peux faire mieux :
Image

et là 65 db d'écart entre le RMS mini et le RMS maxi, c'est exceptionnel (dans ma DVDthèque en tout cas).

Bien sûr la puissance RMS moyenne descend à chaque fois, mais j'men fous, j'achète pas mes DVDs pour les écouter sur des enceintes de LCD/plasma !!!
Bon, en même temps je comprends la prod. du 1er exemple, la plupart des gens que je connais trouvent que le 1er "pête plus" que les 2 autres (pas le même équipement non plus)...

Donc, rien qu'à la source (DVD ou BR) on peux déjà avoir 40 db d'écart, ou même plus, car celui de mon 1er exemple bien qu'il soit déjà pas mal, n'est pas le pire de ceux que j'ai... :roll:
ToniOsX
 
Messages: 1555
Inscription Forum: 15 Aoû 2006 12:40
Localisation: Dans le GROLAND du haut, à gauche...
  • offline

Message » 24 Déc 2009 14:20

Je n'ai pas comme toi mesuré la dynamique des disques mais, autre point, il m'a semblé - c'est donc bien subjectif - que la dynamique sur BR était bien plus naturelle que sur DVD : dynamique bien plus progressive (celle des DVD fait bien plus ON/OFF comparativement), plus fine, la rendant même moins démonstrative. Techniquement, quelquechose l'expliquerait (dû à absence de compression des données sur le BR ?) ? hors compression de la dynamique donc, la compression des données (ex : DD 384) altérerait la qualité de la dynamique ?
reidemeister philippe
 
Messages: 3099
Inscription Forum: 13 Nov 2005 12:47
Localisation: Toulon
  • offline

Message » 25 Déc 2009 14:25

Jean-Pierre Lafont a écrit:Patience, je rédige...


Ce 25/12, au saut du lit, me suis direct dirigé vers la cheminée... :D ... pensant que JPère noeL serait passé y déposer son article sur la dynamique :-? ; nous a oublié nous les petits HC-FRiens, snif :cry: :lol:
reidemeister philippe
 
Messages: 3099
Inscription Forum: 13 Nov 2005 12:47
Localisation: Toulon
  • offline

Message » 25 Déc 2009 16:35

Et 3 bons points pour ToniOsX !!! Il y a des gens sur ce forum qui savent faire la différence entre la bouillie et le gâteau, ça fait plaisir.

Pour ce qui est du doublement des dBs:
en SONIE (ou intensité subjective), car en puissance c'est 3db pour un doublement non ? (Et en pression ce serait 6 db ?), bref peux-tu développer STP ?

C'est exact. Le doublement de la tension, du courant ou de la pression c'est 6 décibels (20 log (V2/V1). Le doublement de la puissance ou de l'intensité sonore c'est 3dB (10 log (I2/I1). Deux fois plus fort, (sensation subjective), c'est 10dB = 1 Sone (à 1000Hz).
Il ne faut pas croire les publicités mensongères comme "Placo phonique" qui n'hésite pas à imprimer que 3dB, c'est 2 fois moins de bruit! (ça me met en colère car c'est abuser de la crédulité des acheteurs pour mieux les tromper)!
(voir article: http://www.akustar.com/dossiers/2foismoins.htm
JPL
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2815
Inscription Forum: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 25 Déc 2009 17:05

Avant de continuer sur la dynamique, il me semble utile d'apporter quelques précisions concernant les décibels.
Le sujet s'adresse d'abord aux débutants et tout le monde ne sait pas toujours faire la différence entre les dBu, dBV, dBA, dB FS, etc... Ne serait-ce que pour lire la doc, d'un préampli ou d'une enceinte.

Je me permets donc de rappeler quelques définitions:

En électronique comme en acoustique, on utilise le décibel pour exprimer les variations de tension, de pression ou d’intensité sonore. Rappelons que le décibel est une grandeur relative qui permet de comparer deux niveaux. Le nombre de décibels, positif ou négatif, exprime l’écart entre une valeur de référence et une autre valeur. Selon l’usage qu’on en fait, les décibels n’indiquent pas les mêmes grandeurs et n’ont pas les mêmes références. Pour les différencier, on ajoute à l’abréviation dB un suffixe qui permet de savoir à quel décibel on s’adresse. Il en existe des quantités mais pour le domaine qui nous concerne, nous ne retiendrons que trois familles rencontrées en électronique analogique, électronique numérique et en acoustique.

Electronique analogique.
L’unité à laquelle Graham Bell a donné son nom servait à quantifier l’atténuation du signal sur les lignes téléphoniques. Ramenée à son dixième par commodité, l’unité est devenue le décibel. Sa valeur correspondait à la dissipation de 1 milliwatt dans 600 ohms. Naturellement, ce décibel a pris le nom de décibel milliwatt (abréviation dBm). Il est toujours utilisé.
En appliquant la loi de Joule (P.R=U²), on obtient une tension de 0,775 Volt. Pour que l’unité reste utilisable avec des impédances diverses on n’a conservé que la tension comme valeur de référence et on a inventé le dBu qui représente une tension de 0,775 volts, quelque soit l’impédance. Le dBu est très utilisé par les professionnels du son.
Remarque : le repère 0 sur l’échelle d’un VU mètre équivaut à +4dBu, soit 1,228V (niveau de ligne). Rappelons que VU signifie Volume Units.
La tension maximale de sortie d’un appareil analogique professionnel peut dépasser allègrement le niveau de référence de 0,775V. Elle atteint généralement 12,6 volts (+22dB) et parfois 25,8V (+28dB pour mes fabrications). Ce n'est pas le cas pour un appareil numérique.
Retenez que le niveau de référence 0dBu vaut 0.775V et que la modulation du signal produit une variation d’amplitude au dessus et au dessous de cette référence.
Mais des tensions aussi élevées sont inaccessibles pour l’électronique grand public, qui utilise des circuits plus simples. Aussi, on a rapidement inventé un décibel mieux adapté, le dBV. Il équivaut à une tension de 1 Volt. Toutefois, sa valeur est toujours trop élevée et la référence en électronique grand public est devenue -10dBV, soit 0,316V, toujours en usage aujourd’hui.

Electronique numérique
Un signal numérique est constitué d’une suite de bits formant des octets ou des mots dont la valeur varie entre 0000..0 et 1111..1. Ne trouvant pas de corrélation directe avec les autres échelles, on a pris comme référence le niveau maximal admissible, c'est-à-dire la valeur 1111..1. A cette valeur, l’échelle d’un bargraph est pleine d’où le nom dB FS (Full Scale) donné à cette unité (James J. Colotti, Boston 1987).
La référence pour l’électronique numérique est donc 0 dB FS. Elle correspond au niveau maximal admissible par l’appareil, mesurée à 997Hz pour éviter les erreurs parfois présentes aux multiples de la fréquence d'échantillonnage. Les niveaux intermédiaires auront donc une valeur inférieure, toujours négative. Cela vaut aussi bien pour les appareils professionnels que grand public.

L’écart entre la valeur 1111..1 et 0000..0 détermine la plage dynamique. Elle est fixée par le nombre de bits. En théorie, on devrait obtenir 98dB avec 16 bits, 122dB avec 20 bits et 146dB avec 24 bits. Ajouter 1 bit, c'est gagner 6 dB FS. Mais, quand on sait que le bruit dû à l’agitation thermique des électrons dans un fil de cuivre parcouru par aucun courant s’élève déjà à -140dB (à 20kHz et 27°C), on comprend que ces figures restent théoriques et ne sont mises en avant que dans un but commercial. Le bruit résiduel des circuits électroniques, et notamment celui des convertisseurs, ne permet pas d’atteindre ces valeurs. Par exemple, la plage dynamique du codec Dolby Digital 24 bits (AC-3) est de 105dB. C’est déjà prodigieux et bien plus que nécessaire pour les applications qui nous concernent.

Il n’existe pas de corrélation directe entre les dB FS et les dBu, les dB SPL ou les volts. On peut cependant les comparer à partir d’une valeur correspondante, arbitrairement choisi comme référence de travail ou d’écoute. Elle peut se situer à -14dBFS pour un CD 16 bits, -18 (en Europe) ou -20dB FS (aux USA) en son professionnel, -27 (THX) ou -31dB FS (Dolby) pour l’écoute des dialogues d’un DVD ou d’un BluRay. Généralement, le niveau choisi correspond à 0dBu ou -10dBV en sortie de l’appareil mais ce n’est pas toujours le cas. La tension d'entrée ou de sortie dépend parfois de la procédure de calibrage qui elle-même varie suivant l’application.

Acoustique
Le niveau de pression acoustique s’exprime en dB SPL (Sound Pressure Level). Le niveau 0dBSPL correspond au seuil d’audition à 1000Hz chez une personne jeune, soit 0,00002 Pascal = 2.10-5 Pa = 2.10-5 N/m². A l'opposé, le niveau maximal supportable par l’être humain (pas longtemps), correspond à une pression de 20 Pa, soit 120dB SPL. Notons que ces deux extrêmes sont des ordres de grandeur qui changent avec la fréquence et varient d'un individu à l'autre. Rappelons que la réponse de l'oreille n'est pas linéaire et qu'il a fallu créer des courbes de compensation (A, B, C, etc), pour mesurer les niveaux avec un sonomètre. (Lire le post sur la pondération en page 2 du sujet).
La sensation subjective du niveau sonore double à chaque fois qu’on varie d’un Sone ce qui correspond à une élévation ou une diminution de 10dB (à 1000Hz). Voir le post précédent.

La maîtrise des décibels est vitale pour comprendre la dynamique et pour bien utiliser votre matériel. Si quelque chose ne paraît pas clair, posez vos questions.
JPL
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2815
Inscription Forum: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 31 Déc 2009 2:51

alpacou a écrit:.....
Pour info quelqu'un sait quelle est la dynamique de Blade Runner en vo ? j'imagine qu'elles est plus élevée que le bruit des poules des voisins à qui R. Scott intente un procès mais à mes oreilles c' est un bon étalon...


Pas regardé (je peux le faire si ça t'intéresse..), par contre une VO de Révolver (en BD) tourne aux alentours de 75dB de dynamique :mdr:

jacques
TMS
Pro-Divers
Pro-Divers
 
Messages: 4789
Inscription Forum: 31 Mar 2004 2:22
Localisation: Ile de France / 77
  • offline

Message » 31 Déc 2009 8:49

TMS a écrit:
alpacou a écrit:.....
Pour info quelqu'un sait quelle est la dynamique de Blade Runner en vo ? j'imagine qu'elles est plus élevée que le bruit des poules des voisins à qui R. Scott intente un procès mais à mes oreilles c' est un bon étalon...


Pas regardé (je peux le faire si ça t'intéresse..), par contre une VO de Révolver (en BD) tourne aux alentours de 75dB de dynamique :mdr:

jacques


Comment tu fais pour regarder la dynamique d'un film ?

La configuration dans mon profil


On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d'années, on devient vieux parce qu'on a déserté son idéal. Les années rident la peau renoncer à son idéal ride l'âme.
Douglas MacArthur.
totof66
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 10410
Inscription Forum: 24 Aoû 2004 9:06
Localisation: France, sudiste
  • offline

Message » 31 Déc 2009 10:24

Oui, ça m'intéresse également de savoir comment mesurer la dynamique.
Existe-t-il un logiciel abordable?
J'ai essayé avec mes petits moyens, mais je n'arrive pas à fixer le temps d'intégration par octave.
J'ai quelques données statistiques mesurées par Lucasfilms, mais elles sont assez anciennes (10ans).
JPL
Dernière édition par Jean-Pierre Lafont le 31 Déc 2009 10:53, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2815
Inscription Forum: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 31 Déc 2009 10:35

bon, on en est ou la JPL ???? il y a du relâchement .... :mdr: :mdr:

qu'elle est la prochaine notion que vous voulez aborder ???

je trouve que celle concernant la dynamique traine en longueur .... :oops:

:wink:
bss
 
Messages: 1718
Inscription Forum: 13 Fév 2006 20:28
  • offline

Message » 31 Déc 2009 12:09

totof66 a écrit:
TMS a écrit:
alpacou a écrit:.....
Pour info quelqu'un sait quelle est la dynamique de Blade Runner en vo ? j'imagine qu'elles est plus élevée que le bruit des poules des voisins à qui R. Scott intente un procès mais à mes oreilles c' est un bon étalon...


Pas regardé (je peux le faire si ça t'intéresse..), par contre une VO de Révolver (en BD) tourne aux alentours de 75dB de dynamique :mdr:

jacques


Comment tu fais pour regarder la dynamique d'un film ?


je rentre en numérique sur mon Optimizer qui affiche les canaux d'entrée (et de sortie) sur 90 dB... pour révolver, j'ai surveillé les niveaux (et dans les 75 dB, je n'ai pas compté le vrai silence numérique qui dure qqs secondes, très rare en cinéma..)

la version de soft que j'ai inclus maintenant une métrologie complete de mesure de niveau (utilisé entre autre pour des contrôles de PAD à la TV), ce qui va encore être plus facile. Dans tous les cas, il faut passer le film ou le CD....

Pour "Révolver", j'avais rencontré le mixeur pendant qu'il refaisait le mix spécifiquement pour le BD, et je savais que ça allait être une tuerie, celui-ci m'avait indiqué n'avoir quasiment pas appliqué de compression supplémentaire pour le mix BD. Par contre, je ne sais pas s'il a coupé le grave, mais le RTA de la console montrait du 8 Hz à un niveau de cheval dans certains passages :o

jacques
TMS
Pro-Divers
Pro-Divers
 
Messages: 4789
Inscription Forum: 31 Mar 2004 2:22
Localisation: Ile de France / 77
  • offline

Message » 31 Déc 2009 12:28

bss a écrit:bon, on en est ou la JPL ???? il y a du relâchement .... :mdr: :mdr:

qu'elle est la prochaine notion que vous voulez aborder ???

je trouve que celle concernant la dynamique traine en longueur .... :oops:

:wink:


Je pense que JPL a raison de bien faire prendre conscience de l'impact de la dynamique..ne serait-ce que son impact sur l'acoustique nécessaire du lieu où doit être retransmis le programme.. et surtout avec 75 dB de dynamique...mais je vais le laisser développer :wink:

jacques
TMS
Pro-Divers
Pro-Divers
 
Messages: 4789
Inscription Forum: 31 Mar 2004 2:22
Localisation: Ile de France / 77
  • offline

Message » 31 Déc 2009 12:38

Ben... pour l'instant, on a pas fini avec la dynamique... on est même en plein dedans.

J'aimerais que les valeurs statistiques réelles de la plage dynamique d'un film soit connues et que chacun sache quelques moyens électroniques et acoustiques sont nécessaires ou utiles pour la restituer au mieux.

J'ai quelques idées là dessus, mais il faut aussi laisser la parole aux autres.
JPL
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2815
Inscription Forum: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 31 Déc 2009 13:00

La plage dynamique annoncée par les fabricants de matériel et reprise par les supports numériques est actuellement de 105dB. Est-ce utile ?

Pour éviter que le débat parte dans tous les sens, je propose de répondre à cette question par étape, en abordant successivement:
- les normes (niveau d'écoute des salles, des HC, TV...)
- les contraintes électroniques (matériel, amplis, enceintes)
- les limites physiologiques
- la dynamique réelle des films sur les supports pro et grand public
- les contraintes acoustiques (isolation, règlementation)
- les artifices électroniques (métadonnées)

Rien qu'avec la dynamique, il y a déjà de quoi faire...
JPL
Dernière édition par Jean-Pierre Lafont le 31 Déc 2009 15:43, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2815
Inscription Forum: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 31 Déc 2009 13:15

Il me semble que c'est à la base l'isolation acoustique du local qui va définir la dynamique maximum possible.Éventuellement limitée par la présence d'un voisinage.
Si on arrive à avoir une isolation type studio broadcast autour des 25dba sans être "gêné" par le voisinage on peut espérer profiter de la dynamique du support du moment que les enceintes le permettent et que l'amplification suive.
Fastoche...
alpacou
 
Messages: 2263
Inscription Forum: 14 Avr 2006 8:31
Localisation: Riante cité du val d'oise
  • offline


Retourner vers Correction Acoustique Passive

 
  • Articles en relation
    Dernier message