Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 16 invités

Films (débats, critiques), personnalités (acteurs, réalisateurs), prochaines sorties, les salles, la presse spécialisée...

[ACTU] Festival NIFFF 2018

Message » 15 Aoû 2018 19:59

NIFFF : 18ème Festival du Film Fantastique de Neuchâtel.

Image

La 18ème édition du festival du film fantastique de Neuchâtel (NIFFF à l’international) s’est tenue du 6 au 14 juillet 2018. Le NIFFF est un festival dédié aux films dit de genre, comme le polar, le thriller, la science-fiction ou le fantastique sous ses formes les plus variées.

Cette année nous étions 44 000 (42 000 en 2017) à nous précipiter dans des salles de cinéma non climatisées, c’est dire si nous les festivaliers sommes motivés.

On pouvait croiser de nombreux invités tel Jan Harlan, producteur exécutif de Stanley Kubrick, qui a pu raconter en préambule de la projection de 2001 l’odyssée de l’espace tout le bien qu’il pensait du plus grand réalisateur de l’histoire du cinéma, Ari Aster pour son film HEREDITARY, Halldora Geirharòsdóttir actrice principale de WOMAN AT WAR, le tandem Timur Bekmambetov et Olga Kharina pour le screenmovie PROFILE entièrement raconté à travers un écran d’ordinateur, Gaspar NOE pour CLIMAX et pour finir l’invité d’honneur David CRONENBERG président du jury international qui nous a gratifié d’une master class et d’une séance de signature.

Le NIFFF 2018 a présenté 150 films répartis sur 14 sections et 4 salles, donc impossible de tout voir, même si quelques films étaient proposés deux fois.

La compétition internationale proposait 16 films.
David CRONENBERG avait une carte blanche et a proposé 5 films.
La section What we do in new zealand proposait au travers de 17 films un petit panorama du cinéma de genre néozélandais.
New cinema from asia proposait 7 films d’Asie.
La traditionnelle section Films du 3ème type qui regroupe des films de genre qui n’appartiennent pas vraiment au genre mais que le NIFFF veut monter quand même, proposait quant à elle 13 films
La section ultra movie où on est sûr de retrouver tout ce qui est gore bien craspec et fun en proposait 9.
Une section spécial Suisse Amazing switzerland proposait 5 films,
La section Eldorado qui promeut le cinéma sud-américain de genre proposait 3 films,
On a eu aussi une petite rétrospective de 4 films de David CRONENBERG, et vendredi 13 oblige on a pu voir ou revoir… Vendredi 13 !
Ajoutez une compétition de courts métrages Suisse, Asie et international (donc tout ce qui est ni suisse ni asiatique).
Et pour la cérémonie d’ouverture on a eu droit à une web série, Le 5ème cavalier, et à la clôture Hôtel Transylvania 3.

La configuration dans mon profil


We do not claim to have achieved perfection, but we have a system, and it works [Klaatu]
Avatar de l’utilisateur
SONTRACTEUR
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 1871
Inscription Forum: 13 Mai 2003 17:03
Localisation: Paris
  • offline

Annonce

Message par Google » 15 Aoû 2018 19:59

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Film d'ouverture

Message » 15 Aoû 2018 20:01

Le 5e cavalier
JD Schneider, Julien Dumont, Kennocha Baud – Suisse 2018.


Image


Un conseiller fédéral suisse devient fou et se met à tirer sur la police après avoir tenté de détruire une relique moyenâgeuse en forme de cercueil. Pas de chance, dedans se trouvait une autre relique qu'il ne fallait surtout pas laisser sortir sous peine de fin du monde.

Web série neuchâteloise ou genevoise, mal racontée, mal jouée, et avec des moyens mal employés.

La configuration dans mon profil


We do not claim to have achieved perfection, but we have a system, and it works [Klaatu]
Avatar de l’utilisateur
SONTRACTEUR
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 1871
Inscription Forum: 13 Mai 2003 17:03
Localisation: Paris
  • offline

International

Message » 15 Aoû 2018 20:02

Under The Silver Lake
David Robert Mitchell – 2018 USA.


Image

Sam, glandeur professionnel passant ses journées à reluquer les seins à l’air de sa voisine en train d‘arroser son balcon et nourrir ses perruches, ainsi qu’à regarder son autre voisine se prélasser en bikini sur le bord de la piscine, partira à la recherche de la dite voisine en bikini lorsqu’elle disparaîtra subitement du jour au lendemain. S’ensuivra une longue quête au travers d’un Los Angeles mystérieux où le moindre signe est un petit caillou semé sur le chemin d’une conspiration aussi secrète que cosmique.

Image

3eme film de David Robert Mitchell après The Myth of the American Sleepover et It Follows, Under The Silver Lake est une histoire un peu alambiquée, teintée de fantastique et d’ésotérisme. On se plait à suivre Sam déambuler dans une mégapole clinquante et onirique dirigé par des messages cryptiques qu’il est le seul à déchiffrer. Belles références aux vieux films de genre, Under The Silver Lake est film méta, bourré de références impossible à toutes reconnaître mais que l’on ressent parfaitement bien, porté par une musique dramatique issue de ces polars noirs auxquels il emprunte l’atmosphère

La configuration dans mon profil


We do not claim to have achieved perfection, but we have a system, and it works [Klaatu]
Avatar de l’utilisateur
SONTRACTEUR
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 1871
Inscription Forum: 13 Mai 2003 17:03
Localisation: Paris
  • offline

Film du 3eme Type

Message » 15 Aoû 2018 20:05

Monster Hunt 2 (Zhuo yao ji 2)
Raman Hui – HK, Chine 2018


Image

Pour ceux qui n’auraient pas vu le 1, Wuba est un gentil petit monstre, fils d’un roi monstre ancien qui avait pu unifier et faire vivre en paix les monstres et les humains. Des méchants monstres n’avaient de cesse que de le capturer. Et bien dans le 2, Wuba est toujours aussi mignon (je le trouve ignoble mais c'est un avis personnel) et des méchants monstres veulent le capturer. Mais des gentils humains (vu dans le 1) vont l’aider.

Image

Gros succès au box-office chinois, Monster Hunt 2 est l’exemple même du blockbuster chinois, truffé de gags bien cons, ambiance slapstick movie, racontant une histoire à l'eau de rose ridicule, mais avec plein de CGI, des combats aériens câbles et trampoline : pas étonnant qu’il ait eu autant de succès en Chine. Mais parait-il, pendant le nouvel an chinois, on ne peut voir que des films chinois. Ceci doit expliquer cela.

La configuration dans mon profil


We do not claim to have achieved perfection, but we have a system, and it works [Klaatu]
Avatar de l’utilisateur
SONTRACTEUR
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 1871
Inscription Forum: 13 Mai 2003 17:03
Localisation: Paris
  • offline

El Dorado

Message » 15 Aoû 2018 20:06

Los Buscadores
Juan Carlos Maneglia, Tana Schembori – Paraguay 2017


Image

Un jeune garçon trouve dans un livre d’histoire offert par son grand-père une carte qui indiquerait l’emplacement d’un trésor. Et ne s’agirait-il pas de ce trésor que son grand-père a cherché sa vie durant ?

Rien à dire de plus sinon que c'est bien raconté, bien joué, et puis c’est tout. C’est gentil mais il n’y a rien de fantastique. Proposé dans le cadre du programme Eldorado.

La configuration dans mon profil


We do not claim to have achieved perfection, but we have a system, and it works [Klaatu]
Avatar de l’utilisateur
SONTRACTEUR
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 1871
Inscription Forum: 13 Mai 2003 17:03
Localisation: Paris
  • offline

International

Message » 15 Aoû 2018 20:08

Meurs, Monstre, Meurs (Muere, Monstruo, Muere)
Alejandro Fadel – Argentina, France, Chile 2018


Image

La police rurale et locale découvre le corps d’une femme dont la tête a été arrachée. La police accuse le mari (parce que c’est toujours le mari). Mais comme les femmes du coin continuent de se faire arracher la tête â pleines dents, la police s’interroge, et s’interroge encore.

C’est ennuyeux et bavard. Ça tourne en rond, c’est soporifique. Heureusement quelques scènes bien gore aux connotations sexuelles explicites pour nous faire sortir de notre torpeur puis enfin le monstre (ah ? il y en a bien un ?) qui vaut à lui tout seul son pesant de frayeurs et de fantasmes authentiquement masculins. Si vous voulez vraiment savoir
Son visage est un vagin à rangées de dents multiples et acérées (qui lui sert à arracher la tête des femmes donc), sa queue (sic !) est un long pénis serpentant et ondulant qui lui sert à… étrangler sa victime. Mais aussi à autre chose quand sa victime est un homme ! Comme c’est délicieusement déviant.


Image

La configuration dans mon profil


We do not claim to have achieved perfection, but we have a system, and it works [Klaatu]
Avatar de l’utilisateur
SONTRACTEUR
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 1871
Inscription Forum: 13 Mai 2003 17:03
Localisation: Paris
  • offline

International

Message » 15 Aoû 2018 20:09

LUZ
Tilman Singer – Allemagne 2018.


Image

Une jeune femme entre dans un commissariat avec une démarche de zombie (mais ce n’en est pas un), tandis qu’une autre jeune femme dans un bar va s’offrir les services d’un psychiatre ivre pour aider son amie qui vient de se jeter hors de son taxi en marche.

Film bizarre dont l’ambiance doit beaucoup à son image granuleuse filmée en 16mm. On ne comprend pas tous les tenants et aboutissants qui défient la logique et laissent voir des juxtapositions de scènes étranges contribuant à nous perdre un peu plus.

Image

La configuration dans mon profil


We do not claim to have achieved perfection, but we have a system, and it works [Klaatu]
Avatar de l’utilisateur
SONTRACTEUR
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 1871
Inscription Forum: 13 Mai 2003 17:03
Localisation: Paris
  • offline

What We Do In New Zealand

Message » 15 Aoû 2018 20:11

The Scarecrow
Sam Pillsbury – Nouvelle Zélande 1981


Image

Dans une petite ville de nouvelle Zélande, un vieux dégingandé aux allures de croque-mort assassine des jeunes filles.

Grand classique du cinéma néozélandais, The Scarecrow est une intéressante chronique adolescente dans une petite ville de nouvelle Zélande où les garçons et les filles s’éveillent à la sexualité, les jeunes filles en fleur exercent leurs pouvoirs de séduction, mais sur lesquelles plane l’ombre de la mort horrible ! Bien que non sous-titré et en grande partie incompréhensible pour un non anglophone on se laisse prendre par ce film excellemment bien réalisé.

La configuration dans mon profil


We do not claim to have achieved perfection, but we have a system, and it works [Klaatu]
Avatar de l’utilisateur
SONTRACTEUR
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 1871
Inscription Forum: 13 Mai 2003 17:03
Localisation: Paris
  • offline

Ultra Movies

Message » 15 Aoû 2018 20:13

Terrified (Aterrados)
Demián Rugna – 2017 Argentine


Image

Un homme s’apprête à se coucher quand il entend dans la salle de bain où sa femme finit de se laver les dents des coups sourds contre le mur. Quelle n’est pas sa surprise quand il la voit flotter en l’air et être précipitée contre les murs repeignant toute la salle de bain de son sang. Et dans les maisons voisines des phénomènes au moins aussi inquiétant pour ne pas dire terrifiant se produisent aussi (on murmure qu’un enfant mort est sorti de son cercueil pour revenir chez sa maman), et le mal semblerait même s’étendre. Mais que fait la police ?

Aterrados est un vrai film de trouille avec apparitions bruyantes et horribles à tout moment pour vous faire bondir de votre fauteuil. Ça fonctionne et on se laisse secouer jusqu’au bout pour savoir "mais c’est quoi ces trucs qui se baladent dans les coins sombres quand on ne regarde pas ?"


Image

La configuration dans mon profil


We do not claim to have achieved perfection, but we have a system, and it works [Klaatu]
Avatar de l’utilisateur
SONTRACTEUR
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 1871
Inscription Forum: 13 Mai 2003 17:03
Localisation: Paris
  • offline

International

Message » 15 Aoû 2018 20:15

CUTTERHEAD
Rasmus Kloster Bro – Danemark 2018


Image

Une journaliste fait un reportage photos à Copenhague dans le chantier du métro. Et si au bout de 5 minutes de film on lui explique comment utiliser un respirateur en cas de danger, c’est bien qu’elle va s’en servir. Alors qu’elle est dans la tête foreuse (Cutter head) lors d’une inspection de routine un incendie éclate. Comment s’échapper d’un caisson hyperbare entouré de flammes ?

Survival en vase très clos, un caisson hyperbares donc, CUTTERHEAD distille une bonne angoisse claustrophobe et réussit à multiplier les situations tendues pour mettre de l’animation dans une agonie par asphyxie qui s’annonce très longue. Ça ne révolutionne pas le genre mais c’est très bien fait.


Image

La configuration dans mon profil


We do not claim to have achieved perfection, but we have a system, and it works [Klaatu]
Avatar de l’utilisateur
SONTRACTEUR
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 1871
Inscription Forum: 13 Mai 2003 17:03
Localisation: Paris
  • offline

International

Message » 15 Aoû 2018 20:17

PIG (KHOOK)
Mani Haghighi – Iran 2018


Image

À Téhéran, des cinéastes se font décapiter après que l’on a gravé sur leur front le mot « porc ». Hassan, cinéaste interdit de tournage ne comprend pas pourquoi le meurtrier ne s’en prend toujours pas à lui.

PIG est une satire du milieu du cinéma iranien. C'est souvent drôle, mais cela a du mal à tenir la distance tout du long.


Image

La configuration dans mon profil


We do not claim to have achieved perfection, but we have a system, and it works [Klaatu]
Avatar de l’utilisateur
SONTRACTEUR
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 1871
Inscription Forum: 13 Mai 2003 17:03
Localisation: Paris
  • offline

International

Message » 15 Aoû 2018 20:20

CLIMAX
Gaspar Noé – France 2018.


Image

Une troupe de danseurs fête dignement la dernière répétition avant de partir en tournée. On ne saura peut-être jamais ce qu’il y avait dans la sangria, mais on pourra dire que c’était de la toute bonne, vu le bad trip ultime qu’ils vont se faire.

On avait tous envie de voir le dernier film de Gaspar NOE qui a fait salle comble au NIFFF, parce que comme à chaque fois on sait qu’il va nous inviter à une nouvelle expérience. Et s’en est une d’expérience, où l’on va retrouver tout ce qui fait le style de Gaspar NOE, aussi agaçant et génial soit-il. D’abord il retrouve son chef op habituel qui va lui donner ce grain et cette lumière si caractéristique, il va filmer via de longs plans séquences les chorégraphies folles de ses danseurs et danseuses, en haut, en bas, à l’envers, laisser ses acteurs en roue libre dans les dialogues pour le pire comme pour le meilleur (les deux africains qui ne parlent que de leur bite et de ce qu’ils en font, c’est cliché mais ça fonctionne), il va commencer par le générique de fin « vous venez de voir un film inspiré de faits réels… » suivi des vrais crédits qu’on ne voit qu’à la fin, mais les (oui, plusieurs) génériques vont revenir dans le style « ENTER THE VOID » mais pendant tout le premier tiers du film, et nous envoyer ses grandes sentences définitives qu’il affectionne écrites en grandes lettres fluo sur toute la hauteur de l’écran pour terminer avec, écrit à l’envers comme il se doit, « la mort est une expérience extraordinaire ». Gaspar NOE c’est un style, une sensation, des images, d’où il ressort une histoire qu’on s’invente.


Image

La configuration dans mon profil


We do not claim to have achieved perfection, but we have a system, and it works [Klaatu]
Avatar de l’utilisateur
SONTRACTEUR
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 1871
Inscription Forum: 13 Mai 2003 17:03
Localisation: Paris
  • offline

Ultra Movies

Message » 15 Aoû 2018 20:21

BLOOD FEST
Owen Egerton – USA 2018


Image

Des années après l’assassinat de sa mère dans sa cuisine par un boogeyman peinturluré, Dax est resté un grand fan de cinéma d’horreur, comme l’était sa mère avant lui. Mais ce n’est pas l’avis de son père, persuadé que c’est justement la mauvaise influence de ces films violents qui fut la cause du meurtre de sa femme, le dit boogeyman étant ni plus ni moins qu’un de ses anciens patients psychotiques. Il lui a formellement interdit d’aller au BLOOD FEST, le plus grand parc d’attraction à la gloire des films gore. Et bien il ira quand même, pour comprendre trop tard que si son père lui avait interdit d’y aller, c’est qu’il y avait bien une raison.

BLOOD FEST est un film méta qui rend évidemment hommage à tous les genres de films d’horreur, un peu comme l’a fait La Cabane Dans Les Bois. La bande de héros va traverser tous les lieux culte de leurs films préférés, poursuivis par de bien réels boogeyman là pour tuer en vrai et mention spéciale à la horde de zombies. Et si t’as pas vu tous les films cités, t’as aucune chance de t’en sortir.


Image

La configuration dans mon profil


We do not claim to have achieved perfection, but we have a system, and it works [Klaatu]
Avatar de l’utilisateur
SONTRACTEUR
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 1871
Inscription Forum: 13 Mai 2003 17:03
Localisation: Paris
  • offline

New Cinema From Asia

Message » 15 Aoû 2018 20:23

Inuyashiki
Shinsuke Sato – 2018 Japon


Image

Inuyashiki Ichirou, 58 ans, médiocre salarié japonais, méprisé par sa famille, vient de se faire virer par son patron en même temps que son médecin lui annonce qu’il a un cancer. Tandis qu’il se morfond tout seul sur un banc dans un jardin public, des extraterrestres débarquent au-dessus de sa tête et le transforme en robot surpuissant et surarmé capable de gagner une guerre galactique à lui tout seul. Dans ce même jardin un gamin a subi le même sort. Pour lui, l’heure de la vengeance a sonné, la Terre sera son terrain de jeu. Qui d’autre que notre brave Inuyashiki pour le contrer ?

Alors attention, Shinsuke Sato c’est The Princess Blade, Gantz, Death Note : Light up the new world et surtout I am a Hero (Grand Prix du BIFFF 2016) toujours inédit en France. Il y avait donc un peu d’attente pour son nouveau film, adaptation du manga éponyme de Hiroya Oku où il offre à Takeru Satoh (héro de la trilogie Rurouni Kenshin) l’occasion de montrer qu’il peut se montrer aussi très très méchant. C’est tout plein de CGI plus ou moins bien réussis, des scènes de destruction massive qui n’en finissent pas et à la fin une famille réconciliée. Sinon c’est très bien.


Image

La configuration dans mon profil


We do not claim to have achieved perfection, but we have a system, and it works [Klaatu]
Avatar de l’utilisateur
SONTRACTEUR
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 1871
Inscription Forum: 13 Mai 2003 17:03
Localisation: Paris
  • offline

New Cinema From Asia

Message » 15 Aoû 2018 20:25

Operation red sea (Hong hai xing dong)
Dante Lam – Chine 2018


Image

Des chinois sont en danger quelque part dans le monde ? Pas de problème, la marine chinoise arrive pour les sauver ! On donne même le numéro d’urgence à la fin du film. Des terroristes, des chinois pris en otage qu’il faut sauver, des commandos de la marine chinoise : Je vous laisse imaginer l’histoire. Et en bonus, parce que 2h10 d’explosions ce n’est pas assez, il faut aussi aller détruire un repaire de terroristes qui viennent de voler de quoi faire des bombes salles. Avec la recette pour les faire !

Après OPERATION MEKONG, Dante LAM revient avec Operation Red Sea. Y a que le titre qui change et ce n’est pas au même endroit. Tout le film n’est qu’une succession de scènes d’actions pyrotechniques à la gloire de l’armée chinoise. Oui c’est un film de néo-propagande chinois. Et alors ? Ils font quoi d’autre les américains d’après-vous ?


Image

La configuration dans mon profil


We do not claim to have achieved perfection, but we have a system, and it works [Klaatu]
Avatar de l’utilisateur
SONTRACTEUR
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 1871
Inscription Forum: 13 Mai 2003 17:03
Localisation: Paris
  • offline


Retourner vers 7ème Art

 
  • Articles en relation
    Dernier message