Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 12 invités

Musique enregistrée : BLURAY, CD & DVD musicaux, interprètes...

schubert trio opus 100 D929

Message » 18 Fév 2009 23:31

Bonjour à tous

J'ecoute le trio de Schubert D929 et la version que j'ai utilise un pianoforte qui me gene un peu (version Demenga/Schneeberger/Dahler chez ECM) malgré de grandes qualités par ailleurs.

Quelle version de cette oeuvre serait il interessant d'ecouter pour completer ma discothèque?

Merci

Olivier
oso
 
Messages: 1303
Inscription Forum: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Annonce

Message par Google » 18 Fév 2009 23:31

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Schubert

Message » 19 Fév 2009 0:20

job_ananda
 
Messages: 202
Inscription Forum: 20 Aoû 2006 19:20
Localisation: Sevilla-Espagne
  • offline

Message » 19 Fév 2009 12:47

:idee: chez Sony

Image

8)

La configuration dans mon profil


Naim Audio, Linn, Benz, EAR, Sonus Faber, Luxman, Focal
filip-63
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 2058
Inscription Forum: 19 Avr 2005 20:04
Localisation: 63. Sur le patrimoine de l'Unesco.
  • offline

Message » 19 Fév 2009 17:22

Stern-Istomin-Rose, inoubliables pour l'émotion !
beyhome
 
Messages: 66
Inscription Forum: 25 Juin 2003 17:47
Localisation: Paris
  • offline

Message » 19 Fév 2009 17:28

Merci pour ces belles pistes!
oso
 
Messages: 1303
Inscription Forum: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Message » 20 Fév 2009 0:25

Je confirme même si Stern a une fâcheuse tendance à se mettre toujours en avant... Très belle version du Beaux Art Trio également avec Pressler au piano...
fredicol
 
Messages: 1806
Inscription Forum: 23 Juil 2004 0:51
Localisation: BAGNEUX
  • offline

Message » 20 Fév 2009 1:33

1- Serkin / Busch / Busch. L'émotion la plus pure, à la corde, dépouillée de tout artifice, simplement musicale.

2- Stern / Istomin / Rose. Un lyrisme sans doute plus séduisant mais qui ne manque pour autant pas de profondeur.

3- Je crois qu'il n'y a même pas de 3 pour moi.
adriaticoboy
 
Messages: 478
Inscription Forum: 26 Sep 2003 13:52
Localisation: Nantes
  • offline

Message » 22 Fév 2009 21:02

fredicol a écrit:Je confirme même si Stern a une fâcheuse tendance à se mettre toujours en avant... Très belle version du Beaux Art Trio également avec Pressler au piano...


Salut, je ne suis pas fan des BAT sur ce trio, trop sages.. comme ds dvorak.. je les trouve par contre sublimes dans l'intégrale Haydn..
pour moi, la plus belle version est celle ci :
http://www.amazon.fr/Schubert-The-Piano ... 223&sr=8-1
donc avec ~ Lynn Harrell ,, Vladimir Ashkenazy , Pinchas Zukerman ;
superbe de romantisme, d'engagement et de pureté sonore..
après c'est une question de goût, d'affinités.. :wink:
HOLLIGER
 
Messages: 2084
Inscription Forum: 31 Jan 2005 8:38
  • offline

Message » 22 Fév 2009 21:37

Oui, c'est vraiment une question de goût et d'affinités... parce que j'aivraiment du mal avec Lynn Harrell et ses dégoulinades...

J'ai une vieille tendresse pour l'enregistrement du Trio Tchèque chez Supraphon... qui m'est toujours apparu comme étant un miracle d'équilibre et d'inspiration sans aucune sollicitation du texte.

Evidemment les vieux Bush et Serkin sont splendides aussi. ainsi que Rubinstein/Fournier/Szeryng... qu'on oublie toujours mais qui ont laissé des enregistrements splendides !

La configuration dans mon profil


"Le coq qui chante le plus fort n'est pas celui qui vit le plus longtemps", proverbe que j'ai inventé le 12 juillet 2019. Libre de droits : ha ha ha !
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • online

Message » 23 Fév 2009 17:22

haskil a écrit:Oui, c'est vraiment une question de goût et d'affinités... parce que j'aivraiment du mal avec Lynn Harrell et ses dégoulinades...

J'ai une vieille tendresse pour l'enregistrement du Trio Tchèque chez Supraphon... qui m'est toujours apparu comme étant un miracle d'équilibre et d'inspiration sans aucune sollicitation du texte.

Evidemment les vieux Bush et Serkin sont splendides aussi. ainsi que Rubinstein/Fournier/Szeryng... qu'on oublie toujours mais qui ont laissé des enregistrements splendides !



Je trouve que la musique de chambre de Schubert est la mieux rendue quand elle bénéficie d'interprétations exacerbées..
ainsi pour moi la plus belle version de "la jeune fille et la mort" est celle des Berg live, modèle de désespoir et de rage..
c'est ainsi quelle prend toute sa dimension selon moi.
Pour le trio question de goût.. je ne trouve pas cela dégoulinant mais approprié.. peut-être la perception de la musique en rapport à notre être, notre histoire, notre moi enfoui joue t-elle beaucoup jusqu'à rendre cette notion de goût si subjective qu'on ne peut la résoudre.. et rendre le débat dessus relatif.
je ferais juste un commentaire sur ce que j'ai souligné en gras ;
j'ai remarqué depuis des années une tendance assez constante et caractéristique de la critique (aussi bien chez les pros que chez les amateurs) , aussi bien en musique qu'en cinéma : c'est mieux, c'est plus fort "quand c'est suggéré", c'est plus subtil..sinon souvent trop grossier, ou systématique, ça démolit la part d'imagination que pourrait laisser flotter notre cerveau..
Hors si cela peut être évidemment le cas, cela n'est certainement pas un principe de vérité.. de mon point de vue.
Il y a pourtant cette chasse au "montré" cru, direct, brut, a priori grossier donc..
c'est ce mot dégoulinant (en opposition au "sans aucune sollicitation du texte") qui m'a interpellé, Alain ; ça l'est peut être pour toi, mais je le ressens comme une expressivité exacerbée qui me plait, qui me touche ;
et pourtant je ne suis pas généralement fada de musique "romantique", à commencer par Chopin qui m'intéresse très peu.
Dans le cinéma c'est pareil, à tous niveaux, grand public par exemple :
on fait tout un foin de casino royal de JB, retour aux valeurs, un bond humain, fidèle aux romans.. un scénario soutenu etc, à l'opposé des brosnan aux cascades ridicules.. pour ceux qui ont lu les romans de fleming.. les scénarios y sont quasiment inexistant, l'écriture mauvaise, du moins d'un point de vue littéraire (on va dire que je juge..) ; les scénarios se sont développés dans les films avec souvent beaucoup de réussite quand les trames des romans se sont épuisés.. mais il y a le sacro-saint originel SConnery (très bon d'ailleurs) ; encore un point commun entre ciné et musique : la supériorité des anciens, des "originaux" sur les successeurs.. les premiers sont toujours mieux.. de mon pôint de vue casino royale n'a aucune trame scénaristique, et ce n'est pas parce-que les précédents ont 10 fois plus de cascades, qu'ils s'ébattent sur 10 fois moins de scénario..
et en musique, dans les magasines classiques que je lis depuis des années, j'ai remarqué cette condescendance tenace sur les nouveaux enregistrements, fussent-ils diapasons d'or ou choc du monde ou 10 de rep, en comparaison des "vieilles cires" indétronables.. peut être est-ce une question de génération des critiques.. une nostalgie.. le diapason découverte a d'ailleurs été révélateur de ce point de vue.. ce côté en dessous de l'or (d'ailleurs il est argenté..) paraissait évident malgré les dénégations du magasine qui s'arc-boutait sur "c'est le premier disque de l'artiste" ; mais surtout un ressenti général, presque impalpable de l'écrasante supériorité d'une pléiade d'anciens, malgré le "génie" de certains nouveaux.

Primeur aux anciens d'un côté, et à la "retenue" dans l'interprétation de l'autre..
on nous fait comprendre que les oistrack, heifetz ou autre schnabel sont d'un autre monde, d'une autre trempe que nos prodiges actuels, mêmes encensés.. curieux quand même. Et je dis ça en pensant que Marcelle Meyer est ce que j'ai entendu de mieux dans Rameau..
J'ajouterai en marge que "la maison des sévices" de Takashi Miike", c'est tout sauf suggéré, pourtant c'est fort.. dans le genre.. si on aime :wink:

PS : j'ai voulu développer une réflexion et pas développer une polémique, j'espère que ça se voit. :wink:
HOLLIGER
 
Messages: 2084
Inscription Forum: 31 Jan 2005 8:38
  • offline

Message » 23 Fév 2009 17:47

2- Stern / Istomin / Rose. Un lyrisme sans doute plus séduisant mais qui ne manque pour autant pas de profondeur.

Je suis tombé sur cette version. Je n'ai pas encore écouté dans le recueillement, pour cause de grippe, mais j'aime beaucoup.

Sur les propos de Holliger: parfois, le surlignage va bien aux oeuvres: ne serait-ce qu'un concerto pour violoncelle de Haydn entendu au hasard des onde: Rostropovitch (en concert je crois) y est survolté, c'est peut etre trop,quand on a dans l'oreille avec d'autres gravures de lui ou de ses collègues de la même oeuvre, mais quelle ivresse!

Dans un autre ordre d'idées, je trouve parfois les anciens bien moins "suggerant" que les nouveaux! Ferras, Heifetz, Oistrak par exemple donnent parfois l'impression de surjouer apres la rigueur des jeunes. C'est souvent pour le meilleur, ferras dans Tziganes qui me serre la gorge, mais pas toujours: J'aime pas le concerto de Brahms dans la version de Heifetz, j'ai l'impression que c'est un sorcier qui essaie d'emmerder le chef d'orcheste.,Parfois j'aime aussi retrouver des lignes pures: apres les ruptures, l'essoufflement, le desepoir que j'entends avec oistrak dans chostacovitch (1er concerto), j'aime entendre la ligne très pure d'H. Hanh, qui semble s'effacer pour donner une vision assez neuve de l'oeuvre.

La défiance envers les jeunes semble aussi partagée par des profs de conservatoire aussi: "avant, les violonistes, on pouvait les reconnaitre à l'oreille", j'entends ça souvent. ca joue peut etre sur l'uniformisation actuelle du son (est ce réel d'ailleurs) qui n'enlève rien à la qualité intrinsèque mais agace un peu?
oso
 
Messages: 1303
Inscription Forum: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Message » 24 Fév 2009 9:06

D'autant qu'il y a un gouffre entre "ne pas solliciter le texte" et "c'est mieux quand c'est suggéré"... Donc, je ne comprends pas bien le long développement d'Holliger qui prend appui sur mon propos. :wink:

En simplifiant à peine il y a toujours eu, et il y a toujours, des interprétes appartenant à ces deux "camps" : hier comme aujourd'hui, rien n'a changé de ce point de vue.

Pour en revenir à Lynn Harrel : j'ai toujours trouvé qu'il jouait avec trop d'effets (comme Maisky qui est pire cela étant dans le genre)... quand un Pierre Fournier, par exemple, qui pourrait être son père, voire son grand père a toujours eu un jeu plus sobre, sollicitant moins le texte et usant moins de portamentos que ne le fait Harrel.

La configuration dans mon profil


"Le coq qui chante le plus fort n'est pas celui qui vit le plus longtemps", proverbe que j'ai inventé le 12 juillet 2019. Libre de droits : ha ha ha !
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • online

Message » 23 Mar 2009 14:29

haskil a écrit:D'autant qu'il y a un gouffre entre "ne pas solliciter le texte" et "c'est mieux quand c'est suggéré"...


Je ne dirais pas un gouffre, loin de là, on pourrait mettre en commun une forme d'austérité, ou bien de retenue.. et l'un peut entrainer l'autre, éventuellement ;
après tout dépend du contexte, du propos précis.
mon développement qui a suivi était ensuite un prolongement de ma pensée. :wink:
HOLLIGER
 
Messages: 2084
Inscription Forum: 31 Jan 2005 8:38
  • offline

Message » 28 Mar 2009 23:35

Très, très beau le Stern, Rose, Istonin.

Je viens de le découvrir ce soir. Les instruments sont très, très visibles, propres et différenciés. Une pointe d'acidité dans les forte du violon. Assez nette pour être notée, mais pas suffisamment pour refuser d'écouter cet enregistrement de 1969 hors du commun.

viewtopic.php?f=7&t=29880652&start=3045

http://www.amazon.fr/Schubert-violon-vi ... 498&sr=8-1
jbpfrance
 
Messages: 6408
Inscription Forum: 07 Fév 2006 10:25
  • offline


Retourner vers Musique enregistrée : BD, CD & DVD

 
  • Articles en relation
    Dernier message